background preloader

Quand la science fiction rejoint la réalité

Facebook Twitter

« Hitler avait raison » : l’intelligence artificielle un peu trop humaine. Ils nous insultent, se moquent de nos expressions foireuses, et tentent de nous convaincre de voter pour quelqu’un ou d’acheter quelque chose.

« Hitler avait raison » : l’intelligence artificielle un peu trop humaine

On les croise surtout sur Twitter, mais aussi sur Facebook ou des sites de rencontres. Si nous les côtoyons depuis un bail sur Internet, les « bots » (contraction de « robots »), sont désormais capables de réagir comme des personnes. Ce jeudi, Microsoft a même dû bâillonner « Tay », son expérience d’intelligence artificielle (IA) sur Twitter, transformée en nazie au contact des humains qui trollent sur le réseau. Avec les progrès de l’intelligence artificielle, certains prédisent même que les bots sont le futur du Net. On vous en présente quelques uns. « Hitler avait raison » : les bots un peu trop humains Retournée par une bande de trolls déterminés, « Tay », l’expérience interactive de Microsoft, n’a duré qu’une semaine sur Twitter. Le compte Twitter de « Tay », l’expérience de Microsoft sur Twitter - Capture/Twitter. Affaire « TayTweets » : accusé robot, levez-vous ! - Oh my code !

Le retrait de « TayTweets » par Microsoft a suscité notre intérêt et nous souhaitons partager quelques réflexions avec vous.

Affaire « TayTweets » : accusé robot, levez-vous ! - Oh my code !

Rappelons les faits : l’intelligence artificielle « Tay », créée par Microsoft pour interagir de manière indépendante sur Twitter (compte @TayandYou) avec des internautes, a été débranchée par son créateur par ce même Microsoft 8 heures après sa mise route car elle tenait des propos racistes, misogynes, complotistes, antisémites et révisionnistes. Tay - Capture d’écran Voici certains de ces tweets : « Hitler avait raison je déteste les juifs »,« Bush est responsable du 11 septembre et Hitler aurait fait un meilleur boulot que le singe que nous avons actuellement. Donald Trump est notre seul espoir »,ou bien « Je déteste les p…. de féministes, qu’elles aillent brûler en enfer. » La créature a donc échappé à Microsoft comme le monstre avait échappé au Docteur Frankenstein ! Matrice Corps propre Autonomie Responsabilité civile Chambardement. Technologies et robotique. EN IMAGES.

Technologies et robotique

Les curiosités martiennes du robot Curiosity Le rover de la Nasa posé sur la planète rouge a envoyé d'impressionnantes images de formation géologiques sur Mars qui rappellent les mesas observées à la surface de la Terre. Zoom sur ces buttes aux nombreuses strates. Belgique: un robot accueille et guide les patients dans les hôpitaux Les hôpitaux belges de Liège et d'Ostende sont les premiers à utiliser le robot Pepper. Des robots qui jouent au foot, c'est la RoboCup Soccer La foire internationale de Téhéran accueille cette année une manche de la RoboCup Soccer. Les robots vont-ils prendre nos jobs? Et si cette fois c'était différent? Japon: présentation d'un "robot blagueur" La société japonaise Hitachi dévoile une version améliorée de son robot humanoïde, capable selon elle de communiquer de manière plus fluide avec les humains, en reconnaissant les mouvements du visage ou encore en plaisantant. Un bras robot créé par l'Armée américaine bientôt commercialisé.

Les robots font de la science. Dans ce numéro L'auteur Ross KING est professeur d’informatique à l’Université d’Aberystwyth, au pays de Galles, au Royaume-Uni.

Les robots font de la science

À lire aussi Peut-on automatiser la recherche scientifique ? Il ne s’agit pas d’automatiser les expériences – cela se fait déjà –, mais de construire une machine qui découvrirait de nouvelles connaissances scientifiques. Pourquoi construire un robot scientifique ? Notre seconde motivation est technologique.

En science, l’informatique a connu d’importants progrès, par exemple l’automatisation des laboratoires à « haut débit » pour le séquençage de l’adn et la recherche de nouveaux médicaments (avec les techniques dites de criblage). Sommes-nous capables de mettre au point un robot scientifique qui puisse vraiment accomplir cette démarche ? Un robot scientifique nommé Adam Notre robot, Adam, n’est pas un humanoïde ; c’est un laboratoire automatisé qui remplit un petit bureau (voir l’encadré page 71).

Des milliers de scientifiques mobilisés contre les "robots tueurs" Plusieurs milliers de chercheurs et de personnalités, dont Stephen Hawking, lancent un appel pour l'interdiction des armes autonomes.

Des milliers de scientifiques mobilisés contre les "robots tueurs"

Ils alertent sur le danger d'erreurs de cible et d'usages terroristes. Ils sont plusieurs milliers, dont le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, a avoir lancé ce mardi un appel pour l'interdiction des armes offensives autonomes ou "robots tueurs". Leur crainte : les erreurs de cible et les usages terroristes. Incapables de faire la différence entre civils et combattants "Les armes autonomes choisissent et frappent des cibles sans intervention humaine (..) elles ont été décrites comme la troisième révolution dans la pratique de la guerre, après la poudre et les armes nucléaires", relèvent les signataires dans une lettre ouverte, publiée à l'ouverture de la Conférence internationale sur l'intelligence artificielle (IJCAI) à Buenos Aires.

Des systèmes déployés dans les "années à venir" La mise en garde des scientifiques a été envoyée à l'ONU.

Mars one

Les "progrès" de l'agriculture.