background preloader

Terminologie neurone

Facebook Twitter

Péricaryon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Péricaryon

Le péricaryon peut avoir, selon le type de cellule nerveuse, différentes formes, qui ont souvent donné leur nom aux catégories de neurones. C'est notamment le cas pour les cellules pyramidales dont le péricaryon a une forme triangulaire typique. Portail des neurosciences. Axone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Axone

Au sein du système nerveux central, les axones se regroupent en faisceaux ou tractus, alors que dans le système nerveux périphérique, qui parcourt l'ensemble du corps, ils forment les nerfs. Chez certaines espèces dont les vertébrés, les axones peuvent être entourés par une gaine de myéline. Celle-ci est synthétisée par les cellules de Schwann dans le système nerveux périphérique et par les oligodendrocytes dans le système nerveux central. La gaine de myéline améliore les propriétés électriques de l'axone et permet une vitesse de conduction plus élevée du signal (jusqu'à 120 m/s). Les axones permettent également le transport de plusieurs types de protéines, du corps cellulaire où elles sont produites (à partir de l'ADN) vers les synapses où elles assurent diverses fonctions.

Structure[modifier | modifier le code] L'architecture axonale est maintenue par des éléments du cytosquelette, notamment des faisceaux de microtubules. Dendrite. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dendrite

Pour les articles homonymes, voir Dendrite. Neurone d'hippocampe cultivé in vitro, exprimant une protéine fluorescente verte (GFP) et présentant des dendrites avec de nombreuses épines dendritiques Les dendrites conduisent des courants électriques (ioniques) générés au niveau synaptique préférentiellement vers le soma, soit de manière passive selon une loi décrémentielle, soit activement grâce à des processus regénératifs faisant intervenir des conductances ioniques transmembranaires (potentiel d'action dendritique). Chez certains neurones, le potentiel d'action axonal peut remonter vers les dendrites (potentiel rétrograde). Le nombre, la morphologie et la localisation des dentrites permettent de différencier des familles différentes de neurones et sont associés à des propriétés électriques et computationnelles distinctes (aucun chez les neurones unipolaires, beaucoup chez les neurones multipolaires…) Portail des neurosciences.

Influx nerveux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Influx nerveux

L'influx nerveux est une activité électrique transmise le long d'un axone sous la forme d'une séquence de potentiel d'action. Suite à une stimulation, le récepteur sensoriel génère un influx nerveux qui se propage le long du nerf sensitif et se dirige vers le cerveau.Suite à une stimulation, les nerfs produisent un influx nerveux.Afin d'accomplir une action, les neurones du cerveau génèrent un influx nerveux qui se propage le long des nerfs moteurs et se dirige vers les organes effecteurs.Electrophysiologie Portail des neurosciences.

Potentiel d'action. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Potentiel d'action

Le potentiel d'action, autrefois et encore parfois appelé influx nerveux, correspond à une inversion transitoire, locale, brève et stéréotypée de la membrane plasmique des neurones, selon une loi du tout ou rien. La membrane plasmique présente une perméabilité sélective, modulable par différents facteurs comme son degré de polarisation ou par des neurotransmetteurs, à l'égard de différents ions (en particulier, sodium, potassium, chlore et calcium). La différence de concentration ionique résultante détermine la valeur locale du potentiel transmembranaire. Au repos, il existe un potentiel transmembranaire d'environ -70 mV : c'est le potentiel de repos. Étant donné que la membrane mesure 7 nm d'épaisseur, cela correspond à un champ électrique de dix millions de volts par mètre : Synapse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Synapse

On distingue habituellement deux types de synapses : la synapse chimique, très majoritaire, qui utilise des neurotransmetteurs pour transmettre l'information ;la synapse électrique où le signal est transmis électriquement par l'intermédiaire d'une jonction communicante (en anglais gap-junction). On les distingue au microscope électronique par la taille de la fente synaptique ; de l'ordre de 2 nanomètres pour les synapses électriques, entre 10 et 40 nm pour les synapses chimiques. Jonction communicante. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jonction communicante

Reconstitution tridimensionnelle par ordinateur de l'aspect des jonctions communicantes (image de synthèse) Vésicule synaptique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vésicule synaptique

Les vésicules synaptiques sont de petits compartiments des terminaux présynaptiques des neurones, stockant des neurotransmetteurs qui sont susceptibles d'être libérés dans l'espace intersynaptique à la suite de l'arrivée d'un potentiel d'action dépolarisant et l'augmentation des niveaux calciques intracellulaires. Le nombre ou la taille du pool de vésicules synaptiques est variable selon le type de neurones considérés (quelques dizaines pour les petites synapses telles que celles trouvées dans l'hippocampe).

Ils sont libérés dans cet espace intersynaptique par exocytose ; lorsque les vésicules contenant les neurotransmetteurs fusionnent avec la membrane présynaptique. Neurotransmetteur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neurotransmetteur

Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérés par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones, appelés neurones postsynaptiques, ou, plus rarement, sur d'autres types de cellules (comme les cellules musculaires et les cellules gliales comme les astrocytes). Critères[modifier | modifier le code] En règle générale, un neuromédiateur désigne une molécule qui possède les propriétés suivantes : Catégories de neurotransmetteurs[modifier | modifier le code] Les neurotransmetteurs sont divisés en plusieurs catégories : Neuromédiateur[modifier | modifier le code] Un neuromédiateur est libéré dans l'environnement neuronal et crée une « ambiance » chimique influant sur le fonctionnement du neurone.