background preloader

Iran

Facebook Twitter

L'Iran promet de répondre à la prolongation des sanctions américaines. L'Iran promet de répondre à la prolongation des sanctions américaines Téhéran - L'Iran a promis vendredi qu'il répondrait à la décision du Congrès américain de prolonger pour 10 ans des sanctions à son encontre, jugeant qu'elle était contraire à l'accord sur le nucléaire.

L'Iran promet de répondre à la prolongation des sanctions américaines

Iran: participation d'environ 60 % aux élections. De premiers résultats commencaient à être publiés samedi en Iran au lendemain des deux scrutins cruciaux pour le président modéré Hassan Rohani et ses alliés réformateurs qui espèrent l'emporter face aux conservateurs pour continuer leur politique d'ouverture.

Iran: participation d'environ 60 % aux élections

Environ 60% des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes pour ces élections organisées pour former le Parlement et l'Assemblée des experts qui nomme le guide suprême. Pour l'instant, les premiers résultats publiés samedi ne permettent pas de déterminer si le président Rohani et ses alliés réformateurs ont réussi à profiter de l'accord nucléaire de juillet entre l'Iran et les grandes puissances pour asseoir leur emprise sur les conservateurs, en particulier au Parlement. Un second tour sera organisé, à une date indéterminée, pour sept sièges non pourvus. Environ 33 millions des 55 millions d'électeurs ont voté, selon le ministère de l'Intérieur, soit une participation tournant autour de 60% . - Les espoirs de Rohani - M. La Russie se déploie militairement en Iran, par Valentin Vasilescu.

Le 30 septembre 2015, la Russie a déployé un groupe de bombardiers de combat sur la base aérienne de Hmeymim pour débuter la campagne de bombardements contre les jihadistes en Syrie.

La Russie se déploie militairement en Iran, par Valentin Vasilescu

Le 23 novembre 2015, le président Vladimir Poutine a effectué une visite en Iran. Il est supposé que, durant cette visite, il avait demandé l’autorisation d’utiliser la base aérienne de Hamadān pour au moins une escadrille de bombardiers lourds Tu-22M3 russes qui devait opérer en Syrie. Les conditions de livraison des missiles anti-aériens russe S-300 à l’Iran contenaient l’autorisation d’utilisation par les Russes de cette base aérienne. Poutine voulait que ces systèmes S-300 prennent sous leur protection les bombardiers lourds russes déployées en Iran. Par ailleurs, la version livrée de S-300 à l’Iran est la plus puissante (S-300 PMU2), étant proche de la performance du S-400.

Le 23 novembre 2015, un bombardier Su-34 russe effectuait facilement un atterrissage sur la base aérienne de Hamadān. Entreprises françaises en Iran : «Les Américains se comportent comme des saligauds !» - Le Parisien. FAIT DU JOUR.

Entreprises françaises en Iran : «Les Américains se comportent comme des saligauds !» - Le Parisien

Un patron d'une grande entreprise française raconte les pressions exercées par le lobby anti-iranien à Washington. Dans le petit mondedu renseignement, United Against Nuclear Iran (UANI) clignote rouge sur les radars depuis déjà un certain temps. Personne pour avaler le discours lénifiant des responsables : « Il n'y a que les Bisounours de Bercy qui vivent dans un monde où l'économie est pure et parfaite, raille un spécialiste de l'intelligence économique. La réalité, c'est que l'économie peut être agressive et sale, comme ici... » Officiellement, UANI n'entretient aucun lien avec l'appareil d'Etat et est financée par des donateurs. « Officieusement, elle perçoit des financements opaques des services américains, certifie ce haut fonctionnaire. De fait, d'autres indices viennent corroborer cette analyse.

Menaces de boycott « UANI est une arme, résume un ex-haut responsable de la Direction générale de la sécurité extérieure (NDLR : les espions français). DOCUMENT. Comment General Motors veut empêcher Peugeot et Renault de revenir en Iran - Challenges.fr. "Wait and see".

Comment General Motors veut empêcher Peugeot et Renault de revenir en Iran - Challenges.fr

Egale prudence chez Peugeot Citroën et Renault, qui brûlent de retrouver leurs positions perdues en Iran, où ils fournissaient, jusqu'en 2011, 40% du marché automobile. Les consommateurs veulent des voitures modernes. "Treizième producteur automobile en 2011, l'Iran a un potentiel considérable qui est sous-exploité, rappelle Patrick Blain, président de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles.

Les partenariats sont en place, il n'y a pas de raison de ne pas revenir, dès 2014, au chiffre de production 2011 d'1,6 million de véhicules et atteindre à terme les 2 millions. " Les entreprises américaines accélèrent leur retour en Iran. Anticipant la levée des sanctions, Chrysler, Cisco ou Boeing préparent le terrain pour remporter des contrats.

Les entreprises américaines accélèrent leur retour en Iran

Alors que les négociations politiques entre les Occidentaux et l'Iran avancent, les sociétés outre-Atlantique multiplient les contacts auprès de Téhéran. Dans le secteur automobile, le groupe Chrysler a transmis à la présidence iranienne une offre d'investissements sur ce vaste marché de 75 millions de consommateurs, affirme au Figaro un homme d'affaires à Téhéran. La proposition, faite début mars, a été transmise par le canal diplomatique, c'est-à-dire avec l'aval de l'Administration américaine. Officiellement, Washington multiplie pourtant les appels aux entreprises étrangères à ne pas se précipiter en Iran, tant qu'un accord sur la neutralisation de la menace nucléaire n'aura pas été trouvé. Principal architecte de l'ouverture économique vers les États-Unis, où il vécut de nombreuses années, M.