background preloader

Sexisme, TV & cinéma

Facebook Twitter

That's Entertainment? - Jackson Katz & Sut Jahlly. Meryl Streep's Feminist Tribute to Emma Thompson. Forget the Oscars.

Meryl Streep's Feminist Tribute to Emma Thompson

We already have a winner for best award-show speech of the season, and it’s a tie: Meryl Streep and Emma Thompson. On Tuesday night, at the National Board of Review gala, Streep, whose speeches are perfect, delivered a humdinger of a tribute to Emma Thompson, who was receiving the best-actress honor, for “Saving Mr. Banks.” (The ceremony was untelevised, but Bennett Marcus, at Vanity Fair, provided a transcript.) Meryl Streep attacks Walt Disney on antisemitism and sexism. While honouring Emma Thompson at a dinner for the National Board of Review on Tuesday night, Meryl Streep made an extraordinary speech that criticised Walt Disney for being a "gender bigot" who was a member of an antisemitic lobbying organisation.

Meryl Streep attacks Walt Disney on antisemitism and sexism

Streep, perhaps Hollywood's most respected and beloved actor, showed she is far from a cosy establishment figure as she carefully trod a line between praising Thompson and attacking Disney. Watching TV Boosts the Self-Esteem of White Boys - Hans Villarica. New research in Communication Research uncovers a surprising exception to the typical correlation between TV viewing and decreased self-confidence. greenland/Shutterstock.

Watching TV Boosts the Self-Esteem of White Boys - Hans Villarica

Colin Stokes: How movies teach manhood. Stephen King Calls Out Kubrick For Misogynistic Shining. By Jill Pantozzi | 4:17 pm, September 19th, 2013 Stephen King is gearing up for the release of his sequel novel to The Shining, Doctor Sleep, and naturally doing a few interviews.

Stephen King Calls Out Kubrick For Misogynistic Shining

L'actrice de "Breaking Bad" Anna Gunn s'inquiète du déferlement de haine sexiste envers son personnage dans une tribune. Dans une tribune du New York Times intitulée “I Have a Character Issue” (“j’ai un problème avec mon personnage”), l’actrice américaine Anna Gunn raconte la haine des téléspectateurs pour le personnage de Skyler White, la femme du “héros” Walter White, qu’elle interprète dans la série culte Breaking Bad.

L'actrice de "Breaking Bad" Anna Gunn s'inquiète du déferlement de haine sexiste envers son personnage dans une tribune

“Des milliers de personnes “aiment” la page Facebook “Je déteste Skyler White”, des dizaines de milliers de personnes “aiment” une page Facebook similaire dont le nom ne peut être publié ici“. Anna Gunn dévoile également comment le public en vient à la détester elle, et non plus simplement son personnage. “Les commentaires déjà très durs publiés en ligne sont devenus des attaques personnelles directes. Quelqu’un a écrit dans un post: “Quelqu’un peut me dire où je peux trouver Anna Gunn pour que je puisse la tuer ?” Anna Gunn And 'Breaking Bad's' Skyler White: Just The Tip Of A Very Big Iceberg.

I am glad Anna Gunn wrote this eloquent editorial about the hatred her "Breaking Bad" character has induced among some fans of the show.

Anna Gunn And 'Breaking Bad's' Skyler White: Just The Tip Of A Very Big Iceberg

And I absolutely and unequivocally condemn the vitriol the actress has endured during the past few years. In my opinion, however, Gunn's piece doesn't go far enough. The Subliminal Message In So Many Animated Kids’ Movies And Shows Isn’t About Violence. Geena Davis Institute on Gender in Media. Quelques repères sur l’animation japonaise : histoire et représentation des femmes. Le but de cet article est de présenter les grandes lignes de l’animation japonaise, en essayant de dégager au passage quelques-unes de ses spécificités par rapport au cinéma d’animation américain ou français.

Quelques repères sur l’animation japonaise : histoire et représentation des femmes

Après un aperçu historique et thématique, j’analyserai plus spécifiquement la place des femmes au sein des animés ; je reviendrai sur la tradition des shojos, ainsi que sur la sexualisation exacerbée des femmes dans les dessins d’animation japonais. Étant donné l’ampleur du sujet, cet article n’a évidemment pas la prétention d’être exhaustif, ni d’analyser dans le détail chacune des productions dont il sera question. Son ambition est juste de donner quelques points de repère sur le sujet pour celles et ceux qui ne sont pas familiers de ce cinéma.

Petite histoire de l’animation japonaise Quelques repères chronologiques L’animation japonaise se désigne par un nom spécifique : les « animés ». Raiponce (2010) : Peut-on être à la fois princesse et féministe chez Disney ? Comme La Princesse et la grenouille sorti un an plus tôt, Raiponce témoignait de la volonté de Disney de proposer des princesses plus fortes et actives que les Blanche-Neige, Cendrillon et Aurore des débuts. Mais aussi plus indépendantes que les Ariel, Belle ou Jasmine d’après la seconde vague féministe. L’idée était ainsi de parvenir à créer des personnages de princesses aussi fortes qu’ont pu l’être Mulan ou (dans une moindre mesure) Pocahontas, dont l’appartenance à une ethnicité plus « lointaine » avait pu permettre quelques audaces de la part du studio (plutôt habitué à un sexisme des plus réactionnaires). Et la première bande-annonce[1] ainsi que les images diffusées par Disney pour la promotion du film[2] semblaient effectivement pleines de promesses pour tout-e-s ceux/celles lassé-e-s des éternelles histoires de princesses secondant leurs partenaires masculins pour parvenir à accomplir leur destinée (consistant inévitablement à devenir la femme d’un homme…)

. « Raiponce ! Stéréotypes dans les dessins animés. Les nouvelles adaptations de contes de fées sont-elles vraiment féministes ? Les contes de fées mobilisent le plus souvent des schémas profondément sexistes : les personnages féminins, généralement loués pour leur beauté et leur douceur, sont passifs tandis que les personnages masculins, héroïques et intelligents sont actifs dans l’histoire.

Les nouvelles adaptations de contes de fées sont-elles vraiment féministes ?

Faisant partie intégrante du patrimoine culturel occidental, les contes de fée ont souvent été adaptés de façon relativement fidèle[1] au cinéma, on peut citer La belle et la bête de Jean Cocteau en 1946, Peau d’âne de Jacques Demy en 1970, Le petit poucet de Michel Boisrond en 1972, et bien entendu les nombreux films Disney inspirés de contes de fées, tradition de la maison de production depuis Blanche-Neige et les 7 nains, leur tout premier long-métrage en 1937.

Inspirés de Cendrillon et sortis respectivement en 1998 et 2004, A tout jamais d’Andy Tennant et Ella au pays enchanté de Tommy O’Haver étaient déjà des précurseurs de cette nouvelle vague de contes de fée réadaptés. Des héroïnes plus fortes et plus présentes Julie G.

Sexisme chez Disney Studios

DEBOUT LES CONNASSES. Donc si je résume ce que j’ai appris au cinéma en Mars 2013 : Spring Breakers, vendu par un plan marketing aussi brillant que mensonger comme la virée chargée en girl power de quatre minettes endiablées, se révèle finalement la non-histoire de 3 blondasses indistinctes + une gourdasse brune, que le cinéaste s’amuse à filmer en bikini durant 1/2 heure sans jamais chercher à les définir, avant de s’en désintéresser à la minute ou James Franco intègre le récit.

DEBOUT LES CONNASSES

Dès lors, la gourdasse brune -la seule qu’on avait à peu près dotée d’une personnalité- dégage quasi instantanément, tandis que les trois autres se soumettent à l’autorité du mâle dominant et finissent par disparaitre dans l’arrière plan, réduites à l’état de silhouettes interchangeables et quasiment muettes. "Mais lors de l’assaut final, ce bouffon de James se fait dézinguer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, tandis que nos héroïnes massacrent tout le monde comme des grosses badass ! " Certes. Ah, la France ! « Connasse », la nouvelle invention des décomplexé-es du sexisme. Il parait que c'est de l'humour.

« Connasse », la nouvelle invention des décomplexé-es du sexisme

Du second degré. Un appel à l'auto-dérision. Un peu comme un éditorial du nouveau "Lui", une question gratte-poil posée par Clara Dupont-Monod, une sortie de Christine Boutin sur les seins d'Angelina Jolie. Une de ses expressions du fameux "politiquement incorrect" supposé nous faire tant de bien dans ce monde tellement contraint, tellement policé, tellement prévenant, tellement respectueux qu'il en deviendrait étouffant. GENDER AND TELEVISION. The Oscars and the Bechdel Test. It’s been a few years since I’ve checked in with The Bechdel Test for Women in Movies so I thought it would be a good time to look in on Hollywood and see if there’s been any substantial improvement in women’s representations on the big screen. In this updated video, I go through the 2011 films nominated for Best Picture at the 84th annual Academy Awards and see how they measure up to the Bechdel Test. Keep watching because I also propose a small addendum to help clarify the spirit of the test and provide a solution on how Hollywood can fix the glaring problem that the Bechdel Test exposes.

I’ll also address the question, “What about the reverse test?” And I’ll show an alternative test that has been adapted by critics to identify the presence of people of colour in films. Sprinkled throughout this video I offer a few movie recommendations. GENRE – Les cinémas suédois sanctionnent les films machistes. "Les Lesbienne à suivre", bande dessinée d'Alison Bechdel.

Star Wars et Pulp Fiction, des films machistes ? Pas forcément, mais les femmes y tiennent une place trop marginale. Ces deux fictions ont donc piteusement échoué au test Bechdel, contrairement à The Hunger Games, Sauvages et La Dame de fer, qui ont obtenu un "A" (ou un smiley). Remise au goût du jour par quatre cinémas suédois, cette évaluation porte le nom de son inventrice, Bechdel, une auteure américaine de BD.

No More Disposable Love: Expanding the Bechdel Test for Movies. By Lily July Imagine a TV world where being rejected by a woman meant sending her a respectful “Sorry it didn’t work out” note and leaving her alone. “I love women!” Declared an enthusiastic Jack Nickolson in his defense. In 2000, he was accused of inviting two prostitutes to his house, not paying them, and then pushing one down then stairs resulting in brain damage. Why film schools teach screenwriters not to pass the Bechdel test. Don't Think American Cinema Revolves Around Men? Take A Look Here. Où sont les réalisatrices à Cannes? Where are the women in film?

Hollywood actresses Sandra Bullock and Melissa McCarthy grace the red carpet at "The Heat" premiere. The film was a hit at the US box office this weekend grossing at total of $40 million. The curse of the Minority Feisty in kids movies. If you see an animated film today, it’s likely to include a token strong female character or two who reviewers will call “feisty.” Girls gone missing: kids’ movie posters in 2011. The year is 2011. You are a seven year old girl looking out the back seat car window. Unless you catch a glimpse of ‘Hoodwinked 2′ or ‘Judy Moody’ these are the pictures you see. In your world, boys are front and center. You are a sidekick or just not there at all. Update: I’ve updated Reel Girl’s Gallery of Girls Gone Missing From Kids Films in 2011 to include posters that had not been released over the summer when I initially posted the gallery. I also, sadly, added Harry Potter. When kids see, again and again and again, that girls are relegated to supporting roles, both genders learn that girls are less important than boys.

The Real Reason Guys Should Hate Twilight. Saga Twilight : violence conjugale et glorification du patriarcat. Lorsqu’a eu lieu le phénomène de société « Twilight » (livres et films), nombreux l’ont violemment critiqué. Cependant, les critiques négatives ont été globalement orientées sur trois axes : la nullité (des livres, des films, des acteurs, etc.), la défense de la chasteté promue par le roman (Bella et Edward n’ont de relations sexuelles qu’à partir de leur mariage) et la redéfinition (trahison selon certains) du mythe du vampire. Si ces axes de critiques sont relativement pertinents (encore que la nullité est une notion subjective), la saga Twilight propage d’autres idées et modèles, autrement plus dangereux que la virginité avant le mariage.

Nota Bene : Le site étant basé sur l’analyse de productions audiovisuelles, l’analyse sera effectuée sur les 5 films de la saga, bien que des comparaisons avec la série de romans soient occasionnellement faites. La relation entre Bella et Edward Twilight, ou une énième relecture de Cendrillon. "Crazy Chicks Are Hot?" 8 Messed-Up Portrayals of Women Going Insane in Film. February 6, 2011 | Like this article? Join our email list: Stay up to date with the latest headlines via email. Everyone loves to watch a hot babe going batshit crazy. Leading Men Age, But Their Love Interests Don’t. Yesterday, Kristen Stewart fell out of the con-artist comedy Focus after Will Smith replaced Ben Affleck as the male lead; according to Variety, she was nagged by "the feeling that the age difference between the two would be too large a gap. " For the record, Smith is a mere four years older than the 40-year-old Affleck, and if it seems a little odd that either of them would be considered a romantic partner for the 23-year-old Stewart in the first place … well, welcome to Hollywood.

It seems like time and time again, male movie stars are allowed to age into their forties, fifties, and even sixties while the ages of their female love interests remain firmly on one side of the big 4-0, but is this a perception borne out of reality? To find out for sure, Vulture has analyzed the data of ten middle-aged leading men and the ages of the women they've wooed onscreen; you'll see the results in the charts below. Female Characters in Superhero Films: The Grim Reality. As a women’s, gender, and sexuality studies (WGS) major, I am accustomed to chatting about everything from checking your privilege to the gender binary to vaginas. It’s not uncommon for a bunch of my fellow WGS friends to spend Friday nights chatting about the “Virgin Mary” or watching Jessica Valenti videos in an effort to procrastinate that paper on crisis pregnancy centers. So when I decided to take a communications class about superheroes for a fun break in my senior schedule, you can bet that conversations about gender came up.

"Wonder Woman": pourquoi Hollywood rechigne à faire des films de super-héroïnes. CINÉMA - "Nous avons besoin de Wonder Woman sur le grand écran ou à la télévision", expliquait Kevin Tsujihara au Hollywood Reporter en septembre 2013. Le directeur de Warner Bros voyait son vœu en partie exaucé avec l'annonce de sa présence dans Batman vs Superman de Zack Snyder. Si les propos de Tsujihara décrivaient la volonté du studio de dépoussiérer Diana Prince, personnage créé en 1941 par William Moulton Marston, l'héroïne de DC Comics n'a pas encore gagné ses galons de titulaire quand Batman et Superman cumulent à eux deux plus de 15 films.

Hey, Everyone — Stop Taking This Picture! (No, I Mean It.) So, the most recently released image of Catwoman in The Dark Knight Rises kind of got me worked up. The moment I saw it I think I said something to the nature of, “If I have to see one more woman posed with her behind in my general direction, looking smouldering-ly over her shoulder, I’m going to punch someone in the face.

And you two [my Tor.com officemates] should be worried, since you’re the closest people at hand.” Affiches sexistes d’Iron Man 3. Oui, je me suis dit que j’allais annoncer la couleur dès le départ et plutôt que donner la version soft : « les affiches genrées » allons y carrément et appelons un chat un chat. Le prochain blockbuster de Marvel approche à grand pas (il sort dans pile poil une semaine) et trois affiches promotionnelles ont attiré mon attention.