background preloader

Internet, nouvelles cultures, nouvelles économie

Facebook Twitter

08synthese.pdf. Commerce culturel, le séisme. LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Nathaniel Herzberg, Raphaëlle Rérolle et Audrey Tonnelier Les coups de tonnerre se succèdent dans le ciel du commerce culturel. Après la chaîne Virgin Megastore, placée en redressement judiciaire le 14 janvier, puis l'enseigne française de jeux vidéo Game, menacée de disparaître, c'est au tour de la firme britannique HMV d'essuyer la tempête.

Le 15 janvier, le dernier grand disquaire d'outre-Manche a été mis en redressement judiciaire, dans l'attente d'éventuels repreneurs. Et l'Europe n'est pas la seule concernée. Aux Etats-Unis, le groupe Borders, deuxième libraire du pays, a déposé le bilan il y a moins d'un an. Ces faillites, même quand elles étaient prévisibles, font souffler un vent froid sur un secteur déjà très chahuté.

Car l'émergence du numérique et les bouleversements qui en découlent sont un phénomène inéluctable, "structurel", selon l'économiste Françoise Benhamou. D'autant que ce tsunami survient en terrain mouvant. Le Monde diplomatique. Numéro coordonné par Mona Chollet et Philippe Rivière Lire le compte rendu de ce numéro, paru dans Le Monde diplomatique de février 2010, par Philippe Quéau. Changement de sociétéMona Chollet Jargon de geeks (glossaire) I.

En modifiant en profondeur les habitudes culturelles, Internet déstabilise tout l’édifice social. Alors que les innovations permises par l’irruption des réseaux restent tâtonnantes et peu organisées, les anciens équilibres sont balayés. Pour les salariés, la connexion permanente et l’exigence de réactivité qu’elle entraîne font voler en éclats la frontière entre vie professionnelle et vie privée. La bibliothèque universelle, de Voltaire à GoogleRobert Darnton Le livre dans le tourbillon numériqueCédric Biagini et Guillaume Carnino Une révolution en trompe-l’œilEric Klinenberg Journaliste, ou copiste multimédia ? Télétravail à prix bradésPierre Lazuly Le Monde diplomatique et Internet Des salariés esclaves de l’urgenceMartine Bulard Qui contrôle les concepts ? II.

III. L’Internet bouleverse la culture et les relations inter-culturelles. Résumé : Alors que les élites intellectuelles s’interrogent pour savoir si l’Internet est bon ou mauvais, l’homme de la rue s’en empare avidement, et ce dans tous les pays et dans tous les univers culturels. Le foisonnement de la création est intense, l’économie mondiale s’est entièrement réorganisée autour de l’Internet, et désormais toutes les langues et tous les systèmes d’écriture y ont leur place. Nous sommes au début d’une révolution culturelle comparable à l’invention de l’écriture, de la monnaie, de l’imprimerie. L’Internet et l’accès à la connaissance La livraison de l’été 2009 du magazine Books s’intitulait Internet rend-il encore plus bête ?

L’encyclopédie Wikipédia compte 852 680 articles en français, disponible dans le moindre village raccordé au réseau téléphonique. La version en arabe a débuté plus récemment, mais progresse rapidement avec plus de 100 000 articles. L’Internet transforme la connaissance Clarisse Herrenschmidt et la troisième révolution de l’écriture. Internet ravit la culture. En créant une zone de réappropriation illimitée des contenus, le web ouvre la voie au remix populaire de la culture. Un fait majeur dans l'histoire de la propriété intellectuelle et de la création que décrypte André Gunthert, chercheur à l'EHESS. Dans son célèbre article “L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique”, publié en 1939, Walter Benjamin dessine l’opposition paradigmatique de deux cultures. Face à l’ancienne culture bourgeoise, appuyée sur le modèle de l’unicité de l’œuvre d’art, les nouveaux médias que sont la photographie et le cinéma imposent par la “reproductibilité” le règne des industries culturelles.

Un demi-siècle plus tard, la révolution des outils numériques nous confronte à une nouvelle mutation radicale. La dématérialisation des contenus apportée par l’informatique et leur diffusion universelle par internet confère aux œuvres de l’esprit une fluidité qui déborde tous les canaux existants. Mythologie des amateurs L’appropriation comme fait social. Internet bouleverse-t-il vraiment l'éducation? Les innovations numériques vont-elles changer en profondeur le système éducatif? Emmanuel Davidenkoff. A chaque fois qu'une nouveauté intervient, un chercheur ou un expert anticipent un bouleversement de l'école. L'électrification des lignes de trains aux Etats-Unis devait modifier la carte scolaire américaine avec la possibilité de regrouper dans des écoles immenses les enfants venus des campagnes.

En fait, l'administration américaine a simplement construit des écoles dans les villages. Les mêmes projections ont été faites avec l'arrivée de la télévision, susceptible de faire table rase du passé. Arrive un véritable "tsunami éducatif", pour reprendre la formule du patron de Stanford. Marcel Gauchet. L'accès immédiat de chacun à toute l'information disponible, quel stimulant pédagogique ! E.D. M.G. Le médium numérique ne va-t-il pas changer la manière d'enseigner? M.G. Et puis, la surabondance de cette information facile d'accès change la hiérarchie des tâches. E.D. E.D. M.G. E.D. M.G. Les pratiques culturelles des Français bouleversées par Internet, actualité Société.

Bouleversement culturel des Français. Le ministère de la Culture a rendu publique, mercredi 14 octobre l'enquête de 280 pages sur Les Pratiques culturelles des Français à l'ère numérique, dirigée par le sociologue Olivier Donnat. Cela faisait onze ans qu'une telle enquête n'avait pas été réalisée: les précédentes dataient de 1973, 1981, 1988 et 1997. Cette enquête signe un «échec culturel», selon Le Monde. L'édito du quotidien explique: «En matière d'accès à la culture, les résultats sont cinglants pour l'action de l'Etat, mais aussi pour les collectivités locales.» «Hormis le cinéma, l'art le plus démocratique, les gens modestes abandonnent toujours plus les pratiques et désertent les lieux culturels. La lecture est le domaine le plus alarmant. Pour Télérama, c'est presque un échec sociétal. Surtout, c'est chez les jeunes, (les moins de 35 ans) que les transformations des pratiques culturelles sont sensibles.

Télérama conclue: «Du coup, les domaines partagés par tous ne risquent-ils pas de se réduire comme peau de chagrin? Les Français et la culture : révolution chez les 15-24 ans. Recul de la télé et de la radio, nouvelles frontières entre art et divertissement... La révolution numérique n'a pas fini de chambouler nos pratiques culturelles. En avant-première, les conclusions d'une vaste enquête menée sous l'égide du ministère de la Culture. C'est une sorte de vaste check-up. Une radiographie effectuée tous les dix ans, depuis le début des années 70, par le département des études du ministère de la Culture. Les Français vont-ils plus ou moins au cinéma, au musée ou à la bibliothèque ? La dernière prise de température remontait à 1997. Et alors, dira-t-on ? Tout change pourtant si l'on se concentre sur les comportements des jeunes générations.

Sans le contrepoids des baby-boomers, dont la réactivité culturelle est supérieure à celle des générations précédentes au même âge (ils ont aujourd'hui entre 50 et 65 ans), c'est donc bien un bouleversement des pratiques culturelles que révèlent ces nouvelles courbes de température. Livres et musique classique en danger ?