background preloader

Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique

http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/08synthese.pdf

Quelles compétences numériques de base ? Dossier ARSENIC (Association Régionale de Soutien aux Espaces Numériques de l’Information et de la Communication en PACA) est l’auteur d’un dossier sur les compétences numériques de base publié en juillet 2012 (35 pages, en pdf). La réflexion qui a prévalu à l’élaboration de ce document de travail est d’aborder ces concepts sous l’angle de la culture numérique avec une approche conceptuelle. La culture numérique comme chantier d’exploration Dans cet univers des compétences, on différencie peu les compétences d’adaptation des compétences fondamentales. En introduction de ce dossier, ARSENIC précise un état des pratiques numériques qui pose tout autant la question du sens, que de l’accompagnement ainsi que de la formation au collaboratif : Quels postulats ?

Pratiques culturelles et usages d’internet [CE-2007-3] - Études et statistiques Numérique, innovation Pratiques, consommations et usages culturels Département des études, de la prospective et des statistiques Culture études Statistiques Olivier DONNAT novembre 2007 12 p. Les milieux culturels ne peuvent ignorer que désormais un Français sur deux dispose d’une connexion à internet haut débit. L’exploitation inédite d’une partie de l’enquête TIC réalisée par l’INSEE offre une première image générale des liaisons entre pratiques culturelles et pratiques numériques, dont on peut tirer plusieurs enseignements : ces pratiques vont globalement de pair plus qu’elles ne se substituent, sauf pour la télévision ; elles s’intensifient selon les mêmes facteurs (âge, éducation, revenus…), et la règle du cumul y prévaut dans les deux cas.

Médiation numérique : une définition J'ai écrit ce blog entre 2005 et 2018, de nombreux billets peuvent vous intéresser. Désormais je m'occupe de Design des politiques publiques. Retrouvez-moi sur mon nouveau blog ! Symbioses Citoyennes Google Art Project: quand la technologie flirte avec l'art  Google Art Project, créé en 2011, est un outil surréaliste, un comble. Pouvoir observer une œuvre derrière son écran d'ordinateur avec plus de précision que si l'on se trouvait en face de cette dernière, le pari est osé et remet en question des siècles de muséologie. De nos jours, l'œuvre d'art est cartellisée par de nombreux enjeux: économiques, culturels, sociologiques.

La révolution cognitive Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain). Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité - en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations - : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie.

Pratiques culturelles - Études et statistiques Les représentations de la culture dans la population française coll. Culture études, 2016-1 Les inégalités culturelles. Qu'en pensent les Français ? coll. En attendant sa réouverture en avril 2013, le Rijksmuseum d’Amsterdam ouvre un studio numérique pour découvrir et jouer avec 125,000 oeuvres Le 30 octobre 2012, le Prince Constantijn des Pays Bas a inauguré avec le directeur des collections du Rijksmuseum Taco Dibbits, le ‘Rijksstudio’, la nouvelle plateforme de collection en ligne du musée qui propose d’ores et déjà 125 000 accessibles librement via le nouveau site web du musée d’Amsterdam. Une nouvelle fenêtre numérique s’ouvre ainsi, moins de 6 mois avant la réouverture (le 13 avril 2013) du musée dans ses locaux en rénovation depuis 10 ans. Le musée en a profité pour refondre le graphisme de son site web. Toujours en 2 langues (néerlandais et anglais), le nouveau site web du musée est extrèmement graphique et coloré.

Nouveau régime de vérité, démonstration par l'absurde Par Jean-Michel Salaun le vendredi 14 septembre 2012, 16:09 - Web 2.0 - Lien permanent Décidément Wikipédia est un excellent marqueur des changements documentaires en cours et de leurs limites. La récente histoire autour de Philippe Roth, un des plus célèbres écrivains nord-américains, est pleine d'enseignements. C'est une sorte de démonstration par l'absurde, comme il en existe en mathématique. Nurun // Mobilité et culture : sur place ou à emporter ? Le numérique, et le mobile en particulier, cristallisent un changement sensible du rapport aux contenus culturels, aux événements. La valeur d'un artiste n'est plus son copyright: on peut tout ... Le numérique, et le mobile en particulier, cristallisent un changement sensible du rapport aux contenus culturels, aux événements. La valeur d'un artiste n'est plus son copyright: on peut tout partager, tout capter, tout consommer… tout emporter avec soi. Pour créer de la valeur, l'industrie et les artistes explorent de nouveaux chemins. Où les applications offrent des potentiels inédits.

Le patrimoine à l'ère numérique VIDEO - A l'occasion des Journées européennes du patrimoine, le ministère de la Culture et de la Communication a présenté une sélection de ses nouvelles productions multimédia. Remonter le temps et partir à la découverte des grottes de Lascaux, nager à côté des épaves corsaires de la Natière puis voler au dessus de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, c'est possible... en quelques clics ! Depuis quelques années, notre patrimoine se numérise. Une volonté du ministère de la Culture et de la Communication pour mettre la culture à la portée de tous, n'importe où. Un simple ordinateur et une connexion internet suffisent pour réaliser ces visites virtuelles interactives, parfois en 3D.

« Infobésité » : plus une question de qualité que de volume L’infobésité (buzzword s’il en est) n’est pas un concept nouveau, mais devient ces derniers temps une sorte de marronnier : trop d’informations, trop de mails, trop de données… Seulement, si le terme en lui-même est contestable (bien que parlant, nous verrons pourquoi), il semble qu’il soit à l’heure actuelle mal employé. Plutôt que de se focaliser sur la « surcharge informationnelle », pourquoi ne pas se questionner sur la qualité de ces informations ? En rentrant de vacances j’ai, comme beaucoup de « travailleurs de l’information », retrouvé mes agrégateurs, boites mails et autres réceptacles informationnels, « légèrement » surchargés. Là où, de prime abord, j’aurais pu crier « trop d’infos tue l’info », j’ai commencé par en faire le tri puis la lecture. Et, bizarrement, j’ai plutôt bien digéré toutes ces infos et données… Car (et c’est le centre de mon propos) : si infobésité il y a, il s’agit plus d’une question de ce que l’on ingère et la manière dont on l’ingère, que de quantité.

Pratiques culturelles des français à l'ère du numérique by cdiduhamel1 Feb 12

Related: