background preloader

Le Scribe accroupi à la loupe

Related:  CulturesStatues - A Classer

The Vibrant Role of Mingqi in Early Chinese Burials Liubo board and pieces, Han dynasty (206 B.C.–220 A.D.), 1st century B.C.–1st century A.D. China, probably Luoyang, Henan Province Earthenware with pigment, bone; L. 14 1/4 in. (36.2 cm) Purchase, Eileen W. Bamberger Bequest, in memory of her husband, Max Bamberger, 1994 (1994.285a–m) Burial figurines of graceful dancers, mystical beasts, and everyday objects reveal both how people in early China approached death and how they lived. Mingqi in the Han Dynasty (206 B.C.–220 A.D.) Earthenware mingqi are today the most visible legacy from the Han dynasty due to their durability and number. Meanwhile, mingqi in the form of buildings and tools provided staples and comforts for the deceased in the tomb. Mingqi worked in concert with other tomb objects and architecture to support a larger funerary agenda, the goal of which was to comfort and satisfy the deceased, who was believed to have two souls: the po, which resided underground with the body, and the hun.

Fichier: Louvre Egypte 285 scribe.jpg Sculpture en Égypte antique Instinctivement nous associons à la civilisation égyptienne antique, les pyramides. Cependant, il serait réducteur de ne considérer l'art égyptien que sous l'angle de l'architecture et d'occulter ainsi d'autres disciplines, comme la sculpture. Cette discipline peut se définir, au sens moderne du terme, comme le travail d'un matériau afin de représenter une réalité en trois dimensions. Cet article traite des statues en pied, mais aussi des masques ou encore des bas-reliefs ; bien que traditionnellement dans les ouvrages d'histoire de l'art on regroupe rarement le bas-relief avec la statuaire, mais plutôt avec la peinture. Confection des sculptures[modifier | modifier le code] Supports[modifier | modifier le code] Statuaire[modifier | modifier le code] Bas-relief[modifier | modifier le code] Techniques[modifier | modifier le code] Statuaire[modifier | modifier le code] Bas-relief[modifier | modifier le code] Ensuite, il existe trois méthodes de sculpture : Peinture[modifier | modifier le code]

Château de Fontainebleau - Découvrez le château - L’histoire - La Renaissance La Renaissance imprime les premiers agrandissements notables du château de Fontainebleau. Aux campagnes de construction suivies des grands chantiers d’embellissements conduits par les artistes italiens s’ajoutent les séjours de la cour. François Ier (1494-1547) réside fréquemment à Fontainebleau « où il se plaisait tant, que y voulant aller, il disait qu’il allait chez soi ». Traquant « bêtes noires et bêtes rousses » dans la forêt, le roi séjourne surtout en hivers, à partir de 1528, date des premiers travaux qu’il ordonne. En décembre 1536, il accueille son futur gendre, Jacques V, roi d’Ecosse. Du 24 au 30 décembre 1539, c’est le fameux séjour de l’empereur Charles Quint. En 1560, Charles IX réunit l’assemblée des notables afin de pacifier les troubles religieux et c’est donc à Fontainebleau qu’est décidée la convocation des Etats généraux. En 1593, Henri IV reconstitue sa cour à Fontainebleau, avant d’entrer dans Paris encore en proie aux Ligueurs.

File:The seated scribe.jpg Le Scribe accroupi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Scribe accroupi est une statue égyptienne en calcaire peint représentant un scribe égyptien assis en tailleur. Datant probablement de la IVe ou de la Ve dynastie (vers 2600 av. J. Description[modifier | modifier le code] Visage Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. On note un effort d'individualisation dans la transcription des traits du personnage : c'est un visage aux traits anguleux, plutôt émacié, avec des pommettes hautes et des joues creuses. Son corps, notamment le torse, est marqué par un certain embonpoint, avec des bourrelets au niveau du ventre et des hanches. Même si l'attitude globale demeure un peu raide, la recherche du réalisme pour la figure, avec la qualité du modelé du visage, des mains et du torse, le regard vif du personnage et la très belle polychromie, entièrement intacte, font de ce scribe une œuvre majeure de l'art égyptien. Identité du personnage[modifier | modifier le code]

Vocabulaire des arts décoratifs: les siège - Regard d'antiquaire Vocabulaire des arts décoratifs: les siège Les sièges: (2ème partie) Duchesse La duchesse est un long siège capitonné ou canné que le XIXème appela chaise longue. Duchesse brisée La Duchesse brisée est constituée de deux ou trois éléments séparés (une bergère et un tabouret de milieu et un bout-de-pied). Duchesse "en bateau" Duchesse dont les deux extrémités présentent un dossier arrondi souvent de hauteur différente. Escabeaux l'escabeaux est un petit siège carré sans accotoirs ni dossier. Escabelle, scabelle L'escabelle est une sorte d'escabeaux haut, qui servait indifféremment de tabouret ou de petite table (XVIème). Faudesteuil le faudesteuil est un siège pliant à piétement en X, connu depuis l'antiquité.Il était destiné à être facilement transporté. Fauteuil C'est en 1636 qu'on note l'emploi de ce mot pour désigner la chaise à bras. Fauteuil à coiffer ou à poudrer Le fauteuil à coiffer est un fauteuil bas à dossier incurvé qui est recouvert de cuir. Fauteuil à haut dossier Fauteuil de cabinet Otio

File:Egypte louvre 144 hieroglyphes.jpg Sphinx de Gizeh Pour les articles homonymes, voir Sphinx. Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme « sphinx » vient du grec ancien Σφίγξ / Sphínx qui signifie « étrangler », lui-même dérivé du sanskrit स्थग, sthag, en pali thak, signifiant « dissimulé ». Une autre interprétation l'attribue à l'égyptien ancien Shesepânkh qui signifie « statue vivante » ou « automate ». La statue est appelée en arabe أبو الهول, Abou al-Hôl. Description[modifier | modifier le code] Ses principales dimensions sont[2] : longueur de 73,5 mètres, hauteur de 20,22 mètres, largeur maximale de 14 mètres ; hauteur de la tête 5,20 m, largeur du visage 4,15 m, largeur de la bouche seule 2,32 m, hauteur de l'oreille 1,40 m, hauteur du nez : 1,70 m. On pense que le Sphinx assurait une fonction de gardien du site, ou peut-être plus précisément du temple solaire édifié à côté de la pyramide de Khéops[13]. Construction[modifier | modifier le code] Le sphinx vu du côté sud, flanqué d'un piédestal qui supportait une statue d’Osiris[9].

Penthésilée, reine des Amazones et Preuse, une image de la femme guerrière à la fin du Moyen Âge Ancona Paolo d’, 1905, « Gli affreschi dl castello di Manta nel Saluzzo », L’Arte, t. VIII, p. 94-106, 183-198. Blake Tyrell William, 1984, Amazons a study in athenian mythmaking, Baltimore, The Johns Hopkins University Press. Boutillier Abbé, 1877, « Mystères et moralités du Moyen Age joués par des personnages ou simplement figurés aux entrées des princes de la ville de Nevers », Bulletin de la société nivernaise de sciences, lettres et arts, T. The Brut, Chronicles of England, éd. Cannon Willard Charity, 1988, « Early images of the female warriors », Minerva, T. 9, p. 6. Contamine Philippe, 1978, « Points de vue sur la chevalerie à la fin du Moyen Âge », Francia, n° 4, p. 255-285. Croft-Murray Edward, 1956, « Lambert Barnard : an English Early Renaissance Painter », Archaeological Journal, CXIII, p. 108-125. Deslile Léopold, 1885, « Un nouveau témoignage relatif à la mission de Jeanne d’Arc », Bibliothèque de l’École des Chartes, p. 649-668. Enguerrand de Monstrelet, 1861, Chronique, éd.

File:Rome Colosseum inscription 2.jpg La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III, au Louvre-Lens. La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III est une statuette faite de stéatite glaçurée vers 1391-1353 av. J.-C. et provenant d'Égypte. Faisant partie de la collection d'Henry Salt sous le numéro N 2312 en 1826, elle est finalement acquise par la Société des amis du Louvre en 1962 qui en fait don au musée du Louvre. Historique[modifier | modifier le code] La partie inférieure de la statuette fait partie des 4 000 pièces de la collection Henry Salt, acquises en 1826 par Champollion pour le compte du roi Charles X. Expositions[modifier | modifier le code] La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III est exposée à partir de 2014 dans La Galerie du temps, une des expositions du Louvre-Lens[2],[3], où elle remplace Touy, prêtresse de Min, dieu de la Fertilité, une autre statuette, en bois de grenadille et de karité (E 10655)[4],[5].

Offices Osakidetza, coll-barreu arquitectos | Bilbao | Spain The river of Bilbao is not the only area where urban renewal is taking place. In the center of the old town, the Basque Government has commissioned the young Basque architect Juan Coll-Barreu to design a 'vital' building, dominantly present on the corner of Calle Licenciado Poza with La Alameda de Rekalde. The works of this architect are characterized by their adaptive nature, like a glove fits to a hand. All conditions and circumstances are taken into account: first the urban context, the client's wishes, the functions of the building, the climate, and finally the project itself. After winning the design competition, this was the first project for him in a complex urban situation: 'In this design process, everything was a challenge'.

File:P. Oxy. I 29.jpg

Related: