background preloader

Le Scribe accroupi à la loupe

Related:  CulturesStatues - A Classer

The Vibrant Role of Mingqi in Early Chinese Burials Liubo board and pieces, Han dynasty (206 B.C.–220 A.D.), 1st century B.C.–1st century A.D. China, probably Luoyang, Henan Province Earthenware with pigment, bone; L. 14 1/4 in. (36.2 cm) Purchase, Eileen W. Bamberger Bequest, in memory of her husband, Max Bamberger, 1994 (1994.285a–m) Burial figurines of graceful dancers, mystical beasts, and everyday objects reveal both how people in early China approached death and how they lived. Mingqi in the Han Dynasty (206 B.C.–220 A.D.) Earthenware mingqi are today the most visible legacy from the Han dynasty due to their durability and number. Meanwhile, mingqi in the form of buildings and tools provided staples and comforts for the deceased in the tomb. Mingqi worked in concert with other tomb objects and architecture to support a larger funerary agenda, the goal of which was to comfort and satisfy the deceased, who was believed to have two souls: the po, which resided underground with the body, and the hun.

The Guggenheim Puts Online 1700 Great Works of Modern Art from 625 Artists | Open Culture If you were to ask me in my callow years as a young art student to name my favorite painter, I would have answered without a moment’s hesitation: Wassily Kandinsky. His theoretical bent, his mysticism, his seemingly near total creative independence…. There were times when Kandinsky the thinker, writer, and teacher appealed to me even more than Kandinsky the painter. This may go a ways toward explaining why I left art school after my first year to pursue writing and teaching. But nowadays, having seen a tiny bit more of the world and its bountiful artistic treasures, I might pause for just a moment if asked about my favorite painter… then I’d answer: Wassily Kandinsky. But if you can’t make it to New York, then just head on over to the Guggenheim’s online collection, where the museum has digitized “nearly 1600 artworks by more than 575 artists.” Speaking of Klee, another of my favorites, you’ll also find the sketch above, from 1895, before he began his formal training in Munich.

Object moved La escultura La escultura egipcia se aleja particularmente del realismo. Reproduce un mundo idealizado y responde siempre a estereotipos, el más evidente de los cuales es la frontalidad de las figuras. A excepción de las esculturas de los faraones erigidas en los templos, la estatuaria egipcia se desarrolló fundamentalmente en las tumbas. En efecto, al sobrevenir la muerte, el ka, es decir, la esencia vital del fallecido, pasaba a la escultura que lo representaba en su tumba. Evolución de la estatuaria En el imperio antiguo (dinastías III a XI, 2850-2615 a. La Reina Nefertiti, esposa del faraón Amenofis IV (siglo XIV a. Escultura de caliza policromada correspondiente a la V dinastía (h. 2300 a. La pintura y los relieves del antiguo Egipto La principal característica del arte pictórico egipcio es la reducción de todas las formas a una representación bidimensional. En el imperio medio, los relieves son menos abundantes y tienden a ser sustituidos por pinturas. Los motivos iconográficos

Sculpture en Égypte antique Instinctivement nous associons à la civilisation égyptienne antique, les pyramides. Cependant, il serait réducteur de ne considérer l'art égyptien que sous l'angle de l'architecture et d'occulter ainsi d'autres disciplines, comme la sculpture. Cette discipline peut se définir, au sens moderne du terme, comme le travail d'un matériau afin de représenter une réalité en trois dimensions. Cet article traite des statues en pied, mais aussi des masques ou encore des bas-reliefs ; bien que traditionnellement dans les ouvrages d'histoire de l'art on regroupe rarement le bas-relief avec la statuaire, mais plutôt avec la peinture. Confection des sculptures[modifier | modifier le code] Supports[modifier | modifier le code] Statuaire[modifier | modifier le code] Bas-relief[modifier | modifier le code] Techniques[modifier | modifier le code] Statuaire[modifier | modifier le code] Bas-relief[modifier | modifier le code] Ensuite, il existe trois méthodes de sculpture : Peinture[modifier | modifier le code]

Lascaux - Visite virtuelle de la grotte La découverte de Lascaux en 1940 a ouvert une nouvelle page dans la connaissance de l’art préhistorique et de nos origines. Œuvre monumentale, la grotte continue de nourrir l’imaginaire collectif et d’émouvoir les nouvelles générations du monde entier. C’est à ce haut lieu de la Préhistoire qu’est dédiée la nouvelle publication multimédia du ministère de la Culture et de la Communication, publication qui réactualise autant la forme que le contenu scientifique de ce site mis en ligne en 1998, à la lumière des dernières avancées de la recherche archéologique. Au delà de l’émotion et à la lumière des recherches les plus récentes, le site internet est destiné à faire comprendre les secrets des artistes qui ont peint et gravé le bestiaire de Lascaux il y a 19000 ans et à présenter les orientations actuelles de la recherche scientifique sur les grottes ornées. Vache rouge à tête noire. Diverticule axial. Haut de page

Château de Fontainebleau - Découvrez le château - L’histoire - La Renaissance La Renaissance imprime les premiers agrandissements notables du château de Fontainebleau. Aux campagnes de construction suivies des grands chantiers d’embellissements conduits par les artistes italiens s’ajoutent les séjours de la cour. François Ier (1494-1547) réside fréquemment à Fontainebleau « où il se plaisait tant, que y voulant aller, il disait qu’il allait chez soi ». Traquant « bêtes noires et bêtes rousses » dans la forêt, le roi séjourne surtout en hivers, à partir de 1528, date des premiers travaux qu’il ordonne. En décembre 1536, il accueille son futur gendre, Jacques V, roi d’Ecosse. Du 24 au 30 décembre 1539, c’est le fameux séjour de l’empereur Charles Quint. En 1560, Charles IX réunit l’assemblée des notables afin de pacifier les troubles religieux et c’est donc à Fontainebleau qu’est décidée la convocation des Etats généraux. En 1593, Henri IV reconstitue sa cour à Fontainebleau, avant d’entrer dans Paris encore en proie aux Ligueurs.

Dix artistes contemporains, dont JR, rhabillent les pyramides de Gizeh, une première en 4500 ans d’histoire Le site des pyramides de Gizeh accueille pour la première fois de son histoire une exposition d’art contemporain. "Forever is now" rassemble dix artistes internationaux, dont le street artiste français JR, qui mettent en avant l’influence des monuments antiques sur leur art grâce à des installations qui utilisent judicieusement la présence de ces géantes de pierre. C’est une rencontre entre des générations d’artistes, séparées par 4 millénaires et demi d’Histoire. Les dix œuvres jouent avec les formes et les perspectives, intégrant pleinement les trois grâces égyptiennes et l’horizon désertique qui les entoure. 1 images "Ouroboros" du Russe Alexander Ponomarev s’inspire de la mythologie et représente un sablier géant qui fait écho à la silhouette des pyramides. Quand j’ai été approché avec la possibilité d’exposer une de mes sculptures devant les créations intemporelles les plus glorieuses de l’humanité, c’était un rêve devenu réalité.

Object moved Los investigadores encuadran las manifestaciones artísticas del antiguo Egipto en el periodo histórico comprendido entre los años 3170 a. C. y 332 a. C., cuando Alejandro Magno conquistó el país. Se trata, pues, de casi tres milenios de historia que, en lo artístico, se caracterizaron por la uniformidad, puesto que cada creación escultórica, pictórica o arquitectónica respondía a motivaciones rituales, que se mantenían a lo largo de los siglos. La sociedad En Egipto se desarrolló una sociedad fuertemente jerarquizada, cuyo vértice ocupaba el faraón, considerado por todos omnipotente y sagrado. Las creencias religiosas La religión es indudablemente el factor esencial para comprender los rasgos básicos del arte egipcio. Se introdujo también el culto a los dioses cósmicos, como Ra (el Sol). No obstante, desde el punto de vista de la producción artística, la divinidad inspiradora de gran parte del arte egipcio era Osiris, dios de los muertos. La arquitectura El templo Los monumentos funerarios

Le Scribe accroupi Le Scribe accroupi est une statue égyptienne en calcaire peint représentant un scribe égyptien assis en tailleur. Datant probablement de la IVe ou de la Ve dynastie (vers 2600 av. J.-C.), il provient de Saqqarah où il fut retrouvé en 1850 par l'archéologue français Auguste Mariette dans une tombe le long de l'allée des sphinx du Serapeum. Description[modifier | modifier le code] Visage Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. On note un effort d'individualisation dans la transcription des traits du personnage : c'est un visage aux traits anguleux, plutôt émacié, avec des pommettes hautes et des joues creuses. Son corps, notamment le torse, est marqué par un certain embonpoint, avec des bourrelets au niveau du ventre et des hanches. Identité du personnage[modifier | modifier le code] Retrouvé anépigraphe, aucun élément ne permet d'identifier le scribe du Louvre. Quand il fut retrouvé en 1850 il était placé dans la chapelle de culte de la tombe. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vocabulaire des arts décoratifs: les siège - Regard d'antiquaire Vocabulaire des arts décoratifs: les siège Les sièges: (2ème partie) Duchesse La duchesse est un long siège capitonné ou canné que le XIXème appela chaise longue. Duchesse brisée La Duchesse brisée est constituée de deux ou trois éléments séparés (une bergère et un tabouret de milieu et un bout-de-pied). Duchesse "en bateau" Duchesse dont les deux extrémités présentent un dossier arrondi souvent de hauteur différente. Escabeaux l'escabeaux est un petit siège carré sans accotoirs ni dossier. Escabelle, scabelle L'escabelle est une sorte d'escabeaux haut, qui servait indifféremment de tabouret ou de petite table (XVIème). Faudesteuil le faudesteuil est un siège pliant à piétement en X, connu depuis l'antiquité.Il était destiné à être facilement transporté. Fauteuil C'est en 1636 qu'on note l'emploi de ce mot pour désigner la chaise à bras. Fauteuil à coiffer ou à poudrer Le fauteuil à coiffer est un fauteuil bas à dossier incurvé qui est recouvert de cuir. Fauteuil à haut dossier Fauteuil de cabinet Otio

Reproducen cómo horneaban el pan los antiguos egipcios ¿Sabemos cómo horneaban el pan los antiguos egipcios? El tema hace tiempo que llama la atención de los arqueólogos, sobre todo debido a la gran cantidad de restos de vasijas culinarias que se han conservado, e incluso a las numerosas evidencias iconográficas que muestran el horneado de la masa en moldes cónicos. Ahora, Adeline Bats, investigadora de la Universidad de la Sorbona, ha decidido retomar este asunto y emprender un interesante proyecto de arqueología experimental: hornear pan con el objetivo de descubrir cuál era la técnica milenaria utilizada para hacerlo, incluida la receta. "La producción de pan está bien documentada en el Egipto faraónico, particularmente a través de imágenes de procesamiento de alimentos que forman parte de la decoración de las tumbas de la élite de los reinos Antiguo y Medio, así como los llamados 'moldes de pan', utensilios de cocina de cerámica que se encuentran en grandes cantidades en los yacimientos arqueológicos. Un pan perfectamente horneado

Sphinx de Gizeh Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme « sphinx » vient du grec ancien Σφίγξ / Sphínx qui signifie « étrangler », lui-même dérivé du sanskrit स्थग, sthag, en pali thak, signifiant « dissimulé ». Une autre interprétation l'attribue à l'égyptien ancien Shesepânkh qui signifie « statue vivante » ou « automate ». La statue est appelée en arabe أبو الهول, Abou al-Hôl. Description[modifier | modifier le code] Ses principales dimensions sont[4] : longueur de 73,5 mètres, hauteur de 20,22 mètres, largeur maximale de 14 mètres ; hauteur de la tête 5,20 m, largeur du visage 4,15 m, largeur de la bouche seule 2,32 m, hauteur de l'oreille 1,40 m, hauteur du nez : 1,70 m. On pense que le Sphinx assurait une fonction de gardien du site, ou peut-être plus précisément du temple solaire édifié à côté de la pyramide de Khéops[15]. Construction[modifier | modifier le code] Le sphinx vu du côté sud, flanqué d'un piédestal qui supportait une statue d’Osiris[11]. Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Penthésilée, reine des Amazones et Preuse, une image de la femme guerrière à la fin du Moyen Âge Ancona Paolo d’, 1905, « Gli affreschi dl castello di Manta nel Saluzzo », L’Arte, t. VIII, p. 94-106, 183-198. Blake Tyrell William, 1984, Amazons a study in athenian mythmaking, Baltimore, The Johns Hopkins University Press. Boutillier Abbé, 1877, « Mystères et moralités du Moyen Age joués par des personnages ou simplement figurés aux entrées des princes de la ville de Nevers », Bulletin de la société nivernaise de sciences, lettres et arts, T. The Brut, Chronicles of England, éd. Cannon Willard Charity, 1988, « Early images of the female warriors », Minerva, T. 9, p. 6. Contamine Philippe, 1978, « Points de vue sur la chevalerie à la fin du Moyen Âge », Francia, n° 4, p. 255-285. Croft-Murray Edward, 1956, « Lambert Barnard : an English Early Renaissance Painter », Archaeological Journal, CXIII, p. 108-125. Deslile Léopold, 1885, « Un nouveau témoignage relatif à la mission de Jeanne d’Arc », Bibliothèque de l’École des Chartes, p. 649-668. Enguerrand de Monstrelet, 1861, Chronique, éd.

La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III, au Louvre-Lens. La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III est une statuette faite de stéatite glaçurée vers 1391-1353 av. J.-C. et provenant d'Égypte. Faisant partie de la collection d'Henry Salt sous le numéro N 2312 en 1826, elle est finalement acquise par la Société des amis du Louvre en 1962 qui en fait don au musée du Louvre. Historique[modifier | modifier le code] La partie inférieure de la statuette fait partie des 4 000 pièces de la collection Henry Salt, acquises en 1826 par Champollion pour le compte du roi Charles X. Expositions[modifier | modifier le code] La reine Tiy aux côtés du roi Aménophis III est exposée à partir de 2014 dans La Galerie du temps, une des expositions du Louvre-Lens[2],[3], où elle remplace Touy, prêtresse de Min, dieu de la Fertilité, une autre statuette, en bois de grenadille et de karité (E 10655)[4],[5].

Related: