background preloader

Open art / open culture

Facebook Twitter

100,000 Digitized Art History Books Are Now Freely Available to Any Art Lover. 1.8 Million Free Works of Art from World-Class Museums: A Meta List of Great Art Available Online. Since the first stirrings of the internet, artists and curators have puzzled over what the fluidity of online space would do to the experience of viewing works of art.

1.8 Million Free Works of Art from World-Class Museums: A Meta List of Great Art Available Online

At a conference on the subject in 2001, Susan Hazan of the Israel Museum wondered whether there is “space for enchantment in a technological world?” 3,900 Pages of Paul Klee's Personal Notebooks Are Now Online, Presenting His Bauhaus Teachings (1921-1931) Paul Klee led an artistic life that spanned the 19th and 20th centuries, but he kept his aesthetic sensibility tuned to the future.

3,900 Pages of Paul Klee's Personal Notebooks Are Now Online, Presenting His Bauhaus Teachings (1921-1931)

Crotos, projet sur les œuvres d’art propulsé par Wikidata et Wikimedia Commons. Metropolitan Museum of Art Releases 400,000 Images, with Restriction. Two Met images now available for free scholarly use: (left) Johannes Vermeer, “Study of a Young Woman” (c. 1665–67), oil on canvas, 17 1/2 x 15 3/4 in (44.5 x 40 cm), The Metropolitan Museum of Art, Gift of Mr. and Mrs.

Metropolitan Museum of Art Releases 400,000 Images, with Restriction

Open Data : Europeana ouvre les données de 20 millions d'oeuvres. Europeana, la médiathèque co-financée par l'Union Europénne, a annoncé mercredi la mise en ligne d'un ensemble de métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres numérisées, sous une licence gratuite qui autorise toute forme d'exploitation.

Open Data : Europeana ouvre les données de 20 millions d'oeuvres

Excellente nouvelle pour les développeurs, et pour les amateurs d'art. Alors qu'en France les données culturelles sont exclues du champs des données devant être offertes librement au public, Europeana a annoncé mercredi l'ouverture de ses métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres référencées, dans 29 langues. Les données accessibles via une API sont publiées sous une licence Creative Commons CC0, la plus généreuse de toutes, qui autorise quiconque à exploiter l'ensemble gratuitement, y compris à des fins commerciales, sans aucune restriction. Lancé en novembre 2008, Europeana met en ligne des oeuvres numérisées issues de différents musées, bibliothèques, archives et collections audiovisuelles européennes. Lire L'Assemblée nationale se met à l'Open Data. Fair use.

Fair use is a limitation and exception to the exclusive right granted by copyright law to the author of a creative work.

Fair use

In United States copyright law, fair use is a doctrine that permits limited use of copyrighted material without acquiring permission from the rights holders. Internet ravit la culture. En créant une zone de réappropriation illimitée des contenus, le web ouvre la voie au remix populaire de la culture.

Internet ravit la culture

Un fait majeur dans l'histoire de la propriété intellectuelle et de la création que décrypte André Gunthert, chercheur à l'EHESS. Dans son célèbre article “L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique”, publié en 1939, Walter Benjamin dessine l’opposition paradigmatique de deux cultures. Face à l’ancienne culture bourgeoise, appuyée sur le modèle de l’unicité de l’œuvre d’art, les nouveaux médias que sont la photographie et le cinéma imposent par la “reproductibilité” le règne des industries culturelles. Un demi-siècle plus tard, la révolution des outils numériques nous confronte à une nouvelle mutation radicale. Apple n’aime pas la culture populaire. Les industries culturelles considéreraient-elles la culture populaire comme illégitime et productrice de spectateurs pirates?

Apple n’aime pas la culture populaire

Notre culture n'aurait-elle pas de valeur face à leur économie? Et si Albrecht Dürer avait eu un Tumblr ? Un détour par la Renaissance, quand les œuvres des artistes étaient recopiées par la gravure : voici ce que nous propose Calimaq dans cette chronique pour mieux éclairer les problèmes actuels du droit d'auteur.

Et si Albrecht Dürer avait eu un Tumblr ?

Et in fine trouver des pistes de solutions pour réconcilier tous les partis. Imaginons un instant que le peintre et graveur Albrecht Dürer soit soudainement transporté depuis la Renaissance jusqu’à notre époque et que pour diffuser ses œuvres, il décide d’ouvrir un profil sur la plateforme de microbbloging Tumblr… L’hypothèse peut paraître un brin saugrenue, mais une telle manipulation de l’espace-temps constituerait une expérience fascinante. Car Dürer fut l’un des artistes les plus copiés en son temps et il était particulièrement susceptible vis-à-vis des reproductions de ses créations réalisées sans autorisation, notamment ses gravures. Malheur à toi, voleur du travail et du talent d’autrui. Garde-toi de poser ta main téméraire sur cette œuvre. Fêter le patrimoine, mais laisser disparaître le domaine public. Ce week-end, nous célébrons donc les Journées européennes du patrimoine, et vous serez des milliers et des milliers à aller visiter des monuments et des lieux de culture en France.

Fêter le patrimoine, mais laisser disparaître le domaine public

Il faudrait sans doute s’en réjouir, mais je n’y arrive pas. Vraiment pas… Car voyez vous, ces journées sont celles du Patrimoine, mais pas celles du domaine public. Les deux choses sont liées, mais elles demeurent profondément séparées en France. Le patrimoine national est fêté, protégé, valorisé et légitimé par le discours des pouvoirs publics. Dans la plus grande indifférence… Le domaine public est une notion liée à la propriété intellectuelle.

L’inverse du piratage, c’est le copyfraud, et on n’en parle pas. Le piratage ne cesse de défrayer la chronique, mais curieusement, on parle beaucoup moins du phénomène inverse : le « copyfraud » ou fraude de copyright.

L’inverse du piratage, c’est le copyfraud, et on n’en parle pas

France : plus de 15 ans de numérique pour les musées < @_omr notes. Il est courant de lire ou d'entendre que les musées viennent tout juste de s'ouvrir au numérique et qu'il s'agit même d'une révolution ! (Un exemple parmi tant d'autres : "Les musées, à l’aube d’une révolution numérique ? " - inria.fr - 16/07/2012) Si la présence du numérique s'intensifie au musée comme dans le reste de la société, elle est loin d'être nouvelle.

Quelques repères : Création par le ministère de la culture d'une base de données des peintures des musées français. Premières bornes interactives à la Cité de Sciences et de l'Industrie.