background preloader

Union Européenne

Facebook Twitter

Allemagne en Europe

BCE. Budget UE. Chine et Europe. CJUE. Crise des migrants. Deutsche Bank. Discipline budgétaire européenne. Euro. Eurogroup. Europe du commun. FMI. France et discipline budgétaire européenne. Général. Histoire. Le bêtisier de la Commission. Le Français en Europe. Libre échange Canada. Luxeleaks. Négociations Grèce / UE _ Tsipras.

Négociations UE/UK et campagne Brexit

M5S. Parlement européen. Plan juncker. Podemos. Propositions réformes UE/euro. Référendum Brexit. Référendum Pays Bas 2016. Schengen. TAFTA, CETA, JEFTA...

Taxe sur les transactions financières. Travailleurs détachés.

Turquie Europe

UMC. UK post Brexit UE. Union bancaire. Comprendre le mécanisme européen de stabilité en trois minutes. Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées. La gauche alternative au défi du « diktat » européen. Partis politiques et crise de la zone euro : cinq ans de bouleversements (carte interactive) Les effets politiques ont été immédiats. Dès les premiers soubresauts de la zone euro, à l’automne 2011, la Première ministre slovaque a dû se sacrifier pour permettre de faire ratifier, par son Parlement, le Mécanisme européen de stabilité créé pour financer l’aide aux pays en difficulté.

À la même époque, le Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi a été poussé vers la sortie, pour éviter de voir le pays se faire attaquer par les marchés financiers. Et, la même année, lors des élections législatives espagnoles de novembre, le socialiste José Luis Zapatero est battu par son rival conservateur, Mariano Rajoy. Les Espagnols n’ont pas pardonné à l’homme de gauche d’avoir fait voter des mesures d’austérité les mois précédents. Déliquescence des partis politiques traditionnels au Sud Tous les pays sont touchés. Cliquer sur un pays pour connaître le détail des mouvements des partis politiques. Le cas le plus abouti est celui de la Grèce. Durcissement des formations d’extrême droite au Nord.

La Constitution européenne aurait-elle pu empêcher la crise ? Voici dix ans, les électeurs français, quatre jours avant les électeurs néerlandais, rejetaient le « traité instituant une constitution pour l'Europe. » On évoque, à cette occasion, beaucoup les conséquences politiques de ce rejet. Mais ces dix dernières années ont été surtout marquées par un événement économique : la crise ouverte en 2007 par les « subprimes » américains et qui s'est muée en 2010 en crise de la zone euro. Cette crise a souvent été vue comme celle du « manque d'Europe. » La zone euro aurait manqué de moyens pour faire face à l'incendie, l'Europe aurait manqué de cohésion face aux demandes des marchés. Mais alors, les responsables de la crise seraient-ils les électeurs français et néerlandais ? Sans le « non » français et le « nee » néerlandais, la crise de la zone euro n'eût-elle pas été plus aisée à combattre ?

Une trop faible « fédéralisation » de l'Europe en 2010 ? Aucun projet de « Trésor européen » La Constitution, un instrument de prévention de la crise ? « Brexit » : les lignes rouges des Européens. Après le triomphe des urnes, l’épreuve de l’Europe. David Cameron a eu un avant-goût, en cette fin de semaine, de la complexité de ce qui l’attend dans les mois qui viennent avec ses vingt-sept partenaires de l’Union européenne : la négociation d’un « meilleur deal » pour Londres, qui doit lui permettre de faire campagne pour le oui au reférendum qu’il a promis à ses concitoyens sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, va être longue et laborieuse.

Ce premier tour de piste, ouvert jeudi 28 mai par des entretiens avec le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, puis avec le président François Hollande, suivis vendredi de pourparlers avec la première ministre polonaise, Ewa Kopacz, puis avec la chancelière Angela Merkel, ne lui a guère réservé de surprises. Merkel « veut trouver une solution » C’est donc Angela Merkel qui s’est montrée la plus conciliante. La chancelière allemande souhaite aborder ces discussions « de manière constructive » et « veut trouver une solution ». L'éditorial de Serge July- 6 décembre 2006. On a revu les clips de campagne du référendum de 2005 (et on a mieux compris la victoire du «non») Le revisionnage des argumentaires de l'époque permet de mieux constater la difficulté des principaux partis à construire un discours mobilisateur. A l'époque, les médias l'ont décrite comme une surprise, un coup de tonnerre: dix ans plus tard, on se dit qu'il fallait être un pratiquant hardcore de la méthode Coué pour penser que la victoire du «non» lors du référendum du 29 mai 2005 européen était imprévisible, en tout cas si l'on s'en tient à la campagne menée par les partis politiques favorables au «oui» à l'époque.

Il y a dix ans, les Français étaient appelés à se prononcer par référendum sur la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe et la rejetaient à une claire majorité (54,68% des suffrages exprimés), à l’issue d’une campagne médiatique ugée trop unanimement «ouiiste» par les opposants au traité. Les élections européennes de 2014: vers une progression des partis eurosceptiques? –Juin 2013. Institut CSA. Ouiisme de gauche: le Parti socialiste s'enlise.

Une décennie après, repenser l’Europe européenne. Le rejet du projet de traité constitutionnel européen par le peuple français, par 55 % des suffrages exprimés, a exercé sur le gouvernement français un effet de tétanie jusqu’à l’élection présidentielle de 2007. Il est vrai aussi que le camp du non n’a pas su proposer une alternative sérieuse, faute que son candidat naturel, Laurent Fabius, se soit porté candidat à l’élection présidentielle de 2007.

Candidat à l’élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy prétendait surmonter la difficulté par un « court traité ». En fait, le traité de Lisbonne, adopté en 2008 quand il fut élu président, a repris la quasi-intégralité du texte du « projet de traité constitutionnel », répondant ainsi au vœu exprimé par Angela Merkel d’en voir préservée « la substance ». Un Congrès fut réuni à Versailles pour adopter à la majorité des deux tiers la révision constitutionnelle nécessaire. Le déni de démocratie qu’a constitué le traité de Lisbonne ne pouvait qu’en aggraver la crise. Revue presse Polony 10 ans NON TCE. Europe 1 TéléchargerS'abonner aux podcasts S'abonner aux podcasts Vous pouvez vous abonner au téléchargement périodique d'un fichier audio. Vous pouvez conserver l'émission ainsi téléchargée sur votre ordinateur, l'emporter sur votre baladeur numérique ou la graver sur un CD.

Si vous choisissez iTunes, cliquez simplement sur l'un des liens suivant : le logiciel prend en charge toutes les opérations d'abonnement. Transposition des directives : quand le Parlement délègue sa compétence législative aux ministres. Vous pensiez que le Parlement était chargé d’écrire le droit et le gouvernement chargé de l’appliquer? Rien n’est moins sûr. Premièrement, parce que la Constitution de 1958 limite (par son article 34) les domaines dans lesquels peut/doit intervenir le législateur. En dehors de ces domaines, le gouvernement est libre d’user de son pouvoir réglementaire (décret ou arrêté). Deuxièmement, parce que même dans les domaines réservés de la loi, la plupart des textes ne sont pas d’initiative parlementaire. Même si la Constitution pose un principe d’égalité entre le droit d’initiative gouvernemental et parlementaire, environ 75% des lois votées découlent d’un projet déposé par le gouvernement. Troisièmement, parce que le droit européen, validé par le Conseil de l’Union européenne (composé des ministres européens) et les eurodéputés, conduit à dessaisir le Parlement français dans l’approbation de nombreux textes: Par conséquent, le législateur français ne dispose d’aucune marge de manœuvre.

La commission européenne de plus en plus keynésienne ! L'affirmation peut paraître curieuse, paradoxale, au moment où la commission de Bruxelles tente d'imposer à la France une plus grande rigueur, lui demandant 30 milliards d'euros d'économies supplémentaires d'ici à 2017: la commission est en passe de devenir keynésienne! Non qu'elle préconise la mise en œuvre d'un politique keynésienne, les experts bruxellois n'en sont pas là. Mais, insensiblement, ils changent de doctrine économique, s'appuyant sur une grille d'analyse qui, de plus en plus, se réfère aux préceptes du maître de Cambridge.

C'est le cas lorsqu'il s'agit de formuler des prévisions macro-économiques, comme on le voit s'agissant des recommandations récentes concernant la France. Croire ou non au multiplicateur Comment affirmer cela ? C'est-à-dire ? Mais un libéral, anti-kéynésien, minimise ces effets. L'équivalence ricardienne, il y a 200 ans déjà Robert J. Son raisonnement? Des hypothèses très fortes... ...admises par tous, ou presque Le mea culpa du Fonds monétaire international. La Tribune - Edition Quotidienne du 04-03-2015 - La pénible avancée vers un marché européen des capitaux. La Tribune - Edition Quotidienne du 19-02-2015 - L’union des marchés de capitaux, ou quand Bruxelles redécouvre les vertus de la finance. 2015-02-27_fr_126-7_commission_en.pdf. Cr2015_france_en.pdf. Déficit français : ce qu'il faut retenir des annonces de la Commission. L’annonce devait avoir lieu vendredi 27 février.

Une conférence de presse a finalement été organisée en urgence à l’issue de la réunion hebdomadaire des commissaires européens. Les points essentiels à retenir : La France obtient un délai de deux ans. Le collège a décidé de donner jusqu’à 2017 au gouvernement pour refaire passer le déficit sous les 3%. La présidentielle en embuscade. Ces derniers jours, à Bruxelles, un délai de trois ans était évoqué, pour éviter d’avoir à reparler d’éventuelles sanctions à la veille de la présidentielle française et favoriser ainsi la critique des partis anti-euro.

Sans oublier que les années électorales sont généralement peu propices aux réformes. European Commission - PRESS RELEASES - Press release - European Semester 2015: College decisions. The European Commission today sent a strong signal to Member States to carry out structural reforms and to continue consolidating their public finances. This follows the approach that the new College of Commissioners outlined in November and is at the heart of the Annual Growth Survey 2015: a fresh focus on investment, structural reforms, and fiscal responsibility. Here is what the College decided in detail: Of the 16 countries identified in November as experiencing macroeconomic imbalances, the Commission stepped up the procedure for three countries: France (stage 5), Germany (stage 3) and Bulgaria (stage 5). For two countries, the Commission opened the Macroeconomic Imbalance Procedure (MIP): Portugal and Romania; for Slovenia, the Commission deescalates the procedure.

The other 10 countries will see no change in their status (See Annex). The Commission also recommends that France be given until 2017 to correct its excessive deficit. Next Steps Background Notes: La Comisión Europea da dos años más a Francia para reducir su déficit. Dureza con Grecia y laxitud con Francia e Italia: esa es a día de hoy la Unión Europea. La Comisión Europea acaba de dar dos años más a Francia, hasta 2017, para que deje el déficit público en el mítico 3% del PIB. Bruselas da un ligero toque de atención a París y Roma, pero pone de manifiesto que las reglas no son iguales para todos: Italia lleva década y media de estancamiento; Francia se enfrenta a un horizonte de medio plazo con un crecimiento tan anémico que más recortes fiscales ponían en peligro la recuperación –débil y desigual—de la eurozona.

Según las previsiones de la Comisión Europea, el déficit público de Francia, en vez de menguar, creció hasta el 4,3% del PIB en 2014 (frente al 4,1% de 2013). Excepto en el arranque de la crisis, el desajuste de las cuentas públicas francesas no fue muy abultado (entre el 5% y el 4% del PIB), pero París hizo valer su peso político y se resistió siempre a tomar medidas fiscales extremas. Déficit : la Commission européenne offre un nouveau répit à la France - Les Echos. Social Chômage : baisse surprise en janvier Le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé durant le mois a reculé de 19.100 le mois dernier. Cette embellie imprévue a profité... Europe Moscou menace de couper le gaz à l’Ukraine Malgré l’accalmie militaire dans l’est de l’Ukraine, Paris et Berlin n’excluent pas de nouvelles sanctions à l’égard de Moscou. Société Procès Bettencourt : de quoi Banier est-il le nom? Le procès hors normes, ouvert le 26 janvier, s'est clos mercredi avec les plaidoiries des avocats des principaux accusés.

Déficit: Bruxelles demande à la France d'atteindre les 3% en... 2017. La France a réussi à obtenir du temps de la part de Bruxelles, mais sans doute pas autant qu'elle aurait voulu. Mercredi, lors d'une conférence de presse surprise, la Commission européenne a ainsi annoncé qu'elle accordait un délai de deux ans à Paris pour ramener son déficit public sous la barre des 3% de produit intérieur brut (PIB). La nouvelle échéance en 2017 Bruxelles "a décidé de proposer une nouvelle recommandation à la France (sur le calendrier de réduction des déficits) avec une nouvelle échéance en 2017" (année de l'élection présidentielle dans l'Hexagone), a annoncé le vice-président de la Commission en charge de l'Euro, Valdis Dombrovskis, lors de cette conférence.

Elle attend de la France qu'elle présente en avril "un programme national de réformes ambitieux" qui contribuera à réduire son déficit public, a ajouté mercredi le commissaire européen Pierre Moscovici. "La France a déjà annoncé plusieurs réformes, ce sont des pas dans la bonne direction (...) Ministère Finances sur Twitter : "[CP] #MichelSapin "souligne la convergence des analyses du Gouvernement fr & de la Commission" La mutation politique de l’Eurogroupe se poursuit. Qui est le plus légitime ? L’électeur grec qui demande la fin de l’austérité en portant au pouvoir Alexis Tsipras, le leader de la gauche radicale hellénique.

Ou l’électeur allemand (letton, ou slovaque), qui va prêter l’argent nécessaire à Grèce pour vivre, et veut s’assurer de l’efficience de son utilisation ? Depuis le 25 janvier et la victoire de Syriza, c’est la question insoluble que tentent de résoudre les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro, réunis au sein de l’Eurogroupe. Cette instance, créée en 1997, avait alors pour but d’assurer le bon fonctionnement de l’union économique et monétaire.

La première expérience chypriote Progressivement, depuis 2010, elle est devenue l’assemblée qui décide l’avenir des pays sous assistance, sans pour autant avoir vu son statut « informel » modifié. Les traités reconnaissent l’existence de l’Eurogroupe, sa capacité à prendre des décisions, mais cette organisation n’est redevable de rien, devant personne. Un ton très dur. L’Union européenne, cette copropriété en difficulté… | Bouillaud's Weblog - bloc-notes d'un politiste. La lettre signés vendredi soir 20 février 2015 entre le gouvernement grec d’Alexis Tsipras et les autres pays de la zone Euro rend encore plus évident, s’il en était encore besoin, les apories auxquelles la « construction européenne » se heurte de plus en plus. Le gouvernement grec a accepté de continuer à respecter le cadre général de la tutelle que le pays subit depuis 2010 en contrepartie de l’aide que les autres pays de l’Eurozone, le FMI et la BCE lui allouent.

Il doit proposer lundi 22 février une liste de « réformes structurelles » que ses créanciers doivent agréer ensuite, afin que le pays et ses banques aient accès à des liquidités suffisantes pour ne pas faire faillite et pour refinancer les dettes de la Grèce. L’interprétation de ce résultat diffère selon les commentateurs. Certains libéraux, comme Eric Le Boucher, y voient, avec un plaisir non dissimulé, la défaite sans appel du populisme de Syriza. L‘économiste Jacques Sapir – pour une fois optimiste! Premier point. EUROPA – Comptes Twitter. Romaric Godin sur Twitter : "Wow ! "@lemondefr: Comprendre les quotas laitiers, en deux minutes...

L'Eurogroupe donne un délai à la Grèce, jusqu'à vendredi. Grèce: retour sur six ans de politique européenne calamiteuse. Les Européens jouent l'escalade face à la Grèce. Europe : l'enjeu démocratique du problème grec. Grèce: un jeu complexe. Transposition des directives : quand le Parlement délègue sa compétence législative aux ministres. Relance en Europe: « La BEI n'est pas prête» - Page 1. Cinq ans après, comment le traité de Lisbonne a changé l’Europe.

La convergence 25 ans après. Jean-Claude Juncker, l'indéboulonnable caméléon politique. Mario Draghi : "c'est moi le patron !" La BCE a bien exercé un chantage sur le gouvernement irlandais en 2010. Pourquoi la BCE est au bord de la guerre civile. Ce que la France risque en cas de rejet de son budget par la Commission. Delaume - " Depuis 20 ans, les idéologues en France...

Berlin risque de devoir faire face à l'avenir de l'Europe. Ecosse: quitter Londres, est-ce quitter Bruxelles? Olivier Passet, Xerfi - France-Allemagne : quels intérêts convergents ? - Politique éco. Les leçons pour l'Europe du succès du "oui" à l'indépendance écossaise. Lex Libris. L'Allemagne impose son casting à la tête de l'Union européenne. Jan Philipp Albrecht, eurodéputé: « Pas un gouvernement européen n'a tiré les conséquences des révélations Snowden.

L'horizon s'assombrit pour le traité de libre-échange avec les Etats-Unis - Page 1. Les États-Unis demandent à intégrer l'Eurocorps ! Droit à l'oubli : L'Europe abandonne sa souveraineté. Google la prend. Mario Draghi prône une gouvernance européenne pour imposer des réformes nationales, Europe. Olivier Passet, Xerfi - Pacte de stabilité : un bilan calamiteux - Politique éco - xerficanal-economie.com. La CEDH, ce machin qui nous juge.

Europe : Berlin caresse Londres pour contrer Rome et Paris. Le Conseil européen doit se saisir des réalités. Les indépendantistes flamands de la N-VA font le choix de l'euroscepticisme. Sortir légalement de l'UE et de l'euro. La minorité de blocage, mode d’emploi. Dix votes clés des eurodéputés français (2009- 2014) À Bruxelles, le changement, ce n'est pas pour maintenant. La crise des eurocrates - RTBF Chroniques Paul Krugman. Quelle est l'influence de l'UE sur la loi française ? Comprendre (enfin) les institutions de l'Union européenne.