background preloader

Partis politiques

Facebook Twitter

Le double échec des partis de gouvernement et un nouveau clivage. Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », estime que les électeurs ont décidé, le 23 avril, de balayer les deux grands partis de gouvernement LE MONDE | • Mis à jour le | Par Françoise Fressoz (éditorialiste au « Monde ») CHRONIQUE.

Le double échec des partis de gouvernement et un nouveau clivage

Douze ans que le malaise planait sur la France : en 2005, le peuple avait dit non au référendum sur le traité constitutionnel européen et les dirigeants se comportaient comme si cette consultation n’avait pas eu lieu. Ils étaient de gauche ou de droite, peu importe ; tout continuait comme avant jusqu’à ce 23 avril 2017 où une révolution silencieuse s’est produite dans les urnes. Recomposition politique Pour Marine Le Pen, il s’agit de la lutte entre « les européistes et les patriotes », pour Emmanuel Macron, de l’affrontement entre « les progressistes et les conservateurs ». Derrière ce nouveau clivage, un enjeu de taille : la recomposition politique qui va de pair avec la reconquête du peuple. D’où... CHRONIQUE. Les « insoumis » de Mélenchon, fiers mais déçus. Malgré une progression spectaculaire dans les dernières semaines, le cofondateur du Parti de gauche termine avec 19,6 % des suffrages à la quatrième place, comme en 2012.

Les « insoumis » de Mélenchon, fiers mais déçus

Il y a des jours où l’histoire bégaie et semble condamnée à se répéter. Dimanche 23 avril, il régne un air de déjà-vu au Belushi’s, près de la Gare du Nord, où Jean-Luc Mélenchon a réuni ses partisans. Ce n’est plus la place Stalingrad et le froid pluvieux de 2012 mais l’ambiance est la même et la tristesse succède à la joie. « Je suis dégoûtée ! Dans quinze jours, je n’irai pas voter », lâche, amère, une jeune femme. Comme elle, tous se voyaient déjà au second tour. Mais, avec 19,6 % des suffrages, Jean-Luc Mélenchon termine de nouveau à cette fichue quatrième place. Au Belushi’s, malgré la fierté, la déception est palpable. . « Médiacrates » et « oligarques » La réaction des proches du candidat n’arrange rien. Négociations ou sortie : que veut vraiment Jean-Luc Mélenchon sur l’Europe ? Le candidat de La France insoumise a demandé à ses soutiens, mardi, de ne « pas croire » qu’il voudrait « sortir de l’Europe, de l’euro ».

Négociations ou sortie : que veut vraiment Jean-Luc Mélenchon sur l’Europe ?

Explications. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Eléa Pommiers et Adrien Sénécat Que veut vraiment Jean-Luc Mélenchon pour l’Europe ? Le candidat de La France insoumise est sous le feu des critiques pour son plan à deux options. A quatre jours du premier tour, le PS prépare déjà l’après-Hamon. Alors que le candidat socialiste réunissait ses supporteurs le 19 avril place de la République à Paris, les autres composantes du parti d’Epinay peaufinaient leur stratégie pour l’après.

A quatre jours du premier tour, le PS prépare déjà l’après-Hamon

Un ciel bleu, une ambiance de kermesse. Des « stands citoyens », où l’on refait le monde. Un food truck, des skateurs, des joueurs de djembés. Il y a même quelques « punks à chiens », qui descendent gentiment des canettes. Musulmans de France : « L’abstention, c’est le mauvais choix, on ne pèse rien du tout » Lors de la 34e Rencontre annuelle des musulmans de France, le président de l’UOIF a appelé à « préserver la France de la menace de l’extrême droite ».

Musulmans de France : « L’abstention, c’est le mauvais choix, on ne pèse rien du tout »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Chambraud Devant le hall 2 du parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis), la file d’attente pour la 34e Rencontre annuelle des musulmans de France s’allonge, samedi après-midi 15 avril. L’affiche du prochain débat, « Onze candidats à l’élection présidentielle, pour qui voter ? », attire un public fourni. Beaucoup de ceux qui fréquentent cette vaste foire commerciale-lieu de conférences, organisée comme chaque année par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, dans la mouvance des Frères musulmans) jusqu’à lundi 17 avril, confessent n’avoir pas encore fait leur choix à une semaine du scrutin. Un vote fractionné ? Chantal Mouffe : « Mélenchon ne veut pas de régime autoritaire, mais mettre fin au régime oligarchique » Dans une tribune parue dans « Le Monde », la philosophe belge, inspiratrice du candidat de La France insoumise, défend son projet.

Chantal Mouffe : « Mélenchon ne veut pas de régime autoritaire, mais mettre fin au régime oligarchique »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Chantal Mouffe (professeure de théorie politique à l’Université de Westminster, Londres) TRIBUNE. L’irruption de Jean-Luc Mélenchon à la troisième place dans plusieurs sondages a déclenché une campagne des défenseurs du statu quo, qui essaient de le faire passer pour un « révolutionnaire communiste ». Gérard Grunberg : « La gauche socialiste française va devoir apprendre à jouer les seconds rôles »

Dans une tribune, le politologue Gérard Grunberg constate le schisme qui sépare deux gauches irréconciliables et en tire la conséquence : un affaiblissement durable du PS.

Gérard Grunberg : « La gauche socialiste française va devoir apprendre à jouer les seconds rôles »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gérard Grunberg (Directeur de recherche émérite CNRS/Sciences Po, et animateur du site Internet Telos) [L’onde de choc suscitée par le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron assombrit l’avenir du PS en tant qu’organisation politique. Le Parti socialiste va-t-il imploser?] TRIBUNE. Les trolls sur Internet, nouveaux colleurs d’affiches du Front national. Anonymat, images de grenouilles et humour « limite » : une jeune génération d’internautes s’est approprié les codes de l’extrême droite américaine.

Les trolls sur Internet, nouveaux colleurs d’affiches du Front national

LE MONDE | • Mis à jour le | Par William Audureau A partir du 31 mars, Le Monde publie une série d’articles sur les nouvelles formes du militantisme d’extrême droite sur Internet. Aujourd’hui, l’émergence d’une nouvelle génération de sympathisants bercés par les codes et l’humour provocateur du Web. « C’est une guerre culturelle. Nous nous sommes imposés comme la nouvelle contre-culture », fanfaronne Chepamec, étudiant de Sciences Po à l’origine de plusieurs salons de conversation en ligne très prisés des jeunes marinistes. « Le Parti socialiste n’est pas encore tout à fait mort » En annonçant son vote en faveur d’Emmanuel Macron, Manuel Valls veut-il faire exploser le PS ?

« Le Parti socialiste n’est pas encore tout à fait mort »

Pas si sûr, selon l’éditorialiste au « Monde » Françoise Fressoz. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Françoise Fressoz CHRONIQUE. Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle. Mais, que ce soit bien clair, il ne le rallie pas. Les deux hommes ont beau avoir comme intérêt commun le social-libéralisme, ils ne pratiquent pas la politique de la même façon. C’est le fameux big bang que Michel Rocard, leur mentor à tous les deux, avait théorisé dès 1993 comme une alternative au mitterrandisme. Emmanuel Macron en a tiré les conséquences : il a monté son mouvement En marche !

Paradoxe. A Moscou, Vladimir Poutine adoube Marine Le Pen. Le président russe a déclaré que la candidate du Front national à l’élection présidentielle représente « un spectre politique en Europe qui croît rapidement ».

A Moscou, Vladimir Poutine adoube Marine Le Pen

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante) Moins de quatre semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle en France, Vladimir Poutine a officiellement reçu pour la première fois au Kremlin, vendredi 24 mars, la candidate du Front national (FN), Marine Le Pen. Cette entrevue avec le président russe, qui ne figurait dans aucun agenda, s’est déroulée hors de toute présence de la presse étrangère. Seuls des médias russes y ont eu accès. « Nous ne voulons en aucune façon influencer les événements en cours [les élections], mais nous nous réservons le droit de communiquer avec les représentants de toutes les forces politiques du pays, ainsi que le font nos partenaires en Europe et aux Etats-Unis », a déclaré M.

Montrer les convergences de vues Haro contre les sanctions européennes. Brésil : débâcle du Parti des travailleurs au premier tour des élections municipales. Le parti de l’ancien président Lula a perdu Sao Paulo et près de 400 mairies. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante) et Paulo A. Paranagua Sa victoire lui aurait offert une stature de présidentiable. Sa défaite devrait le plonger dans l’abîme de la politique brésilienne, confirmant la débâcle de son parti.

Le Parti socialiste en marche vers une scission ? En ordre dispersé derrière son candidat, Benoît Hamon, le PS se prépare à des lendemains qui déchantent après la présidentielle et les législatives.