background preloader

Europe, citoyenneté européenne

Facebook Twitter

Pour les soutiens de Macron à Bruxelles, « cela va changer la dynamique européenne » L’arrivée à la première place du candidat d’En marche !

Pour les soutiens de Macron à Bruxelles, « cela va changer la dynamique européenne »

Au premier tour de la présidentielle française est accueillie avec soulagement dans la capitale européenne. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) et Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) « Macron présideeeeeent !!! Le programme antieuropéen de Marine Le Pen dénoncé par 25 Nobel d’économie. Dans une tribune au « Monde », des lauréats du célèbre prix, dont Joseph Stiglitz et Jean Tirole, se prononcent en faveur de l’Europe.

Le programme antieuropéen de Marine Le Pen dénoncé par 25 Nobel d’économie

TRIBUNE. Certains d’entre nous, lauréats du prix Nobel d’économie, ont été cités par des candidats à l’élection présidentielle française, notamment par Marine Le Pen et ses équipes, pour ­justifier un programme politique sur la question de l’Europe. Les signataires de cette lettre ont des po­sitions différentes sur les sujets complexes que sont l’union monétaire et les politiques de ­relance. ­ Cependant, nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française. – La construction européenne est capitale non seulement pour maintenir la paix sur le continent mais également pour le progrès économique des Etats membres et leur pouvoir politique dans le monde.

114 parlementaires soutiennent la vision européenne de Benoît Hamon. Dans une tribune au « Monde », ces élus expriment leur adhésion au projet du candidat socialiste pour une Union européenne plus juste, plus démocratique, plus solidaire.

114 parlementaires soutiennent la vision européenne de Benoît Hamon

Par un collectif de 114 parlementaires socialistes et écologistes TRIBUNE. Du haut de ses 60 ans, notre Europe joue son avenir. Entre les nationalistes qui partout proposent de reconstruire des murs entre les peuples, les travailleurs, les cultures, et les politiques néolibérales qui persistent à mettre en concurrence les salariés, les territoires et les législations nationales, il est grand temps que les Européens se mobilisent pour une nouvelle Europe. A Berlin, 5 000 manifestants célèbrent les « bienfaits » de l’Europe. Chaque dimanche depuis plusieurs semaines, le mouvement Pulse of Europe rallie des citoyens inquiets des attaques populistes contre la construction européenne.

A Berlin, 5 000 manifestants célèbrent les « bienfaits » de l’Europe

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Thomas Wieder (Berlin, correspondant) Ces temps-ci, Schiller se sent moins seul le dimanche. Depuis la mi-février, la statue du poète allemand érigée sur Gendarmenmarkt, la plus belle place du centre de Berlin, est devenue le point de ralliement hebdomadaire d’un mouvement auquel les observateurs prêtaient au départ une attention distraite mais qui, semaine après semaine, prend davantage d’ampleur. Son nom : Pulse of Europe. A Bratislava, les Européens veulent relancer une Union « attrayante »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Blaise Gauquelin (Bratislava, envoyé spécial) et Cécile Ducourtieux (Bratislava, envoyée spéciale) Il faisait pourtant beau, vendredi 16 septembre à Bratislava, pour le premier sommet des dirigeants européens à vingt-sept, sans les Britanniques.

A Bratislava, les Européens veulent relancer une Union « attrayante »

Les photos étaient réussies, devant le château surplombant la vieille ville, comme lors d’une croisière-déjeuner sur le Danube. A Malte, l’Europe choisit la prudence face aux éclats de Donald Trump. Les Vingt-Huit veulent aider le faible gouvernement libyen à lutter contre les passeurs pour limiter la traversée des migrants.

A Malte, l’Europe choisit la prudence face aux éclats de Donald Trump

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Le soleil méditerranéen, l’agréable déambulation dans la vieille ville de La Valette et la visite de la sublime cathédrale Saint-Jean n’y ont rien fait. Les vingt-huit dirigeants de l’Union européenne, réunis vendredi 3 février à Malte, ont finalement accouché d’un sommet très « bruxellois » : une longue déclaration commune sur la migration, difficile à résumer en quelques Tweet.

Tant pis pour ceux qui espéraient une réponse collective « coup de poing » aux outrances de Donald Trump. A Rome, le printemps européen attendra. A la veille du début du Brexit, la morosité domine au sein de l’Union européenne, à l’occasion des 60 ans du traité fondateur.

A Rome, le printemps européen attendra

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Sauf accident, les célébrations des 60 ans du traité de Rome instituant la Communauté économique européenne (CEE) devraient fournir de belles images, samedi 25 mars : défilés de bannières étoilées sur la place du Colisée, alignement des dirigeants européens dans la splendide salle des Horaces et des Curiaces du Capitole où fut signé le document fondateur, sans compter l’audience papale collective qui aura eu lieu la veille, vendredi. Lire aussi : « Il faut rompre, en partie, avec l’Europe attrape-tout, qui s’occupe de tout » Pour l’heure, aucune illusion n’existe sur la portée historique de l’événement. A Rome, l’Union européenne fête ses 60 ans et s’offre une parenthèse ensoleillée. La journée célébrant la signature du traité instituant la CEE, ancêtre de l’Union, a été marquée par une ambiance étrangement paisible.

A Rome, l’Union européenne fête ses 60 ans et s’offre une parenthèse ensoleillée

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jérôme Gautheret (Rome, correspondant) et Cécile Ducourtieux (Rome, envoyée spéciale) C’était certain, alors que l’Europe entière avait les yeux tournés vers Rome, la fête allait être gâchée par les dissensions entre pays membres, des affrontements entre manifestants ou avec les forces de l’ordre, voire, pire, un attentat terroriste… Il n’en a rien été, et la journée marquant les soixante ans de la signature du traité instituant la Communauté économique européenne, ancêtre de l’Union européenne (UE), a été marquée par une ambiance étrangement paisible, alors que le centre de la capitale italienne avait été transformé pour la journée en véritable camp retranché. Lire aussi sur les 60 ans du traité de Rome : Sept questions sur le texte fondateur de l’Union. A Rome, Mélenchon creuse le sillon du « plan B » européen avec les gauches radicales.

Le candidat à la présidentielle participe samedi et dimanche à une réunion de la gauche radicale européenne.

A Rome, Mélenchon creuse le sillon du « plan B » européen avec les gauches radicales

Il prône une sortie de l’Union si la renégociation des traités échoue. Jean-Luc Mélenchon a longtemps pensé que l’Europe serait au cœur de cette présidentielle. Allô ! Washington ? Après un mois de présidence Trump et de confusion sur la politique étrangère, les Européens ont compris une chose : il n’y a personne au bout du fil.

Allô ! Washington ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvie Kauffmann Longtemps, l’anecdote préférée des Américains sur l’Europe dysfonctionnelle a été la question posée par Henry Kissinger, grand maître en diplomatie, un jour de condescendance : « Quel est le numéro de téléphone pour joindre l’Europe ? » (Rires). Aux Pays-Bas, Mark Rutte l’emporte face au populiste Geert Wilders.

La formation d’un gouvernement par le premier ministre sortant pourrait toutefois se révéler compliquée, en raison de la fragmentation du paysage politique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Pierre Stroobants (La Haye, Envoyé spécial) Le premier ministre libéral, Mark Rutte a battu son rival d’extrême droite, Geert Wilders, mercredi 15 mars aux Pays-Bas, lors de législatives scrutées à la loupe en Europe. Selon des résultats encore provisoires, portant sur 95 % des bureaux de vote, les libéraux étaient crédités, jeudi matin, de 33 sièges sur les 150 de la chambre basse du Parlement, pour 20 au Parti de la liberté du populiste xénophobe, 19 sièges à l’Appel chrétien-démocrate et aux progressistes de D66. « Après le Brexit et après les élections aux Etats-Unis, les Pays-Bas ont dit stop au populisme de mauvais aloi », a affirmé M.

Avec le Brexit, « l’Irlande du Nord se retrouve dans une position terrible » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Louise Couvelaire (Belfast, envoyée spéciale) Robert McClanaghan baisse la tête et pose le doigt sur l’écusson brodé sur son blouson noir : une colombe surmontée d’étoiles dorées et l’inscription « Programme de l’UE pour la paix et la réconciliation ». « Regardez ça, peste-t-il, l’index martelant son torse. Eh bien, c’est fini ! » « Ça », c’est l’Europe, dont l’Irlande du Nord ne devrait bientôt plus faire partie, malgré elle : ici, on a voté contre le « Brexit » à 55,8 %. « Ça », ce sont aussi les programmes pour la paix financés par l’Union européenne : 1,3 milliard d’euros entre 1995 et 2013.

Benoît Hamon : « Mon objectif en Europe : mettre l’austérité en minorité » Brexit : l’Espagne inflige deux camouflets à Londres. Sur la souveraineté de Gilbratar ou sur l’indépendance de l’Ecosse, le Brexit met en lumière la résurgence de conflits bilatéraux. Les premières salves consécutives au lancement officiel du Brexit par Theresa May, mercredi 29 mars, sont venues de là où la première ministre britannique ne les attendait pas : d’Espagne. Il n’a fallu que quelques jours pour que Madrid inflige coup sur coup deux camouflets au gouvernement britannique : l’un sur Gibraltar, l’autre sur l’Écosse. Et qu’apparaisse la première conséquence délétère du Brexit : la résurgence des conflits bilatéraux gérés jusqu’ici par l’Union Européenne (UE), sur fond de nationalisme exacerbé.

Le premier affront résulte d’une disposition de la feuille de route pour les négociations, publiée vendredi 31 mars par l’UE. Brexit : les Européens sur une ligne très ferme. La feuille de route pour négocier la sortie du Royaume-Uni de l’EU est une réponse sans concession à la lettre envoyée par Theresa May pour engager le divorce. LE MONDE | | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Les Européens entrent dans le vif du Brexit. Vendredi 31 mars, dans la matinée, le président du Conseil européen Donald Tusk a fait parvenir aux 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (sans le Royaume-Uni) un document d’une demi-douzaine de pages énumérant les grands principes censés les guider pour la négociation du divorce d’avec Londres.

Brexit : l’Ecosse demande à rester dans le marché unique. Pour obtenir gain de cause, la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, est prête à organiser un deuxième référendum sur l’indépendance. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Eric Albert (Londres, correspondance) Pas à pas, l’Ecosse se rapproche d’un nouveau référendum sur l’indépendance. Mardi 20 décembre, Nicola Sturgeon a présenté son plan pour faire face au Brexit.

La première ministre écossaise a dévoilé une stratégie en trois étapes : exiger que le Royaume-Uni reste dans le marché unique européen ; à défaut, demander que l’Ecosse y demeure, tout en restant partie intégrante du Royaume-Uni ; enfin, si cela n’est pas possible, « l’option de l’indépendance doit rester sur la table ». Pour lever tout doute, Mme Sturgeon a précisé que cette dernière possibilité était « son option préférée ». Bruxelles approuve les réformes françaises mais refuse de sanctionner les excédents allemands. Bruxelles propose de réformer l’accueil des demandeurs d’asile en Europe. Ce qu’il faut savoir de la directive sur le secret des affaires. Ce qu’il faut savoir du scrutin à risque aux Pays-Bas.

Citoyenneté européenne. Comment en finir vraiment avec la crise grecque ? Directive sur le secret des affaires : les eurodéputés ulcérés par la polémique. En Turquie, Erdogan, du bon élève au maître-chanteur. Entre l’UE et la Turquie, le divorce indicible. Jean-Claude Juncker : « La France a une idée de l’Europe à défendre » La Bulgarie et la Roumanie convergent lentement vers le niveau de vie européen. La Russie soupçonnée d’être responsable d’un piratage informatique contre l’OSCE. Le dilemme des Européens face à la plateforme migratoire libyenne. Le Parlement européen, tiroir-caisse de l’extrême droite.

Le traité de Rome, entre anniversaire et requiem. Les Européens du Royaume-Uni en plein « Brexit blues » Les « Panama papers » auraient-ils été possibles avec la directive sur le secret des affaires ? Législatives au Royaume-Uni : un bastion pro-Brexit vote contre le chef du parti europhobe. L’aveuglement migratoire de l’Europe centrale. L’engagement de Washington dans l’OTAN est « inébranlable », assure Mike Pence. L’espace Schengen, bouc émissaire des europhobes après la cavale d’Anis Amri. L’Europe des confins (4/5) : faille et faillite d’un continent. L’Europe désarçonnée par Trump. L’Europe peine à prendre l’accent social. L’Ukraine entre dans une phase ingrate. L’Union européenne veut mieux protéger le secret des affaires.

L’élection présidentielle française inquiète Bruxelles. Migrants : les tensions persistent à la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Obama se lance dans la bataille contre le « Brexit » OTAN : les Etats-Unis réclament un ferme engagement des Européens dans la défense. Paris et Berlin misent sur une Europe à plusieurs vitesses. Plusieurs régions françaises font un pas vers la préférence nationale. Pragmatique et conservateur, l’Italien Antonio Tajani élu président du Parlement européen. Quelques jours avant son investiture, Donald Trump braque les Européens. Syrie : un sommet des chefs d’Etat pour confirmer l’impuissance européenne. Travailleurs détachés : « La liberté de circuler ne doit pas être celle d’exploiter » Turquie : le Parlement européen va préconiser le « gel » des négociations d’adhésion.

Un épouvantail nommé « Bruxelles » « Brexit », le jour d’après. « Le procès des LuxLeaks aura l’apparence d’un procès de droit commun, mais la réalité d’un procès politique » « Le procès des LuxLeaks aura l’apparence d’un procès de droit commun, mais la réalité d’un procès politique » « Brexit » : l’ultime plaidoyer proeuropéen de Jo Cox. « Il faut rompre, en partie, avec l’Europe attrape-tout, qui s’occupe de tout » « La Turquie a emprunté une voie qui rend impossible son adhésion à l’UE » « Le vrai patriote, c’est l’Européen » « L’Europe se venge dans la dernière ligne droite » « L’exécutif européen n’a pas vu le monde changer » « “L’identité nationale” est l’expression d’un pays en quête d’unité »