background preloader

Produit de com

Facebook Twitter

L’inventeur d’Internet met en garde contre la censure sur le web. Le Britannique Tim Berners-Lee, le principal inventeur du « world wide web », a mis en garde vendredi 22 novembre contre un Internet « censuré et sous surveillance » qui constituerait une menace pour la démocratie.

L’inventeur d’Internet met en garde contre la censure sur le web

Sir Tim Berners-Lee a lancé Internet le jour de Noël 1990. Aujourd’hui, il met en garde contre sa propre création, sur laquelle il observe censure et surveillance de manière croissante de la part des gouvernements. Selon ce Britannique de 58 ans, ce sont les possibilités de diffusion de l’information qu’elle offre qui pousseraient les gouvernements à surveiller la Toile et ses usagers. « Internet et les réseaux sociaux encouragent de plus en plus les gens à s'organiser, à agir et faire éclater au grand jour des méfaits commis aux quatre coins de la planète. « Ennemis d’Internet » : la France épinglée par Reporters sans frontières. Si la France fut placée « sous surveillance » par Reporters sans frontières en 2011 et 2012, l’Hexagone bénéficie d’un certain répit depuis que le rapport annuel de l’association concernant la cyber-censure ne s’intéresse plus qu’aux « Ennemis d’Internet ».

« Ennemis d’Internet » : la France épinglée par Reporters sans frontières

Cette année, notre pays est néanmoins mentionné dans ce volumineux rapport, notamment en raison de l’adoption de la loi de programmation militaire. Depuis quelques années déjà, le 12 mars est synonyme de « journée mondiale contre la cyber-censure ». Pour l’occasion, l’association Reporters sans frontières (RSF) publie un rapport annuel afin de distribuer les mauvais points. Si ce document épinglait auparavant les pays « Ennemis d’Internet » et ceux placés « Sous surveillance », l’organisation a dorénavant élargi son champ de vision, en mettant également à l’index les entreprises accusées de vendre du matériel de surveillance à des pays peu recommandables.

640x571xInternet-Liberte.jpg.pagespeed.ic.JI_jhIHktN.jpg (JPEG Image, 640 × 571 pixels) Les 10 pires ennemis d'Internet - Censure Internet. Interdit d’accès à Internet – 15 pays mettent des restrictions. Classement mondial 2011-2012. La Syrie, le Bahreïn et le Yémen n’ont jamais été aussi mal classés.

Classement mondial 2011-2012

La carte de la liberté sur Internet dans le monde. Freedom House a rendu son rapport annuel de la liberté sur Internet pays par pays pour 2013. Cocorico : la France arrive en sixième position. Cliquez pour zoomer (Crédit : Freedom House) Si Internet, par définition, offre une liberté gigantesque à ses utilisateurs, seuls certains pays proposent de se connecter et d’agir en toute autonomie sur le réseau. Chaque année depuis 2009, le rapport de Freedom House permet de se faire une idée des restrictions en matière de numérique pratiquées par certains États du globe. Censures des gouvernements sur une carte géographique.

Les censures de contenus sur internet, justifiées ou non, se font de plus en plus nombreuses.

Censures des gouvernements sur une carte géographique

Dans ce sens, Google lance une nouvelle page afin de présenter les demandes d’informations mais surtout les censures lui étant imposées par les différents gouvernements à travers le monde : Government requests. En effet, selon l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit Pour l’instant, la mappemonde présente les informations collectées du 1er juillet 2009 au 31 décembre de cette même année et il est prévu de mettre à jours ces données tous les six mois.

Pour ce qui est de la France, sur 846 demandes d’informations, sont enregistrées moins de 10 demandes de censure. Source : Blog Google. Internet: la censure totale, le rêve impossible des dictatures. Stopper les réseaux sociaux.

Internet: la censure totale, le rêve impossible des dictatures

Bâillonner le web, vite ! Internet est un énorme problème pour les états autoritaires, et les exemples tunisien et égyptien ne prouveront pas le contraire. Première réaction : mettre internet en quarantaine, pour stopper l'infection démocratique. C'est ce qu'a fait l'Egypte en coupant purement et simplement les réseaux ADSL et la téléphonie mobile. 61 pays vulnérables à une censure d'Internet. Le 29 novembre 2012, durant 52 heures, la Syrie a été coupée de toute connexion internet avec le reste du monde.

61 pays vulnérables à une censure d'Internet

Une carte des pays qui censurent l'Internet. C'est un classique, pour autant toujours aussi intéressant.

Une carte des pays qui censurent l'Internet

Si pour nous la liberté et la neutralité sur le web sont une évidence, tous les habitants ne sont pas aussi chanceux... Le code couleur est simple, le vert indique les pays où vous voudriez vivre tout simplement car ils ne sont pas ou peu soumis à la censure. Le jaune révèle les endroits où il ne vaut mieux pas s’attarder car la censure risque de s’accroître dans un futur proche. Et enfin, si vous aimez Internet (oui, c’est un pléonasme), vous devriez probablement éviter toutes les autres couleurs.

Ces pays sont sous l’emprise de différents niveaux de censure, avec un paroxysme pour les lieux de rose coloriés. L’OpenNet Initiative définit ainsi les différentes couleurs : La plupart des pays maîtres de la censure manipulent chacun Internet à leur façon. Danny O'Brien / Coordonnateur du Plaidoyer pour l'Internet du CPJ Une grande raison du succès de l'Internet c'est son rôle en tant que support universel, accessible à travers le monde.

La plupart des pays maîtres de la censure manipulent chacun Internet à leur façon

Les quantités de données qui sortent d'un ordinateur au Botswana sont les mêmes que celles qui arrivent à la Barbade. La même chose est de plus en plus vraie pour les réseaux modernes de téléphonie mobile. Les normes se standardisent: vous pouvez utiliser votre téléphone, accéder à une application, ou envoyer un texte, où que vous soyez.