background preloader

Comportement médias : vers une égalité filles / garçons

Comportement médias : vers une égalité filles / garçons
24 janv. 2013 - Garçons et filles se ressemblent-ils en 2013 ? Quels sont leurs points de convergence et de divergence ? A l’heure où la construction des identités sexuelles fait débat, suscitant même la polémique et divisant le pays, Ipsos fait le point. Les filles ne partagent toujours pas les mêmes valeurs et les mêmes rêves que les garçons. Voir la vidéo de l'évènement Dès la naissance, filles et garçons ne se distinguent pas seulement par leurs différences morphologiques : ils ne portent pas les mêmes prénoms, ne jouent pas aux mêmes jeux, ne nourrissent pas les mêmes rêves. En 2013 encore, les jeunes filles jugent important d’être soignées et coquettes, timides et studieuses, tandis que les garçons se veulent sportifs et blagueurs. « Plus tard », les filles espèrent avoir une famille heureuse (44%), se sentir bien dans leur peau et utiles aux autres ; les garçons se voient riches, célèbres, et prévoient d’exercer un métier intéressant (56%). Les stéréotypes ont donc la vie dure ! Related:  politique et économie numérique

Hé, toi, l'étudiant en école de journalisme... au boulot ! Hé, toi, là bas. Ca y est, tu as réussi le concours de ton école de journalisme, tu as passé le couperet de l'écrit et résisté au piège de l'oral, tu as vaincu les 823 autres candidats qui voulaient ta place et maintenant tu goûtes au repos bien mérité du guerrier. Bravo ! Mais la rentrée approche et il est déjà temps de s'y remettre pour bien la préparer jeune padawan. Car si tu es parvenu à rentrer dans une école de journalisme, le plus dur reste à faire : en sortir dans les meilleures conditions ! Si tu es particulièrement consciencieux, tu as déjà fait les devoirs de vacances qu'Alice Antheaume t'a perversement collé dans les pattes en juillet. Maintenant, il est de passer au travaux de pré-rentrée. Petite "Biblographie" pour les étudiants en école de journalisme Les blogs et sites francophones Les blogs et sites en anglais Reflection of a Newsosaur par Alan D.

Fat, Ugly or Slutty Enfants et écrans : psychologie et cognition L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans. A l’inverse, chaque culture apporte également son lot d’avantages.

La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation Contrairement à l’impression première que l’on a, la conversation n’est pas une activité à laquelle on se livre spontanément ou inconsciemment. Il s’agit d’une activité structurée, ne serait-ce que par son ouverture, ses séquences et sa fermeture, et elle a besoin d’être gérée par les participant-e-s. Nous parlerons indifféremment de conversations, de dialogues ou de discussions pour faire référence à tout échange oral. Nous les caractériserons par le fait qu’aucun scénario n’en a été fixé à l’avance et que ces conversations sont en principe égalitaires, à la différence des entretiens dirigés, des cérémonies ou des débats. La conversation est une forme fondamentale de communication et d’interaction sociale et, à ce titre, elle a une fonction des plus importantes. Nous nous référerons constamment au modèle de conversation décrit par Sacks H., Schegloff E. et Jefferson G. en 1974. Selon l’opinion communément admise, ce sont les femmes qui parleraient plus que les hommes. 2.

Les Vidéos des Pays et des Quartiers | Association nationale d'éducation populaire - Audiovisuel de proximité et télévisions participatives Vie de meuf Il a inventé le BrailleBerry M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Béline Dolat/Photo Sanjit Das IL A POSÉ SUR LA TABLE UN BOÎTIER EN PLASTIQUE TRANSLUCIDE sur lequel ont été sommairement sculptées des touches et une molette. Sumit Dagar, 29 ans, l'air d'en avoir dix de moins, présente son "Braille phone". Un numéro bien rodé qu'il pratique depuis des années auprès des investisseurs potentiels. Deux programmes occidentaux pour financer et promouvoir un projet indien, qui répond à une problématique indienne : 22 % de la population mondiale malvoyante vit en Inde. Un paradoxe au pays de la révolution Software. L'ACCESSIBILITÉ. www.jugaadinnovation.com www.rolex.com

Genre, socialités et santé - ancien thème axe 2 thème 4 Thème développé de 2003 à 2009 Coordonnatrice : Karima Guenfoud, université Paris 13 L'étude des rapports sociaux de sexe a cristallisé un important domaine de recherche qui pose le corps à la fois comme objet et comme sujet de la différenciation sociale. Si l'histoire de ce domaine est étroitement liée à l'histoire du féminisme et en a déterminé une vision dans laquelle la question du genre est associée aux femmes, les rapports sociaux de sexe croisent un ensemble de thèmes transversaux des sciences sociales, comme la domination, la violence, le travail, la famille. Un certain renouvellement de ces questions a de surcroît été apporté par les travaux sur la masculinité, d'une part, et sur les homosexualités, d'autre part. La construction du thème autour de "genre, socialités et santé" prendra en compte les relations étroites de ce domaine avec les sociologies du travail et de la famille, elles-mêmes fortement influencées en retour par les travaux sur les rapports sociaux de sexe.

Influence de la publicité sur les enfants 10 janvier 2010 dans Dossiers & présentations J’en avais parlé à certains, le voici maintenant fini. Les enfants n’auront plus de secret ! On va enfin comprendre comment la publicité arrive à influence la consommation des enfants, des jouets jusqu’à l’alimentaire. Ce dossier a été réalisé en collaboration avec une enseignante en école primaire, passionnée par les médias et la publicité. L’influence de la publicité télévisée sur les enfants On entend beaucoup de chose au sujet de l’influence de la publicité sur les enfants. La télévision reste le média préféré des enfants. Les études actuelles sur l’influence de la publicité sur les enfants sont actuellement axées sur les publicités alimentaires, et les conséquences sur la progression de l’obésité infantile. # Un état des lieux De nombreuses études montrent que l’intérêt manifesté à la publicité télévisée décroît avec l’âge, allant même parfois jusqu’à son rejet, notamment lorsque sa dimension persuasive est perçue. Deux cas se présentent :

Ca fait Genre

Related: