background preloader

Comportement médias : vers une égalité filles / garçons

Comportement médias : vers une égalité filles / garçons
24 janv. 2013 - Garçons et filles se ressemblent-ils en 2013 ? Quels sont leurs points de convergence et de divergence ? A l’heure où la construction des identités sexuelles fait débat, suscitant même la polémique et divisant le pays, Ipsos fait le point. Les filles ne partagent toujours pas les mêmes valeurs et les mêmes rêves que les garçons. Voir la vidéo de l'évènement Dès la naissance, filles et garçons ne se distinguent pas seulement par leurs différences morphologiques : ils ne portent pas les mêmes prénoms, ne jouent pas aux mêmes jeux, ne nourrissent pas les mêmes rêves. En 2013 encore, les jeunes filles jugent important d’être soignées et coquettes, timides et studieuses, tandis que les garçons se veulent sportifs et blagueurs. « Plus tard », les filles espèrent avoir une famille heureuse (44%), se sentir bien dans leur peau et utiles aux autres ; les garçons se voient riches, célèbres, et prévoient d’exercer un métier intéressant (56%). Les stéréotypes ont donc la vie dure ! Related:  QG3 L'ENTREPRISE VEND ELLE UN PRODUIT OU UNE IMAGE?politique et économie numérique

Marketing : l’effet rétro 28 sept. 2010 - La mode est au rétro ou au « revival » marketing. Pourquoi les pubs nostalgiques ou les produits vintage rencontrent-ils un écho aussi fort et positif auprès du grand public ? Réponse de Dominique Levy, Directeur Général d’Ipsos Marketing France. La nostalgie est devenue un facteur marketing puissant. Comment l’expliquer ? Dominique Levy : En France, on a toujours préféré l’histoire à la géographie. Comment ce « rétro marketing » peut-il s’avérer à ce point vendeur ? D. Ce marketing de la nostalgie est-il typiquement français ? D. Comment s’exprime concrètement ce « rétro marketing » ? D. Ce marketing n’exclut-il pas les jeunes ? D. Ce goût du come-back n’a-t-il pas ses limites ? D. (1) L’Officiel des prénoms 2011* First Editions (2) Nicolas Guéguen, « Psychologie des prénoms », Nicolas Guéguen

Enfants et écrans : psychologie et cognition L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans. A l’inverse, chaque culture apporte également son lot d’avantages.

Produits premium : la prime à la classe 09 juin 2011 - Le consommateur inquiet pour son avenir et son pouvoir d’achat, se montre soucieux d’arbitrer ses dépenses. Il affiche aussi son besoin de compenser, de rompre l’ordinaire. Dans un contexte économique dégradé, même si les signaux de reprise sont là, de nouveaux arbitrages se font en faveur du premium. Karen Gombault : Non dans la mesure où on ne peut pas vivre éternellement sur la restriction, supporter la pression sans jamais la relâcher. Également celui de se distinguer ? K.G. : Le besoin de distinction, la quête ostentatoire, existe aussi bien sûr. Nous situons-nous pour autant uniquement dans des registres de plaisir et d’image ? K.G. : Pour les produits premium, vous avez des populations qui dès lors qu’elles trouvent un bénéfice ressenti, une vraie pertinence dans le produit, sont prêtes à mettre le prix. Le développement d’une offre premium n’est-il pas le moyen pour la marque de se valoriser elle aussi, à l’instar du consommateur ?

Il a inventé le BrailleBerry M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Béline Dolat/Photo Sanjit Das IL A POSÉ SUR LA TABLE UN BOÎTIER EN PLASTIQUE TRANSLUCIDE sur lequel ont été sommairement sculptées des touches et une molette. Sumit Dagar, 29 ans, l'air d'en avoir dix de moins, présente son "Braille phone". Un numéro bien rodé qu'il pratique depuis des années auprès des investisseurs potentiels. Deux programmes occidentaux pour financer et promouvoir un projet indien, qui répond à une problématique indienne : 22 % de la population mondiale malvoyante vit en Inde. Un paradoxe au pays de la révolution Software. L'ACCESSIBILITÉ. www.jugaadinnovation.com www.rolex.com

Palmarès de l'innovation : prime aux produits économiques et écologiques Les lauréats de ce mois sont assez caractéristiques de cette tendance. La machine à laver de Candy permet de laver à 20° avec une efficacité équivalente à 40 °c. Quant aux pastilles pour lave glace, elles permettent de faire une économie de 50 %. Ces résultats sont en phase avec une étude menée par Ipsos qui révèle que 85 % des Français estiment que leur pouvoir d’achat s’est dégradé depuis quelques années. Parallèlement à cela, la recherche de plaisir, de naturalité et d’authenticité restent des attentes fortes exprimées par les consommateurs. Fiche technique Echantillon de 500 individus de 18 à 65 ans, interrogés par internet.

Vers un quotidien entièrement numérique... Voitures sans conducteur, lunettes numériques permettant de prendre des photos et des vidéos, comme l'expérimente actuellement Google… Chamboulé depuis trente ans par l'arrivée des nouvelles technologies, notre quotidien risque de l'être bien plus encore dans les décennies à venir. Au point d'imaginer une vie entièrement numérique? Chaque produit, ou presque, pourrait dans le futur se connecter à Internet. Parmi les premiers secteurs bénéficiaires, celui de la médecine. Tous ces appareils engendreront des millions des données, appelées "big data". Autre secteur d'avenir, la réalité augmentée. Pourrait-on même imaginer, un jour, que les monnaies virtuelles se substituent aux espèces sonnantes et trébuchantes? * Coauteur, avec Nicolas Colin, de L'Âge de la multitude (Armand Colin). L'interview de Michel Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" 2030, odyssée d'un nouveau monde Le grand basculement du monde économique Camille Neveux - Le Journal du Dimanche

Low Cost : des hauts et débat 06 janv. 2012 - L’achat low cost, on le sait, se focalise sur la fonction produit ou service (simple) et le prix (bas). Crise aidant, le low cost est-il pour autant devenu une véritable philosophie de consommation ? Non, c’est d’abord une variable d’ajustement, répondent Karen Gombault, Directeur Général Ipsos Marketing CPG, et Olivier Lagrand Directeur des départements Ipsos Vantis et Quanti Industrie & Services Ipsos Marketing. Réponses et analyses croisées. La crise explique-t-elle principalement que les consommateurs se rabattent sur des notions d’économie ? Karen Gombault : Fin 2011, 80% des Français estimaient que leur pouvoir d’achat avait baissé ; 65% déclarant avoir de plus en plus de mal à joindre les deux bouts (1). Olivier Lagrand : La crise a exacerbé les comportements d’ajustement : on n’hésite plus à se détourner du superflu au profit d’offres simples et significativement moins chères. Justifier le positionnement prix en apportant les preuves de la valeur ajoutée

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur. Avec un constat pareil, un autre que lui serait grognon et inquiet. La crise est-elle bientôt finie? Par exemple… Nous étions 50% d'agriculteurs à la fin de la guerre et ils ne sont plus que 1%. Pourquoi? «Il y a eu trois secousses dans les années 1960 qui ont précédé le tremblement de terre des années 1980.»

Le cycle de vie d'un produit Chaque produit suit un cycle de vie qui lui est propre, caractérisé par quatre phases : le lancement, la croissance, la maturité, le déclin. Connaître ces étapes est primordial pour bien adapter sa stratégie marketing. Administrateur NetPME , mise à jour le Le cycle de vie d’un produit est une notion très courante chez les professionnels du marketing. Nous vous apportons ici un éclairage sur les lignes directrices de chaque stratégie en lien avec les phase du cycle de vie d'un produit. 1. Cette période est une période de croissance modérée car le nouveau produit est peu à peu introduit sur le marché. Les dépenses promotionnelles doivent être importantes afin d’informer le consommateur, de l’inciter à acheter le produit et d’assurer une distribution du produit dans un maximum de points de vente. 2. Cette période est caractérisée par une croissance des ventes du produit grâce à un bouche à oreille favorable qui amène de nouveaux clients. 3. 4. Marie KERVEILLANT - Diplômée de l'ESSEC

La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents | Mercklé | RESET - Recherches en Sciences Sociales sur Internet Résumé La révolution numérique ne semble pas avoir changé les liens étroits entre position sociale d’une part, et dotation en équipements, détentions de compétences, intensités d’investissement dans les loisirs culturels, types d’usages et de préférences d’autre part. Malgré l’apparente généralisation des technologies numériques, d’importantes inégalités subsistent en matière aussi bien d’équipement des foyers en ordinateurs, que d’accès et d’usages de l’Internet. Qu’en sera-t-il des générations nées avec le numérique, qui ont été enfants et adolescents dans les années 2000 ?

Related: