background preloader

La liberté d'expression ailleurs

Facebook Twitter

Pourquoi condamnons-nous l'antisémitisme et pas l'islamophobie? A travers le monde, certains discours de haine sont interdits, d'autres sont autorisés voire défendus au nom de la liberté d'expression.

Pourquoi condamnons-nous l'antisémitisme et pas l'islamophobie?

Le point de vue d'un journaliste américain. Les juifs ont trop d'influence sur la politique étrangère américaine. Les homosexuels sont trop débauchés. Les musulmans sont trop souvent des terroristes. Les noirs commettent trop de crimes. Ces récriminations sont bien mal formulées. Les libertariens, les conservateurs culturels ou les racistes s'insurgent depuis des années contre de telles législations. Les Américains aussi s'interrogent sur leur rapport à la liberté d'expression.

La volonté de lutter contre le racisme et les discriminations a, au moins depuis les années 1970, régi en France notre rapport à la liberté d'expression.

Les Américains aussi s'interrogent sur leur rapport à la liberté d'expression

Depuis la loi Pleven (1972), la législation, qui réprime «la provocation à la discrimination, à la haine, ou à la violence», limite de fait la liberté d'expression. Et cette loi a été renforcée par les lois Gayssot (1990) et Taubira (2001). Un arsenal qui permet de censurer certains propos et a conduit la France à de nombreuses condamnations pour violation de la liberté d'expression par la Cour européenne des droits de l'Homme. Depuis l'attentat du 7 janvier, et dans son sillage la demande de la Garde des Sceaux aux parquets de sanctionner les propos –ou actes– racistes ou antisémites «avec rigueur et fermeté» et depuis la multiplication impressionnante de condamnations pour «apologie du terrorisme», ce rapport que nous avons à la liberté d'expression est fortement interrogé. «J’ai levé la main et j’ai dit: "Ils ont eu raison".

Tunisie : Charlie Hebdo a fait reculer la liberté d’expression. La position de Rue89 Ce qu'écrit, non sans virulence, notre correspondant-blogueur en Tunisie, Thierry Brésillon, n'est pas la position de Rue89.

Tunisie : Charlie Hebdo a fait reculer la liberté d’expression

Selon nous, Charlie Hebdo, en publiant ces dessins, est dans son rôle : il est certes irresponsable, mais comme l'écrivait mercredi Pierre Haski, on ne demande pas à un journal satirique d'être « responsable ». Le sentiment de Thierry est partagé par de nombreux Français basés dans les pays musulmans. Nous avons ainsi reçu ce jeudi matin un message très similaire d'une Française à Alger, journaliste elle aussi, également en colère contre l'hebdo. Thierry comme elle, dans leur métier, prennent souvent des risques, au nom de la liberté d'expression.

Vue de Tunisie, la publication de caricatures du Prophète par Charlie Hebdo ne pouvait arriver au pire moment. Qu’ont gagné l’art, la littérature et la liberté à cet humour de potache ? Il sera plus difficile pour nous, journalistes, de travailler sur le terrain. Criminaliser l’atteinte au sacré. Fini de rire. Reporters sans frontières: des petits traits pour une grande cause  "Le dessin permet d'aborder des idées profondes à travers des traits simples".

Reporters sans frontières: des petits traits pour une grande cause 

Pour avoir exprimé aussi simplement la profondeur de son opposition au régime tyrannique qui sévit à Damas, le caricaturiste syrien Ali FERZAT a été enlevé et torturé. Avant de le relâcher, ses tortionnaires n'ont pas manqué de lui écraser la main gauche, celle qui trace les traits, celle qui informe et dénonce. "Charlie Hebdo" n'aurait pas le droit d'exister en Israël. En Israël, une loi punit l'"offense aux sensibilités religieuses".

En Israël , une loi interdit de heurter les sensibilités religieuses : interview d' un dessinateur pour Courrier international, qui montre que la notion de liberté d'expression diffère selon les états et les cultures. Article de niveau facile, LP ou LT, LG. – fglettres

Résultat : un magazine comme Charlie Hebdo ne pourrait pas voir le jour dans notre pays, écrit le dessinateur Ido Amin.

"Charlie Hebdo" n'aurait pas le droit d'exister en Israël

Courrier international 13 janvier 2015 | Partager : Après la prise d'otage de l'Hyper Cacher dans laquelle quatre Juifs ont été tués par Amedy Coulibaly, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rappelé aux Juifs de France qu'Israël était "leur foyer" et a annoncé sa volonté d'encourager l'immigration de juifs français en Israël. "Mais si Wolinski [dont la mère état juive] était venu en Israël et avait ouvert un Charlie Hebdo ici, il aurait eu un problème", écrit le dessinateur israélien Ido Amin dans un texte publié par Haaretz.

La presse américaine dénonce l'hypocrisie des restrictions françaises à la liberté d'expression. Pour de nombreux journalistes et intellectuels américains, les discours de haine sont mieux régulés et combattus dans le débat public d'idées que dans les tribunaux.

La presse américaine dénonce l'hypocrisie des restrictions françaises à la liberté d'expression

«Je suis confused.» La récente publication de l’UNESCO sur la liberté d’expression sur l’Internet paraît en français. Le livre est d’abord paru en anglais l’année dernière, au cours d’un évènement auquel assistaient des représentants des États membres de l’UNESCO.

La récente publication de l’UNESCO sur la liberté d’expression sur l’Internet paraît en français

Cette étude, commandée par l’UNESCO et menée par le Pr William Dutton de l’Oxford Internet Institute, a été présentée à de nombreuses reprises dans le monde entier. Elle aborde en profondeur la situation complexe de la liberté d’expression sur l’Internet, et constitue un outil de référence pour informer et stimuler le débat actuel sur les tendances mondiales qui ont façonné la liberté d’expression sur l’Internet. A travers une méta-analyse du filtrage sur l’Internet, l’étude démontre que l’on assiste à une hausse du filtrage et de la réglementation du contenu, qui proviennent non seulement des organisations gouvernementales pour des raisons politiques, mais aussi d’entreprises privées ou de familles à des fins commerciales ou morales. <- retour vers Actualités. Les ciseaux aiguisés de la censure chinoise. Les armes des journalistes – Superbe campagne pour la liberté d’expression. « Information is ammunition » (l’information est une arme), une superbe campagne pour la liberté d’expression et la défense des journalistes, imaginée par l’agence Juniper Park et l’organisation CJFE (Canadian Journalists for Free Expression).

Les armes des journalistes – Superbe campagne pour la liberté d’expression

Des images qui transforment les outils du journaliste, appareil photo, trépied, objectif, caméra ou micro, en fusil, pistolet ou même lance-roquettes… Images © CJFE / via.