background preloader

Trouvailles perso

Facebook Twitter

[APDEN] Les représentantes du bureau national de l’A.P.D.E.N. débutent par un exposé synthétique de l’action de l’association, qu’elles complètent par la remise d’une plaquette de présentation de l’association à leurs interlocuteur.trice.s. La rencontre prend ensuite la forme d’un entretien, mené par Ghislaine Desbuissons, qui a posé des questions aux représentantes de l’A.P.D.E.N. Nous avons fait le choix de conserver cette structure pour le compte-rendu de ces échanges, dans la mesure où la formulation de plusieurs questions nous a semblé en elle-même porteuse de sens.

Ghislaine DESBUISSONS : Quel regard l’A.P.D.E.N. porte-t-elle sur les premières orientations qui viennent de sortir à propos du futur baccalauréat ? Ghislaine DESBUISSONS : Comment imaginez-vous cet enseignement ? Ghislaine DESBUISSONS : Comment cet enseignement s’articulerait-il avec les disciplines, pour éviter le « hors sol » ? Ghislaine DESBUISSONS : Cela passe-t-il forcément par un enseignement ?

A.P.D.E.N. : Oui. L’information face à l’intelligence artificielle : promesses et dangers. Au-delà des questions de déontologie professionnelle, l’insertion croissante des algorithmes dans l’écosystème d’information requestionne les enjeux éthiques du rôle démocratique des médias. On en retiendra cinq principaux. Aller vers toujours plus de recommandation personnalisée de l’information a des vertus individuelles qui sont autant de poisons collectifs Aller vers toujours plus de recommandation personnalisée de l’information a des vertus individuelles qui sont autant de poisons collectifs.

Si je reçois une information toujours plus ciblée, je risque de me laisser enfermer peu à peu dans une zone de certitudes, et de ne plus découvrir des informations nouvelles à laquelle les médias généralistes me confrontaient peu ou prou. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’en inquiète dans un rapport de janvier 2017 sur « Le rôle des données et des algorithmes dans l’accès aux contenus ». « La structure des goûts d’un consommateur peut s’analyser comme un réseau abstrait, écrit-il. “Dans un recoin de ce monde”, une merveille d’animation japonaise. C’est le week-end, le moment de passer en mode écran total avec notre sélection de films en VOD et DVD. Au programme : la délicate adaptation d’un manga, par Sunao Katabuchi, où la petite histoire palpite dans la grande. “Dans un recoin de ce monde” Peut-on s’attacher autant à un personnage crayonné qu’à une personne de chair ?

On est tenté de le croire, après avoir rencontré Suzu, remuante petite villageoise japonaise. Prix du jury au festival d’Annecy 2017, cette merveille d’animation de Sunao Katabuchi nous plonge « dans un recoin de ce monde » tour à tour radieux et ravagé, puisqu’il se situe aux abords de Hiroshima, ville maudite, pulvérisée par la bombe atomique, le 6 août 1945. Mais cette adaptation tout en délicatesse d’un manga est bien autre chose que le récit d’une période de guerre. Elle l’englobe et le dépasse, du creux des années 30 à l’avènement d’une paix douloureuse. Un inoubliable portrait féminin En VOD sur la plupart des plateformes, en DVD et Blu-ray chez ESC Editions. La culture manga change d’ère. À la veille du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, Cécile Sakai, directrice de l'institut français de recherche sur le Japon, fait le point depuis Tokyo sur l'influence internationale du manga, et notamment sur son succès en France.

Pour la première fois, le Festival d’Angoulême (link is external) verra décerner un prix de la traduction de manga1. Un indice de l’importance croissante, en France et dans le monde, de cet art japonais ? Cécile Sakai2 : Il me semble que c’est un signe de maturité. La traduction est un travail très prenant, passionnant mais très austère, qui n’est pas reconnu à sa juste valeur, ni sur le plan artistique, ni sur le plan financier et, de ce point de vue, c’est très bon signe. Depuis 7-8 ans, le manga est présent à Angoulême de façon continue, que ce soit sous forme de prix ou d’expositions. Au Japon, ces ventes en prépublication sont en baisse. À partir des années 2000, on est entré en vitesse de croisière, sur un rythme très élevé. Quelles sont mes chances de devenir agrégé par liste d'aptitude ?

Directeur de la publication :Gwenael Le Guevel Service technique : Fédération Sgen-CFDT / 47-49 avenue Simon Bolivar / 75950 Paris cedex 19 Tél :01 56 41 51 00 Le présent texte constitue les conditions générales d’utilisation du Site web accessible à l’adresse « sgen-cfdt.fr » (ci-après dénommé le « Site ») et des sites qui en dépendent (sites des fédérations, unions régionales et unions). Le Site est soumis au droit français, aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français. En accédant ou en utilisant ce Site, vous êtes réputé accepter ces conditions générales et le Sgen-CFDT peut décider de refuser l’accès à tout ou partie du Site à tout utilisateur qui ne les respecterait pas. Vous vous engagez notamment à ne pas adresser ou transmettre des textes ou images contraires à la loi, ou susceptibles de choquer la sensibilité, notamment par un contenu haineux, pornographique, ou incitatif à des comportements du même ordre.

Données personnelles Cookies Liens Responsabilité. 5 règles à suivre absolument avant de publier sur une page Facebook. Formations liées à cet article L’enjeu en 2017 n’est plus de savoir comment créer un site mais bien de connaître les méthodes pour se rendre visible sur le réseau social n°1 : Facebook. Avec plus de 33 millions d’utilisateurs en France, il est tout naturel que celui-ci fasse l’objet de nombreuses convoitises de la part des marques, en recherche permanente d’attention de la part de leurs consommateurs. Dans le cadre de cet article, vous retrouverez tout ce qu’il faut savoir avant de publier du contenu sur votre page professionnelle. 1) Produire du contenu de qualité Vos fans attendent plus que de simples messages publicitaires ou des offres promotionnelles.

Vous devez offrir à votre communauté du contenu de qualité. Pour bien établir votre stratégie de contenus, voici quelques articles qui pourront vous aider : 2) Tenir compte de l’algorithme de publication Vous trouverez ci-dessous un de mes articles sur le sujet : Ce qu’il faut savoir pour contourner l’algorithme Facebook Pour aller plus loin : Liberté, fraternité... diversité ?, par Walter Benn Michaels (Le Monde diplomatique, février 2009) «En 2001, la question de la diversité ne se posait même pas, aujourd’hui, le débat est lancé. » (1) Cette remarque du quotidien Libération saluait l’augmentation (jugée encore timide) du nombre de candidats de gauche dits « de la diversité » aux élections municipales de mars 2008.

Mais la gauche n’a pas le monopole de la réflexion sur la diversité en France. Après tout, c’est M. Nicolas Sarkozy qui, quelques mois auparavant, avait proposé de faire inscrire cette valeur dans le préambule de la Constitution ; le chef de l’Etat entend en effet « accélérer puissamment » l’expression de la « diversité ethnique » (2) au sein des élites. Face à cette dynamique française, un Américain peut éprouver deux sentiments mêlés. D’abord, la surprise : cela fait pratiquement trente ans que la diversité occupe une place de plus en plus importante dans la vie politique, sociale et, par-dessus tout, économique des Etats-Unis ; comment les Français ont-ils pu prendre un tel retard ? Fake news. Depuis son investiture en 2016, le 45e président des États-Unis Donald Trump n’a eu cesse, via de nombreux tweets, de critiquer le traitement médiatique à son encontre.

Il accuse ainsi les principaux médias « libéraux », comme le New York Times, le Washington Post ou bien encore CNN d’être « aveuglés par la haine », d’encourager les « théories du complot » et plus encore de propager de « fausses informations », les fameuses « fake news ». En 2017, l’ancien numéro deux du Front national, Florian Philippot, répondant à l’accusation d’avoir tweeté de fausses informations pendant la campagne présidentielle française, se défendait d’avoir créé un faux en se justifiant d’avoir « repris de bonne foi un texto qui n’était pas aberrant, qui aurait pu être parfaitement réel sur le fond » (Glad, 2017). Ainsi, ce qui est vraisemblable devient-il suffisamment crédible pour être relayé, quand bien même l’analyse des faits ne peut que conclure au caractère fallacieux de l’information relayée. Ce qui est en partage. Prise de vue et montage : Juliette Roussin Marie Cornu est juriste et Directrice de Recherche au CNRS (Institut des Sciences sociales du Politique).

Ses travaux portent sur le droit des biens culturels et de la propriété intellectuelle. Elle est l’auteur du Dictionnaire du droit du patrimoine culturel comparé (CNRS Éditions, 2012) et de « Faut-il réviser le droit des archives ? Retour sur l’histoire d’un chantier législatif » (Pouvoirs, n° 153, 2015). La Vie des idées : Pourquoi un dictionnaire des biens communs ? Marie Cornu : Sous ce terme de « communs », on va trouver une pluralité de sens, on va aussi trouver une pluralité de désignations. Pour comprendre cette pluralité de sens, et pour comprendre la direction de travail de ce dictionnaire, je crois qu’il faut peut-être dire un mot de sa genèse, à quel moment l’idée de ce dictionnaire est apparue. Ce programme PROPICE s’est placé dans le sillage de ces travaux pour élargir la perspective, bien sûr. "Fake News" : pourquoi les combattre n’est pas si simple ? Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu’un "texte de loi" allait être déposé "prochainement" pour lutter contre les "Fake News" sur internet en période électorale.

Il en va, selon lui, de la protection de la vie démocratique. Dans la réalité, combattre les "Fake News" n’est pas si simple. Que ce soit en France ou aux États-Unis, les dernières campagnes présidentielles l'ont prouvé : propager puissamment une "Fake News" -ou "fausse nouvelle" en français- sur les réseaux sociaux ne requière aujourd'hui que quelques dizaines de milliers d'euros dans un anonymat total. Dans une étude sur la période électorale en France, parue en avril dernier, l’université d’Oxford notait qu’un article politique sur quatre, circulant sur Twitter, était "délibérément faux ou idéologiquement extrême, hyper partisan ou conspirationniste". Emmanuel Macron a donc décidé de sévir. "La liberté d'expression, c'est un magasin de porcelaine" "Le diable va se loger dans les détails" Ces outils citoyens qui existent déjà.

De l'EMI à la translittératie : sortir de notre littératie ? La translittératie est une notion, un concept, une démarche d’apprentissage non encore stabilisée, sur laquelle la recherche française réfléchit et publie depuis plus de cinq ans. D’un point de vue étymologique, la translittératie est le « passage d’un système d’écriture à un autre » (Delamotte, Liquète, Frau-Meigs, 2014) mais est traversée par plusieurs courants.

Nouvelle approche de l’information intégrable aux projets d’Education aux Médias et à l’Information, la translittératie serait-elle à l’origine d’une mutation future de notre métier de professeur documentaliste ? Approche et contexte de la translittératie Qu’est-ce que la translittératie ? Le concept est né aux États-Unis en 2005 suite à l’intégration du numérique dans la vie courante et notamment la lecture en ligne, puis est arrivé en Europe par l’Angleterre et Sue Thomas. La définition de la translittératie conventionnellement utilisée est celle de Sue Thomas : En résumé : Translittératie et contexte d’usage Non. Il s’agit de : Voici comment consulter tout ce que Google sait sur vous.

Google vous espionne en permanence. Voici comment consulter, supprimer et limiter cette collecte de vos données personnelles. La pieuvre américaine vous en remercie en collectant vos données personnelles via les tentacules de ses services. Vous recherchez une vidéo YouTube: Google archive. La puce GPS de votre smartphone Android vous localise à Paris : Google archive. Vous vous baladez sur Facebook grâce au navigateur Chrome : Google archive.

Ces milliers de données sont soigneusement rangées dans le tiroir à archives de votre compte Google. Au profit de qui ? Le cœur sur la main, l’ogre de Mountain View (États-Unis) jure ses grands dieux que cette collecte compulsive sert avant tout l’Internaute. Le discours officiel : «Votre activité contribue à rendre votre expérience Google plus rapide, plus intelligente et plus utile.» Oui, vous avez le droit de ricaner. Google voit tout, entend tout. Effort de transparence Vous souhaitez découvrir tout ce que Google sait de vous ? Algorithmes : comment sortir de sa "bulle culturelle"? La journée commence, et que ce soit sur votre ordinateur, votre tablette, ou votre smartphone, c’est désormais acquis les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) mais aussi les ASNS (Amazon, Spotify, Netflix, et Steam) vont jouer un rôle déterminant dans votre circulation et votre consommation au sein de l’offre culturelle.

Pardon pour le postulat acronymique de départ, qui j’en conviens donne mal à la tête, mais de fait ce sont les nouveaux acteurs de nos choix culturels individuels, voire collectifs. Passons rapidement par la case exemple : vous recherchez le nouveau livre d’Elena Ferrante à paraître en janvier « L’enfant perdue », Amazon vous proposera aussi « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano et vous ne risquez pas de sortir de votre zone de confiance littéraire, avec la suggestion d’un ouvrage de Virginia Woolf par exemple. Procédé affinitaire qui s’applique à la musique, aux films, aux jeux et cætera. Les 50 chiffres à connaître sur les médias sociaux en 2018. Chaque année, nous publions un récapitulatif des statistiques des réseaux sociaux.

Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, LinkedIn… cet article permet de visualiser les forces en présence et les dynamiques des réseaux sociaux. Au cours de l’année, pour accéder aux chiffres régulièrement mis à jour, rendez-vous sur cette page : Chiffres réseaux sociaux – 2018. Les chiffres clés des réseaux sociaux en 2018 Selon les derniers chiffres compilés par l’agence We Are Social Singapour et Hootsuite, nous sommes 7,5 milliards d’habitants sur Terre. 3,8 milliards d’internautes (51%)3,0 milliards d’utilisateurs des réseaux sociaux (40%)2,8 milliards d’utilisateurs des réseaux sociaux sur mobile (37%) Pour la première année, plus d’un habitant sur deux accède à Internet (46% en 2016).

Le top 10 des réseaux sociaux en 2018 L’an dernier, Facebook dominait ses concurrents. . * Nous avons intégré YouTube aux réseaux sociaux du fait des fonctionnalités sociales implémentées cette année. Pourquoi les faits ne suffisent pas à convaincre les gens qu'ils ont tort. Avez-vous déjà rencontré des gens qui changent d’avis quand vous leur exposez des faits qui sont contraires à leurs convictions ? Moi jamais. Pire, les gens semblent renforcer leurs croyances et les défendre avec acharnement quand il y a des preuves accablantes contre elles. L’explication est liée au fait que notre vision du monde nous semble menacée par des preuves factuelles qui ne vont pas dans son sens.

Les créationnistes, par exemple, contestent les preuves de l'évolution comme les fossiles ou la génétique parce qu'ils s'inquiètent que des forces séculières empiètent sur la foi religieuse. Les anti-vaccination se méfient des firmes pharmaceutiques et pensent que l'argent corrompt la médecine. Cela les amène par exemple à croire qu’il y a un relation de cause à effet entre les vaccins et l’autisme malgré la vérité gênante que la seule étude affirmant un tel lien a été rétractée et son auteur principal accusé de fraude. Dans leur livre Les erreurs des autres.

La post-vérité? Mais on y vit depuis toujours. Vers les sociétés du savoir-Rapport UNESCO. 10, 11 ou 14 ans : on a rencontré des mini-féministes. Enseigner autrement : Eduquer par la recherche au CDI. Petite histoire des couvertures de livres - 1/4. La mort numérique : un enjeu de société. Le PIL ne veut pas quitter le XIIIème. Fake news : des cours de fact-checking à l'école primaire. « Les réseaux sociaux nous enferment dans une pensée unique »

Ce que le numérique change à ma façon d’évaluer les élèves. Données personnelles : les Français de plus en plus inquiets. La mue des bibliothèques. Le livre numérique a-t-il encore un avenir? La presse féminine est-elle le tombeau de l’émancipation féminine ?

Laurence Miens : Vers une lecture numérique du texte littéraire ? Des algorithmes contre les images truquées. Cnesco - Inégalités sociales. L'école forme des enfants qui vont être laminés par l'intelligence artificielle. Dès la maternelle, les enfants de bourgeois se reconnaissent - 11 juin 2017. Opération Lune | Documentaire 2016. Pourquoi les faits ne suffisent pas à convaincre les gens qu'ils ont tort.

François Dubet : « Recruter les profs à bac+5, c’est une erreur » - 19 juin 2014. Bibliothèque minimale ou bibliothèque augmentée? Information et documentation en milieu scolaire. La politique documentaire. "On ment aux élèves sur leur niveau réel" Le puzzle, la coquille et le Lego : constructions patrimoniales. De la littérature de jeunesse considérée comme objet patrimonial. A la recherche de nos livres d'enfance. Syntone : Divers articles sur la fiction jeunesse.

Revue "Lecture jeunesse"