background preloader

L’adolescent et la lecture, supports et pratiques nouvelles

L’adolescent et la lecture, supports et pratiques nouvelles
A l’occasion de la deuxième édition du colloque Métamorphoses numériques du livre, Olivier Donnat a commenté l’enquête qu’il a dirigé sur les Pratiques culturelles des français à l’ère numérique1. Les résultats permettent de différencier nettement une tranche de la population qui suscite tout à la fois attentions et interrogations. Première génération à maitriser avec acuité les possibilités du numérique, les teenagers sont en effet devenus leaders d’opinion et dictent les stratégies marketing des entreprises de produits de consommation comme la mode. Mais dans le secteur du livre, les politiques culturelles ont choisi de privilégier l’enfance, au détriment des jeunes adultes. Pourtant si les 12-15 ans délaissent inexorablement le livre imprimé au profit d’autres pratiques culturelles et supports, le décrochage de la lecture n’est ni une fatalité ni même une certitude. La lecture n’est plus un marqueur social Pour aller plus loin:

http://mondedulivre.hypotheses.org/377

Related:  Trouvailles persotextesLes pratiques culturelles des jeunesMémoire M2

La lecture à l’épreuve de l’adolescence : le rôle des CDI des collèges et lycées 1 Il semble inutile ici de citer des noms ou des références. Chacun saura aisément les reconnaître, s (...) 1Portée par le développement d’une politique d’offre publique et les effets de la massification scolaire, la lecture s’impose désormais comme une pratique socialement et culturellement moins exclusive et par conséquent moins distinctive. Se diffusant par le biais de la scolarisation, elle s’est accompagnée d’une baisse sensible du nombre des « petits » lecteurs conjuguée à une diminution du noyau de ceux qui formaient les « grands » lecteurs et témoignaient symboliquement de la valeur de la pratique (Patureau, 1992 ; Baudelot et al., 1999). 2 Pierre Bourdieu (1979) évoquait à ce propos les droits d’entrée symboliques (tradition familiale, f (...)

Conférence-débat : Lecture et adolescents, à l’heure du numérique Conférence-débat : Lecture et adolescents, à l’heure du numérique Savoir lire ne veut pas dire aimer lire : en quoi l’univers littérature jeunesse permettrait-il alors de raccrocher les adolescents à la littérature, comment le documentaliste pourrait-il être le « passeur » et le CDI ce tiers-lieu favorisant les échanges autour de moments de lecture partagée. A l’heure où l’école marque officiellement son entrée dans l’ère du numérique, les professionnels de la lecture (enseignants, bibliothécaires, éducateurs…) se doivent d’investir le terrain des ados hyperconnectés y compris hors temps scolaire au travers d’espaces virtuels et de réseaux sociaux. Magalie Bossuyt présentera lors de la journée-événement du 4 décembre consacrée à la lecture, une conférence intitulée « Adolescents et lecture à l’heure du numérique ».

Le plaisir de lire baisse chez les jeunes de 15 ans Les Français étaient 61 % à aimer lire en 2009 contre 70 % en 2000. Les élèves de 15 ans, auxquels s'intéresse la dernière étude internationale Pisa pour l'OCDE, lisent de moins en moins par plaisir. En moyenne, parmi les pays de l'OCDE, en 2009, 37 % des élèves affirment ne pas lire par plaisir, selon l'organisation internationale. En Autriche et au Liechtenstein, plus de la moitié des élèves de 15 ans sont dans ce cas. La lecture analytique à la fin du collège : un exercice de lecture littéraire ? Points de vue d’enseignants, regards d’élèves 1 Le nom de ce projet est un acronyme signifiant : Pratiques effectives de lecture analytique dans l (...) 1Dans un dossier de La lettre de l’AIRDF intitulé L’exercice en examen, B. Daunay (2015) précise qu’« une description didactique ne saurait se contenter […] d’examiner les textes prescriptifs : il convient de mettre à l’épreuve ces analyses en les confrontant aux pratiques effectives, autant qu’on peut les restituer et avec les discours conservés des acteurs » (p. 37). Le projet de recherche PELAS offre une voie d’accès à des exemples de ces pratiques en classe de troisième en France1 : il vise à mieux déterminer ce que l’on entend par lecture analytique au tournant entre la fin du collège et le début du lycée.

Ce qu’on lit dans les entrailles juridiques du Huffington Post… La déclinaison française du Huffington Post a été à peine lancée lundi que déjà des critiques vigoureuses ont fusé, à propos notamment du statut particulier des blogueurs-contributeurs invités qui ne seront pas rémunérés. D’autres critiques ont ciblé le fait que ces blogueurs sont constitués pour l’instant de personnalités VIP sélectionnées par la rédaction du Huffington Post français, sans que les internautes aient la possibilité d’ouvrir un blog lié au site, alors qu’ils sont plus de 9000 à contribuer ainsi à la version américaine. Je m’étais déjà intéressé pour ma part dans un billet précédent au modèle juridique très particulier du Huffington Post et à la manière dont il exploitait les User Generated Content, produits par ses contributeurs. C’est cet aspect qui avait d’ailleurs fait grand bruit l’année dernière lorsque des blogueurs du Huffington Post américain avait formé une action collective pour protester contre la revente du site au groupe AOL.

Portraits d’adolescents : typologies de rapports aux pratiques culturelles Des constellations de goûts et de pratiques Dans son ouvrage intitulé Les loisirs des 6 – 14 ans(4)Sylvie Octobre, Les loisirs des 6-14 ans, La Documentation Française, 2004., Sylvie Octobre souligne l’intérêt – et les limites – des typologies visant à dresser des constellations de goûts pour cette tranche d’âge : « Au terme de l’analyse des consommations culturelles domaine par domaine, on est amené à s’interroger sur les relations, les combinaisons qui s’établissent entre elles. Dans quels univers culturels les 6 – 14 ans évoluent-ils ? Sans méconnaître ce que la seule mise en rapport quantitative peut avoir de grossier dans son incapacité à saisir les spécificités des trajectoires individuelles, importantes notamment dans les transmissions culturelles, cette typologie permet de faire apparaître des systèmes de cohérence entre les divers comportements et distingue huit rapports des 6 – 14 ans à la culture ». Des constellations sans contraintes ?

Littérature jeunesse et numérique Dossier réalisé pour Savoirs CDI par le CRDP de l'académie de Nice. Les auteurs et les éditeurs explorent les liens entre littérature jeunesse et supports nomades (tablettes, liseuses, smartphone…), notamment pour la littérature destinée aux plus jeunes (moins de 10 ans) [1]. Cela donne lieu à différents formats de lecture : livres homothétiques, sites compagnons permettant de prolonger l'univers de lecture, livres ou appli-livres animés ou enrichis, jeux vidéos… Pour les plus grands en revanche (fin de l'école primaire et collège), le paysage, bien qu'en constante évolution, est encore peu fourni. L’inégal accès à la lecture 11 novembre 2009 - 45 % des ouvriers n’ont lu aucun livre sur une année contre 10 % des cadres supérieurs. Un tiers de la population de plus de 15 ans ne lit aucun livre. 27 % en lit 4 par an au maximum. Les écarts entre les catégories sociales sont importants : 50 % des agriculteurs et 45 % des ouvriers ne lisent pas de livres contre 10 % des cadres supérieurs. Les ouvriers lisent en moyenne 11 ouvrages dans l’année, les cadres supérieurs, 23. Les livres les plus lus sont les romans (36 %), les livres historiques (12 %) et la bande dessinée (9 %).

Art et société - À la recherche de la lecture perdue ? Les adolescents et la lecture en France aujourd’hui - OpenEdition Press 1Les jeunes ne lisent plus, tel est le refrain décliné par les sondages, les enquêtes sociologiques, les documentaires alimentant autant de paniques morales et médiatiques, que ce soit avant-hier autour de la bande dessinée, hier de la télévision, aujourd’hui d’Internet. Sans s’interroger ni sur la transformation du verbe lire en verbe intransitif, ni sur l’existence réelle de ce passé mythique où des adolescents auraient été passionnés de lecture, tel le petit Marcel de À la recherche du temps perdu qui, plongé dans sa lecture, laissait s’égrener les heures au clocher de Combray, les discours de déploration ricochent de génération en génération. Et pourtant, pourrait-on rétorquer, en France, des séries comme Harry Potter ou Twilight, mais également les romans de Pierre Bottero, de Meg Cabot, de Timothée de Fombelle sont de véritables best-sellers, sans parler des mangas, même malgré leur essoufflement récent (Baudot, 2010). Tableau 1. Consommations culturelles et avancée en âge (%)

Le grand oeuvre des mercenaires La Mercenary International Corporation recrute. Créée en 2008 par Emeric Lhuisset, un jeune artiste français, cette vraie-fausse société militaire interroge notre rapport à la sécurité. Une incursion fictionnelle et artistique dans le monde clos du mercenariat. « Les jeunes lisent toujours, mais pas des livres » Si les pratiques culturelles des jeunes ont changé, ceux-ci n'ont pour autant pas arrêté de se cultiver. C'est ce qu'explique Sylvie Octobre, chargée de recherche au ministère de la culture, dans son livre Deux pouces et des neurones, qui paraît mercredi 24 septembre. Dans un entretien avec Campus, l'auteure décrypte, sans parti pris, les usages des 15-29 ans en matière culturelle, très différents de ceux de leurs parents au même âge.

« Je prends le temps d’ouvrir un tiroir sonore » : petite histoire de la fiction jeunesse Évoquez la fiction sonore pour les enfants et aussitôt les yeux s’allument : chacun⋅e se remémore quelques écoutes qui ont marqué son enfance. Mais tentez d’en dresser une chronologie ou d’en esquisser un tour d’horizon, et c’est une autre affaire : on glane beaucoup de silences et de points d’interrogation avant de tomber sur des veines fertiles. C’est tout le paradoxe des histoires enregistrées pour les enfants, d’être à la fois parfaitement évidentes et parfaitement méconnues. Vastes comme le patrimoine oral de l’humanité, foisonnantes dans l’édition jeunesse, mais étiquetées avec condescendance comme sous-genre pour sous-public. En 1974, quand j’ai commencé à m’intéresser aux vinyles d’histoires pour les enfants, on trouvait que ce n’était pas très noble.

Enquête : les jeunes et la lecture La lecture, une activité qui serait délaissée par les jeunes ? Rien n’est moins sûr, si l’on en juge par une étude réalisée par l’institut Ipsos pour le Centre national du livre (CNL) auprès d’un échantillon de 1500 jeunes âgés de 7 à 19 ans. Les résultats de cette enquête, qui ont été dévoilés le 28 juin, permettent de dresser, à rebours des idées reçues déclinistes, un état des lieux précis et documenté de la lecture chez les jeunes. « Non seulement les jeunes lisent, mais ils aiment lire ! », se réjouit Vincent Monadé, président du Centre national du livre. Non seulement les jeunes lisent, mais ils aiment lire ! Premier enseignement : la lecture reste une activité « importante » chez les jeunes, qu’elle soit prescrite dans le cadre scolaire (89%) ou librement choisie dans celui des loisirs (78%).

Related:  maevacl