background preloader

Les rites funeraires dans les civilisations anciennes

Facebook Twitter

Rite funeraires - préhistoire. Premières sépultures - Tombe - Inhumation - Préhistoire - Mort. Archéologie des sépultures et des rites funéraires préhistoriques. Archéologie des sépultures et des rites funéraires préhistoriques II Nous allons reprendre aujourd’hui la question des sépultures préhistoriques pour nous intéresser aux rites funéraires.

Archéologie des sépultures et des rites funéraires préhistoriques

Il s’agit ici donc de comprendre quels sont les gestes qui accompagnent le dépôt des morts dans leurs tombes… S’il existe des cérémonies liées aux funérailles… ou parfois postérieures aux funérailles… Vous devez tout d’abord savoir qu’on entre ici dans un domaine beaucoup plus difficile à appréhender que les architectures des tombes ou l’étude des corps eux-mêmes. Mais c’est aussi un domaine très important car c’est celui qui permet de toucher aux comportements sociaux, voire aux croyances des populations de la Préhistoire.

Et en fait, tout porte à croire que les rites funéraires à la fin de la Préhistoire et surtout au Néolithique sont très variés et parfois très sophistiqués. Tout d’abord, le traitement d’un individu décédé ne se résume pas toujours à le mettre dans une tombe. Archéologie funéraire. Neolithique. Guerre. Rites Funeraires. Au début du néolithique, l’amélioration de la production agricole a des effets bénéfiques.

Neolithique. Guerre. Rites Funeraires

Dans un premier temps, les conditions de vie s’améliorent et la démographie explose. Aux alentours de 2 000 ans avant notre ère, cette population est passée à 100 millions alors qu’elle n’était que d’environ 10 millions au début du néolithique. Ces masses humaines de plus en plus importantes rentrent en concurrence. Poussées par le besoin de protéger leurs biens, des communautés établissent leurs villages sur des hauteurs escarpées ou à l’abri derrière des murailles, comme à Jéricho.

Naissance de la guerre Les conflits territoriaux devaient certainement exister bien avant mais c’est au néolithique que la notion de « guerre » apparaît. Civilisation des champs d'urnes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Civilisation des champs d'urnes

Diffusion des Champs d'urnes La civilisation des Champs d'urnes est l'époque où la diffusion de cultures et de techniques métallurgiques et céramiques nouvelles prend place en Europe au Bronze final pour se terminer au tout début de l'âge du fer[1]. Elle se caractérise par des nécropoles d'urnes enterrées[2]. Civilisation des champs d'urnes. Définie par l'école archéologique allemande, la civilisation dite des « champs d'urnes » se caractérise par l'usage de la crémation et le dépôt des cendres du défunt dans des urnes rassemblées en de grandes nécropoles (d'où leur nom).

Civilisation des champs d'urnes

Ce rite funéraire apparaît en Europe centrale à la fin de l'Âge du bronze moyen (soit au ~ xiiie s.), se répand ensuite dans une partie de l'Europe occidentale et de l'Europe du Sud-Est au Bronze final I, ou Champs d'urnes I (~ 1250-~ 1100), pour s'imposer pendant une très longue période au Bronze final II et III, ou Champs d'urnes II et III (~ 1100-~ 750). Pour l'école allemande, la transformation des habitudes funéraires correspond à un changement de civilisation, et l'expansion de ces nouvelles habitudes ne peut qu'accompagner de grands mouvements de peuples.

Culture des catacombes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Culture des catacombes

La culture des catacombes, entre 2800 et 2200 av. J. -C., désigne une culture de l'âge du bronze ancien qui occupait essentiellement ce qui constitue aujourd'hui l'Ukraine, elle succède à la culture du Dniepr moyen. Elle avait des liens avec la Culture Yamna et semble être plus un terme géographique qui recouvre plusieurs cultures archéologiques plus petites qui lui sont liées. Culture Yamna. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Culture Yamna

Étendue approximative de la culture v. 3200-2300 av. J. -C. Les rites funéraires celtes. Tout d'abord, il convient de délimiter dans le temps et dans l'espace la période que l'on appelle celtique, mais aussi de lui attribuer les bons attributs.

les rites funéraires celtes

On peut approximativement déclarer que l'origine du monde celtique remonte au IXème siècle av. J.C., à la même époque où nos amis les grecs faisaient face à une période appelée "Dark Age" par les anglophones. La civilisation celtique s'étend sur toute l'Europe, de l'Islande aux rives de la Mer Noire. S'ils sont sédentaires, ils bougent tout de même de temps en temps. Ils disparaissent peu à peu avec les conquêtes romaines. Je crois qu'il est nécessaire de rappeler que les celtes, dont font partie les gaulois au même titre que les galates (Asie Mineure) ou les celtibères (péninsule Ibérique), n'ont jamais élevé de menhirs ni de dolmens. A propos des pratiques funéraires, on observe qu'elles restent assez différentes de toutes celles connues jusqu'alors. Rituels funèbres chez les Gaulois après les combats. Civilisation de HALLSTATT. La période : Hallstatt ancien (750.650 av.

Civilisation de HALLSTATT.

J.C.) Tumulus entre Hatten et Seltz © Photo Bernard Normand - Tous droits de reproduction interdit La sépulture sous tumulus est le rite funéraire le plus répandu chez les Celtes au cours de la période qui s'étend entre le VIIIe et le Ve siècle av. J.C. En Alsace, les plus courants mesurent de 20 à 30 m de diamètre et 1 à 2 m de hauteur. La fouille d'une sépulture est extrêmement précieuse pour l'archéologue car, outre les renseignements qu'elle apporte dans le domaine des croyances et des influences culturelles ou économiques, le regroupement à un moment déterminé d'une série d'objets en un même lieu permet, par recoupements ou observations statistiques, d'obtenir des fourchettes de datation très précieuses.

Les “chevaliers” : ce sont les tombes de “chefs” à grande épée de fer et harnachements de chevaux qui caractérisent cette période, de la Hongrie au midi de la France. Rite funéraire dans la Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rite funéraire dans la Grèce antique

Le rite funéraire dans la Grèce antique comprend : La tradition voulait que, dans les tombeaux, on dépose des asphodèles : cette très ancienne coutume, à laquelle fait allusion un passage du chant XI de l’Iliade, imitée par les Romains, était encore d'usage du temps de Pline l'Ancien[4]. Sources[modifier | modifier le code] Rite funéraire de la religion romaine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rite funéraire de la religion romaine

Statue funéraire de Marcellus L'appartenance à la classe sociale conditionne le faste des rites funéraires romains. Les Romains, très superstitieux et religieux pensaient qu'un déroulement précis des funérailles était essentiel à l'obtention d'une vie après la mort. Rome antique: rituels funéraires. Rite funéraire étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gravure d'un exemplaire d'urne-cabane Urne biconique dans son puits de pierre (reconstitution au musée Guarnacci de Volterra) Sarcophage architectonique à bas-relief figuré. Tombe étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Urne biconique dans son puits de pierre (reconstitution au musée Guarnacci de Volterra).

Tombe à édicule ; La Tomba Ildebranda de Sovana Tranchée d'accès à la tombe creusée dans la roche (Populonia). La tombe étrusque obéit aux nombreux rites funéraires en vigueur suivant les périodes de sa civilisation : de l'urne cinéraire simple enfouie dans le sol puis dans un puits, à la banquette de pierre recevant le corps du défunt habillé des attributs de sa fonction, puis aux sarcophages, à bas-reliefs ou figurés, des tombes collectives rassemblant les membres d'une même famille (noble), décorées de fresques, rassemblant un mobilier funéraire riche. La religion égyptienne : les rites funéraires. Introduction Tout comme l'héritage archéologique du pays (tombes, statues, sarcophages…), de nombreux textes sur pierre, sur bois, sur papyrus ou sur d'autres supports d'écriture donnent à l'homme d'aujourd'hui l'impression d'un intérêt très développé des détenteurs de la culture égyptienne pour tout ce qui concerne la mort, le tombeau et l'au-delà.

Il faut noter que l'architecture consacrée au monde des dieux et des morts a été construite en pierre alors qu'on utilisait la brique crue, le bois, la paille, matériaux qui ont une durée très limitée, pour les constructions des vivants. Rites funéraires : La momification. Les anciens Égyptiens croyaient à la résurrection du corps et à la vie éternelle. Momification et rituels funéraires en Égypte. La mort et les rites funéraires Amerindiens.

Les rites funéraires des Amérindiens au Canada, vers 1500. Rites funéraires Incas. Rites funéraires Mayas. Les rites funéraires : Les Mayas. Les Civilisations et les rites funéraires : Les Mayas Les Mayas croyaient en la récurrence des cycles de la création et de la destruction et pour eux les ères duraient, d'après notre système moderne de computation du temps, quelque 5200 ans. Le cycle actuel aurait commencé en 3113 ou 3114 av. Funérailles vikings.