background preloader

Gouvernance et Education

Facebook Twitter

Qualité

Doit-on abolir les commissions scolaires? Publié le 01 octobre 2013 à 19h22 | Mis à jour le 01 octobre 2013 à 19h22 | Commentaires (31) Le gouvernement Marois envisage l'abolition des commissions scolaires, un engagement électoral de la Coalition avenir Québec.

Doit-on abolir les commissions scolaires?

Serait-ce une bonne idée? S'agit-il d'une stratégie électorale du PQ visant à jouer dans les plates-bandes de la CAQ? Photo Martin Chamberland, archives La Presse Stéphane Lévesque Enseignant en français au secondaire à L'Assomption Pour savoir s'il faudrait abolir les commissions scolaires, allez visiter votre bonne vieille école publique de quartier. La concertation : un nouvel art de gouverner ? Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2015.

La concertation : un nouvel art de gouverner ?

En éducation, le nouveau quinquennat a été marqué par une double mission confiée au ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon : refonder l’école de la République par un nouveau mode de production d’action publique, la concertation. La refondation vise un changement radical de l’organisation scolaire pour faire enfin entrer dans la modernité du XXIe siècle l’école républicaine, dont les valeurs sont encore largement plébiscitées par les Français. À la différence de nombre de pays étrangers qui ont révolutionné leur école durant les trois dernières décennies, que ce soit dans un élan progressiste comme la Finlande des années quatre-vingt et les États-Unis avec la loi No child left behind dans les années deux mille ou dans une veine libérale – l’Angleterre thatchérienne des années 1970-1980, la France n’a pas effectué de réforme globale systémique de son école depuis les années 1970.

Septembre 2005 La formation des élites. Avril 2013 Les attentes éducatives des familles. Les attentes éducatives des familles ont changé, partout dans le monde.

avril 2013 Les attentes éducatives des familles

Elles se sont à la fois diversifiées et accrues et cette évolution semble s’accompagner, en de nombreux pays, d’une perte de confiance dans la capacité de l’école à favoriser une insertion sociale réussie de leurs enfants. Les familles ont recours, de plus en plus souvent, à des stratégies de compensation, notamment en se tournant vers le marché scolaire.À travers dix études de cas portant sur des contextes culturels économiques et géographiques très variés, l’examen des attentes des familles s’avère ainsi un puissant révélateur du fonctionnement des institutions scolaires elle-mêmes. Throughout the world, families' educational expectations have changed. Expectations have increased and become more diverse and, in many countries, this change seems to be accompanied by a loss of confidence in the capacity of schools to promote successful social integration of their children.

« La Cour de Babel » : des ados unis dans la diversité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Franck Nouchi Non, vous ne rêvez pas : La Cour de Babel, le nouveau documentaire de Julie Bertuccelli, se passe à Paris, en 2013 ; dans une classe d'accueil du collège de la Grange-aux-Belles, dans le 10e arrondissement ; à des années-lumière de ce que l'on raconte sur la France d'aujourd'hui, sa déprime, son pessimisme forcené, ses pulsions xénophobes.

« La Cour de Babel » : des ados unis dans la diversité

Il y a là des adolescents venus de partout, de Pologne, du Mali, de Croatie, de Roumanie, de Biélorussie, de Guinée, du Brésil, du Chili, d'Irlande du Nord, d'Angleterre, de Serbie, de Libye, du Venezuela, du Sri Lanka, d'Ukraine, de Côte d'Ivoire, de Mauritanie, de Chine, du Maroc. Éducation et sociétés plurilingues. Public, privé,... ou hybride ? 1Comme le montrent les conflits qui opposent régulièrement les tenants respectifs des enseignements public et privé, ces catégories sont très fortement connotées, positivement ou négativement selon les cultures et les convictions politiques.

Public, privé,... ou hybride ?

Mais on prend rarement la peine de définir leurs contenus dans les débats. C’est ce que tente tout d’abord cette communication, en recensant les critères qui fondent cette distinction : critères juridiques qui définissent la nature des producteurs de services d’enseignement, critères politico-économiques relatifs à la nature du service lui-même. Ce rapide parcours révèle le progressif brouillage des frontières entre les notions de public et de privé, au moment même où, dans la pratique, c’est leur hybridation qui se généralise.

Mais cette hybridation est depuis peu elle-même théorisée comme principe de gouvernement de l’éducation : ce devrait être désormais un enjeu central des débats sur le devenir des systèmes éducatifs. La vision micro économique. Governance and the European Education Area: Regulating Education and Visions for the ‘Europe’ Project. 1The decision-making field in education has undergone profound transformations in the past few years: on the one hand, it has become broader and more complex, including modalities and actors of the supranational (and subnational) space; on the other hand, it is now curtailed and emptied at the national level and where some areas are concerned, in which process and procedures, legitimate decision-making entities, spaces and fora have been circumvented, surpassed, ignored or reactivated under a different status, notably as spheres for ratifying, developing or implementing the options and decisions made at supranational levels. 3Impacting more or less immediately, with greater or lesser effects, these different constellations of options and political decisions, mostly or exclusively involved the Education Ministers and/or Heads of State and of government who drew up and/or approved statements, measures, programmes and action lines. 2.1.

Governance and the European Education Area: Regulating Education and Visions for the ‘Europe’ Project

Desired effects: Aligning education in Europe 2.1.1.