background preloader

Gouvernance d'Internet

Facebook Twitter

Internet, enjeu de pouvoir entre les Etats-Unis et les "grands émergents" La gouvernance du réseau des réseaux est devenue un sujet majeur de la politique internationale.

Internet, enjeu de pouvoir entre les Etats-Unis et les "grands émergents"

Gouvernance d’Internet : "On pourrait passer à côté d’une occasion historique" Les Etats-Unis sont-ils capables de renoncer à leur rôle de gendarme du Net, et ainsi perdre un peu d'influence sur le web mondial ?

Gouvernance d’Internet : "On pourrait passer à côté d’une occasion historique"

C'est tout l'enjeu du processus actuel de transition, qui, après deux ans de négociations et de nombreux rebondissements, devrait aboutir le 1er octobre prochain sur un changement de gouvernance de l'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l'organisation qui gère la gouvernance technique de l'Internet mondial. Mais en étant le seul organisme à pouvoir attribuer, entre autres, les noms de domaine (.com, .org etc), l'Icann assume de fait les fonctions de régulateur technique d'Internet.

It’s Been 20 Years Since This Man Declared Cyberspace Independence. When digital dystopians and critics of Internet libertarians need a rhetorical dart board, they often pull out a document written by John Perry Barlow, co-founder of the nonprofit Electronic Frontier Foundation, a former cattle rancher and Grateful Dead lyricist.

It’s Been 20 Years Since This Man Declared Cyberspace Independence

On this day in 1996, Barlow sat down in front of a clunky Apple laptop and typed out one very controversial email, now known as the “Declaration of Independence of Cyberspace,” a manifesto with a simple message: Governments don’t—and can’t—govern the Internet. “Governments of the Industrial World, you weary giants of flesh and steel, I come from Cyberspace, the new home of Mind,” read the document’s first words. “On behalf of the future, I ask you of the past to leave us alone. You are not welcome among us. You have no sovereignty where we gather.” In the modern era of global NSA surveillance, China’s Great Firewall, and FBI agents trawling the dark Web, it’s easy to write off Barlow’s declaration as early dotcom-era hubris.

Projet de loi numérique : que réclament les acteurs du secteur ? La période de concertation sur le projet de loi numérique s'est achevée, dimanche. 20 000 contributeurs ont donné leur avis, parmi lesquels de nombreuses organisations.

Projet de loi numérique : que réclament les acteurs du secteur ?

Voici ce qu'ils demandent. Qu'est-ce que les associations, organisations et entreprises ont pensé du projet de loi numérique mis en ligne au début du mois ? Ils ont été nombreux à donner leur avis, approuvant des articles, en critiquant d'autres, proposant des modifications, suppressions ou ajouts. Voici ce qu'ils demandent : Avec le SMSI+10, l’ONU esquisse le futur d’une Société de l’Information durable. Cette semaine, les représentants des gouvernements du monde entier se réunissent au siège de l’ONU à New York, pour une réunion de haut niveau finalisant l’évaluation des 10 ans du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI+10).

Avec le SMSI+10, l’ONU esquisse le futur d’une Société de l’Information durable

Le SMSI, dont l’origine remonte aux sommets onusiens de Genève (2003) et Tunis (2005), a marqué un tournant dans ce que l’on nomme la gouvernance de l’Internet ; autrement dit la manière dont différentes parties prenantes – gouvernements, société civile, secteur privé, communauté technique – travaillent de façon décentralisée mais coordonnée pour que l’Internet fonctionne et contribue aux objectifs sociétaux. 10 ans plus tard, l’ensemble de cette communauté a été appelé à évaluer l’efficacité de ce système de gouvernance. Les négociations de ces derniers mois se sont tenues dans un climat particulièrement sensible.

En effet, les attentats de Paris en janvier puis novembre ont fait resurgir des questions difficiles. Internet, enjeu de pouvoir entre les Etats-Unis et les "grands émergents" Qui contrôle Internet ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Après la publication de notre article consacré au projet Commotion, qui permet de créer des réseaux informatiques non censurés et faciles à déployer dans des pays dictatoriaux, de nombreux lecteurs nous ont interpellés pour savoir qui contrôle aujourd'hui Internet.

Qui contrôle Internet ?

Internet se cherche une gouvernance. Ne laissez pas l’avenir d’Internet se décider sans vous ! Internet fait partie intégrante de nos vies et c’est une fondation convoitée de la vie économique.

Ne laissez pas l’avenir d’Internet se décider sans vous !

Les États-Unis occupent aujourd’hui un rôle prépondérant dans sa gouvernance mais ce rôle est de plus en plus remis en cause, notamment depuis l’affaire des écoutes de la NSA. La gouvernance d’Internet évolue enfin – en apparence du moins – et l’Europe doit trouver sa place dans cette recomposition car les intérêts économiques et sociaux en jeu sont colossaux.On le sait assez peu, mais si l’on cumule Internet fixe et mobile, l’Europe compte 1,5 fois plus d’utilisateurs d’Internet que les États-Unis.

Et pourtant ce sont bien les États-Unis qui assurent l’essentiel de la gouvernance d’Internet. 49ème congrès de l'ICANN : la gouvernance de l'Internet en transition. Gouvernance d'Internet : les Américains lâchent le volant. On aurait pu titrer "Snowden m'a tuer".

Gouvernance d'Internet : les Américains lâchent le volant

Désaméricaniser le nommage Internet. Diversifier le nommage Internet n'est pas une option politique mais une ardente obligation, dans l'intérêt public mondial, y compris pour les populations des États-Unis.

Désaméricaniser le nommage Internet

Cela fait partie des nombreux sujets de débats de cette année qui sera jalonnée par des événements susceptibles d'infléchir la gouvernance mondiale d'Internet. En France se tient demain lundi 10 mars au Conseil économique et social le premier Forum de la gouvernance Internet, dit FGI. Il est organisé essentiellement par des acteurs du nommage Internet. Cette question sera-t-elle abordée ? Au niveau planétaire, une consultation a été ouverte en vue de la rencontre NetMundial qui se tiendra les 23-24 avril 2014 à São Paulo, à l'initiative du gouvernement du Brésil et de l'ICANN. 1.

Gouvernance de l'Internet, un sujet brûlant ! Comment l'Internet doit-il être géré, et par qui ?

Gouvernance de l'Internet, un sujet brûlant !

La question, jadis peu creusée, est aujourd'hui sur toutes les lèvres. La gestion historique par les américains est de plus en plus contestée. Victoire cruciale pour la neutralité du Net aux Etats-Unis. Le régulateur des télécommunications a annoncé après des années de débats de nouvelles règles concernant le traitement des données sur le Web. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger C’est la fin d’un marathon : après des années de débats et de lobbying intenses, la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur des communications américain, a pris une décision ferme, jeudi 26 février, dans le dossier de la neutralité du Net aux Etats-Unis. Gouvernance d’Internet : la fin du gendarme américain ? L'Oncle Sam va-t-il enfin laisser voler l'Icann de ses propres ailes, et ainsi renoncer à une partie de son influence sur le web mondial ?

C'est ce qu'a affirmé jeudi soir Fadi Chéhadé, le président du principal organe de régulation d'Internet. D'ici à la fin de l'année, la structure basée en Californie pourrait s'affranchir de la tutelle du secrétariat d'Etat américain au Commerce pour devenir une organisation internationale basée à Genève, en Suisse. Henri Verdier (Etalab) : "Data.gouv.fr doit se donner les moyens de s'adresser à tous les publics" Après le séminaire gouvernemental sur le numérique, le nouveau directeur d'Etalab détaille sa feuille de route pour 2013.

JDN. Comment a été reçue la feuille de route sur l'open data lors du séminaire gouvernemental sur le numérique du 28 février ? Henri Verdier. Nous avons présenté cette feuille de route avec avec Jérôme Filippini, qui dirige le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP, ndlr) dans lequel est désormais intégrée la mission Etalab. «La CNIL est un ennemi de la Nation» Diantre ! Opposer développement du numérique et préservation de la vie privée constitue un sophisme qui prêterait à sourire, s’il n’était gravissime, alors que nous avons tant besoin de développer une pédagogie active et constante auprès de nos concitoyens et de nos élus.

Ainsi donc, le salut de la révolution numérique, avec ses effets sur le développement de nos économies, viendrait-il du nécessaire abandon de tout contrôle sur l’utilisation des données personnelles collectées. Et pour clore le raisonnement, les institutions chargées de ce contrôle seraient tout simplement des « ennemis de la Nation » et l’instrument d’un Etat « hypercentralisé » manipulé et dominé par des « archéo-rétrogrades » face à une « société civile qui veut moderniser le pays ».

Simpliste et manichéenne, la charge est violente, d’autant plus qu’elle vient d’un représentant du numérique auprès des instances européennes, nommé par le gouvernement français. Le nouveau Conseil national du numérique voit le jour. Le nouveau Conseil national du numérique sera composé de 30 membres auxquels viendront se greffer deux députés, deux sénateurs et cinq personnes "investies localement dans le développement du numérique".

Suite au Conseil des ministres du 12 décembre 2012, à l'occasion duquel la ministre déléguée en charge des PME, de l'innovation et de l'économie numérique Fleur Pellerin a présenté les contours du nouveau Conseil national du numérique, le décret actant sa refonte vient d'êtrepublié au Journal Officiel. Martine Aubry veut une "Commission nationale des libertés numériques"

Comment la fiscalité du numérique pourrait changer. Le rapport Colin & Collin sur la fiscalité de l’économique numérique a conclu à un réel besoin de réforme de la fiscalité des acteurs du monde numérique immatériel. Le Conseil national du numérique ressuscite avec 30 nouveaux membres.

Neutralité du réseau

Fracture numérique. Standard du Web / Normalisation.