background preloader

Collectivités locales et Web social: 4 stratégies potentielles

Collectivités locales et Web social: 4 stratégies potentielles
Municipales 2014: les geeks de la politique sauveront-ils le PS? | Slate See on Scoop.it – netpolitique Les candidats du PS abordent les municipales avec plusieurs lourds handicaps: l’impopularité du gouvernement, un taux d’abstention qu’on prédit important, une montée du Front national qui laisse «l’exécutif désemparé»… Dans ce contexte, toutes les… StanMag‘s insight: Bon panorama des outils de grassrooting See on www.slate.fr

http://netpolitique.net/

Related:  Développement localGouvernance

Elaboration des politiques publiques : processus complexes et ou Cet article a été publié il y a 4 ans 4 mois 9 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. J’aime beaucoup ce schéma cité par Thierry Giappiconi qui montre ce que sont les politiques publiques : des actions publiques incarnées dans des dispositifs répondant à des enjeux/problèmes identifiés comme devant recevoir une réponse qui relève de l’intérêt général, dans l’espoir de produire des résultats, des impacts voire des effets sur le champ social. On perçoit ici la nécessité d’une évaluation qui n’est pas si souvent bien comprise/menée… Les bibliothèques font partie, comme les autres services publics, de tous ces dispositifs.

Faire la loi, ensemble A TED Global en juin 2012 (vidéo), Clay Shirky (@cshirky), faisait une stimulante présentation sur ce que la programmation open source pouvait enseigner à la démocratie. Clay Shirky y rappelle d'abord la valeur de la contribution, comme il l'a fait dans ses deux livres. Il prend pour exemple le blog de la jeune Écossaise Martha Payne qui documentait chaque jour d'une photo et de quelques commentaires ce qu'elle mangeait à l'école... Jusqu'à ce que son professeur lui demande d'arrêter... et que le tollé de cette censure fit reculer l'école et la municipalité.

Réseaux sociaux politiques : quelques remarques Coopol et créateurs de possibles, Epicentre pour le nouveau centre, Lesdémocrates pour le Modem, Europe Ecologie qui va lancer sa nouvelle version… Nouveau sujet à la mode : tout le monde veut son mybarackobama.com Et tout et n’importe quoi est dit, et fait, par les partis politiques. Quelques idées sur cette tendance fourre-tout. Remplacer le web ? Le dialogue, le débat citoyen, la proposition, la contestation, tout cela existe déjà. Clamer, comme le fait l’UMP dans le mail envoyé que “avec les Créateurs de Possibles, l’internaute ne sera plus spectateur mais véritablement acteur de ce débat citoyen”, c’est céder à un tropisme habituel dans les entreprises et les partis politiques : croire qu’avant eux, rien n’existait.

Quand Internet réinvente le politique Une enquête menée auprès de cyberactivistes montre comment Internet est devenue un véritable laboratoire politique. Scripts, blogs, forums, listes de discussions reformulent sans cesse les cadres du débat public. « Don’t hate the media, become the media » (« Ne hais pas les médias, deviens les médias »), lançait en 2001 le chanteur punk Jello Biaffra. Cette injonction est devenue l’un des slogans phares de l’Internet militant, bien décidé à ne pas laisser aux médias traditionnels le monopole de l’information et de la communication. C’est sur ses traces que sont partis vaillamment Olivier Blondeau et Laurence Allard pour comprendre comment Internet, loin d’être un simple gadget électronique, renouvelle le questionnement politique et constitue un véritable laboratoire d’expérimentation. L’atteste par exemple son rôle dans certaines luttes de sans-papiers ou dans les mobilisations de Seattle, Porto Alegre ou Gênes.

 Souverainetés contrastées. Laurent Devisme La manière dont se définissent aujourd’hui les différents pouvoirs publics, dont se répartissent leurs prérogatives, entre blocs de compétences et clause de compétence générale, dont sont orchestrées les politiques publiques, de plus en plus nombreuses : voilà trois sujets qui aujourd’hui occupent une bonne partie de l’actualité politique française et européenne. Qu’il soit question de modernisation territoriale, avec les suites attendues du rapport du Comité pour la réforme des collectivités locales (couramment appelé « rapport Balladur »), qui commence par cette exergue : « Il est temps de décider » ; ou bien qu’il soit question de la suppression de la taxe professionnelle souhaitée par le gouvernement français, l’actualité est vive et il n’est pas toujours aisé d’y voir clair dans les propositions et solutions esquissées. Le point de départ est une réflexion sur les prises du gouvernement au niveau local. Philippe Estèbe, Gouverner la ville mobile. Bibliographie

Adhocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'adhocratie est un néologisme (provenant du terme latin « ad hoc ») utilisé pour désigner une configuration organisationnelle qui mobilise, dans un contexte d’environnements instables et complexes, des compétences pluridisciplinaires et transversales, pour mener à bien des missions précises (comme la résolution de problèmes, la recherche d'efficience en matière de gestion, le développement d'un nouveau produit, etc.). L’adhocratie a d'abord été formulée par Alvin Toffler dans Le choc du futur (1970) puis a été popularisée par Robert Waterman Jr. dans Adhocracy. The power to change (1990). Ce concept organisationnel s'oppose à la bureaucratie. De la Démocratie Numérique “Des millions de blogs, de forums, de messages, d’informations et de commentaires, postés sous toutes les formes possibles et dans des lieux innombrables : le web est devenu une nouvelle dimension de l’espace public. L’espace public numérique, c’est d’abord un territoire, des lieux multiples et très divers où se mêlent documentation et connaissances, information, échanges sociaux ; Nicolas Vanbremeersch nous guide dans cette nébuleuse, analyse et structure l’ensemble. L’immensité de cet univers et les règles qu’il impose font évoluer très rapidement notre société. Le web social, où les individus mettent en réseau contenus et relations, en est le véritable poumon. Il n’est pas qu’un média de plus ; il dispose de ses propres codes, d’une dynamique différente qui bouleversent la manière dont circulent les idées et les informations. Un nouvel espace de démocratie, plus direct, plus rapide, se développe.

TERRITOIRE ET CONSTRUCTION DU POUVOIR COLLECTIF INTERCOMMUNAL – 1 Notamment depuis le début des années 90 en raison de l’adoption des lois ATR (1992), LOADT (1995), (...) 2 Voir notamment le dossier n° 1 de la revue Développement Durable et Territoires : (...) 1Les territorialités politiques urbaines sont en pleine évolution en France, sous le double effet du processus continu de territorialisation de l’action publique et de la complexification des pratiques spatiales et des territorialités des acteurs (Gerbaux, 1999). L’intercommunalisation1 joue un rôle essentiel dans ce processus qui vise à moderniser l’action publique locale – de l’intercommunalité de gestion à l’intercommunalité de projet – dans une perspective de développement durable – ouverture de la décision publique vers la société civile, changement d’échelle des problèmes publics, transversalité des solutions2. 3 Schéma de COhérence Territoriale : document de planification fixant les orientations fondamentales (...)

Sociocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociocratie est un mode de gouvernance qui permet à une organisation, quelle que soit sa taille — d'une famille à un pays —, de fonctionner efficacement sans structure de pouvoir centralisée selon un mode auto-organisé et de prise de décision distribuée. Son fondement moderne est issu des théories systémiques et date de 1970. La sociocratie s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs. Dans une logique d'auto-organisation faisant confiance à l'humain, elle va mettre le pouvoir de l'intelligence collective au service du succès d'objectifs communs. Cette approche permet donc d’atteindre ensemble un objectif partagé, dans le respect des personnes, en préservant la diversité des points de vue et des apports de chacun, ceci en prenant appui sur des relations interpersonnelles de qualité.

La richesse des villes, ce n’est pas la même histoi Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, 2008. Emre Korsu

Related:  Com politique