background preloader

Un bruit de grelot… » Responsabilité affective

Un bruit de grelot… » Responsabilité affective
On parle beaucoup, dans le TransPédéGouineFéministe-World anarchisant, de relations affectives… On développe des outils rudimentaires pour relationner de certaines manières “autres” que le Couple-Famille-Labrador : non-exclusivité, polyamour, collectifs, etc. Soit. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Mais d’une manière ou d’une autre, l’idée est la même : faire d’avantage, de manière durable. Avec “faire d’avantage” comme synonyme de “non-exclusivité, polyamour et autres trucs du genre” et “de manière durable” comme synonyme de “vague réflexion sur le consentement”. Et en général, ça s’arrête là. Ce qui me chagrine, dans toute cette histoire, c’est que finalement on parle assez peu de responsabilité affective. La relation, en tant que ressource, est épuisable et finie (ne serait-ce que pour des raisons matérielles de temps). Car oui, j’ai des attentes. Peut-être que je suis “trop normée”, mais cette idée de “réciprocité”, ça me semble tout simplement être une base. Solène Hasse.

http://unbruitdegrelot.herbesfolles.org/?cat=14

Related:  Sexualité hétéroSexualité hétéromelangeinstableMatériaux pour cerveauLes Zoms

Chronik de Nègres Invertis Yep ! Ici, je veux parler en 3 parties de relations humaines, de liberté, d’autonomie, de responsabilité, mais aussi de vulnérabilité, d’estime de soi, de manque de confiance, d’injustice…Bon, c’est vaste, mais y’a un lien quand même entre tout ça. Et puis, plusieurs textes comme celui-là, ou encore des discussions avec des gens qui se sentent excluEs, marginaliséEs ont inspiré tous les questionnements que j’avais sur ce vaste ensemble de thèmes. Je précise que c’est quand même très centré sur des milieux précis (militantismes féministe, queer) et que du coup je prends pour acquis que les gens à qui je m’adresse savent que la monogamie n’est pas la seule voie possible, que le polyamour par exemple en est une alternative, et qu’il y a un discours culturel sur "l’Amour", comme sur le reste. Qui a le droit d’ accéder aux relations sentimentales et sexuelles ? Et du coup, on arrive à un truc qui m’exaspère au plus au point.

Quels conseils pourriez-vous donner aux victimes de viol conjugal ? Précisément de ne pas... se victimiser. La loi donne désormais aux femmes le pouvoir de dire non, qui comporte, en filigrane, celui de consentir et non plus de subir. La quête d'une sexualité épanouissante et gratifiante est désormais un droit fondamental de la personne humaine. C'est contre une sexualité subie, imposée et aversive qu'il faut se battre. Mais en faisant preuve de discernement. L'omniprésence de la " violence psychologique ", alléguée dès qu'il y a conflit, pousse insensiblement à revendiquer le statut de victime. Burundi: près de 100 morts, les habitants horrifiés Des habitants de Bujumbura ont découvert "horrifiés" ce matin des dizaines de cadavres de jeunes gens tués par balles, réputés pour leur opposition au président Pierre Nkurunziza. En milieu de matinée, les cadavres d'au moins quarante jeunes tués par balles, souvent à bout portant, ont été découverts dans les rues de Bujumbura. Dans plusieurs quartiers, les habitants ont accusé les forces de l'ordre d'avoir arrêté vendredi tous les jeunes qu'ils rencontraient et de les avoir exécutés délibérément. Cela intervient peu après des attaques à l'aube par des insurgés de trois camps militaires de la capitale burundaise. A Nyakabiga, un quartier contestataire du centre de Bujumbura, des journalistes burundais et plusieurs témoins ont rapporté avoir vu 20 cadavres de personnes tuées par balles.

Genre : état des lieux La Vie des idées : « Gender studies », « théorie du genre », « théorie du gender », « théorie du genre sexuel » : les associations catholiques et les députés accablent ces théories de tous les maux, sans jamais les définir. Peut-on définir les gender studies, ou études de genre ? Laure Bereni : L’expression « études sur le genre » (on parle aussi, indifféremment, d’« études genre » ou d’« études de genre ») s’est diffusée au cours des dernières années en France pour désigner un champ de recherche qui s’est autonomisé dans le monde académique depuis une quarantaine d’années, et qui prend pour objet les rapports sociaux entre les sexes. La première réaction que m’inspirent les discours des contempteurs du genre, c’est qu’il est faux de laisser penser qu’il existerait une théorie du genre.

Les luttes féministes peuvent-elles se passer des hommes ? Il va falloir se mettre en tête - que je me mette en tête - que le féminisme ne se passera pas des hommes. Je peux bien écrire 500 textes expliquant ce qu'est le viol, tant que le groupe "hommes" ne sera pas bien convaincu qu'il ne faut pas violer, on n'arrivera à rien. Tant qu'il n'y aura pas une prise en compte nette qu'il y a un léger problème dans la construction du masculin, qui entraîne le viol (et rien que de déjà poser cela est une sorte de révolution totale qui me vaut la glorieuse réputation de haïr les hommes, on ne se demande jamais si les hommes haïssent les femmes pour autant leur faire du mal. Enfin on arrive à démontrer qu'un type qui éclate la tête d'une femme contre un radiateur commet un crime passionnel alors bon...). En 15 ans de féminisme, jamais personne n'est venu me dire '"Mais dis donc, au vu des statistiques là, les hommes ne haïraient tout simplement pas les femmes ? Les choses sont simples.

«Il n’y a pas de rapport sexuel», l’art du porno recyclé Réalisé à partir de séquences de making of des films porno de HPG, «Il n’y a pas de rapport sexuel» est un long-métrage de Raphaël Siboni. Travail d’appropriation et de recyclage. Sujet casse-gueule. A l’entrée du cinéma, le public qui attend pour voir le film est plutôt mélangé (hommes, femmes, jeunes, moins jeunes). Dans la file se propage un même son de cloche légèrement faux-cul: «On en a entendu parler sur France Culture, il paraît que c’est pas mal».

VIOLENCES SEXUELLES page rédigée par le Dr Muriel Salmona lire également l'article le viol, crime absolu paru dans la Revue Santé mentale dans un dossier complet sur Le traumatisme du viol paru dans le numéro 176 de mars 2013 et bien sûr aussi le livre noir des violences sexuelles Définition des violences sexuelles « Règles élémentaires  : une collecte de produits intimes pour les femmes sans-abri Une étudiante de Sciences Po vient de lancer Règles élémentaires, une campagne pour collecter des produits d’hygiène intimes pour les femmes sans-abri. Elle a démarré vendredi 27 novembre, jour de la collecte nationale des banques alimentaires, à Sciences-Po Paris, sur fond d’affiches noires et rouges, imaginées par l’étudiante pour interpeller le plus grand nombre. Les gens ne veulent pas entendre parler de règles c’est tabou, c’est du sang, ça les choque, c’est un sujet qui dégoûte et dont personne ne parle. Il y a pourtant une vraie problématique.

Comment la testostérone vient aux hommes (et aux femmes aussi) «Effets du comportement de genre sur la testostérone chez les femmes et les hommes», annonce le titre de l’étude*. Minute: le mécanisme n’est-il pas censé fonctionner dans l’autre sens? La testostérone n’est-elle pas un facteur explicatif de certaines attitudes associées au genre masculin – forte compétitivité, agressivité marquée, moindre empathie? Les idées courantes vont globalement dans cette direction-là. Hommes et féminisme [le texte évoque uniquement le couple hétéro ; c'est un partie pris qui ne veut absolument pas laisser entendre que le couple est par essence hétérosexuel). Je voudrais donc ré-aborder ici la relation des hommes au féminisme et de ce qu'ils peuvent faire pour collaborer à l'avancée des droits. Le sexisme ne fonctionne pas de la même façon que les deux autres grands systèmes inégalitaires que sont le racisme et le capitalisme ; ces deux derniers fonctionnement sur la subordination des uns aux autres. Dans le racisme, le ou les groupes racialisés sont subordonnés au groupe qui racialise.

Le sexe en sociologie Comment travailler sur des terrains où sexualités et intimités se donnent à voir, se mettent en scène, s’exhibent ? Comment mettre en place « l’empirisme radical » que nous a enseigné Alain Tarrius, Professeur de Sociologie ? Comment construire une relation altéritaire avec une informatrice/collaboratrice, et ce d’autant plus qu’elle est frappée du stigmate de « pute », même quand elle gagne 3000 euros la nuit ? Petits secrets pour grandes satisfactions Chercheuse en neurosciences, Maïté Sauvet enquête depuis des années sur l'épanouissement sexuel. Psychologies : Pour écrire votre dernier livre, vous avez rencontré quantité de personnes qui se disent "sexuellement satisfaites". Que nous apprennent-elles? Comment ne pas construire un discours scientifique Note exploratoire sur les « épistémologies féministes » du point de vue Les « épistémologies féministes », voilà un thème qui n’avait guère ému le trop phallocentré Carnet Zilsel. Qu’on n’en ait encore rien dit, cela ne laisse pas d’interroger après-coup notre petite équipe autogérée. Pourquoi était-ce le néant, alors que nous avons tellement ratissé depuis deux ans ? On peut toujours trouver quelques éléments de réponse. Il faut bien en convenir, cette équipe est très peu féminisée.

Related: