background preloader

Richard Stallman

Richard Stallman
Richard Stallman en 2019. signature Richard Matthew Stallman, né le 16 mars 1953 à Manhattan, connu aussi sous les initiales rms (en minuscules[1]), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, il lance, en 1983, le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous le sigle GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »[2]. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU (GCC), le débogueur GNU (gdb) mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU Make. Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion des logiciels libres auprès de divers publics un peu partout dans le monde. Biographie[modifier | modifier le code] Tout bascula au début des années 1980. Emacs[modifier | modifier le code]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman

Related:  Session 2017Enjeux sociétaux du numérique

Licence de logiciel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une licence de logiciel est un contrat par lequel le titulaire des droits d'auteur sur un programme informatique définit avec son cocontractant (exploitant ou utilisateur) les conditions dans lesquelles ce programme peut être utilisé, diffusé ou modifié. Principe[modifier | modifier le code] Une licence de logiciel est un contrat « par lequel le titulaire des droits du logiciel autorise un tiers à poser des gestes qui autrement les enfreindraient[1]. » Pour avoir le droit d'utiliser un logiciel, il faut que le titulaire des droits l'autorise. La licence est le document dans lequel il énumère les droits qu'il accorde au licencié (installer le logiciel, l'utiliser, faire une copie de sauvegarde).

Douglas Engelbart Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Douglas Engelbart Douglas Engelbart en 2008. Études[modifier | modifier le code] En qualité de diplômé de Berkeley, il a participé à la construction du projet d'Ordinateur Digital de Californie, le CALDIC. Google condamné à oublier des résultats parlant du droit à l'oubli Le Bureau du Commissaire à l'Information, l'homologue britannique de la CNIL, a ordonné à Google de supprimer de ses résultats de recherche des articles qui parlaient de droits à l'oubli précédemment accordés par Google. Il s'agissait d'articles de presse qui évoquaient le cas d'une personne ayant été condamnée pour un délit pénal commis il y a 10 ans, à qui Google avait accordé le droit de ne pas voir son nom associé à cette histoire lorsque des internautes recherchaient des informations le concernant. Des journalistes, qui tentent de comprendre comment Google applique le droit à l'oubli imposé par l'arrêt Google Spain de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), avaient utilisé cette affaire pour illustrer la problématique.

Palo Alto Research Center Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Palo Alto Research Center Câble ethernet original du Xerox PARC Le Palo Alto Research Center (abrégé en PARC), anciennement Xerox Palo Alto Research Center, est un centre de recherches en informatique situé à Palo Alto en Californie (États-Unis). Histoire[modifier | modifier le code] Droit à l'oubli dans l'affaire Dreyfus : Google doit-il déréférencer le "J'accuse" de Zola ? Il y a quelque chose d'absolument fascinant dans le bras de fer qui oppose Google à la CNIL et à la commission eurpéenne au sujet du droit à l'oubli, et qui commence à ressembler à un intéressant - et dangereux - paradoxe logico-mathématique. Je précise et rappelle en introduction que je me range du côté des opposants à la mise en place d'un droit à l'oubli, pour des raisons déjà détaillées dans de nombreux articles. Mon nom est personne. Précisons en préambule, pour être parfaitement clair et parce que c'est important, que les pages et les liens dont il sera question dans la suite de ce billet sont uniquement ceux renvoyés par Google à la suite d'une requête portant sur le nom d'un individu (ou sur son pseudonyme dans la mesure ou il permet facilement de remonter à son vrai nom). Déréférencer les pages parlant des pages déréférencées.

Alan Turing, un génie méconnu par ses professeurs Alan Turing est à l’honneur d’une exposition consacrée aux décrypteurs célèbres, à Cambridge, annonce The Times. Pourtant, à en croire ses bulletins scolaires, le Britannique venu à bout d’Enigma lors de la Seconde Guerre mondiale ne semblait pas y être prédestiné. Le fameux mathématicien et cryptologue britannique Alan Turing est un des génies mis à l’honneur par le musée Fitzwilliam à Cambridge, rapporte The Times. Du 24 octobre 2017 au 3 février 2018, l’exposition “Codebreakers and Groundbreakers” (“Décrypteurs et précurseurs”) montre les prouesses intellectuelles et les histoires personnelles de ceux qui ont su casser deux codes historiques : celui de la machine allemande de chiffrage Enigma, utilisée lors de la Seconde Guerre mondiale, et celui du “linéaire B”, une forme grecque ancienne, déchiffrée par Michael Ventris et John Chadwick. Mis à la part des appareils de codage, le musée expose des objets personnels ayant appartenu aux célèbres déchiffreurs. “Idées vagues”

Marc L*** Mis en ligne le mercredi 7 janvier 2009 ; mis à jour le mardi 28 avril 2009. Bon annniversaire, Marc. Le 5 décembre 2008, tu fêteras tes vingt-neuf ans. Tu permets qu’on se tutoie, Marc ? Un référentiel national ouvert : de l’adresse à la coordonnée géographique - adresse.data.gouv.fr Utiliser le paramètre q pour faire une recherche plein texte: http ' bd du port' Avec limit on peut contrôler le nombre d’éléments retournés: Max Schrems : "L'important, c'est que Facebook respecte la loi" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Au café Ritter, un vénérable établissement plus que centenaire du cœur de Vienne, le serveur n'en croit pas ses yeux. Max, le tranquille étudiant en droit qui venait chaque matin depuis des années prendre un café et potasser, seul, ses cours - il habite juste à côté -, passe désormais son temps à discuter avec des journalistes de toute l'Europe. Le jeune homme est devenu une quasi-star internationale en quelques semaines, après avoir déposé vingt-deux plaintes contre Facebook, avec le soutien d'un groupe d'amis, auprès de l'autorité irlandaise de protection de la vie privée. Pourquoi en Irlande ? "Parce que comme Facebook a un siège dans l'île, il ne peut pas contester la compétence des autorités irlandaises", précise M.

Related: