background preloader

Sefarim.fr : la Bible en hébreu, en français et en anglais dans la traduction du Rabbinat avec le commentaire de Rachi

Sefarim.fr : la Bible en hébreu, en français et en anglais dans la traduction du Rabbinat avec le commentaire de Rachi
Conditions d'utilisation Le site Sefarim a été conçu pour favoriser la diffusion et la connaissance des textes juifs, dans leurs versions et traductions approuvées par le corps rabbinique et les autorités religieuses. L’utilisation des textes mis à disposition sur Sefarim est donc libre et gratuite. Aucune utilisation commerciale, d’aucune sorte n’est autorisée. Les bases de données textuelles disponibles sur Sefarim ont fait l’objet d’un codage spécifique qui les rend facilement identifiables. Akadem-Multimédia prendra toute disposition légale pour poursuivre quiconque ferait une utilisation commerciale de son travail.

http://www.sefarim.fr/

Related:  Lire la BibleTalmudwarkrys

Historique du symbole des apôtres Introduction : justification de cette étude I. Le sens du mot symbole Parashat VaIshlah, Méditation sur le nom d'IsraëlL'hébreu biblique - Le blog de Haïm Ouizemann L'hébreu biblique – Le blog de Haïm Ouizemann Le rabbin Abraham Joshua Heschel en compagnie du pasteur Martin Luther King: Marche de Selma à Montgomery (1965) Au cours de cette méditation relative à la péricope VaIshlah[1], nous porterons notre attention sur la racine שׂ.ר.י [ה] / S. R. Y [H] ou שׂ.וּ.ר / S. Ou. R., toutes deux signifiant « lutter, se rendre maître de ». Eschatologie juive L'eschatologie juive est un rameau de la pensée juive s'intéressant à la destinée finale du peuple juif, et du monde en général. Selon la plupart des croyances relatives à ce sujet, la fin des jours (hébreu אחרית הימים a'harit hayamim[1]) se caractérise par la venue du Messie, se déroule en plusieurs étapes, et s'achève sur le triomphe de Dieu et celui de son peuple, les enfants d'Israël.La destinée des individus, censés ressusciter à la venue du Messie, y est également évoquée, mais à titre secondaire, malgré les nombreuses interrogations que le fait suscite. Cette vision eschatologique sous-tend tout entière le sens de l'histoire d'Israël, et de l'humanité, dans la Bible. Elle trouve sa plus grande expression chez les prophètes, qui prédisent le jour de YHWH[2] : en ce jour redoutable, YHWH visitera la terre pour juger les individus.

Sommaire des 66 livres de la Bible Leslie M. Grant Édition originale publiée en anglais par Believers Bookshelf sous le titre The Bible - Its 66 Books in Brief. ISBN 8-088172-160-3. A déjà été publié en anglais dans le calendrier « The Lord is Near ». ISBN 2-921905-06-X. Etude Biblique, Rois d'Israel par Henri Rossier Table des matières : 1 - Introduction 2 - Chapitre 1 — Élie et Achazia Parasha de la semaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La parasha de la semaine (hébreu : פרשת השבוע Parashat Hashavoua) est la portion hebdomadaire de la Torah lue publiquement par les Juifs lors de chaque sabbath, de façon à lire toute la Torah entre la Sim'hat Torah d'une année et celle de l'année suivante. Le découpage en parashiot n'apparaît pas dans le texte original du Sefer Torah ; la Torah elle-même ne prescrit de lecture publique que celle du Haqhel (Deutéronome 31:12).L'institution d'une lecture publique le sabbath a été décidée après l'exil de Babylone. À son retour en terre d'Israël, Ezra le Scribe prescrit également la lecture bihebdomadaire d'une partie de la parasha, le lundi et le jeudi. Usage traditionnel[modifier | modifier le code]

L'histoire deutéronomiste L'« histoire deutéronomiste » est l'ensemble constitué par les livres de Josué, Juges, 1 et 2 Samuel, 1 et 2 Rois. Il est devenu habituel d'appeler « histoire deutéronomiste » l'ensemble constitué par les livres de Josué, Juges, 1 et 2 Samuel, 1 et 2 Rois et qui suit immédiatement le livre du Deutéronome. La période couverte s'étend de l'entrée en Terre Promise sous la conduite de Josué à l'exil hors de cette même terre par ordre du roi de Babylone. À la suite de la traduction grecque de la Septante reprise par la Vulgate latine, les chrétiens considèrent cet ensemble comme des « livres historiques ».

Pirkei Avot Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le traité Avot (hébreu : אבות « pères » ou « principes ») est le neuvième et avant-dernier de l’ordre Nezikin dans la Mishna. Seul traité à ne pas aborder des points de Loi juive, il comprend cinq chapitres d’apophtegmes et de réflexions à caractère majoritairement éthique, occupant dans la littérature rabbinique la même place que le Livre des Proverbes dans la Bible. Augmenté au Moyen Âge d’un « chapitre » supplémentaire issu de la littérature tannaïtique extra-mishnaïque, il est intégré, sous le nom de Pirke Avot (hébreu : פרקי אבות « chapitre des pères »), à la liturgie de l’après-midi du chabbat. Objet du traité[modifier | modifier le code] Avant-dernier traité de l’ordre Nezikin consacré aux dommages et à leur compensation, Avot a pour fonction, selon Maïmonide, d’enseigner aux juges les coutumes et vertus des Sages ainsi que l’antiquité de la chaîne de transmission de leurs savoirs.

Midrash Rabba Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Midrash Rabba (hébreu : מדרש רבה Midrash Rabbah, « grand Midrash » ou peut-être « Midrash d[’Ochiya] Rabba ») désigne un ensemble de dix recueils de midrashim aggadiques sur les cinq Livres de la Torah et les cinq Rouleaux : Historique[modifier | modifier le code] Le terme Rabba est appliqué pour la première fois à un Midrash sur Bereshit rédigé vers la moitié du Ve siècle, afin de le distinguer d'autres recueils. Il est ensuite appliqué aux Midrashim d'autres Livres du Pentateuque dont Vayikra Rabba, plus ou moins contemporain de Bereshit Rabba, et d'autres plus récents avec lesquels Bereshit Rabba est souvent copié.

Il ne faut plus dire « Yavhé » : le synode adopte cette disposition – ZENIT – Francais ROME, Vendredi 24 octobre 2008 (ZENIT.org) – Par respect pour le Nom de Dieu, pour la Tradition de l’Eglise, pour le Peuple Juif, et pour des raisons philologiques, il ne faut plus prononcer le nom de Dieu en disant «Yavhé ». Le synode des évêques sur la Parole de Dieu dans la vie et la mission de l’Eglise a mis en pratique cette nouvelle disposition de la Congrégation romaine pour le culte divin qui demande – « par directive du Saint-Père » – qu’on n’emploie plus la transcription des quatre consonnes hébraïques – « le Tétragramme sacré » – vocalisées en « Yavhé » ou « Yahweh », dans les traductions, « les célébrations liturgiques, dans les chants, et dans les prières » de l’Eglise catholique. C’est ce qu’a révélé ce matin au Vatican, Mgr Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture, bibliste, et président de la commission du Message du synode des évêques, en présentant ce message à la presse et en répondant aux questions des journalistes.

Shammaï Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. la tombe de Shammaï à Méron Shammaï (mort en 30 ap. J.-C.) fut contemporain d'Hillel, et comme lui, une figure majeure de la Mishna. Midrash Page de titre d'une édition du Midrash Tehilim (Prague, 1613). Le Midrash (hébreu : מדרש, pluriel midrashim) désigne à la fois : une méthode herméneutique d’exégèse biblique opérant principalement par comparaison entre différents passages bibliques ;par métonymie, la littérature recueillant ces commentaires. Longtemps réduit à sa dimension folklorique et apparemment naïve, le Midrash connaît un regain d’intérêt lorsque des biblistes redécouvrent derrière ses exégèses apparemment extravagantes les parallèles qui se fondent sur l’intertextualité de la Bible, et ouvriraient selon certains une fenêtre sur l’élaboration même des textes qu’il commente.

Rachi ne doit pas être confondu avec le Rachbi Principalement connu de nos jours pour ses commentaires sur la totalité de la Bible hébraïque et du Talmud de Babylone, il est l’une des principales autorités rabbiniques du Moyen Âge et compte parmi les figures les plus influentes du judaïsme. Il est aussi l’un des savants juifs ayant le plus marqué l'histoire des idées de l'Occident chrétien. Son exégèse biblique, appelée Commentaire, a en effet inspiré à Abélard pour le Paraclet, par l'intermédiaire des tossafistes, le premier cours[1] sur la Genèse depuis Saint Jérôme, initiant l'étude de l'Ancien Testament, puis a influencé, par le truchement de Nicolas de Lyre, la traduction de la Bible par Martin Luther[2]. Famille[modifier | modifier le code] Peu de faits historiques sûrs et avérés nous restent concernant la vie de Rachi.

Lire la Bible, Alliance et Société biblique française En cas de problème d'utilisation contactez le webmaster du site. Traduction Œcuménique de la Bible (TOB) (2010) Copyright 2010, Société biblique française BP 47 95400 Villiers-le-Bel France

Related: