background preloader

Bibliothèque Copte de Nag Hammadi

Bibliothèque Copte de Nag Hammadi

<EXPOSÉ VALENTINIEN> (NH XI, 2 + 2A-C) Traduction de Jean-Pierre Mahé (Note*) 22 [ . . . . . . . . . . n]i dans [ . . . . . . . . . . . . . . . . . ] entrer à l’intér[ieur . . . . . . . . . . . . . . . . ] l’abondan[ce . . . . . . . . . . . . . . . . ] riche(s) [ . . . . . . . ] 5 [ . . . . . . . . . . ] ceux qui . [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] . . . [ . . . . . . . . . . ] [ . . . . . . . . . Je] di[rai] mon mys[tère à ceux qui] sont miens et [à ceux qui deviendront m]iens. Ceux-là, donc, sont ceux qui [auront reconnu Celui-qui]-est. Le Père — 20 c’est-[à-dire la Racin]e du Tout, l’In[effable, c’est] dans la Monade [qu’il] est, [existant en] lui[-même] dans le silence, [et] le si[lence, c’es]t d’être en repos. Donc, alors qu’[il existai]t comme Monade et que 25 [nul] n’ex[istait] avant lui, c’est (pourtant) [dans la D]yade qu’il existe, et dans la conjonction : et sa [c]onjointe, c’est Sigé. En effet, en vue du Tout, il conçut une pensée étrangère, puisque rien n’existait avant lui. Or [ . . . .

L'Exposé Valentinien L'Edition Anglaise (NHLE) des Codex de Nag Hammadi présente l'Exposé Valentinien sur 5 pages. Dans l'édition Gnostique Copte, nous avons les 18 pages qui correspondent aux pages de 22 à 39 dans les Codex. Sur certaines des feuilles, le texte est presque complètement détruit. La descente du Christ du Plérome est relatée à la page 26, ligne 23, où le nom de l'Eon est inscrit en pleines lettres: XRHCTOC, c'est à dire Christos. Cet Eon est dit posséder quatre puissances et constituer en lui-même la totalité du Plérome. “... et il voulait (laisser) le Trentième étant une (syzygie) de l'Homme et de l'Eglise (ekklesia), à savoir, Sophia, afin de surpasser... et d'amener le Plérome.” C'est ici que commence la cosmologie Sophianique unique au genre Valentinien. Ce texte contient la célèbre envolée: “C'est la volonté de l'Originateur de ne rien permettre dans le Plérome qui puisse se manifester sans la syzygie, l'accouplement des Eons” (36.28-32).

Proclus La page 2 de Procli Diadochi Lycii Institutio Physica (publié sous la direction de A. Ritzenfeld à Leipzig en 1912). Copie du manuscrit conservé par la British Library (Harley MS 5685, fol. 133r). Proclus (Proclus de Lycie) ou Proclos, en grec ancien Πρόκλος / Próklos (né à Byzance le 7 ou 8 février 412 - et mort à Athènes le 17 avril 485), surnommé « le Diadoque » (διάδοχος, successeur), fut un philosophe néoplatonicien de l'école néoplatonicienne d'Athènes. Biographie[modifier | modifier le code] La vie de Proclus est connue essentiellement par son successeur Marinus[1]. À l'âge de vingt ans, il se rend à Athènes pour assister aux cours des philosophes platoniciens de l'école néoplatonicienne d'Athènes, chez Plutarque d'Athènes, dit aussi Plutarque le Jeune, fondateur et chef de cette école vers 400 ; il est condisciple de Hiéroclès d'Alexandrie ; ensuite il suit l'enseignement du successeur, Syrianos : logique, morale, politique, physique, enfin théologie. [modifier | modifier le code]

Œuvres de saint Denys l’Aréopagite/Livre de la hiérarchie céleste Tout vient de Dieu et retourne à Dieu, les réalités et la science que nous en avons. Une véritable unité subsiste au fond de la multiplicité, et les choses qui se voient sont comme le vêtement symbolique des choses qui ne se voient pas. C’est donc une loi du monde que ce qui est supérieur se reflète en ce qui est inférieur, et que des formes sensibles représentent les substances purement spirituelles, et qui ne peuvent être amenées sous les sens. Ainsi la sublime nature de Dieu, et, à plus forte raison, la nature des esprits célestes, peuvent être dépeintes sous l’emblème obscur des êtres corporels : mais il y a une racine unique et un type suprême de ces reproductions multiples. En effet, les pures intelligences ne sont pas toutes de la même dignité ; mais elles sont distribuées en trois hiérarchies, dont chacune comprend trois ordres. Ces principes expliquent suffisamment le sens et la raison des formes corporelles sous le voile desquelles sont représentés les Anges. Argument. — I.

Une solution géométrique de la gravité - Flying Taurus La structure de l'espace-temps est un treillis quantifié de Fleur de Vie scalaires infinies. En d'autres termes, l'espace lui-même est fait de discrets, superbes et minuscules petits paquets d'énergie: de la plus petite quantité de vibration que le spectre électromagnétique puisse fabriquer. Ces petits paquets sont ce que vous pourriez imaginer être des "pixels" qui composent l'univers mais, comme ils ne sont pas carrés mais sphériques, ils sont en fait appelés "voxels" (pixels en volume, NdT). D'abord découvert par Max Planck, la plus petite distance que vous pouvez éventuellement mesurer est la longueur de cette universelle et fondamentale onde de forme dite longueur de Planck: 0.0000000000000000000000000000000001616cm(soit 16,16.10^-35m) Il est presque impossible de visualiser à quel point la longueur de Planck est petite. Une solution géométrique de la gravité source:

Jules Doinel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Doinel. Biographie[modifier | modifier le code] On lui connaît de nombreux pseudonymes (Jean Kostka, Nova-lis, Kostka de Borgia, Jules-Stanislas Doinel, Jules-Stany Doinel, Jules Doinel Du Val-Michel). Fin 1884, Doinel fut reçu comme apprenti au Grand Orient de France et sera reçu maître en avril 1886 (il s'en distanciera durant les années 1890).[réf. nécessaire] Il fut aussi membre de l'ordre Martiniste. À la fin du XIXe siècle, il y avait des sièges de l'Église gnostique dans seize villes de France, dont Paris, mais d'autres aussi en Pologne (Varsovie), en Belgique, en Bohème, et en Italie (Milan, Concorezzo). Des occultistes connus adhérèrent à l'Église gnostique. René Guénon, qui s'était fait consacrer évêque d'Alexandrie sous le nom de Tau Palingenius, fit un passage très éphémère dans l'Église gnostique de Doinel; selon lui, cette église ne bénéficiait d'aucune transmission authentique.

Jules Stany Doinel La gnose de Valentin À mes frères et mes soeurs de l'Élise Gnostique répandus dans les ténèbres de ce monde Hylique. J'aborde la gnose de Valentin. C'est la gnose complète. Je l'aborde avec foi, enthousiasme et tremblements car je sens que l'heure est venue où la Doctrine longtemps muette, longtemps cachée, longtemps persécutée, va jeter sur les hommes de cette fin de siècle sa clarté salutaire et libératrice. Je remercie Papus de m'avoir ouvert l'Initiation, pour cet apostolat gnostique. Le principe de la Gnose est celui-ci: Au commencement était le SILENCE, Eon éternel, source des Eons, l'invisible Silence, l'innomé, l'ineffable, l'ABÎIME; la langue vulgaire l'appelle Dieu. Principe et cause, infini, enveloppé de soi-mèrne, il n'agissait pas. L'ABÎME (Buthor), s'enveloppant ainsi soi-mème, se contemplait avec sa coéternelle épouse, la PENSÉE (Ennoia). Les Eons sortis de Dieu émanèrent à leur tour comme Dieu. 5-6. Anthropos et Ecclêsia émanèrent et projetèrent Il fallut aider Horos. Jules Stany Doinel.

The Language of God “Philosophy [nature] is written in that great book which ever is before our eyes — I mean the universe — but we cannot understand it if we do not first learn the language and grasp the symbols in which it is written. The book is written in mathematical language, and the symbols are triangles, circles and other geometrical figures, without whose help it is impossible to comprehend a single word of it; without which one wanders in vain through a dark labyrinth.” — Galileo Galilei Blessed is the man who finds wisdom, the man who gains understanding, for she is more profitable than silver and yields better returns than gold. She is more precious than rubies; nothing you desire can compare with her. Long life is in her right hand; in her left hand are riches and honor. Her ways are pleasant ways, and all her paths are peace. “If you only knew the magnificence of the 3, 6 and 9, then you would have a key to the universe.” — Nicola Tesla The Language of the Divine Architect Pi = (6/5) * phi2

La Gnose de Valentin Jules Stany Doinel À mes frères et mes soeurs de l'Élise Gnostique répandus dans les ténèbres de ce monde Hylique. J'aborde la gnose de Valentin. C'est la gnose complète. Je l'aborde avec foi, enthousiasme et tremblements car je sens que l'heure est venue où la Doctrine longtemps muette, longtemps cachée, longtemps persécutée, va jeter sur les hommes de cette fin de siècle sa clarté salutaire et libératrice. Je remercie Papus de m'avoir ouvert l'Initiation, pour cet apostolat gnostique. Notre âge est vraiment privilégié. N'est-il pas, juste que la gnose qui a rayonné pendant plusieurs siècles et qui s'est presque éteinte, reparaisse à son tour dans le firmament des âmes? Le principe de la Gnose est celui-ci: Au commencement était le SILENCE, Eon éternel, source des Eons, l'invisible Silence, l'innomé, l'ineffable, l'ABÎME; la langue vulgaire l'appelle Dieu. Principe et cause, infini, enveloppé de soi-même, il n'agissait pas. • 1-2. • 3-4. • 5-6. • 7-8. • 1-2.- Bythios et Mixis. Retour

LES MEMBRES INFERIEURS (maux, causes) Symbolique du yin Côté droit du corps 1er degré : La mère, l’épouse, la fille, la sœur. 2éme degré : La femme en général, la féminité, la structure des choses ou de soi-même, le cerveau droit, le sentiment. 3éme degré : La famille, l’entreprise (qui représente la mère sociale, celle qui « nourrit » et protège en son sein), la société, l’église Symbolique du yang Côté gauche du corps 1er degré : le père, l’époux, le fils, le frère. 2éme degré : l’homme en général, la masculinité, la personnalité des choses ou de soi-même, le cerveau gauche, la force. 3éme degré : l'individualisme, la hiérarchie (qui représente le père social, celui qui « éduque » forme et montre l'expérience), l'autorité, la police. Trés globalement, lorsque nous avons des tensions ou des douleurs dans les jambes, cela signifie que nous avons des tensions relationnelles avec le monde ou avec quelqu'un. La Hanche: Elle correspond à l'articulation " primaire", basique, "mére", des membres inférieurs.

La maladie, LE MAL A DIT... Relation entre les émotions et les maladies Genou, explication psychosomatique, causes émotionnelles Le genou représente notre capacité à plier, à s'incliner pour avancer, capacité d’accepter de se mettre à genoux, il est l’expression de notre flexibilité. Il parle aussi d’humilité, d’orgueil, d’obstination et d’entêtement. S’il y a douleurs aux genoux, cela peut exprimer de l’entêtement par peur, face à des conflits de soumission ou encore une difficulté à accepter une situation relationnelle difficile. Des genoux qui flanchent peuvent être la manifestation d’un manque de convictions personnelles, le fait de se laisser facilement influencer. S'il s'agit d'eau dans les genoux, il se peut que l'on ressente de la colère face à une personne de l'entourage qui cherche à prendre le dessus ou qui tente de nous imposer son point de vue. L’arthrose aux genoux exprime de la colère contre soi-même pour avoir abdiqué dans une situation ou devant une personne qui nous imposait son point de vue. Voir aussi: Psoriasis Bursite Entorse Jambes Ligaments Rotule Tendons Fracture © Toute reproduction interdite

Le livre de la fidèle sagesse - Pistis Sophia. On connaît sous ce titre, correspondant à celui de Pistis sophia, une production gnostique digne d'intérêt. Nous croyons devoir lui consacrer ici une certaine place que justifie son importance. Le Sauveur en est le principal personnage; le livre se compose d'une série d'entretiens qu'il a avec ses disciples. Il n'est point hors de propos de ranger cet écrit à la suite des évangiles apocryphes. Le manuscrit de la Pistis Sophia existe au Musée britannique ; c'est un in-4° de 318 pages, écrit en double colonne et en langue copte. Un orientaliste des plus instruits , M. M. Ce livre imite, dans sa contexture, la forme dramatique. Plus tard, M. « Le système des émanations, la doctrine de la lumière, qui se rencontrent dans tourtes les cosmogonies, constituent le fond de ce livre. « Un monument qui provient de la même source, quoique appartenant à un ordre d'idées différent, est le rituel gnostique du musée de Leyde, écrit en caractères égyptiens démotiques et publiés par Leemans. M. « M. M.

Eons. Éon. - Mot appartenant à la terminologie des systèmes gnostiques. Au fond de la plupart de ces systèmes, on retrouve quelque chose de la distinction platonicienne de l'univers en monde idéal et monde sensible. Platon lui-même (Timée , p. 37 D) nommait aiôn, «éon », l'éternel opposé au temps (chronos) du monde inférieur. Le philosophe judéo-alexandrin Philon parle assez fréquemment de l'éon qui pour lui est l'équivalent du monde idéal. Il reste quelque chose de cet emploi du mot dans les plus anciens systèmes gnostiques : les précurseurs de Valentin (dans Irénée, Adv. Ces éons représentaient d'abord les facultés et les attributs divins, comme l'indiquent quelques-uns des noms qu'ils portent; ils sont fréquemment accouplés de façon à former des syzygies et divisés alors en trois groupes, formant une ogdoade, une décade et une dodécade; ils sont d'autant moins parfaits que leur effluence de Dieu est plus médiate. Ces puissances produisent des êtres de même nature que la leur.

Related: