background preloader

La légende du roi Arthur

La légende du roi Arthur
Pour ses nobles seigneurs dont chacun s'estimait le meilleur et dont nul ne savait qui était le moins bon, Arthur fit faire la Table ronde sur laquelle les Bretons racontent bien des récits. Les seigneurs y prenaient place, tous chevaliers, tous égaux. Wace, Le Roman de Brut, ca. 1155 La légende du roi Arthur et de ses chevaliers s'est constituée et développée durant des siècles. L'aventure est l'élément essentiel de ce grand mythe qui traverse le Moyen Âge : les chevaliers partent prouver leur courage, et surtout, avec la Quête du Graal, éprouvent leur foi et leur vertu… Les exploits du roi Arthur, de Merlin, de Lancelot ou de Perceval continuent, par-delà les siècles, à fasciner notre imaginaire, et les chevaliers de la Table ronde nous apparaissent aujourd'hui comme des chercheurs de Connaissance, lancés dans une quête initiatique. Le symbole de l’idéal chevaleresque La Quête du Saint-Graal, vers 1220-1230 Merlin l'Enchanteur, maître du destin Related:  LE CHEVALIER AU MOYEN-AGELa légende du Roi Arthur

Arlima - Archives de littérature du Moyen Âge Liste des Chevaliers de la Table ronde Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette liste recense des chevaliers étant cités comme siégeant à la Table ronde dans les récits appartenant au cycle arthurien. Chrétien de Troyes en nomme un grand nombre dans son roman Érec et Énide, sans qu'ils jouent forcément un rôle particulier. Il y a 150 chevaliers en comptant des preux et des félons. Notes et références[modifier | modifier le code] Article connexe[modifier | modifier le code] • Armorial des chevaliers de la Table ronde Roi Arthur Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Arthur. Le roi Arthur et Lancelot. Le roi Arthur est un roi légendaire de Grande-Bretagne qui donne son nom à la légende arthurienne. Le roi Arthur aurait vécu de 470 à 537. Biographie[modifier | modifier le wikicode] Ses parents sont Uther Pendragon (un roi breton) et Ygraine de Cornouailles (ou Ygerne). À l'époque d'Arthur, l'ancienne Bretagne romaine a été envahie depuis quelques dizaines d'année par des peuples germaniques : les Angles et les Saxons qui occupent une partie de l'île. L'accession au trône[modifier | modifier le wikicode] Le Roi Arthur par Charles Ernest Butler (1903) À la mort de son père, la succession se révèle un problème épineux et douloureux car il n'a pas de fils légitime. Selon la première, les barons refusent de reconnaître l'autorité de cet adolescent. Il épouse Guenièvre. D'autres divergences ont lieu lorsque le nouveau roi est proclamé. Mort[modifier | modifier le wikicode]

Devenir et être chevalier Issu en général d’un lignage noble, mais parfois de naissance modeste, accepté par sa seule valeur, le chevalier doit mériter son intégration dans la communauté qui entoure le roi. Devenir chevalier et rencontrer le roi qui fait les chevaliers est le rêve qui habite le personnage de Perceval le Gallois, dans le Conte du Graal, à partir du moment où il a vu apparaître devant ses yeux éblouis les armures étincelantes des chevaliers qui sortent des profondeurs du bois où il chasse. Grâce à l’enseignement que lui donne le "preudomme", Gornemant de Goort, il va découvrir que la chevalerie ne se réduit pas à ces apparences brillantes et apprend non seulement le maniement des armes, mais aussi les obligations du chevalier : le respect de la vie de l’adversaire, l’utilisation raisonnable de la force qui doit servir la justice et le droit, l’aide à apporter aux dames, aux faibles et aux victimes, la fréquentation des églises et le salut de son âme. Le soldat de Dieu

ressources textes du Moyen-Age : index Armement médiéval Armement mérovingien[modifier | modifier le code] L'armement franc a longtemps été vu comme l'une des principales causes des succès militaires de ce peuple au haut Moyen Âge. Parallèlement, l'historiographie moderne a prêté de grandes qualités militaires à Clovis et à certains de ses successeurs qui surent plus particulièrement agrandir le royaume au détriment de leurs voisins. En réalité, Grégoire de Tours n'a que cette phrase pour qualifier les premiers succès francs dus à ce roi : « Il fit beaucoup de guerres et remporta certaines victoires », ce qui tendrait à montrer que Clovis ne fut ni plus doué, ni plus chanceux que ses prédécesseurs moins connus. En fait, l'armement des Francs mérovingiens, bien étudié grâce à de nombreux recoupements entre l'archéologie et les sources écrites latines, ne devait pas être très différent de celui de leurs voisins germaniques contemporains. Armement carolingien[modifier | modifier le code] Le temps des chevaliers[modifier | modifier le code]

Légende arthurienne La légende arthurienne (ou cycle arthurien) est un ensemble de textes écrits au Moyen Âge autour du roi Arthur, de son entourage et de la quête du Graal. Elle est un thème fort de la matière de Bretagne. Il n'existe non pas une légende arthurienne, mais plusieurs. Cela est dû aux nombreux auteurs qui ont assemblé ces traditions au cours des siècles, depuis les premiers moines collecteurs jusqu'aux écrivains qui l'ont enrichie, comme Chrétien de Troyes ou plus récemment Xavier de Langlais. Ainsi, le nom des personnages et les circonstances de leur vie (jeunesse, hauts faits, mort) varient d'une époque à l'autre, d'un pays à l'autre. L’arthurianisme est la discipline qui étudie la littérature arthurienne. Origines de la légende[modifier | modifier le code] La légende arthurienne a pour source primaire la matière de Bretagne qui met en scène les Celtes britanniques, originaires des îles Britanniques (dont une partie migre en Bretagne au cours du haut Moyen Âge). Le Graal et la Table Ronde.

Le preux chevalier Il existe une autre voie pour agir de manière exceptionnelle : la chevalerie, qui hérite notamment des valeurs des élites guerrières germaniques et qui met son bras armé au service du seigneur puis de Dieu. La chevalerie se constitue entre le XIe et le XIIIe siècle. Formée de simples combattants à cheval, elle devient un ordre réservé à la noblesse à partir du XIIIe siècle. À la différence du saint, le preux ("celui qui est utile") n’est qu’un héros interne à l’aristocratie. Sa brutalité guerrière suscite d’ailleurs chez le peuple davantage d’effroi que d’admiration, bien que l’Église ait cherché elle aussi à assurer sa propre défense et à limiter les désordres et méfaits des guerres intestines, en ayant recours à des institutions comme la Paix de Dieu et la Trêve de Dieu (Xe-XIIe siècles). La geste de Roland Le personnage de Roland est emblématique de l’idéal de la chevalerie chrétienne avant d’être l’archétype du chevalier français.

Balzac. La Comédie humaine. Accueil La publication en mode texte de la première édition de La Comédie humaine (dite édition Furne, 1842-1855), paginée et encodée, est le fruit d’un partenariat entre le Groupe International de Recherches Balzaciennes, la Maison de Balzac (musée de la Ville de Paris) et le groupe ARTFL de l’Université de Chicago. Ce dossier est adapté aux personnes déficientes visuelles. De plus, chacun peut utiliser les options de son navigateur pour agrandir la taille des caractères (Menu affichage puis taille du texte pour Mozilla Firefox et pour Internet Explorer ). Pourquoi une édition électronique de La Comédie humaine ? par Nicole Mozet Personne ou presque n'a tout lu de La Comédie humaine.

Les grands banquets médiévaux Préparer une salle Les grandes dates du calendrier chrétien (Noël, Pâques, la Pentecôte...) ou les événements familiaux (mariage, baptême...) fournissent de nombreuses occasions d’organiser un banquet. Le roi et les princes en profitent pour impressionner leurs invités par un étalage de luxe. Les murs de la salle choisie pour la réception sont parés des plus belles tapisseries. À table ! On dresse la table devant la cheminée, en posant une planche sur des tréteaux, le tout recouvert d’une nappe blanche. S’il est roi ou prince, une nef de table sera posée devant lui. Un spectacle permanent Les maîtres queux (les chefs cuisiniers) ont préparé des plats extraordinaires présentés avec art pour éblouir les convives. L’écuyer tranchant, muni de son bâton, ordonne aux pages d’apporter les plats qui seront tous disposés sur la table. Contenus extraits de l'ouvrage : Vivre au Moyen Âge - Hachette Jeunesse, Louvre.

Related: