background preloader

Web des données

Web des données
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Tim Berners-Lee a défini quatre piliers pour soutenir l'initiative « Web des données » : Notes et références[modifier | modifier le code] Références : Related:  Capes doc 2019

Figoblog | Un blog sur Internet, la bibliothéconomie et la confiture de figues Web3D Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web3D correspondait initialement au concept d'un Web totalement en 3D, des hyperliens reliant les contenants entre eux. Par extension, le terme désigne aujourd'hui tous les contenus en 3D interactive qui sont intégrée à des pages HTML, et que l'on peut visualiser par l'intermédiaire de son navigateur Web. Soit : « la 3D sur le Web ». En 2009, les navigateurs requièrent l'installation d'un plugin pour afficher ce type de contenus. Les technologies actuelles du web 3D permettent, au-delà de simples sites en 3D, le développement futur de jeux en 3D en ligne, notamment des jeux massivement multijoueurs directement jouables dans le navigateur. Formats disponibles[modifier | modifier le code] Parmi les nombreux formats et modes d'intégration disponibles, on peut citer : Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Le web des données On pourrait définir le web des données comme étant le projet de rendre le web (et les informations qu’il véhicule) aussi aisément lisible et exploitable par des ordinateurs que par des êtres humains, en faisant sauter les spécificités de structuration des données propres à chaque base de données fournissant des informations sur internet. Etant donné qu’il naît de plusieurs frustrations dans le fonctionnement du web "normal", et que sa dénomination suscite souvent des incompréhensions, peut-être est-il bon de commencer par là. Les problèmes de compréhension Pour comprendre ce qu’est le web des données, on aimerait pouvoir voir ce qu’il permet de faire. Les frustrations que le web des données est censé combler Reprenons en détail Première frustration : Les liens ne sont pas typés Dans la Wikipedia se trouvent notamment les pages Un ordinateur peut constater que la page Jean-Paul Sartre contient un lien vers la page Paris, et que l’inverse n’est pas vrai. Plusieurs remarques : Les ontologies

Vocabulaires de l'information Présentation du projet Le vocabulaire de la documentation auquel vous avez accès ci-dessous est basé sur l'édition papier de l'ouvrage Vocabulaire de la documentation coordonné par Arlette Boulogne, en collaboration avec Sylvie Dalbin et Catherine Lermyte et publiée par l'ADBS en 2004. Il proposait un vocabulaire technique du domaine de l'information-documentation. A cette date, il ne couvrait pas tous les besoins de l'exercice professionnel et en particulier les termes liés à l'usage des technologies de l'information et d'Internet. Il a donc été complété progressessivement grâce aux membres de la communauté ADBS jusqu'en 2012. ➡️ Les termes sont actuellemment accessibles par domaines ✍️ Vous souhaitez modifier ou proposer une entrée ? Après identification sur le site, vous pouvez poster des commentaires afin de permettre l'évolution de ce vocabulaire.

web 4.0 Linked Data - Design Issues Up to Design Issues The Semantic Web isn't just about putting data on the web. It is about making links, so that a person or machine can explore the web of data. Like the web of hypertext, the web of data is constructed with documents on the web. Use URIs as names for things Use HTTP URIs so that people can look up those names. Simple. The four rules I'll refer to the steps above as rules, but they are expectations of behavior. The first rule, to identify things with URIs, is pretty much understood by most people doing semantic web technology. The second rule, to use HTTP URIs, is also widely understood. The third rule, that one should serve information on the web against a URI, is, in 2006, well followed for most ontologies, but, for some reason, not for some major datasets. The basic format here for RDF/XML, with its popular alternative serialization N3 (or Turtle). There is also a large and increasing amount of URIs of non-ontology data which can be looked up. Basic web look-up

Les enjeux de la veille pour le professeur documentaliste — Documentation (CDI) Intervenants: Jean-Louis Durpaire (IGEN et président du jury du CAPES de documentation), Silvère Mercier (bibliothécaire, chargé de médiation numérique à la BPI), Dominique Varlet (documentaliste, chargé d'ingénierie documentaire au CRDP de Paris, formateur Paris 4IUFM/CELSA). L'animation était assurée par Marie-Christine Ferrandon, directrice du CRDP de l'académie de Paris, Tous veilleurs. La veille ne porte plus sur ce qui est rare mais sur l'infobésité. Silvère Mercier qui mène actuellement une réflexion sur la question de la veille, la replace dans un contexte citoyen plus large que l'Éducation nationale. Tout en notant que les personnes présentes à cette table ronde étaient de fait déjà en situation de veille, Jean-Louis Durpaire a défini la veille comme une posture intellectuelle et personnelle qui consiste à se former et ceci à trois niveaux. Salon de l'é

Informatique ubiquitaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'évolution des ordinateurs : la course à la minaturisation et à la diffusion dans le milieu ambiant[1]. L´informatique ubiquitaire est la troisième ère de l'histoire de l'informatique, qui succède à l'ère des ordinateurs personnels et celle des mainframe. Dans cette ère l'utilisateur a à sa disposition une gamme de petits appareils informatiques tels que smartphone ou assistant personnel, et leur utilisation fait partie de l'ordinaire de sa vie quotidienne. La commission Européenne utilise les mots intelligence ambiante pour décrire le milieu créé par les appareils. Caractéristiques[modifier | modifier le code] L'informatique ubiquitaire est la troisième ère de l'histoire de l'informatique[4], qui succède à l'ère des ordinateurs personnels et celle des mainframe. C'est une ère de convergence ou une gamme d'appareils disparates communiquent discrètement à travers un tissu de réseaux hétérogènes. Histoire[modifier | modifier le code]

Classification, langage documentaire et indexation Les catalogues informatisés des établissements scolaires doivent répondre aux critères de pertinence (respect des normes, renseignement de tous les champs du bordereau de saisie, adéquation entre le fonds documentaire informatisé et les exemplaires présent au CDI...) en prenant en compte les attentes des élèves, des enseignants ; cela suppose une collaboration réussie entre enseignants de discipline et enseignants documentalistes : politique d’acquisition commune, communication des thèmes de recherche données aux élèves... Il faut donc bien réfléchir aux conséquences et à l’intérêt d’un changement de système de classification ou de logiciel documentaire dans un CDI ; ce choix ne peut, en aucun cas, émaner d’un choix personnel. CDU ou DEWEY ? Les classifications DEWEY ou CDU permettent non seulement de retrouver les documents dans le CDI mais permettent l’indexation systèmatique des documents : Définition, principe de cotation à consulter sur :Savoirs CDI description détaillée de la CDU

Related: