background preloader

Retour sur les quatre années de la présidence Sarkozy

Retour sur les quatre années de la présidence Sarkozy
Related:  Watch the world burn

Bilan des 2 premières années de la Présidence Sarkozy. « Si on ne veut pas de critiques, il ne faut pas être président de la République », a confié le chef de l’État, fin avril. Ça tombe bien, Sarkozy est président depuis 2 ans. Et les critiques, il en pleut. Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy accédait à la Présidence de la République. Deux ans plus tard, entre annonces quasi quotidiennes, créations de commissions, promesses tenues ou réformes mises de côté, le bilan est plus compliqué qu’il n’y paraît. Et s’il n’y a pas de réforme emblématique depuis deux ans, comme le souligne le politologue Philippe Braud (cf. coup de boule), l’ensemble des dispositions adoptées pourrait constituer un ensemble relativement impressionnant. Je vous salis ma rue © PieR Gajewski Quand Nicolas Sarkozy tient ses promesses Après son élection, Sarkozy a fait adopter un certain nombre de réformes marquées par l’élan libéral de la campagne et adoptées sans grosse difficulté, à l’image du paquet fiscal. la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels

«Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques» L'ancien ministre de l'Economie argentin Roberto Lavagna, 69 ans, est le principal artisan du redressement de l'Argentine engluée dans une terrible crise économique il y a dix ans. Lorsqu'il prend ses fonctions, en avril 2002, le peso vient d'être dévalué de 70%, le pays est en cessation de paiement, la dette privée s'élève à plus de 72 milliards d'euros, l'inflation annuelle flirte avec les 125% par an, le chômage explose, les petits épargnants sont ruinés et les troubles sociaux ont déjà fait plus de 30 morts dans le pays. Cet ancien ambassadeur auprès de l'Union européenne décide immédiatement de se passer de « l'aide » du Fonds monétaire international (FMI) et des marchés financiers. Quelques pistes à suivre pour la Grèce. Quelles sont les grandes similitudes entre la crise argentine de 2001-2002 et la crise grecque ? Au plan économique, tout est semblable. Comment avez-vous tiré l'Argentine du chaos ? Vous avez donc oeuvré contre le FMI et vos principaux créanciers ? Gérard Thomas

Au-delà des intentions de vote : quand l’indécision est une insoumission Préambule : l'étude a été menée du 14 au 28 avril, avant "l'affaire DSK". Alors que les sondages donnent le président de la République d’ores et déjà battu, c’est un tableau du champ de bataille bien différent que la communauté des Français moyens que nous avons réunie dresse sous nos yeux. Aux contours bien plus indécis, incertains, chaotiques. Et dans lequel Nicolas Sarkozy dispose encore d’une position stratégique, et a encore son rôle à jouer. Un champ de bataille beaucoup plus difficile à appréhender que ce que les sondages habituels laissent penser : nécessairement, quand la majorité des Français de classes moyennes que nous avons interrogés déclarent non seulement ne pas encore savoir pour qui voter, mais ne VOULOIR voter pour aucun des candidats en lice. C’est que, comme en 2007, mais de façon encore plus violente, l’indécision apparaît aujourd’hui comme le principal parti politique parmi ces classes moyennes désenchantées et exigeantes à la fois. « Cette prime ?

Pour un Parlement fort Alors que la session parlementaire vient de prendre fin, il est temps de se pencher sur une institution clef de notre système politique, mais dont le poids s'amenuise. Quand Edgar Faure dénonçait une "dénivellation de l'autorité parlementaire" en 1977, il ne se doutait pas que son constat serait toujours juste trente-cinq ans plus tard. Doit-on en sourire ? La France traine avec elle une ambigüité récurrente en matière de parlementarisme. Depuis, le constat est sans appel : le Parlement peine à assumer sa mission de co-construction de la loi, mais surtout de contrôle de l'exécutif. La première, c'est que l'exécutif a toujours été porté aux nues, faisant oublier toute la noblesse de la fonction parlementaire. Quand François Bayrou prône une rupture du "lien de dépendance entre députés et exécutif" (Le Figaro du 15 octobre 2011), il est non seulement clairvoyant, mais il met le doigt sur la dérive majeure de notre Ve République. La deuxième cause, c'est l'absentéisme parlementaire.

Trois ans de Sarkozy : les contrevérités du bilan de l'Elysée | L’Elysée publie un document vantant les « trois ans d’action » du Président. Un bilan comprenant nombre de contrevérités. Capture d’écran de la page d’accueil du site de l’Elysée « Trois ans d’action : 6 mai 2007-6 mai 2010 ». Nous avons voulu vérifier l’honnêteté de ce bilan, ce que les confrères anglosaxons appellent un « fact checking », une vérification des informations livrées. En se basant sur les faits et en suivant le même ordre de présentation, Rue89 a fait le tour d’horizon de toutes ces « actions » et corrigé celles qui étaient le plus inexactes. Sortir la France de la crise ? ► « En 2009, malgré la crise, le pouvoir d’achat des Français a ainsi progressé de 2,1%. » Pourquoi ne retenir que l’année 2009 ? ► Dans la restauration, « la baisse de la TVA a permis de sauver plusieurs milliers d’établissements en difficultés et a contribué à la création de 5 300 emplois au deuxième semestre 2009. » Un exemple trop beau pour être vraiment exact. ► Vouloir une France plus forte ?

RadarVirtuel.com | Air Traffic in Real Time La campagne présidentielle de 2012 est déjà mal partie - Nicolas Sarkozy et François Fillon en campagne en avril 2007. Jean-Paul Pelissier / Reuters - La campagne pour l'élection présidentielle 2012 commence très mal. La crise aurait dû forcer le pays à regarder ses blessures, à mesurer les efforts des autres, à repenser sa stratégie. Elle aurait dû le porter vers l'extérieur et vers l'avant. Que l'esprit de 2007 est loin... La campagne 2012 part dans le sens opposé. A droite, l'analyse de la crise a conduit Nicolas Sarkozy à trancher, lui aussi, pour l'étatisme. A côté des deux grands partis, alors qu'au moins un candidat de raison et de sérieux aurait pu profiter du boulevard ouvert par les glissades populistes, ne se présentent que des personnes «hors système» au goût venu d'ailleurs: un Borloo du Nord, un Villepin du pays de la rancune, un Hulot descendu de la canopée. Cette régression fait et fera le bonheur des extrêmes. Un an reste à courir avant le vote. Eric Le Boucher publicité Cette chronique est parue dans Les Echos Devenez fan sur

Le PS et le culte du vieil Etat S'il est quelqu'un qui manque dramatiquement à François Hollande en cette rentrée, c'est bien Olivier Ferrand, le fondateur du think tank Terra Nova, décédé brutalement cet été. Cette disparition a marqué cruellement et très symboliquement le vide sidéral qui s'est creusé entre la vie électorale en France et les sciences sociales modernes, ou pour le dire autrement, entre la politique et la connaissance. La déception que l'on constate dans les sondages sur la politique gouvernementale était hélas prévisible: les socialistes sont revenus au pouvoir sans aucune idée adaptée à la période. Les seuls logiciels dans leurs ordinateurs étaient: publicité 1. de virer Sarkozy et le plus possible des dispositifs qu'il avait mis en place 2. de faire payer les riches au nom d'une vision «dure» du capitalisme ultralibéral. Aujourd'hui, mais plus encore dans les semaines à venir, la pauvreté intellectuelle du PS va apparaître au grand jour comme son impréparation totale à gouverner la France.

Sarkozy: Et un, et deux, et trois... ans | slate Il y a fort à parier qu'à la fin de cette semaine vous en ayez ras la casquette (et nous aussi) des articles bilan sur les trois ans de présidence Sarkozy... Vous n'y couperez pas... comme pour les un an, les deux ans, ou même les deux ans et demi (ben oui, deux ans et demi, c'était la mi-mandat). Essoufflé, fatigué, lassé Mais comment faire le bilan d'une hyper présidence hyper commentée? publicité Donc, à un an, deux ans, deux ans et demi et maintenant trois ans... Sur les questions économiques, on a d'abord couru dans une direction... En revanche, il est un domaine dans lequel il n'est pas au point de départ: la popularité. Huit ans déjà Mais il a des circonstances atténuantes. Thomas Legrand Photo: Nicolas Sarkozy Benoit Tessier / Reuters LIRE EGALEMENT SUR NICOLAS SARKOZY: Comme un air de fin de second mandat, Et si Sarkozy ne se représentait pas en 2012? Devenez fan sur , suivez-nous sur

Current AIS map Cotentin Peninsular Am Buchanan, Arctic Star, Argent Hibiscus, Baltic Moon, Borkum Trader, Cap Finistere, Cape Claudine, Celtic Horizon, Clipper Nassau, Cma Cgm F. St Pierre, Giuliana, Grand Venus, Jobourg, MSC Eugenia, MSC Melatilde, Nautilus, Nedlloyd Adriana, Point 3, Star Ismene, Summer Wind La vérité vraie sur le vote des Français aux présidentielles depuis 1988 Heureusement que la Fondation Terra Nova est là! Grâce en effet à la note rédigée par Michel Balinski et Rida Laraki, les Français voient enfin mis à jour leurs désirs politiques inconscients et refoulés: en 1988, ils voulaient en réalité élire Raymond Barre à la présidence de la République; en 1995, Édouard Balladur; en 2002, Lionel Jospin; et, en 2007, François Bayrou. Pourquoi dès lors ont-ils réélu François Mitterrand en 1988, élu puis réélu Jacques Chirac en 1995 et 2002, élu enfin Nicolas Sarkozy en 2007? Tout simplement parce que"le scrutin majoritaire empêche les électeurs de s’exprimer librement" puisque "depuis au moins l’élection présidentielle de 1988, il y a un sérieux doute que l’élu soit le candidat voulu par l’électorat" (sic!). Ainsi, "l’écrasant score de 82,2% des voix pour Chirac contre Le Pen en 2002 ne mesure en rien l’opinion réelle des électeurs sur le candidat Chirac". Résumons le postulat de départ: les Français - quels cons ces Français!

Barack Obama, Mister (faux) Cool M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Corine Lesnes Barack Obama est un couche-tard. Contrairement à son prédécesseur, qui bâillait après 21 h 30, le 44e président des Etats-Unis veille souvent après minuit. Il lui arrive de s'installer sur le balcon en demi-cercle que fit construire Harry Truman, au deuxième étage de la façade sud de la Maison Blanche, à une époque où les présidents se permettaient d'entreprendre des travaux d'envergure dans la "maison du peuple". S'asseoir sur le balcon lui procure un sentiment de liberté, a-t-il expliqué. Les filles sont couchées. Le président américain se lève à 7 heures. En quatre ans, Barack Obama a singulièrement mûri. Rançon de la facilité : il a horreur qu'on lui fasse perdre son temps. Etre le meilleur est une obsession. Une fois par semaine, Barack joue au basket avec un groupe d'anciens pros qui ont une vingtaine d'années de moins que lui. Sasha et Malia, figures clés de la galaxie Obama : Obama se sait doué.

Live map of London Underground trains Loading... Powered by Leaflet — Map tiles © Thunderforest, data © OpenStreetMap contributors. Live London Underground map By Matthew Somerville. <div style="border: solid 2px #cc0000; padding: 5px; width: 70%; margin: 1em auto;"> I'm afraid that this page requires JavaScript to draw the maps and plot move the trains, which isn't possible with just HTML. More information Hide What is this? This map shows all trains (yellow dots) on the London Underground network in approximately real time. I have similar things for the London buses and National Rail, and an awesome bookmarkable train times journey planner. — Matthew How does it work? Live departure data is fetched from the TfL API, and then it does a bit of maths and magic. Who did this? Matthew Somerville (with helpful hinderances from Frances Berriman and James Aylett). Originally built at Science Hackday, June 2010.

Related: