background preloader

Joueurs Info Service

Joueurs Info Service

http://www.joueurs-info-service.fr/

Related:  PréventionJeu excessif et pathologiqueAddiction aux jeux de hasard et d’argent

Enquête sur les addictions chez les jeunes (14-24 ans) Paris, le 8 juin 2018 – Le Fonds Actions Addictions, la Fondation pour l’innovation politique et la Fondation Gabriel Péri ont confié à IPSOS la réalisation d’une enquête* portant sur la perception des addictions chez les jeunes et sur l’acceptabilité des différentes mesures de prévention et de soin. L’analyse s’est centrée sur les niveaux de consommation, l’appréhension par les parents des consommations des jeunes, le taux d’accessibilité aux produits, le niveau de connaissance des risques par les jeunes. Elle traite également de la perception plus ou moins positive de certaines mesures de prévention et de soins. L’enquête fait tout d’abord ressortir des niveaux de consommation inquiétants chez les jeunes en ce qui concerne tous les produits, licites ou illicites. On voit par exemple que 9% des jeunes français fument du cannabis au moins 1 fois par mois, ce taux montant à 13% pour la région parisienne.

Institut Fédératif des Addictions Comportementales (IFAC) Depuis 20 ans, l'approche des addictions avec ou sans drogues se fait de façon globale.Il existe des similitudes neurobiologiques et psychopathologiques et surtout comportementales entre les addictions avec produit et les addictions comportementales : addiction aux jeux de hasard et d'argent ou jeu pathologique, addiction aux jeux vidéo, achats compulsifs, addictions alimentaires, dépendance à l'activité physique, dépendances sexuelles et affectives, dépendances sectaires... La définition Dans un article paru en 1990, le psychiatre Aviel Goodman proposait comme définition de l'addiction : « un processus par lequel un comportement, qui peut fonctionner à la foi pour produire du plaisir et pour soulager un malaise intérieur, est utilisé sous un mode caractérisé par l'échec répété dans le contrôle de ce comportement et la persistance de ce comportement en dépit des conséquences négatives significatives ». Les critères des addictions comportementales On peut y ajouter 9 critères secondaires :

Du plaisir à l'excès : une brochure sur le jeu excessif A destination des joueurs ou de leur entourage cette brochure sur la question du jeu excessif vient d'être éditée par l'Institut fédératif des addictions comportementales (IFAC). Elle répond aux questions que chaque joueur peut se poser concernant sa pratique de jeu. Est-ce que je joue trop ? Est-ce que je suis dépendant du jeu ? Comment je peux réduire ma pratique de jeu ? INPES - Jeux vidéo : pratiques excessives - Les usages Le jeu est présent dans toutes les sociétés humaines. Constitutif de l’homme, il forme le jeune aux défis qu’il devra relever adulte. Selon diverses sources, 90% des adolescents passent plus de deux heures par jours sur leurs écrans. Consoles, smartphones, tablettes, ordinateurs, autant de supports à leur disposition pour surfer sur Internet, se faire des amis virtuels sur les réseaux sociaux, jouer à Assassin Creed, World of Warcraft ou Call of duty…, activités parfaitement banales et licites.

La loi de santé Un défi et un choix politique fort Le défi c'est innover pour rendre notre système de santé plus juste et plus efficace dans le monde d'aujourd'hui. "Innover dans l’organisation des soins, en passant d’un système cloisonné, trop centré sur l’hôpital, à une médecine de parcours et de proximité, organisée autour du patient. Addictions : les jeunes Français de plus en plus accros aux drogues dures et au porno Une vaste enquête réalisée auprès de 1000 jeunes* par la Fondation pour l’innovation politique, le Fonds actions addictions et la fondation Gabriel-Péri, démontre que les jeunes Français sont de plus en plus friands de rapports dures et de pornographie. Ecstasy, cocaïne, GHB et MDMA Les drogues dures, d’abord. 3% des 14-17 ans déclarent avoir déjà consommé des produits hautement dangereux comme de l’ecstasy, de la cocaïne, du GHB et de la MDMA.

Traiter l'addiction aux jeux de hasard et d'argent : un programme Internet Alors que pour la plupart des gens le jeu est une activité de loisir et de détente, il peut parfois devenir une source de souffrance, et donner lieu à une pathologie caractérisée par une difficulté à résister à l’impulsion de jouer malgré les possibles conséquences négatives. Le jeu « pathologique » est ainsi considéré dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [1] comme un trouble progressif et chronique. Il concerne les jeux de hasard et d’argent, impliquant une mise irréversible (argent ou objet), et dont le résultat dépend complètement ou en grande partie du hasard. Dans cette catégorie de jeux, on trouve par exemple la roulette, les machines à sous, les loteries, ou les paris. La prévalence du jeu pathologique semble stable à travers les pays et selon les instruments d’étude, et s’échelonne de 0,8 % à 1,8 % de la population [25]. Un certain nombre de recherches se sont penchées sur l’efficacité des interventions proposées pour le jeu excessif.

L’addiction aux jeux de hasard et d’argent Le jeu est une activité humaine essentielle. Le jeu est universel, il apporte plaisir et récompense. La grande majorité des joueurs a une pratique « sociale » ou « récréative ». INPES - Addiction aux jeux de hasard et d'argent Le jeu constitue une pratique culturelle ancestrale dont on trouve la trace dans toutes les civilisations. Son institutionnalisation et sa fiscalisation est assez récente. De tout temps, l’histoire du jeu est aussi l’histoire d’une prohibition pour des raisons religieuses ou morales. La pratique des jeux de hasard et d’argent, qu’il s’agisse de la loterie nationale (qui existe depuis 1933), des jeux de grattage, des paris hippiques, des paris sportifs, du poker ou encore des machines à sous dans les casinos est une habitude assez répandue et bien ancrée dans notre pays.

Les métiers de la petite enfance sont-ils faits pour vous ? Les professionnels du secteur que nous avons rencontrés ont été unanimes : les métiers de la petite enfance ne sont pas faits pour tout le monde ! Au-delà des acquis techniques qui s'apprennent au cours de formations dédiées, il y a des qualités naturelles qui sont nécessaires pour pouvoir travailler avec les enfants et leurs parents dans de bonnes conditions. Voici celles qui ont le plus citées. Si vous n'êtes pas patient, passez votre chemin... Plébiscitée par tous les professionnels du secteur, la patience est LA qualité indispensable si vous envisagez une carrière dans l'univers de la petite enfance. D'autant que vous travaillerez souvent dans un environnement bruyant, ce qui peut fatiguer et agacer rapidement.

En quoi la société favorise les addictions ?  Du petit café du matin à la cigarette de la pause déjeuner en passant par l’achat compulsif du samedi, nous sommes tous accro à quelque chose. Et ce n’est pas anodin. Toujours plus, tout de suite, n’importe où: notre monde moderne est un monde d’addicts. C’est le point de vue défendu par plusieurs psychologues et philosophes, dont Cynthia Fleury, également psychanalyste. «Se dire addict, c’est d’abord souvent une manière d’amoindrir le problème. “Toxico”, “drogué”, ce serait tout de suite plus violent.

Prévention et protection des publics - ARJEL - Autorité de Régulation des Jeux En Ligne - site officiel Jouer sur des sites agréés ! Si vous êtes joueur, afin de vous prémunir d’une quelconque fraude, vous devez jouer sur un site agréé par l’ARJEL Ces sites de jeux sont contrôlés par l’ARJEL et vous permettent de jouer et parier sur des sites sécurisés respectant de nombreuses contraintes. Ils sont reconnaissables grâce au label de l’ARJEL

Addiction au jeu : "au début,  c'est un excellent médicament" Parmi les Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) de France, celui de Villeurbanne est considéré comme centre de référence depuis 2013. Yann Calandras, psychologue, y travaille depuis 10 ans. "En 2017, le centre a reçu 650 patients, et en 2016 ils étaient 700. La fréquentation a beaucoup augmenté ces dernières années, elle a doublé depuis que je suis arrivé, estime-t-il. Au total, 50 % des patients du centre de soin sont suivis pour une addiction à l’alcool, 25 % pour le cannabis, et 10 % concernant une addiction au jeu".

Related:  Santé - SocialInstitutions - Congrès