background preloader

Des réseaux apprenants permettent de combiner leadership d’influence et hiérarchique

Des réseaux apprenants permettent de combiner leadership d’influence et hiérarchique
Pour entreprendre des changements complexes, les réseaux apprenants constitueraient un moyen privilégié afin de favoriser l’engagement des salariés et de donner au manager une nouvelle posture basée sur l’influence. Pour faire des managers les acteurs du changement en partant de la réalité opérationnelle, susciter l’engagement des équipes et créer une dynamique d’adaptation permanente primordiale dans un monde où l’avantage concurrentiel ne saurait être permanent, la mise en œuvre des principes de l’intelligence collective est dorénavant préconisée. Les réseaux apprenants dont le but est de regrouper un grand nombre d’acteurs opérationnels dans la stratégie, l’innovation et les sauts de performance afin de confronter leurs visions afin de faire face à un changement, constituent la démarche à entreprendre et marquent le besoin d’une rupture culturelle au sein des organisations professionnelles, de coopération. 3% du collectif et une nouvelle posture dirigeante en KPI du succès

http://www.atelier.net/trends/articles/reseaux-apprenants-permettent-de-combiner-leadership-influence-hierarchique_424358

Related:  l'environnement 2.0Didactque et sciences sociales

La Révolution Numérique : Les nouveaux paradigmes de l’apprentissage des adultes Jean Frayssinhes – Professeur de Marketing et Commerce International Docteur en Sciences de l’Education Chercheur à l’UMR Education, Formation, Travail, Savoirs (EFTS) – Université de Toulouse II Le Mirail Problématique La technologie numérique est présente dans tous les domaines de l’activité humaine. Elle nous entoure de toute part et façonne, modèle, impacte et conditionne notre vie quotidienne, sans que, parfois, nous en ayons réellement conscience. Pourquoi Google mise sur l'Internet des objets Dernièrement, les articles de presse se multiplient sur les Big Data. S’ils soulignent leurs apports (connaissance client, lutte contre la fraude, optimisation des systèmes de santé publique, etc.), ils oublient souvent de préciser que la plupart des données sont générées par des machines – le fameux « Internet des objets ». Cette partie immergée de l’iceberg véhicule pourtant un énorme potentiel pour les entreprises. Les chiffres mis en avant par Ericsson et Cisco en 2012 (50 milliards d’objets connectés à Internet d’ici 2020)[1], viennent d’être actualisés par l’Idate qui évoque désormais plus de 80 milliards d’objets connectés en 2020[2]. La publication récente des chiffres sur la pénétration des mobiles en France (évaluée à 115%[3]) confirme cette tendance : 75,5 millions de cartes SIM sont aujourd’hui actives dans le pays, soit en moyenne 1,2 cartes SIM par habitants !

Communauté d'apprentissage Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’objectif d’une communauté d’apprentissage est d'augmenter le savoir collectif par l'implication de chaque participant au développement de son savoir individuel[1] Types de communauté[modifier | modifier le code] Selon leurs caractéristiques et l’orientation de leurs activités, on distingue en éducation quatre types de communautés : communauté d’apprentissage (CoA), communauté de pratique (CoP), communautés d’élaboration de connaissances (CoÉco) et communautés de recherche. Panorama des médias sociaux 2012 (The english version of this article is here: Social Media Landscape 2012) Il y a quelques années une analyste disait que dans cinq ans, les médias sociaux seront comme l’air (omniprésents). Nous sommes en 2012 et les médias sociaux n’ont jamais occupé une place aussi importante sur le web, à tel point que l’on en vient à se demander dans quelle mesure il est encore pertinent de dissocier les médias sociaux et le web. Pourtant, si l’on s’en tient à la définition que j’ai donnée (“Les médias sociaux désignent un ensemble de services permettant de développer des conversations et des interactions sociales sur internet ou en situation de mobilité”), il existe bien une différence entre un site web classique et les médias sociaux, surtout si l’on étudie de plus près les différents types de médias sociaux.

Des œuvres d'art en haute résolution à télécharger gratuitement et exploitables à des fins pédagogiques lundi 21 juillet 2014. Par Annick Ghislaine OUATTARA Sur le site du Metropolitan Museum of Art de New York, il est désormais possible de télécharger en toute légalité environ 400.000 œuvres, pourvu que leur exploitation soit privée voire pédagogique. Ces œuvres, tombées dans le domaine public, sont mises en libre accès dans la rubrique « The collection Online ». Elles sont reconnaissables grâce à l’icône OASC du programme Open Access for Scholarly Content dont le but essentiel est de répertorier le maximum de productions artistiques numérisées et de les vulgariser en vue d’un usage académique.

Internet des objets : l’avènement des "smart companies" Smart industries, smart cities La connexion des objets à Internet, associée à la miniaturisation, à la diminution des coûts de production et au déploiement des outils d’analyse, confère aux objets jusqu’alors "muets" leur "intelligence". Cette tendance, qui s’imposera naturellement et progressivement pour certains, mais sera vécue comme une révolution par d’autres, est déjà une réalité. Distinguer groupes ou communautés virtuelles et réseaux sociaux. Un groupe est un ensemble auquel on s'identifie sans en connaître forcément tous les membres. Les membres d'un groupe ont toutefois des points communs très forts (sinon il n'y aurait pas d'identification au groupe) et parfois des projets en commun. On parle de groupe pour une équipe de travail réunie autour d'un projet, par exemple, et on emploie plutôt communauté pour des groupes plus étendus réunis par un centre d'intérêt commun (par exemple, la communauté des professeurs d'histoire-géographie). Quant à virtuel, il signifie que les membres du groupe ne sont pas physiquement rassemblés, mais distants et reliés par un réseau d'ordinateurs. Le groupe étant perçu comme un ensemble, quand on participe aux échanges on s'adresse au groupe (à la communauté toute entière).

Le télétravail essaime en vallée de Chevreuse 2h30 de transport par jour. C’est en moyenne le temps nécessaire aux habitants de l'agglomération de Rambouillet, située dans le parc naturel de la Haute Vallée de Chevreuse, pour rallier leur bureau lorsque celui-ci se trouve à Paris ou en petite couronne. Et ils sont nombreux. Selon les chiffres de la communauté de communes Plaines et Forêts d'Yveline, ils seraient entre 5.000 et 6.000 à effectuer le trajet chaque jour. D’où le projet, en 2014, d’ouvrir un télécentre afin d’éviter à ces Rambolitains de passer l’équivalent d’un mois par an dans le train.

Related: