background preloader

L'Argent Dette 2 - Promesses Chimérique

L'Argent Dette 2 - Promesses Chimérique

Pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas: les gouvernements successifs, aux ordres du Capital, y ont veillé Manifestation contre la guerre du Vietnam Les huit raisons pour lesquelles les jeunes aux Etats-Unis ne se révoltent pas: comment les Etats-Unis ont annihilé tout esprit de résistance Ce sont les jeunes qui ont toujours dynamisé les mouvements démocratiques. et donc, c’est un sacré exploit qu'ont réalisé les classes dirigeantes en créant des structures sociétales qui ont assujetti les jeunes en Amérique et brisé leur esprit de résistance à la domination. Les jeunes aux Etats-Unis –plus encore que les autres générations - semblent avoir intégré l’idée que la "corporatocratie" peut les arnaquer complètement et qu'ils sont impuissants à réagir face à cela. Un sondage Gallup réalisé en 2010 demandait: "pensez-vous que le système de Sécurité Sociale pourra vous verser une pension quand vous partirez à la retraite? Parmi les 18-34 ans, 76 % ont répondu non. Comment donc la société a-t-elle réduit la jeunesse américaine au silence? 1. 2. 3. 5. 6. 7. 8. ''Bruce E. Note perso:

La crise mondiale d’aujourd’hui, Maurice Allais La crise mondiale d’aujourd’huiPour de profondes réformes des institutions financières et monétaires Plan 1. La grande dépression de 1929-1934 et ses enseignements essentiels. 2 La hausse des cours et leur effondrement 2 Une hausse des cours de bourse démesurée au regard de l’économie réelle. 2 La dépression. 3 Un endettement excessif 3 Des mouvements massifs de capitaux et des dévaluations compétitives 4 Facteurs psychologiques et facteurs monétaires 4 La grande dépression de 1929-1934 et le mécanisme du crédit 4 Rien de fondamentalement nouveau dans la crise de 1929. 5 2. La propagation de la crise. 6 La crise mondiale d’aujourd’hui et la Grande Dépression. La création et la destruction de moyens de paiement par le mécanisme du crédit 7 Le financement d’investissements à long terme avec des fonds empruntés à court terme. 8 Le développement d’un endettement gigantesque. 8 Une spéculation massive. 9 Un système financier et monétaire fondamentalement instable. 10 3. Des facteurs majeurs 12 La dépression

In bad times, alternative cash rises (CNN) – Ten years after the Spanish currency, the peseta, was phased out, a rural town in Spain has revolted. Against the backdrop of the ailing euro, about 30 shops in Villamayor de Santiago last month began accepting the old currency, which was phased out in 2002 when Spain joined the eurozone. According to Luis Miguel Campayo, chairman of the local merchant’s association, the move has been especially popular with older clientele, many of whom kept hold of old bills and coins in case the euro failed. "We wanted to persuade them to spend them," he told the Guardian. Shopkeepers have earned more than 1 million pesetas (about $7,900). Shopkeepers exchange the pesetas for euros at the Bank of Spain in Madrid. The villagers in Spain are not alone. However, today is the last day to exchange the franc with the euro before the old currency loses its value. In Britain, residents of Bristol will launch their own currency in May this year, the Bristol Pound, the Dailymail reported.

Le FESF, l'UE et la « BANQUE-MES » : le coup final de l´esclavage des peuples, par l'endettement Diffusez et faites diffuser aux citoyens, juristes et experts « intègres », d´urgence les informations, explications et documents ci-dessous, ne serait-ce que pour exiger un accès adéquat en langue française à ces documents afférents à la « BANQUE-MES ». Merci ! « Ils » – (en l’occurrence, TOUS les politiques) - veulent à tout prix finaliser, mettre en œuvre, et ceci sans retour possible, ce projet scélérat dans les prochains jours et semaines, sous prétexte d’urgence, et avant que la résistance des peuples enfin informés ne devienne trop importante. Vous trouverez ci-dessous des explications, dans les grandes lignes, rédigés de manière synthétique, et des conclusions de personnalités, référentes en la matière, dans les documents joints, dont TOUS les politiques nationaux, – quel que soit leur parti – ainsi que ceux de l’UE, disposent depuis au moins MAI 2011…, et auxquels ils ont déjà donné leur accord ! Étapes des « coups d’État » expliqués ci-dessous [2a – 2d,5] 1. 2. 3. 4. 1. 2. 3. 4.

Comment on achète de la dette publique Temps de lecture: 5 min Mis sous pression par une dette et un déficit importants, le Portugal doit émettre, mercredi 11 janvier, pour 750 millions à 1,25 milliard d'euros de dette d'Etat. La semaine dernière, le quotidien espagnol El Pais révélait lui que la Chine se serait engagée à acheter pour 6 milliards d’euros de dette espagnole, alors que d’après La Tribune, elle détiendrait déjà plus de 7% des dettes publiques de la zone euro. Mais par quels circuits concrets circule cette dette? Qui «fabrique» la dette française pour la vendre? Chaque année, l'Etat français crée de la dette pour couvrir le déficit budgétaire et assurer le «service de la dette», c'est-à-dire le paiement des intérêts et le remboursement du principal arrivant à échéance. Pour cela, elle va procéder six à sept fois par mois, selon un calendrier fixé à l’avance, à des émissions de titres (de la dette «neuve») à échéances variables, allant de moins d’un an à cinquante ans. Comment achète-t-on cette dette?

Le site de la dette publique Pour que l'argent nous serve au lieu de nous asservir ! En cette période de crise financière et économique, le soutien des États aux banques risque d'alourdir encore la dette publique dont les seuls intérêts annuels engloutissent déjà la quasi totalité de nos impôts sur le revenu. Peut-être vous interrogez-vous, êtes-vous choqués, dépassés ? Comprenez-vous que l'Europe s'apprête à renflouer les banques avec des milliards d'euros alors que des postes sont supprimés dans la fonction publique, que vos retraites diminuent, que l'on vous oblige à travailler plus longtemps, que l'on ferme des petits hôpitaux, maternités, des tribunaux par cause de déficit budgétaire ? Pour beaucoup d'entre nous, c'est parfaitement incompréhensible ! Mais c'est malheureusement l'ignorance dans laquelle les peuples sont tenus en matière monétaire qui permet de telles aberrations. Bien sûr on peut se dire que tout cela nous dépasse, que l'on n'y peut rien à notre niveau... Pure utopie pensez-vous?

Conjoncture : Qui détient les dettes d'État INFOGRAPHIE - Le marché de la dette est une véritable toile qui relie tous les pays entre eux. Ces liens se chiffrent en milliards de dollars. Et au centre règnent Wall Street, la City de Londres et Pékin. Précisions : • Seuls les flux les plus importants ont été retranscrits pour des raisons de lisibilité. • Le «montant total de la dette publique détenue à l'étranger», tiré des bases de données de la BRI, correspond aux dettes détenues par les banques étrangères des 24 pays pour lesquels l'institution internationale donne le détail des créances internationales. L'exemple des États-Unis est éclairant. • Le pourcentage (50%) de la dette détenue par les États-Unis est issu d'une estimation de la banque Natixis. » La dette américaine dépasse 100% du PIB » La zone euro peine à rassurer les marchés » L'inquiétude grandit sur la dette locale de la Chine » De Pékin aux agences de notation, la méfiance règne sur la dette américaine » États-Unis : les failles du plan sur la dette

DETTE/Les grands pays émergents ont déjà acheté des titres de dette européens DETTE/Les grands pays émergents ont déjà acheté des titres de dette européens Brasilia (awp/afp) - Plusieurs grands pays émergents du groupe des "Brics" (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont déjà acquis des titres du Fonds européen de stabilité financière (FESF), a indiqué lundi le directeur financier de cet organisme, Christophe Frankel. "Nous sommes très contents de voir que certains pays des Brics ont déjà investi dans nos titres" libellés en euros, a souligné M. Frankel dans une interview au quotidien économique brésilien Valor. Il n'a pas précisé quels étaient ces pays acheteurs. Les ministres de l'Economie et les présidents des Banques centrales des Brics se réuniront jeudi à Washington, en marge des réunions du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. D'après le ministre brésilien des Finances, Guido Mantega, le bloc discutera de la possibilité de venir en aide à l'Union européenne engluée dans la crise de la dette. M. rp

Dette publique : Peut-on effacer l’ardoise ? Qui plus, qui moins, aucun pays de la zone euro et même au-delà, n’échappe au casse-tête de la dette publique. Les réponses qui sont proposées peuvent être classées dans deux camps. 1°) Celui des tenants de l’austérité : les Etats doivent réduire leur train de vie, réduire les dépenses sociales et faire baisser les salaires pour améliorer la compétitivité externe et ainsi retrouver des marges pour rembourser leurs dettes. C’est la politique prônée par l’Europe, Allemagne en tête. 2°) Celui des tenants de la relance : selon eux (dont nous syndicats), l’austérité est sans issue. Et puis, il y a des outsiders qui, en plus de mesures fiscales, proposent de ne pas rembourser la dette publique, ou en tout cas pas toute la dette. Est-ce possible sans précipiter la chute des banques systémiques et de toute l’économie ; sans entraîner la faillite des États, la fin de l’euro, bref sans provoquer un cataclysme ? Et si on arrêtait de banquer ? Ce n’est donc que d’une partie qu’il s’agit ?

Related:  L'argent dette - Paul GrignonVIDEOSéconomieVideos sur la monnaie dette