background preloader

Le rêve Américain - L'Histoire de la plus grande arnaque de tout les temps (Français)

Le rêve Américain - L'Histoire de la plus grande arnaque de tout les temps (Français)
Related:  Economie monétaireÉconomie

Blog Business & Economie Notifications Connexion Liste des Forums Lancer une discussion Sciences Actualité 11.2k Astronomie 594 Chimie 2.4k Ecologie 638 Histoire & Archéologie 364 Insectes et Arthropodes 1.9k Physique 2.2k Santé 2.3k Scepticisme - Zététique 779 Vulgarisation Scientifique 1.4k Zoologie & Elevage 1k Informatique Création Graphique 12.1k Création de Sites Web 2.2k Dépannage Informatique 44k Jeux Vidéo 13.8k Labo malware 76 Logiciels 14.1k Matériel 10.1k Multimédia 8.5k Peer to Peer 7.2k Programmation 4k Smartphones et Tablettes 638 Systèmes d'exploitation 1.7k Virus, troyens, etc... 16.6k Général A propos du site 1.4k Aide aux devoirs 35.4k Amour & Sexualité 3.4k Bricolage 278 C@fé 814 Cinéma, Livres, Culture 2.1k Cuisine & Recettes 3.3k Divers 7.9k Humour, Délires, Jeux 5k Musique 3.3k Métiers - Orientation Scolaire 2.8k Photographie 303 Société - Débats 1.5k Sports 997 Tchat 295 Trucs & Astuces 1.8k Tutoriels 437 Voyages 691 Rubriques du blog Articles Récents Apps Android et iOS Astronomie Biologie Climat Divertissement Ecologie Economie Expériences 1k

Notre ennemi n'a pas de nom, ni de visage... Notre ennemi c'est l'Article 123 du Traité de Lisbonne ! Pour celles et ceux qui pensent encore que leur bulletin de vote peut changer les choses... Mais qui dirige réellement la France ? Peuples d'Europe, Jeunes et vieux, riches et pauvres, rasés ou barbus, cigales ou fourmis, ce message s’adresse à Tous et nous concerne Tous ! L’article 123 du Traité de Lisbonne précise que TOUS les États membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale. Ils sont dorénavant dans l’obligation d’emprunter auprès des marchés financiers, moyennant des intérêts. Descendant de la loi Pompidou-Giscard de 1973 et de l’article 104 du Traité de Maastricht, cet article est à l’origine de l’endettement et des sommes faramineuses engagées par l’état pour le remboursement d’une dette qui ne devrait pas exister. Les responsables de cette folie ? C’est nous… Nous, car nous avons laissé les hommes au pouvoir écrire les règles du pouvoir. Il est temps d’arrêter ce massacre. "Rien n’arrête une idée dont le temps est venu" (V.

Nibiru Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. soit un astre associé au dieu Mardouk ;soit le dieu Mardouk lui-même. De nos jours, une théorie veut en faire une planète inconnue dans le système solaire. Textes anciens[modifier | modifier le code] L'hypothèse de Zecharia Sitchin[modifier | modifier le code] Sitchin[3] suppose qu'une ancienne légende, L’Épopée de la Création, découverte dans les ruines de la bibliothèque d'Assourbanipal à Ninive, ne décrit pas des combats célestes symboliques opposant les divinités, mais des faits astronomiques réels, chaque divinité représentant une planète. Autres théories[modifier | modifier le code] La théorie de Sitchin a été reprise par plusieurs mouvements New Age, qui associent la succession des différentes « ères » au passage de la planète Nibiru près de la Terre, et pour lesquels l'avènement du « Nouvel âge » correspondra donc à un nouveau rapprochement entre notre planète et l'astre mythique. Voir aussi[modifier | modifier le code] Planète X

Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises » Basta ! : Les combats que vous menez sont liés à la souveraineté – alimentaire, sur les terres, l’eau, les semences. Qu’est-ce que la souveraineté ? En quoi est-ce un enjeu majeur du 21e siècle ? Vandana Shiva : La redéfinition de la notion de « souveraineté » sera le grand défi de l’ère post-globalisation. La mondialisation était fondée sur l’ancienne notion de souveraineté, celle des États-nations héritée de la souveraineté des monarques et des rois. Pour garantir cette souveraineté, faut-il fermer davantage les frontières ? Aucune frontière n’est jamais totalement fermée. Nous ne disons pas « non au commerce », mais « non au commerce dérégulé ». Le protectionnisme peut-il être une solution face à cette exploitation du vivant, en empêchant les multinationales d’avoir accès à ces ressources qu’elles exploitent ? Tout comme nous devons redéfinir la notion de souveraineté, nous devons repenser la notion de protectionnisme. La protection de nos paysans est un « protectionnisme vital ».

Ce mec a emprunté 500 000 euros avec la ferme intention de ne jamais les rembourser En 2008, le militant anticapitaliste Enric Durán a emprunté 492 000 € à 39 organismes de crédits différents sans aucune intention de les rembourser. Mais –comme on peut s’y attendre de la part d’un militant anticapitaliste –, il n’a pas tout claqué dans des couteaux de cuisine en diamants et des frisbees de luxe. Au lieu de ça, il a reversé son fric à quelques causes anticapitalistes indéterminées et le reste à Crisi, un journal gratuit qui a détaillé sa façon de procéder et encouragé la population à faire pareil. Ce geste hardi de Robin des Bois des temps modernes a fait de lui un héros du jour au lendemain. Ça faisait deux ans que j’essayais d’interviewer Enric, mais – que les 14 organismes de crédit qui essayent de l’envoyer en prison pour détournement de fonds en témoignent – c’est un mec sur lequel il est assez difficile de mettre la main. Enric avec un exemplaire de son journal, Crisi VICE : Hey Enric, qu’est-ce qui s’est passé exactement avec ton procès ? Je vois.

Ben Garneau Comment jeter les banquiers voyous en prison, en dix leçons Imaginez en France 20 000 agents de l’Etat chargés d’enquêter sur les crimes économiques, cherchant des preuves, interrogeant des témoins, fouillant dans les moindres recoins des archives des banques, plaçant en détention provisoire PDG, dirigeants ou traders. Plus de secret bancaire, accès illimité à toutes les informations. Un seul objectif : faire condamner les responsables de la crise financière. Science-fiction ? Octobre 2008. Quatre ans et une Assemblée Constituante plus tard, l’Islande a retrouvé quelques couleurs. 1 - Enquêter sur les crimes financiers Première étape : établir les responsabilités. 2 - Donner à la justice des moyens conséquents Ces deux missions sont parfois difficiles à mener de front, mais garantissent une très bonne connaissance des dossiers, face à l’armée d’avocats engagés par les banquiers. « Nous devons nous battre à chaque étape. 3 - Lever le secret bancaire 4 - Punir les délinquants en col blanc 6 - Assurer une totale transparence Agnès Rousseaux

Délits et crimes financiers : pourquoi les banquiers ne vont jamais en prison On connaît la maxime : « Trop grandes pour faire faillite » ("Too Big To Fail"). La manière dont les gouvernants ont géré la crise provoquée par les banques débouche sur une nouvelle doctrine, qui peut être résumée par : « Trop grandes pour être condamnées ». Ou « Trop grandes pour être emprisonnées », si on traduit littéralement le nouvel adage qui fait florès aux États-Unis et au Royaume-Uni, « Too Big to Jail » [1]. En effet, alors que le gouvernement des États-Unis a laissé la banque Lehman Brothers faire faillite en septembre 2008, aucune banque n’a été fermée, ne s’est vu retirer la licence bancaire, n’a été démantelée par décision de justice. Aucun dirigeant de banque n’a été condamné à une peine de prison. L’unique exception dans le monde occidental concerne l’Islande où la justice a condamné à des peines de prison ferme trois dirigeants de banque. Traitement de faveur et négociation avec la justice Les retombées de cette position sont claires. Des banques au-dessus des lois ?

Nikola Tesla Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Nikola Tesla vers 1893. Nikola Tesla (en serbe cyrillique Никола Тесла), né le à Smiljan, dans l'Empire d'Autriche (aujourd’hui en Croatie), et mort le à New York, aux États-Unis, est un inventeur et ingénieur serbe de la Croatie[1],[2],[3], également citoyen américain, ayant principalement œuvré dans le domaine de l’électricité. Considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé quelque 300 brevets couvrant au total 125 inventions[4] (qui seront pour beaucoup d’entre elles attribuées à tort à Thomas Edison)[5],[6] et avoir décrit de nouvelles méthodes pour réaliser la « conversion de l’énergie », Tesla est reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Quant à lui, il préférait plutôt se définir comme un découvreur. Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Textes de Nikola Tesla Biographies

Comment guérir de notre dépendance à la croissance ? LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Irmi Seidl et Angelika Zahrnt, économistes Phénomène relativement nouveau, la permanence de la croissance économique peut être datée à la fin de la seconde guerre mondiale. John R. Hicks, Prix Nobel d'économie en 1972, notait dans un article paru en 1966 ("Growth and Anti-Growth", Oxford Economic Papers 18-3) : "Il n'est en aucune façon nécessaire que les sciences économiques visent la croissance. Je me souviens personnellement d'une époque où elles n'étaient absolument pas orientées vers la croissance. Je me revois suivre un cours de principes [économiques]... en 1926-1927. Un historien suisse, Christian Pfister, date la croissance des pays occidentaux des années 1950 et l'appelle "syndrome des années 1950" ("Das 1950er Syndrom. Simultanément, il devient évident que la croissance économique n'est plus la solution à nos défis majeurs tant en matière sociétale qu'économique. Considérons l'assurance-vieillesse. L'explication de John W.

19 mars 2014 Mes chères contrariennes, mes chers contrariens ! Hier, j’évoquais dans l’un des articles du Contarien Matin la dernière volonté de la banque ING (lien ci-dessous) qui, comme toutes les banques, toujours à la recherche de profits supplémentaires, avait décidé de revendre les informations disponibles concernant les habitudes de ses clients. Je vous l’expliquerai en détail un peu plus bas, mais sachez qu’un banquier sait absolument tout de vous et c’est effrayant ! Si les banques se lancent dans ce que l’on appelle l’exploitation du « big data », alors on lira en vous comme dans un livre ouvert, on saura vous localiser, vous cibler, vous faire parvenir les bonnes sollicitations commerciales. Exploiter les données bancaires est le rêve absolu de toutes les entreprises de marketing car ces informations sont capitales. BNPP Fortis s’autorise à transmettre les données de ses clients La nouvelle version de ces conditions générales est d’application depuis le début de l’année. Pourquoi ?

Related: