background preloader

Histoire du cinéma

Histoire du cinéma
Rouleaux narratifs Le principe du « rouleau narratif », grand dessin panoramique déroulant sur papier ou sur soie, fut largement utilisé en Chine et au Japon à partir du Xe siècle par des conteurs comme support narratif. Ces grands dessins cinétiques, servaient à planter le décor, à suivre la progression de l'intrigue et permettait aux spectateurs de voir les déplacements du héros dans les dédales des palais ou des villes… Il pouvait bien sûr y avoir un rouleau pour chaque « plan séquence » du récit, et être accompagné ou non par des musiciens. Théâtre d'ombres Le théâtre d’ombres, quant à lui, est un art très ancien représenté dans tous les pays du monde. Il utilise principalement deux types de marionnettes : celles qui jouent directement à la vue du public celles dont l’ombre, projetée par une source lumineuse, se découpe sur un écran (silhouettes découpées ou personnages formés par l’ombre de la main). Suite >

http://enfant7art.org/cine_histo1.html

Related:  Evolution de l'image animées au cinémaHISTOIRE DU CINÉMAmamiecelesteEtudier le cinéma : Histoire / Vocabulaire / AnalyseMUSIQUE DE FILM

Les d buts du cin ma Au XIXe siècle, des savants d'Europe et d'Amérique cherchent à produire des images animées. Petit à petit la technique du cinématographe va s'élaborer. Notre œil possède un caractère particulier : la rétine garde en mémoire pendant une fraction de seconde une image lumineuse alors que l'image elle-même a disparu. Cette particularité appelée "persistance rétinienne" fait que notre oeil perçoit un mouvement lié lorsqu'il capte une succession d'images instantanées. Vers 1820, des chercheurs utilisent cette propriété particulière de l'œil pour créer des appareils mystérieux : Phénakistiscope, zootrope, praxinoscope. L'illusion du mouvement est donnée par la vision en un temps très court d'une série de dessins.

La décomposition du mouvement Contexte historique La technique de la photographie offre aux scientifiques des possibilités nouvelles. A partir des années 1870, le Français Etienne-Jules Marey (1830-1904) et dans son sillage l’Américain Eadweard Muybridge (1830-1904) se servent d’instantanés photographiques pour décomposer le mouvement des êtres vivants. Visites de l'exposition - Musique et cinéma, le mariage du siècle ? Le cinéaste Steven Spielberg, le compositeur John Williams et la chanteuse Lisbeth Scott (dont on entend la voix sur la bande-son de Munich, 2005). Le compositeur Mychael Danna et le cinéaste Atom Egoyan en 2008, au festival de Gijón. Le compositeur Bruno Coulais et le metteur en scène Benoit Jacquot en studio d’enregistrement pour Les Adieux à la reine (2012). Alexandre Desplat et Jacques Audiard pendant la postproduction de Un Prophète, au Studio Guillaume Tell, Suresnes, avril 2009. Le cinéaste Steven Spielberg, le compositeur John Williams et la chanteuse Lisbeth Scott (dont on entend la voix sur la bande-son de Munich, 2005).

Archives Françaises du Film - Page d'Accueil La base de données documentaire en ligne propose une sélection de films, régulièrement actualisée, parmi les 110 000 conservés. Parmi eux, 7 410 ont été numérisés et sont mis à disposition des chercheurs et des professionnels, sur des postes de consultation CNC, à Paris et Bois d'Arcy (78), ainsi que sur les postes de consultation multimédia de l’INA en région. > centres de consultation > catalogue des films restaurés et numérisés > catalogue des courts métrages numérisés du dépôt légal Pour en savoir plus sur les collections : > introduction > une mémoire du cinéma > témoin du XXe siècle > empreinte des savoirs

L'invention de la photographie (1839) Parmi les nombreuses découvertes et inventions du monde arabe vers le Xe siècle, il convient de noter celle de la chambre noire, élément indispensable à l'invention de la photographie. Malgré l'idée précoce de Léonard de Vinci de fixer l'image projetée dans cette chambre noire, il faut attendre l'année 1826 pour que le Français Nicéphore Niépce la concrétise grâce à une plaque d'étain polie, recouverte d'une solution de bitume de Judée et d'essence de lavande, qu'il expose huit heures durant. L'invention est rapidement perfectionnée par Jacques Daguerre dont les premiers daguerréotypes sont réalisés en 1837. En 1839, Daguerre fixe une épreuve positive directe ; en 1841, Fox Talbot invente le négatif, qui permet la multiplication des tirages positifs.

Frise 1 /// Généalogie du cinéma Au XIXe siècle, certains chercheurs tentent de donner l'illusion du mouvement en s'appuyant sur l'optique, d'autres perfectionnent la photographie pour mieux appréhender le réel. Associées à la projection en public, ces techniques rendent possible le cinéma, dont l'invention ne peut donc pas être attribuée à un seul homme. Sources :. Le Grand Art de la lumière et de l’ombre, archéologie du cinéma, Laurent Mannoni, Nathan Université, 1995.. Chronologie commentée de l’invention du cinéma, Vincent Pinel, 1992, hors-série de 1895, revue de l’association française de recherche sur l’histoire du cinéma.. Document d'accompagnement de l'exposition Que de la poudre aux yeux !

Histoire du cinéma 2 Le cinéma n'est pas capable, en lui même, de reproduire un mouvement continu Une des observation qui participa à la création du cinéma, est cette particularité physiologique de l'œil humain connue sous le terme de « persistance rétinienne ». Lorsque nous regardons un objet, son image se forme sur la rétine, « surface sensible » à la lumière qui tapisse le fond de l'œil. L'image ainsi captée par la rétine met une fraction de seconde à disparaître. De nombreux instruments furent construit sur ce principe, du simple thaumatrope (2 images tournant autour d'un axe) au praxinoscope à miroirs d'Émile Reynaud. HISTOIRE DE LA MUSIQUE DE FILMS Chabadabada…, qui ne se souvient pas de cette rengaine de Françis Lai ? Qui ne s'est pas entendu la fredonner ? ; cet air s'est échappé du film Un homme, une femme. Les quelques notes de Jeux interdits ont connu le même succès, se sont accrochées à toutes les guitares.

Related: