background preloader

Mais que fait la police ?

Facebook Twitter

Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État. « Allions nos forces » Pour des relations de confiance. Les logiques politiques de la répression policière. La sévérité de la répression policière qui s’abat sur les mobilisations contre la loi Travail, comme elle s’est abattue sur la COP21, la Nuit debout, sur certaines grèves ou encore sur les étrangers sans papiers et réfugiés, n’envoie pas seulement des manifestants à l’hôpital, en garde-à-vue, en centres de rétention ou en détention [1].

Les logiques politiques de la répression policière

Elle interroge également sur le sens politique d’un moment répressif ouvert par le décès de Rémi Fraisse le 26 octobre 2014 et maintenu par l’état d’urgence à la suite des attaques terroristes. Cette séquence a pour corollaire une marginalisation temporaire de la « question des banlieues » dans les médias. Cependant, elle ne doit pas faire oublier des décennies d’action policière centrée sur la coercition dans les quartiers populaires.

La mort d’Adama Traoré, une affaire d’État. Si l’on peut parler de crime d’État, c’est que ces tragédies à répétition, dont sont victimes des Français noirs ou arabes, ne constituent pas seulement un dérapage.

La mort d’Adama Traoré, une affaire d’État

Elles contredisent les discours officiels, mais elles confirment un choix politique effectif, réitéré sous les gouvernements successifs, qui se traduit en actes sur le terrain. On a davantage parlé des violences policières depuis l’instauration de l’état d’urgence, en particulier au cours des manifestations contre le projet de loi Travail. Reste qu’avant cette répression politique, les personnes racisées les subissaient de longue date dans une certaine indifférence.

L’esprit du judaïsme, la police et la règle du jeu. « Le roi d’Egypte leur dit : ‘Pourquoi, Moïse et Aaron, débauchez-vous le peuple de ses travaux ?

L’esprit du judaïsme, la police et la règle du jeu

Allez à vos affaires. Pharaon ajouta : ‘Vraiment, cette population est nombreuse à présent dans le pays, et vous leur feriez interrompre leur corvée ?’ Et Pharaon donna, ce jour-même, aux commissaires du peuple et à ses surveillants l’ordre suivant : ‘Vous ne fournirez plus, désormais, de la paille au peuple pour la préparation des briques comme précédemment : ils iront eux-mêmes faire leur provision de paille » (Exode, 5, 4-7 ; trad. du Rabbinat). Boucherie 1891. « L’objectif est maintenant de frapper les corps » Pierre Douillard-Lefèvre a été mutilé par un tir de lanceur de balle de défense (LBD) en 2007 quand il était lycéen.

« L’objectif est maintenant de frapper les corps »

Aujourd’hui étudiant en sciences sociales, il vient de publier un essai édifiant sur l’armement répressif du maintien de l’ordre : L’Arme à l’œil, aux éditions Le Bord de l’eau. Il a été "interdit de séjour" le 17 mai à Nantes. Pierre Douillard-Lefèvre Reporterre — À Rennes, le 28 avril dernier, un étudiant de 20 ans a perdu l’usage de l’œil gauche, atteint par le tir d’un lanceur de balle de défense (LBD) [1]. La presse parle de « nouvelle arme ». "Stop à la haine anti-flic" - Etat d'Exception. Réveil citoyen sur les violences policières. La polémique sur l’affiche de la CGT Info’Com dénonçant les violences policières n’est que le dernier épisode d’un débat particulièrement intense sur un sujet revenu à l’avant-scène avec l’état d’urgence et les mobilisations du printemps.

Réveil citoyen sur les violences policières

Le 16 avril, plus de trois cents universitaires, artistes, militants associatifs ont lancé un appel contre ces dérives. Le mois dernier, l’ACAT (Association chrétienne pour l’abolition de la torture) publiait à point nommé un rapport éclairant, "L’Ordre et la force. Enquête sur l’usage de la force par les représentants de la loi". Cette « radiographie des violences policières » recense un décès par mois en moyenne au cours des cinq dernières années lors d’opérations de police ou de gendarmerie. Aline Daillère est responsable des programmes police prison justice pour la France au sein de l’ACAT.

Regards. Présumés terroristes. Loi antiterrorisme : les lobbies des télécoms ont l'oreille des députés. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger L’Assemblée nationale débat, depuis lundi 15 septembre, du projet de loi contre le terrorisme présenté par le gouvernement.

Loi antiterrorisme : les lobbies des télécoms ont l'oreille des députés

Son article 9 crée un dispositif de blocage administratif, c’est-à-dire sans recourir à un juge, des sites Internet incitant au terrorisme ou en faisant l’apologie. Ce blocage sera effectué en dernier recours au niveau des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) : un dispositif coûteux et contraignant pour eux. Les lobbys des télécoms se sont donc activés pour arrondir les angles de cet article, notamment en envoyant des amendements clé en main repris tels quels par certains députés.

>> Lire l'éditorial du Monde : Terrorisme : un projet de loi dangereux et notre décryptage de l'article 9. Dans le cadre des travaux de la commission des lois, le rapporteur du texte à l’Assemblée, Sébastien Pietrasanta, a reçu la plupart des FAI au mois de juillet. Tarnac, une instruction française. Difficile de dire quand a débuté l’«affaire» de Tarnac – du nom d'un petit village du plateau des Millevaches, en Corrèze, dans lequel se sont installés, depuis le début des années 2000, des jeunes gens, «néoruraux» pour les uns, «anarcho-autonomes» pour les autres.

Tarnac, une instruction française

L'histoire a commencé avant que les journalistes ne lui donnent son nom, c’est certain. L’explosion médiatique est finalement tardive, le 11 novembre 2008, lorsque dix personnes sont interpellées en Corrèze, mais aussi à Rouen, à Paris, et en Meurthe-et-Moselle. Quelques jours auparavant, des sabotages de lignes TGV ont bloqué le trafic ferroviaire. Tout le monde pense tenir les coupables. L’affaire débute même avant que la justice ne s’en saisisse, le 16 avril 2008. Gardiens de la paix parisiens sous la IVe République.

Contrôles d'identité : la police sévèrement jugée. Encore une promesse de campagne de François Hollande qui se rappelle à son bon souvenir : « Lutter contre le “délit de faciès” lors des contrôles d'identité avec une nouvelle procédure respectueuse des citoyens » (proposition n° 30).

Contrôles d'identité : la police sévèrement jugée

Deux sondages publiés vendredi 9 mai révèlent non seulement la réalité vécue lors de ces contrôles, mais également son effet négatif sur l'image des forces de l'ordre. La pratique est massive : 10 % des personnes déclarent avoir été contrôlées au moins une fois lors des douze derniers mois, soit plus de 5,3 millions d'habitants âgés de 18 ans et plus. En moyenne, ils l'ont été 2,65 fois : cela donne plus de 14 millions de contrôles par an.

Lire aussi : A quoi servent vraiment les contrôles d'identité ? Polis - Autorité. “Personne ne peut nous empêcher d'être là” La manifestation de samedi dernier, 30 novembre, à Paris, avait été organisée pour dénoncer les propos racistes, nauséabonds du moment, notamment à l’encontre de Christiane Taubira, la ministre de la Justice, qui subissait depuis plusieurs mois, des attaques dignes d’un autre temps.

“Personne ne peut nous empêcher d'être là”

Amal Bentounsi et ses amis étaient partis de République à dix. A La Bastille ils étaient une cinquantaine. Police et pauvreté urbaine. À son arrivée place Beauvau, Manuel Valls s’est fixé comme priorité de restaurer la confiance à l’égard de forces de l’ordre accusées de discrimination à l’égard des jeunes de banlieue après la « frénésie sécuritaire » de la droite.

Police et pauvreté urbaine

Dans cette perspective, le nouveau directeur général de la Police nationale confie une mission d’audit à des observateurs étrangers, mission dont les résultats ont fait à ce jour une diffusion des plus restreintes au sein des services centraux du ministère de l’Intérieur. Signalement IGPN / Inspection Générale de la Police Nationale / Organisation. Policiers contre dealers. La relation avec la police, deuxième regard sur Trappes. C’est avec un grand sourire qu’il m’invite à entrer dans son bureau. La veille je lui avais expliqué mon projet et il m’avait dit qu’il allait y refléchir sans me dire si oui ou non il acceptait que je l’interview.

Je lui demande pourquoi il a finalement dit oui "on m’a dit qu’on pouvait te faire confiance". Je sais qui est ce "on" et je sais qu’il prefère garder l’anonymat mais je tiens à le remercier pour son aide. Salaheddine, 35 ans, est entrepreneur. Il gère sa société et a basé son bureau en plein coeur des Merisiers juste en face du commissariat. Sur la vidéo on peut voir des hommes, type pères de famille qui attendent devant le commmissariat. Selon lui le problème réside dans la relation avec la police. Honte a la police francaise. La lettre de Valls à Hollande qui torpille la réforme Taubira. Lettre de Manuel Valls, ministre de l'intérieur, à François Hollande, président de la République, en date du 25 juillet 2013. "J'attire votre attention sur les désaccords mis en lumière par le travail interministériel qui s'est engagé récemment autour du projet de réforme pénale présenté par le ministère de la justice.

Ainsi, et même si nous saluons un rapprochement des points de vue concernant notamment la nécessité d'engager très rapidement des réformes organisationnelles, indispensables à la crédibilité de notre politique de lutte contre la récidive, la quasi-totalité des dispositions de ce texte a fait l'objet de discussions, voire d'oppositions du ministère de l'intérieur, qui a toutefois tenu à proposer des alternatives. Cependant, tant pour des raisons de méthode que de fond, l'écart entre nos analyses demeure trop important et appelle une clarification de nos orientations politiques. Know Your Rights! Help End Discriminatory, Abusive & Illegal Policing!

Éclairons nos ministres et apaisons nos élus. Manuel Valls, ministre de l’intérieur, se dit “surpris”. Christian Estrosi, “indigné”, ce qui ne permet guère de voir la différence avec son état normal. « Le sécuritaire, ce n’est pas la sécurité » "Le sécuritaire, c'est pas la sécurité, et c'est antithétique avec la liberté. C'est un discours de culpabilité déresponsabilisant, c'est du contrôle social par la peur, et c'est dangereux pour l'État de droit. " Tristan-Edern Vaquette est normalien, et titulaire d'un DEA en physique théorique. “la frénésie sécuritaire”, par Laurent Mucchielli.

Le sécuritaire n’est pas la sécurité. “la frénésie sécuritaire”, par Laurent Mucchielli. Police de rue dans les quartiers populaires. Ce texte, publié en réponse à l’essai d’Anaïk Purenne, « Police et pauvreté urbaine » s’appuie sur une enquête de terrain de 24 mois sur le discernement policier dans plusieurs territoires stigmatisés comme « sensibles » et dangereux par les forces de l’ordre à Paris, Saint-Denis et Marseille (Boucher et al., 2013). Portrait d’un policier de la brigade anti-criminalité dans une « cité ghetto » française.

Dx.doi.org/10.4000/champpenal.8214 – gilles_horvilleur

Les citoyens et leur police. La sécurité urbaine, affaire d’État ou problème local. Fin octobre, Alain Bauer et Michel Gaudin ont remis au ministère de l’Intérieur un Livre blanc sur la sécurité publique [1]. Nanterre ne veut plus oublier. De l’oubli à la reconnaissance municipale du 17 octobre 1961. Dossier : L’empreinte de la guerre d’Algérie sur les villes françaises 14 octobre 2011. Marché de Nanterre [1].

Southland, ou la traversée des frontières à Los Angeles. Dossier : La ville des séries télé Apparue sur les écrans de la chaîne hertzienne américaine NBC au printemps 2009, la série policière Southland fut immédiatement louée pour sa représentation quasi-documentaire de Los Angeles. La police et les « médinas algériennes » en métropole. Comment la police s’est éloignée des citoyens. Une histoire récente de la police en France. L’Apache et l’Îlotier. Comment la force devient publique. L’ordre public de la police. La police et les Algériens : continuités coloniales et poids de la guerre d’indépendance.

Réguler les espaces publics : le rôle ambivalent des nouveaux métiers. Cédric Moreau de Bellaing. Enquêter sur la violence légitime. Contrôles d’identité : de quel droit. Contrôles d’identité, de quel droit ?