background preloader

Amende 30.000€ pourRefus dePolluer!

Amende 30.000€ pourRefus dePolluer!
Related:  POLICE-JUSTICE MEDIAS Institutions politiquesSubventions de la pollution (!)

Viticulteur convoqué auTribunal viticulture Emmanuel Giboulot exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits. La justice le convoque, car il refuse de traiter ses vignes contre la flavescence dorée. B.L. avec l'AFP Publié le 25/11/2013 | 21:44, mis à jour le 02/12/2013 | 11:37 En juin dernier, un arrêté préfectoral avait imposé le traitement de «l’ensemble des vignobles de la Côte d’Or» au moyen «d’une application unique d’un insecticide» contre la cicadelle, insecte vecteur de la flavescence dorée, une maladie de la vigne présente notamment dans le nord Mâconnais, en Saône-et-Loire. «Je me suis refusé à faire ce traitement», explique Emmanuel Giboulot, confirmant une information du site bastamag.net. "On veut faire un exemple" Après un contrôle en juillet de la direction régionale de l’Agriculture, Emmanuel Giboulot a fait l’objet d’une convocation devant le délégué du procureur de la République du tribunal d’instance de Beaune pour une composition pénale.

Pesticides : soutien au viticulteur poursuivi pour avoir refusé de polluer Emmanuel Giboulot, vigneron en biodynamie à Beaune, encourt jusqu’à six mois de prison et 30 000 euros d’amende. Son délit ? Avoir refusé de traiter son vignoble avec un insecticide pour lutter contre une maladie de la vigne. Un collectif de soutien composé d’une vingtaine d’organisations associatives, syndicales et politiques appelle à un rassemblement devant le tribunal de Dijon, où le viticulteur est convoqué, le 24 février. Emmanuel Giboulot, viticulteur à Beaune (Côte d’Or) est convoqué le 24 février 2014 à 13h30 au tribunal de Dijon pour avoir refusé de traiter, à titre préventif, sa propre production avec un pesticide de pyréthrine (le pyrevert). Préserver les équilibres biologiques de la vigne Emmanuel Giboulot travaille justement depuis plus de 40 ans à préserver les équilibres biologiques de sa vigne. L’être humain, simple variable d’ajustement ? Procédures alternatives Télécharger le tract ici. Photo : CC / Gerhard Wasserbauer

La justice poursuit un viticulteur bio qui dit non aux pesticides Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Comment concilier vignoble bio et lutte contre une maladie mortelle de la vigne ? C'est la question épineuse à laquelle s'est heurtée Emmanuel Giboulot, qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits, en Bourgogne. Le viticulteur de 51 ans doit être bientôt convoqué devant la justice pour avoir refusé de traiter ses cépages de chardonnay et de pinot noir. En juin, un arrêté préfectoral avait imposé le traitement de « l'ensemble des vignobles de la Côte-d'Or » au moyen « d'une application unique d'un insecticide ». Alors que cette épidémie se répand en France depuis les années 50, plus de la moitié du vignoble est aujourd'hui soumise à un plan de lutte obligatoire – en vertu de réglementations nationales et européennes. Au début de l'été, aucun foyer n'est détecté en Côte-d'Or, mais certains plants sont suspectés.

Expression de la TERREUR ZIONIST Dimanche 26 janvier aux alentours de 18h. La manifestation « Jour de colère » s’achève, les organisateurs appellent à la dispersion. Je n’ai même pas le temps de sortir saucisson et cacahouètes que j’avais apportés pour l’apéro que les CRS envoient les premières salves de grenades lacrymo après avoir bouclé la place Vauban. La réaction est immédiate : se sentant pris au piège, des centaines de manifestants jusque-là pacifiques courent dans tous les sens, certains se replient face aux gaz lacrymo, d’autres tentent de forcer les barrages de CRS pour échapper à la nasse mise en place par la préfecture de police. De mon côté, j’ai perdu de vue mes amis dans la panique générale et, voulant ne pas me mêler à un groupe particulièrement excité, je me rapproche des lignes de CRS malgré les gaz. Lundi après-midi : je suis à nouveau convoqué devant un officier.

Beaune : un viticulteur convoqué par la justice pour avoir refusé de traiter ses vignes C'était un procès très attendu... Le vigneron bio Beaunois, Emmanuel Giboulot, comparaissait lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Dijon. Il lui est reproché de ne pas avoir traité ses parcelles l'été dernier, pour lutter contre la flavescence dorée, alors qu'un arrêté préfectoral l'obligeait à le faire. Sa désobéissance lui a valu un vaste soutien sur Internet ces derniers mois, qui s'est concrétisé devant le tribunal Reportage: Théo Souman et Romain Liboz (Images) - Montage : Cécile Frèrebeau Intervenants: Emmanuel Giboulot (Vigneron à Beaune) - Sandrine Bélier (Députée européenne (EELV) - Benoist Busson (Avocat d'Emmanuel Giboulot) - Daniel Guichard (Chanteur) Voir la vidéo Procès viticulteur Emmanuel Giboulot Depuis le début des démêlées de ce viticulteur avec la justice, une pétition circule sur internet. Soutien à Emmanuel Giboulot devant le tribunal correctionnel de Dijon Prev Next PrevNext Direct 12/13 - Tribunal Correctionnel Dijon Tout a commencé en juin dernier.

L'imposture de la définition légale de la subvention dans le projet de loi ESS Nous avons présenté l'excellente étude de Viviane Tchernonog : Le paysage associatif français dans une brève. Excellente car pour une fois, une étude sur l'état du secteur associatif ne se contente pas d'enfiler des chiffres récoltés après une courte enquête sur Internet. Il est difficile ici de traiter de l'ensemble de cet ouvrage que nous vous conseillons vivement d'acheter et de consulter séance tenante tant l'urgence est de mise. Nous souhaitons simplement, relever ici, l'imposture de la définition légale de la subvention dans le projet de loi ESS. Souvenez-vous de la circulaire Fillon du 18 janvier 2010. Quelles sont les associations gagnantes ? Le projet de loi sur l'ESS promet de clarifier enfin le régime des subventions avec une "définition légale de la subvention" inscrite dans la loi. Ce n'est pas sérieux, pire c'est de la poudre aux yeux. Dans son étude, Viviane Tchernonog (1) donne des chiffres qui doivent nous aider à réfléchir. En savoir plus (1)

Paul-Éric Blanrue démystificateur « Ce dont je suis le plus fier, c’est d’avoir présenté Faurisson à Dieudonné ! » La LICRA a réussi un coup de force exceptionnel en faisant censurer quatre livres des éditions Kontre Kulture. Pour les lecteurs qui ne vous connaîtraient pas encore (ou peu), pouvez-vous vous présenter et nous expliquer en quoi consiste votre travail ? BLANRUE — Né dans les marches de l’Est, sous de Gaulle. « Pourquoi les sionistes ne sont-ils pas aimés ? Pourquoi avez-vous décidé d’écrire en 2007 ce recueil de citations qu’est Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme ? BLANRUE — Je suis ami de la nouveauté et de l’originalité, et puis personne n’avait songé à l’écrire jusqu’à présent. Se procurer le livre chez Kontre Kulture avant censure définitive Comment avez-vous réagi suite à la censure historique prononcée par le juge des référés de Bobigny en première instance ? BLANRUE — Franchement, comme je l’ai dit à l’AFP, j’ai ri de bon cœur. « Dieudonné est le meilleur !

Un viticulteur ira-t-il en prison pour refuser d'employer un pesticide? Le 24 février prochain, Emmanuel Giboulot doit comparaître devant le tribunal correctionnel. Le viticulteur français de la région de Côte d’Or risque une peine d’emprisonnement de 6 mois fermes et une amende de 30 000 euros. Les faits sont les suivants : en juin 2013, les vignes de la région sont menacées par la cicadelle. Face à cette menace, la préfecture de Côte d’Or émet un arrêté imposant l’application d’un insecticide contre la cicadelle dans l’ensemble des vignobles du coin. Plusieurs initiatives ont été mises en place pour soutenir l’agriculteur. La polémique n’en finit pas d’enfler à propos de l’usage ou non d’insecticide. Le seul insecticide accepté sous le label bio est le Pyrevert. Une méthode de culture qui ne fait pas l'hunanimité La biodynamie est une forme d’agriculture particulière respectant l’harmonie et l’équilibre biologique de la terre. Mais la biodynamie est vivement critiquée par de nombreux sceptiques.

Aides d'Etat à l'énergie: la Commission favorise les plus gros pollueurs Michèle Rivasi, députée européenne, tête de liste Europe-Ecologie pour le Sud-Est, déplore le choix de la Commission européenne en matière d'aides à la protection de l'environnement et de l'énergie, qui fait la part belle aux industries les plus consommatrices, « exonérées d'une contribution égale à celle des ménages européens dans le financement des énergies renouvelables ». La Commission européenne a présenté mercredi 9 avril les nouvelles lignes directrices concernant les aides d'État à la protection de l'environnement et de l'énergie. Les écologistes craignaient que ces propositions fassent la part belle aux industries les plus consommatrices d'énergie, au détriment du financement des énergies renouvelables et des factures des consommateurs. Ce n'est désormais plus une crainte mais une réalité. La politique énergétique européenne est caractérisée par son ambition climatique, même si celle-ci subit les aléas de volontés divergentes au sein des États membres.

KKBB censure Apocalypse France La justice poursuit un viticulteur bio qui dit non aux pesticides Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Comment concilier vignoble bio et lutte contre une maladie mortelle de la vigne ? C'est la question épineuse à laquelle s'est heurtée Emmanuel Giboulot, qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits, en Bourgogne. En juin, un arrêté préfectoral avait imposé le traitement de « l'ensemble des vignobles de la Côte-d'Or » au moyen « d'une application unique d'un insecticide ». Alors que cette épidémie se répand en France depuis les années 50, plus de la moitié du vignoble est aujourd'hui soumise à un plan de lutte obligatoire – en vertu de réglementations nationales et européennes. Au début de l'été, aucun foyer n'est détecté en Côte-d'Or, mais certains plants sont suspectés. « Je ne voulais pas utiliser de produits chimiques dans mes parcelles, que ma famille cultive en bio depuis 1970», poursuit Emmanuel Giboulot, soulignant le dilemme auquel sont confrontés nombre d'exploitants.

Related: