background preloader

Police

Facebook Twitter

Mais que fait la police? Le 8 avril sortait le nouveau single de Renaud, «J'ai embrassé un flic», écho, un an plus tard, de la «policemania» qui s'était emparée d'une partie des Français au lendemain des attentats de Charlie Hebdo.

Mais que fait la police?

Au-delà des manifestations de fraternité sur les boulevards parisiens le 11 janvier 2015, de la pléthore de reportages embedded louant le courage des forces de l'ordre, la preuve la plus saillante de ce regain de popularité réside dans les 35.000 candidatures au poste de gardien de la paix à un concours qui offrait 2.800 places en février 2016... soit une augmentation, par rapport à l'année précédente, de 50%. Mais Renaud (comme souvent) a joué de malchance. Car au moment où son titre inondait les ondes, ceux qui auraient dû être sa première «fanbase» il y a un trente ans tâtaient du gourdin.

Du maintien de l'ordre républicain au maintien républicain de l'ordre ? Réflexions sur la violence. Maintenir l'ordre Jean-Marc Berlière Du maintien de l'ordre républicain au maintien républicain de l'ordre ?

Du maintien de l'ordre républicain au maintien républicain de l'ordre ? Réflexions sur la violence

Basse politique, haute police. La police est un élément de la politique devenue rationnelle, mais elle n’est pas une forme de gestion ni même seulement une administration.

Basse politique, haute police

Du bon usage des « modèles » de police. Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.

Du bon usage des « modèles » de police

Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berlière J. -M., Lévy R., 2011, Histoire des polices en France de l’Ancien régime à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions. Bourdieu P., 1980, Le Sens pratique, Minuit, Paris.DOI : 10.3406/arss.1976.3383 Bourdieu P., Chamboredon J. Brodeur J. Sondage exclusif : la police raciste pour 40% des Français - 25 mai 2011. Comment la France voit-elle sa police ?

Sondage exclusif : la police raciste pour 40% des Français - 25 mai 2011

Et surtout, la voit-elle partout sous le même angle ? Pour la première fois, une équipe de sociologues a décidé de confronter le ressenti du pays dans sa globalité avec celui du 9-3, le département emblématique des ghettos sociaux et ethniques à forte teneur en délinquance. Les résultats décrivent plus finement qu'aucune autre étude les contours du fossé qui se creuse inexorablement entre les forces de sécurité et la population. Spécialement dans les quartiers difficiles. Réalisé dans le cadre du projet Euro-justis de l'Union européenne, cette enquête inédite a été coordonnée par Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS.

Le Nouvel Observateur : Quatre Français sur dix pensent que les forces de l'ordre sont racistes. Sébastian Roché : Effectivement, les différents résultats portant sur la perception du racisme et de la xénophobie sont alarmants. Histoire / Présentation générale. POLIS, POLITEIA, POLITIA, POLLICE, POLICE.Le mot " police " appelle quelques précisions terminologiques.

Histoire / Présentation générale

Il vient du latin politia qui, lui-même, trouve son origine dans le grec politeia (art de gouverner la cité), lequel dérive du mot polis (cité, ville). En vieux français, pollice signifiait " gouvernement ". Au fil des ans, le mot s'est limité à la gestion d'une cité pour acquérir son sens actuel d'organe, de règle et de mission permettant d'assurer le maintien et le rétablissement de l'ordre public.

Lemouvementsocial.net Laurent López, La guerre des polices n’a pas eu lieu : gendarmes et policiers, co-acteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914) À l’occasion des attaques terroristes survenues en janvier 2015, les commentateurs ont insisté sur la mobilisation de l’ensemble des forces de police française et sur la bonne coopération entre police nationale et gendarmerie.

lemouvementsocial.net Laurent López, La guerre des polices n’a pas eu lieu : gendarmes et policiers, co-acteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914)

Xxs 0294 1759 1997 num 55 1 3665. Liberté, égalité, surveillance. Liberté, égalité, surveillance [jeudi 03 décembre 2009 - 05:00] François Furet a imposé avec autorité une lecture du XIXe siècle français comme période d’acculturation des Français aux libertés fondamentales acquises pendant la Révolution.

Liberté, égalité, surveillance

Ce siècle aurait donc été marqué par une progressive libéralisation politique dont l’acmé aurait correspondu à la proclamation de la République, le 4 septembre 1870. La thèse de Sébastien Laurent est toute autre, puisqu’il démontre avec talent que cette libéralisation s’est en fait déroulée en trompe-l’œil. Cet ouvrage est la version publiée de l’habilitation à diriger les recherches de Sébastien Laurent, maître de conférences à l’Université de Bordeaux III et enseignant à Sciences-Po. Surveiller une opinion publique en formation Parmi les libertés fondamentales héritées de la période révolutionnaire par la Restauration, une distinction doit être opérée entre les libertés individuelles, la liberté d’opinion et les autres libertés collectives.