background preloader

Evaluations habituelles défaillantes

Facebook Twitter

UE - Maïs MON810 : des pyrales résistantes peut-être déjà là. Le maïs MON810, génétiquement modifié par transgenèse pour exprimer la protéine insecticide Cry1Ab, a été autorisé en 1998 pour la culture, l’importation et l’alimentation humaine et animale selon la directive 90/220 (remplacée depuis par la directive 2001/18).

UE - Maïs MON810 : des pyrales résistantes peut-être déjà là

Avant d’être autorisé, un OGM doit être évalué afin de garantir l’absence de risque pour la santé et l’environnement. Et une fois autorisé, la législation prévoit qu’une surveillance de l’environnement des cultures de plantes génétiquement modifiées (PGM) soit effectuée afin de confirmer que les risques anticipés n’apparaissent effectivement pas (c’est la surveillance spécifique) ou que d’autres risques non prévus ne se déclarent pas (c’est la surveillance générale).

Pesticides, OGM : et si les tests de toxicité sur les rats étaient tous biaisés? Une nouvelle étude de l'équipe de Gilles-Eric Séralini montre que le régime alimentaire des rats de laboratoire contient des quantités significatives de polluants environnementaux. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait remettre en cause toutes les études de toxicité réglementaires de tous les produits chimiques commercialisés depuis 70 ans.

Insecticides, herbicides, dioxines, PCB, métaux lourds, OGM : Gilles-Eric Séralini et son équipe de recherche en biologie moléculaire de l'Université de Caen auraient trouvé d'importantes quantités de ces substances dans les croquettes destinées aux rats de labo. Par exemple, jusqu’à 22 fois plus de pirimiphos, un insecticide, et jusqu’à 3700 fois plus de glyphosate et son métabolite, que les doses journalières admissibles de ces substances (DJA) dans la nourriture destinée aux humains. Corruption de la science : collusions entre chercheurs et industriels. Après la seconde guerre mondiale, et notamment à partir des années 1970, les industriels américains font face à des publications de chercheurs qui sont très claires, et très documentées, sur la toxicité de substances comme l'amiante, le plomb, ou la radioactivité.

Corruption de la science : collusions entre chercheurs et industriels

Ils sont obligés de reconnaître qu'il y a un risque. Ils se disent alors que le moindre mal, c'est de définir une dose en dessous de laquelle il ne se passe rien. Pourtant, dès le début des années 1960, les connaissances acquises dans le domaine de la biologie, de la biochimie et même de la physique ouvraient à la connaissance et à la compréhension des mécanismes de cancérogénèse, mettant en question la référence à un quelconque seuil de danger.Rachel Carson, biologiste américaine, qui mena pendant 10 ans une observation rigoureuse de ce que produit dans la nature le recours massif aux insecticides et herbicides, conclut que la seule dose inoffensive, est la dose 0 [1].

Seedy Business: What Big Food Is Hiding with Its Slick PR Campaign on GMOs. U.S.

Seedy Business: What Big Food Is Hiding with Its Slick PR Campaign on GMOs

Right to Know – a new nonprofit organization — released a new report today on Big Food’s PR campaign to defend GMOs: how it manipulated the media, public opinion and politics with sleazy tactics, bought science and PR spin. Since 2012, the agrichemical and food industries have mounted a complex, multifaceted public relations, advertising, lobbying and political campaign in the United States, costing more than $100 million, to defend genetically engineered food and crops and the pesticides that accompany them.

The purpose of this campaign is to deceive the public, to deflect efforts to win the right to know what is in our food via labeling that is already required in 64 countries, and ultimately, to extend their profit stream for as long as possible. This campaign has greatly influenced how U.S. media covers GMOs. The industry’s PR firm, Ketchum, even boasted that “positive media coverage has doubled” on GMOs. Seedybusiness.pdf. OGM et cancer: «Il y a laxisme ou malhonnêteté» Gilles-Éric Séralini persiste et signe.

OGM et cancer: «Il y a laxisme ou malhonnêteté»

Le biologiste de l'Université de Caen, dont l'étude liant les organismes génétiquement modifiés (OGM) au cancer a suscité la controverse l'automne dernier, n'est pas ébranlé par la pluie de critiques qu'il a reçues de la part de chercheurs et des autorités réglementaires d'une dizaine de pays occidentaux. Au contraire. «Il y a laxisme ou malhonnêteté dans ceux qui critiquent mes résultats, alors qu'ils ne disent rien sur les résultats des études menées par les fabricants des OGM et des pesticides», a-t-il expliqué hier dans un restaurant du quartier Ahuntsic, à la veille d'une conférence qu'il donne ce midi au pavillon des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal. «Ils ne disent rien parce que ces résultats sont secrets, même s'ils ont été déposés aux comités gouvernementaux d'approbation. Et souvent parce que ce sont eux-mêmes qui siègent à ces comités.»

Innocuité des OGM : aucune étude ne permet scientifiquement de conclure. Le résultat est de portée majeure : non seulement les conclusions principales et médiatisées de l’article sont invalidées, mais de ce fait, il ressort qu’aucune publication dite scientifique à ce jour, prétendant montrer l’innocuité des PGM à travers des études au long terme ou multi-générationnelles n’est conclusive !

Innocuité des OGM : aucune étude ne permet scientifiquement de conclure

On le savait, mais le voir officiellement confirmé change vraiment la figure du débat public. Le 15 décembre 2011, Agnès Ricroch, d’Agro Paris Tech et de l’académie d’agriculture, déclarait sur Europe 1, en se référant à l’article de Snell dont elle est co-auteur : « le débat sur les OGM sur le plan sanitaire est clos ». Cette affirmation péremptoire et définitive, reprise de nombreuses fois, se basait sur un article qui devait paraître peu de temps après dans une revue scientifique : Food and Chemical Toxicology (FCT), la même revue qui accueillera plus tard la célèbre publication de Gilles-Éric Séralini sur le NK603 et le Roundup [2]. La mauvaise farce des études de l'industrie. L'éditeur de Food and Chemical Toxicology obligé de publier un droit de réponse après le retrait de l'étude NK603 et Roundup de l'équipe du Pr Séralini - CRIIGEN, Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie Génétique.

The editor of Food and Chemical Toxicology (FCT) uses double standards when it comes to publishing in favour of the industry, Prof.

L'éditeur de Food and Chemical Toxicology obligé de publier un droit de réponse après le retrait de l'étude NK603 et Roundup de l'équipe du Pr Séralini - CRIIGEN, Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie Génétique

Séralini’s team say. Now the journal’s publisher Elsevier has compelled him to publish a right of reply by the Séralini team. More than a year after its publication, the editor of Food and Chemical Toxicology (FCT), Dr A. Genetically-Modified Salmon Insufficiently Tested for Safety. OGM, l'heure de vérité ! MesOpinions TV. Transparence des données brutes sur les OGM : le HCB donne son avis. La controverse scientifique qui a suivi la publication de l’étude de G.

Transparence des données brutes sur les OGM : le HCB donne son avis

-E. Séralini, a mis sur la table la question de l’accès aux données brutes des analyses de toxicologie conduites et fournies par les entreprises pour demander une autorisation commerciale. En effet, d’un côté, il a été demandé à G. Shocker: Prof. Gilles-Eric Séralini, GMO-Cancer Researcher, Blows Whistle on Biotech Fraud. In this shocking interview, Professor Gilles-Eric Séralini, discusses the dangers of GMOs, the manipulation of the biotech science, and related issues.

Shocker: Prof. Gilles-Eric Séralini, GMO-Cancer Researcher, Blows Whistle on Biotech Fraud

Learn More! The GM safety dance: What’s rule and what’s real. In my initial foray in this series looking for facts behind the rhetoric on transgenic food, I reasoned that, since we can’t eliminate risk, we’d better have the right regulatory safety net in place.

The GM safety dance: What’s rule and what’s real

As soon as I asked this, however, I was met with an apparent contradiction: Critics of genetic engineering say the industry is not required to do any safety testing. Un moucheron attaque l'empire des OGM. Le professeur Gilles-Eric Séralini a publié une étude montrant les effets d’une alimentation contenant du maïs OGM sur une dizaine de rats.

Un moucheron attaque l'empire des OGM

Difficile d’ignorer le tapage médiatique qui s’en est suivi ! Il est peu probable que les autorités en charge de la santé publique en tiennent compte. Evaluation des OGM en Europe : de scandale en supercherie. France Nature Environnement (FNE) a dû souvent alerter les autorités publiques sur la nécessité de réformer les procédures d’évaluation des OGM adoptées par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) dont les avis conditionnent les autorisations accordées par la Commission Européenne (CE).

Cette réforme en cours sera bientôt soumise à l’avis des Etats membres de l’Union européenne, sous forme de « lignes directrices » d’évaluation préfigurant un règlement européen d’exécution qui avaliserait une supercherie : le principe d’ « équivalence en substance ». Explication de FNE. Cyberaction INSUFFIS-ANSES des Etudes de toxicité sur les OGM. Cette cyberaction est maintenant terminée. OGM: les études de toxicité à long terme sont quasi-inexistantes. Suite à la publication de Gilles-Eric Séralini sur les effets à long terme d’un OGM et d’un pesticide, l’agence française de sécurité sanitaire et le haut conseil des biotechnologies reconnaissent le manque de documentation sur ce sujet.

Elles ne remettent pour autant pas en cause les évaluations réglementaires qui ont permis la mise en marché de ces produits. Trois. Corinne Lepage: Dix ans d'Efsa: ça suffit! Lorsque l'Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) a été créée, l'Europe était encore engluée dans la crise de la vache folle. C'est en effet cette affaire, et le scandale qu'elle a révélé au niveau de sa gestion par les institutions européennes, qui ont rendu nécessaire la création d'une agence dont l'indépendance et l'impartialité au regard des pressions, qu'elles soient étatiques ou économiques, étaient la raison d'être. Dix ans plus tard, si la nécessité d'une telle agence au regard de l'évaluation des risques et d'une bonne qualité de leur gestion par les décideurs politiques apparaît toujours aussi pertinente, force est de constater que l'objectif est loin d'être atteint.

Studies with independent funding. Comment le test sur les rats échoue à protéger les hommes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart S'agit-il des "bons rats" ? L'étude controversée de Gilles-Eric Séralini (université de Caen, Criigen) sur la toxicité du maïs génétiquement modifié NK603 et de son herbicide-compagnon, le Roundup, a soulevé de nombreuses discussions sur le type de rongeurs utilisés dans l'expérience. OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée par les autorités sanitaires - Santé publique. Photo : source Avant d’être commercialisés, les OGM sont-ils vraiment évalués avec la plus grande rigueur scientifique, comme leurs promoteurs le prétendent ? Toute entreprise sollicitant une autorisation de mise sur le marché de son OGM doit produire une évaluation censée démontrée que sa semence transgénique est inoffensive.

Ces analyses sont réalisées par des laboratoires que les entreprises de biotechnologie rémunèrent directement. Les autorités sanitaires qui étudient ensuite le dossier, comme l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA [1]), ne disposent ni de temps ni de crédits pour pratiquer leurs propres analyses. Elles se contentent donc de lire le dossier de l’entreprise et la littérature scientifique sur le sujet. OGM : comment mettre fin à l’irresponsabilité organisée ? Imaginez que les entreprises pharmaceutiques empêchent des chercheurs d’évaluer les effets secondaires de leurs médicaments au motif qu’ils sont protégés par le « secret industriel » d’un brevet, le scandale serait assuré. Pourtant, dans l’évaluation sanitaire des OGM et des pesticides, c’est la norme. Depuis la présentation de son étude sur un OGM et son herbicide associé, l’équipe du professeur Séralini, de l’université de Caen, réclame la « fin du secret industriel sur les évaluations d’OGM » et demande de rendre publiques « les données brutes ayant servi à l’évaluation du Roundup », mais aussi des maïs transgéniques MON810 et NK603 commercialisés en Europe par Monsanto.

Le Pr Séralini tonne : Sudies about OGM. It's Time to Label GMOs. OGM, Monsanto, Roundup & Co : comment notre société produit des malades. Des rats avec tumeurs : le résultat de l'étude sur les OGM menée par G. Séralini et J. Spiroux (Paolo Giovannini/AP/SIPA) Depuis près de 15 ans je travaille, en plus de mes consultations avec Gilles Eric Séralini avec qui je partage les mêmes préoccupations, sur les liens entre les pesticides, les OGM et la santé. Notre étude est emblématique car elle montre une fois de plus comment nos sociétés dites évoluées sont incapables d’assurer la sécurité alimentaire de leurs populations. "L’aliment est ton premier médicament" La mise en garde est pourtant bien ancienne car Hippocrate, 450 ans avant J.C, précisait : "L’aliment est ton premier médicament".

Je suis médecin libéral et consulte depuis près de 30 ans. Une augmentation importante des cancers, des maladies neuro dégénératives, métaboliques, immunitaires, des stérilités, des malformations néonatales, une baisse de 50% des spermatozoïdes en 50 ans et en parallèle une diminution importante de la biodiversité ! 1. OGM : les effets du manque de précaution sont déjà là. C’est peu dire que l’étude conduite par Gilles-Eric Séralini, portant sur la toxicité du maïs génétiquement modifié NK 603, aura fait grand bruit. Il est trop tôt pour savoir dans quelle mesure cette étude fera évoluer le débat, social et politique, sur la culture et l’usage des plantes OGM.

Et il faudra, comme plusieurs voix l’ont demandé, que l’expérience puisse être reproduite, et ses résultats vérifiés. OGM / Monsanto : pourquoi il y a si peu d’études scientifiques sur le sujet. Cet article est paru le 25/09/2012 sur le site Le Plus du Nouvel Observateur. Pour la transparence sur les données des dossiers d’évaluation… Un collectif de 130 ONG a exigé plus de transparence sur les données d’évaluation. OGM: «Comme si nous étions au Moyen Âge de l’expertise»

OGM : qu'a fait l'État ? OGM - les pouvoirs publics savaient depuis plus de dix ans ! (vidéo 4’17) Autres articles. Lobbying pro-OGM : "Voyages, cadeaux et un peu plus...". Jean-François Le Grand, aujourd’hui président du Conseil Général de la Manche, est un des hommes politiques qui a suivi le plus à fond la question des OGM.

Terraforma - Google+ - Comprendre  Les lobbies agricoles sont puissants dans… Ecouter, réécouter C'est notre planète du 24-09-2012 : l'émission radio de Virginie Garinsur RTL.fr. OGM : quand la grande distribution finance une étude choc. L'étude du Pr Séralini sur les OGM cofinancée par le sénateur Grosdidier. OGM : Stéphane Le Foll décidé à revoir les protocoles d'autorisation. OGM : "Les experts ne doivent pas être juges et parties" OGM : l'auteur de l'étude refuse une contre-expertise de l'agence européenne des aliments. Un juge et un critique de Séralini ont servi l’industrie des pesticides. OGM et étude de Séralini mise en doute : l'EFSA est une agence qui s'auto-protège. Quatre agences européennes épinglées pour conflits d’intérêts.

OGM : l’industrie présente au conseil d’administration de l’EFSA. OGM, Fukushima, Mediator : la liste des scandales sanitaires ne doit pas s’allonger. Pourquoi l’évaluation des produits chimiques n’est-elle pas menée de façon démocratique ? Pourquoi l’expertise indépendante est-elle impossible ? OGM : des évaluations désastreuses et un débat mal posé. Lepage : "Tout est organisé pour qu'il n'y ait pas de recherches sur les OGM!" OGM : "Inconscience ? Lâcheté ? Collusion criminelle ?" Jouanno : "Je me souviens de la visite menaçante de Monsanto" OGM : 15 ans de guerre sans merci.