SENS & RECONNAISSANCE

Facebook Twitter
EVALUATION : jugement d'utilité VS jugement de beauté Difficile d'écrire sur l'entretien d'évaluation « en général ». Depuis son entrée en scène dans les valises des démarches compétences et de GPEC, ses avatars se multiplient : entretien d'évaluation, entretien d'appréciation, de progrès ou entretien professionnel, entretien individuel, de mi-carrière et in fine, le très factuel et aseptisé « entretien annuel ». J'en oublie. Dans la pratique, et quelque soit la dénomination, ils vont de l'échange authentique, porteur de compréhension, de reconnaissance, d'estime de soi, d'un pouvoir accru sur son évolution professionnelle à une épreuve unilatérale accompagnée de menaces (implicites ou explicites) voire de sanctions, lorsqu'ils ne sont pas de simples rituels bâclés. EVALUATION : jugement d'utilité VS jugement de beauté
D'un coté, l'évaluation des salariés est une prérogative patronale « inhérente au pouvoir de direction de l'employeur » (la Cour de cassation l'a confirmé). C'est un « attribut » du contrat salarial et du rapport de subordination, mais qui ne dit rien de la manière d'y procéder ni de ce que peut légitimement apprécier l'employeur, ni de ce qu'il peut faire de cette appréciation. De l'autre, le principe « à chacun selon son travail » est toujours à l'œuvre. C'est bien pourquoi, tant que le travail est mesurable (par la durée notamment), tant que son prix est fixé par une hiérarchie des qualifications suffisamment consensuelle et tant que le produit du travail est dénombrable, point n'est besoin de procédure particulière pour l'apprécier, pour porter un « jugement de valeur ». La « justice procédurale » n'est alors pas un problème, le temps, les volumes sont des critères mesurables et « objectifs ». L'évaluation des salariés : simulacre nécessaire et utile, mais à quoi ? - France Conditions de travail L'évaluation des salariés : simulacre nécessaire et utile, mais à quoi ? - France Conditions de travail
La parole à un patron sur sa manière d'envisager l'évaluation des salariés, ses avantages et ses limites. Paul Calandra est ancien DRH de Thomson CSF et ancien responsable d'ANTEE, il est actuellement conseil en veille stratégique. Qu'est ce qui légitime l'évaluation des salariés ?L'évaluation des salariés commence d'abord par une fixation en commun des objectifs à atteindre pour l'année en cours par la vérification périodique de leur progression et par la mesure des résultats obtenus en fin de parcours. Plaidoyer pour une évaluation des salariés sans esprit de système - France Conditions de travail, amélioration des conditions de travail, santé, conditions de travail Plaidoyer pour une évaluation des salariés sans esprit de système - France Conditions de travail, amélioration des conditions de travail, santé, conditions de travail
SENS de la RECONNAISSANCE (PERRIER) SENS de la RECONNAISSANCE (PERRIER) "Je ne m’y retrouve pas, je ne me reconnais pas dans ce que je fais, c’est pas moi ça !"… Qui n’a jamais dit ou entendu pareille phrase, et vu dans quel état est celui qui parle ? Déboussolé oui !
Suicide & travail dans la police Suicide & travail dans la police Ce sont essentiellement les "meilleurs éléments", ceux qui font leur travail dans les règles de l’art, qui sont aussi les plus exposés au mal-être lorsque les critères de qualité dans l’exercice des fonctions sont revus à la baisse. Comme dans cet exemple, passer d’une logique de service à une logique économique transforme les valeurs en profondeur. On ne se reconnait plus alors dans ce que l’on fait, et ce manque de reconnaissance de soi par soi empêche en tout premier lieu le plaisir au travail, la fierté qu’on en retire. On ne fait plus du "bon boulot", cela démotive.
Talents et Risques Psychosociaux : quel lien ? Talents et Risques Psychosociaux : quel lien ? Ah, le talent ! Que de fantasmes quand on l’évoque ! Et pourtant, serait-il vraiment si "extra-ordinaire" que ça ? Plusieurs professionnels des RH se sont penchés sur la question ici : Et tous s’accordent à dire que le talent est d’abord individuel !
Talents, compétences : différences, stratégies & économie Nous assistons depuis une dizaine d’années à un engouement pour le management des talents, à tel point que certains experts en management préconisent de remplacer la gestion des ressources humaines par le « talentship ». Pourquoi pas ? Mais qu’entend-on par talent ? Talents, compétences : différences, stratégies & économie
Idéologie de la compétence : l'éducation doit apprendre à penser (GAUCHER & MEIRIEU) Idéologie de la compétence : l'éducation doit apprendre à penser (GAUCHER & MEIRIEU) Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société.
Sens du Travail, bonheur et motivation

Sens du Travail, bonheur et motivation

André Comte-Sponville Philosophe et membre du Comité Consultatif National d'Ethique Comité Consultatif National d'Ethique Un an après sa première session USI, André Comte-Sponville nous présente la fin de ses réflexions entre le sens du travail, le bonheur et la motivation de ses salariés.

Xavier FONTANET (BLOG) Essilor

Samedi 26 octobre 2013 6 26 /10 /Oct /2013 07:08 Les débats sur l'ouverture des magasins et les rythmes scolaires sont la marque d'une société trop centralisée. On légifère dans un grand détail, alors que les situations sont très variées dans le pays et que l'environnement bouge tout le temps. Xavier FONTANET (BLOG) Essilor

Travail bien fait : sa valorisation (CLOT)

Un an après l'affaire des suicides à France Télécom, 1.300 entreprises de plus de 1.000 salariés ont conclu des accords sur les risques psychosociaux et mis en place des plans de prévention du stress. Pas suffisant toutefois, pour Yves Clot, titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM * : "les employeurs se contentent du diagnostic sans prendre de vraies mesures". Capital.fr : Il y a un an, le ministère du Travail publiait sur son site la liste des bons et des mauvaises élèves en matière de stress au travail. Cette pression médiatique a-t-elle été efficace ?Yves Clot : Les accords sur les risques psycho-sociaux permettent surtout aux employeurs de s'abriter derrière l'évaluation des risques pour faire semblant d'agir.
Qualité de vie au travail et qualité du travail : quel lien ? HAS (CLOT)
Science has managed to reveal some crazy things that fly in the face of almost every commonly accepted management practice. Here's the latest: Rewards for top performers lead them to worse performance. And if you want to foster innovation, bonuses won't work either.

How to Motivate People: Skip the Bonus and Give Them a Real Project

En quete de reconnaissance