background preloader

Maladies / Pollutions / Malbouffe

Facebook Twitter

Ces maladies qui coûtent le plus cher à la Sécu. INFOGRAPHIE - Hospitalisations ponctuelles, comme la cataracte, mais aussi pathologies psychiatriques et diabète représentent les plus grosses dépenses de l'Assurance-maladie.

Ces maladies qui coûtent le plus cher à la Sécu

Le cancer occupe une place moins importante. Combien coûte le fléau du cancer? Et celui du diabète? C'est pour répondre à ces questions que l'Assurance-maladie a passé en revue ses immenses bases de données. «Il est utile pour nous de savoir à quoi servent les dépenses maladie, pour déterminer comment agir pour développer des stratégies de prévention», a expliqué mardi le directeur de la Caisse nationale de l'Assurance-maladie, Frédéric van Roekeghem, en présentant ces chiffres. Il en ressort que, sur 146 milliards d'euros de dépenses totales d'Assurance-maladie, le premier budget concerne les hospitalisations ponctuelles, avec 29,9 milliards en 2011.

Vient ensuite la santé mentale, qui représente 22,6 milliards. 201343 sante depenses. The food industry’s self-regulation is a spectacular failure. Les 15-25 ans mangent n'importe comment. Ils font peu de sport, ne sont guère portés sur la consommation de fruits et légumes, grignotent ou sautent volontiers des repas et sont nombreux à sous-estimer leurs problèmes de poids.

Les 15-25 ans mangent n'importe comment

L'enquête réalisée en France auprès de mille personnes âgées de 15 à 25 ans pour une entreprise de conseils «Doing good, doing well» offre un inquiétant aperçu des habitudes alimentaires de la jeunesse française. Elle tend à démontrer qu'un cinquième environ des jeunes adultes est atteint de surpoids ou d'obésité. Et lève le voile sur le manque de lucidité dont font preuve un tiers d'entre eux, qui se jugent «minces» ou «de corpulence normale» alors que leur indice de masse corporelle affiche une valeur excessive. Obésité et grignotage Les enquêteurs de l'institut Ipsos, qui ont décortiqué jusque dans leurs moindres détails les pratiques alimentaires de cette génération, en livrent un tableau peu édifiant.

Devant la télévision » La surconsommation de boissons sucrées. La malbouffe, c’est déprimant. Déprimant, le Big Mac.

La malbouffe, c’est déprimant

Une alimentation riche en fast-food et en boulangerie industrielle pourrait accroître le risque de dépression, révèle une grande étude espagnole publiée dans la revue Public Health Nutrition. Une fois de plus, les principaux suspects sont les acides gras de type trans, liés à l’obésité, aux maladies cardiovasculaires et à la maladie d’Alzheimer. Une étude récente a même mis en évidence un comportement plus souvent agressif chez les personnes consommant le plus de ces lipides. L’étude conduite par Almudena Sanchez, de l’université Las Palmas de Gran Canaria, et ses collègues n’est pas la première à s’intéresser au lien entre malbouffe et dépression.

Mais à la différence de travaux précédents, elle suggère un lien de causalité: la malbouffe n’est pas (seulement) une conséquence de la dépression, elle pourrait la favoriser. Lors d’une précédente analyse de la cohorte SUN, l’équipe espagnole avait montré le lien entre acides gras trans et dépression. Interview : "Il est possible d'éviter la malbouffe sans se ruiner" Votre livre " Les 100 meilleurs aliments pour votre santé et la planète " est en 6e position dans le classement Express-Libraires du 16 avril 2009, comment expliquer ce succès ?

Interview : "Il est possible d'éviter la malbouffe sans se ruiner"

Tout le monde souhaite connaître ce qui se trouve réellement dans son assiette. Et tout le monde souhaite mieux manger. Pourtant avec la multiplication des additifs, des colorants et des emballages souvent hors normes, c'est devenu un vrai parcours du combattant. Compte tenu de l'enjeu de santé public, le groupe Hachette (Edition Fayard - Groupe Lagardère) associé à un media du service public (Radio France - France bleu), m'ont demandé d'écrire un livre engagé, scientifique et pratique. Ce livre, d'un nouveau genre, guide le consommateur sur ses choix alimentaires en tenant compte à la fois des préoccupations de santé et de préservation de la planète.

Il se décompose en deux parties. Vous dressez aussi une " liste noire " des produits à éviter ou boycotter ? «Les fumeurs sont manipulés par les industriels...» Extraits Martine Perez.

«Les fumeurs sont manipulés par les industriels...»

Crédits photo: Jean-Christophe Marmara/Le FigaroCrédits photo : Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro Sur le plan personnel, je suis libérale. Les interdictions de quelque côté qu'elles surgissent me dérangent le plus souvent. Mais il y a quelque chose d'indécent à entendre tous les jours dans les médias des appels à «sortir du nucléaire», à voir des députés s'opposer fermement aux biberons au bisphénol A, à assister aux arrachages réguliers de plans d'OGM, à lire des réquisitoires incessants contre les antennes-relais ou les pesticides. Les stratégies pour nous faire fumer D'accord, le tabac provoque des maladies mortelles, plus que tout autre produit licite, mais est-ce une raison suffisante pour l'interdire? Les coûts réels du tabac.