background preloader

Malbouffe

Facebook Twitter

Recueil d'articles sur la malbouffe et l'impact des aliments industriels sur la santé

Les ruses de langage des grandes marques alimentaires mises à jour. Réagissez : Partagez : Nouvelle étape dans ce grand dossier qui nous dévoile comment on mène le consommateur par le bout du nez.

Les ruses de langage des grandes marques alimentaires mises à jour

Des techniques qui ne sont parfois pas encore intégrées dans l’enseignement des écoles… ou bien des contorsions sémantiques réalisées dans le cadre de la légalité. Les ruses légales de l’industrie alimentaire. Nous sommes un pays qui a le chic pour accumuler les dispositions légales et réglementaires à propose de tout.

Additifs alimentaires

Viande et poisson. Restauration. Produits laitiers. La malfouffe rend-elle dépendant ? La malfouffe rend-elle dépendant ?

La malbouffe rend elle dépendante Article de Claudine Richard, paru dans Biocontact Mars 2007 – rce038

Ou comment manger vrai et vivant peut aider à sortir du cycle infernal de certaines dépendances Dans son autobiographie familiale, Victoria Boutenko raconte comment, débarquant de sa Russie natale aux Etats-Unis il y a quinzaine d’années, elle fut éblouie par les supermarchés américains et leur rayons regorgeant de nourritures industrielles.

La malfouffe rend-elle dépendant ?

Décidée à goûter à toutes ces merveilles, elle grossit de 45 kg en deux ans et tomba gravement malade cinq ans plus tard. Guérie et amincie grâce à l’alimentation vivante, elle prit du recul sur son parcours et se rappela alors que tous les aliments industriels dont elle avait largement abusé étaient loin d’être aussi délicieux qu’elle l’avait imaginé en Russie. Les fameux beignets « Dunkin Donuts », symbole américain par excellence à ses yeux, lui parurent particulièrement mauvais lorsqu’elle y goûta pour la première fois. Alors, la malbouffe rend elle dépendant ? Une nourriture pré-mâchée et des cellules affamées.

Edulcorants: le lien avec le diabète s’affirme. Mon nom est aussi E-955.DR Le sucralose, un édulcorant non calorique, a des effets sur la glycémie et sur l’insuline qui ne sont pas sans évoquer ceux qui précèdent la survenue d’un diabète, montre une étude américaine publiée dans la revue Diabetes Care.

Edulcorants: le lien avec le diabète s’affirme

Leitmotiv des industriels du soda, l’idée selon laquelle les boissons light préviendraient la prise de poids et le diabète est de plus en plus fragilisée. D’après des études chez l’animal, les édulcorants non caloriques ne seraient en effet pas si «physiologiquement inertes», en ce qu’ils favorisent l’absorption du glucose au niveau intestinal. Un effet contre-productif que Yanina Pepino, du Center for Human Nutrition de Saint Louis (Missouri), et ses collègues viennent de mettre en évidence chez l’homme.

Les chercheurs ont étudié 17 personnes obèses, ne consommant pas de boissons light et sans aucun signe de diabète. Scoop raté : non, les cafés Nespresso ne sont pas bourrés d’aluminium. Sortir un bon gros scoop sur une multinationale, de préférence très connue du grand public, et positionnée sur un marché sulfureux (mettons la vente d’armes ou l’agroalimentaire), c’est le rêve de tout journaliste qui se respecte.

Scoop raté : non, les cafés Nespresso ne sont pas bourrés d’aluminium

Alors quand, au hasard d’une sortie mondaine, un informateur bienveillant s’approche pour donner un tuyau, on l’écoute les yeux écarquillés, incrédule d’avoir eu tant de chance que Saint Albert Londres mette cette personne sur notre route. « Ecoute, j’ai bossé sur un plan de communication pour Nespresso, il y a quelques années » susurre, mystérieux, l’inconnu bien intentionné. « C’est à cette occasion que j’ai rencontré un ingénieur qui m’a dit que le café Nespresso est plein d’alu. » Bon sang, mais c’est bien sûr : quand la dosette est perforée, il y a forcément un peu du métal de l’enveloppe qui se retrouve dans la boisson !

On prépare ses petits échantillons chez soi, on trouve des contenants qui supportent le transport, on déniche un labo indépendant. Bisphenol A : large toxicité confirmée. Conseils de protection. Bisphenol A : large toxicité confirmée.

Bisphenol A : large toxicité confirmée. Conseils de protection.

Conseils de protection. L’usage du plastique est à ce point inscrit dans notre mode de vie moderne que d’aucun n’imagine pas qu’on puisse s’en passer. Mais, de plus en plus d’études font le lien direct entre le Bisphénol A (BPA) - un des principaux composants du plastique incassable transparent – et un nombre impressionnant de maladies. Le BPA agirait comme un perturbateur endocrinien et serait impliqué dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction, l’obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d’attention chez les enfants. Friends of the Earth Europe et l’Alliance pour la Santé et l’Environnement (HEAL) proposent un dossier sur les risques du Bisphénol A pour notre santé.

Ou trouve-t-on le BPA ? Des publications en grand nombre présentent les résultats d’analyses de migration du bisphénol A du plastique vers les liquides contenus.