background preloader

Les maladies et ravageurs

Facebook Twitter

Noctuelle. La noctuelle, ou plutôt sa chenille, aussi appelée "ver gris", est un ravageur redouté du jardinier.

Noctuelle

Ce parasite se délecte en effet de nombreuses plantes, tant potagères qu'ornementales. Comment reconnaître une attaque de noctuelles, et quel traitement appliquer ? Savoir identifier les noctuelles Les noctuelles forment une très vaste famille de lépidoptères (papillons) : celle des Noctuidae. On estime qu'il existe environ 25.000 espèces de noctuelles dans le monde, dont 750 en France métropolitaine ! Larve de noctuelle (Agrotis ipsilon) Quelles sont les périodes à risque pour les noctuelles ? Les premières attaques de chenilles sont généralement observées au printemps, parfois plus tard, jusqu'en juillet pour certaines espèces de noctuelles.

Noctuelle adulte (Agrotis ipsilon) Dégâts occasionnés par la chenille de noctuelle Noctuelle adulte (Agrotis segetum) Quelles plantes sont concernées par le ver gris ? Piéride du chou. La piéride du chou est un papillon très commun dont la chenille se nourrit essentiellement de feuilles de choux.

Piéride du chou

Elle peut engendrer de sérieux dégâts au potager du printemps à l'automne, mais la lutte contre ce parasite est assez simple. Piéride du chou : à beau papillon, chenille vorace La piéride du chou, Pieris brassicae, est un papillon diurne très courant en France et en Europe. Ce papillon butineur est facilement observable sur de nombreuses fleurs.

D'assez grande taille (il peut atteindre près de 6 cm d'envergure), il est reconnaissable à sa couleur blanc crème et à ses taches noires. Si la piéride adulte (le papillon, donc) est plutôt sympathique pour le jardinier (en tant qu'insecte pollinisateur, notamment), sa larve, en revanche, est un fléau au potager. Mildiou tomate. On trouve bien sûr dans le commerce des produits phytosanitaires non compatibles avec la culture biologique destinés à lutter contre le mildiou : Nous ne les utilisons pas par conviction.

Mildiou tomate

Ce sont des fongicides qui contiennent des substances plus ou moins nocives pour l’environnement et pour la consommation : seules les substances suivantes sont autorisées au jardin pour traiter le mildiou : Mancozèbe Manèbe Cymoxanil Azoxystrobine Metiram-zinc (Zinèbe, pas autorisé en France) Tous ces produits agissent comme le cuivre de la bouillie bordelaise en inhibant la germination des spores de phytospora, et n'ont donc qu'une action préventive en limitant l'infection, sauf le cymoxanil et l'atoxystrobine qui agissent selon des modes différents : Le cymoxanil pénêtre les tissus rapidement et inhibe la biosynthèse des acides nucléiques, des lipides et des acides aminés. L'entomosporiose : Lutte, traitement et remède biologique. L'entomosporiose est une maladie cryptogamique, due à un champignon ascomycète appelé Entomosporium maculatum.

L'entomosporiose : Lutte, traitement et remède biologique

Le nom de cette maladie dérive de la forme des spores qui ressemblent à des insectes. L'entomosporiose se rencontre avant tout sur des arbustes ou des arbres de la famille des Rosacées, comme le cognassier, le poirier, le pommier, le néflier ou encore le photinia, l'aubépine, le cotonéaster... La maladie est relativement bénigne, sauf chez le cognassier. Description de l'entomosporiose L'apparition de petites taches nécrotiques plus ou moins arrondies, de couleur variant du rouge foncé au brun franc, et cela sur les deux côtés des feuilles, peut être considérée comme les premiers signes de la maladie.

Biologie de l'entomosporium Le champignon à l'origine de la maladie survit, durant l'hiver, dans les débris des feuilles et des rameaux. Un printemps pluvieux, s'accompagnant d'une température inférieure à 20 °C, crée des conditions favorables au développement de la maladie. Cognassier (Cydonia oblonga) Il s’agit ici de l’arbre fruitier, à ne pas confondre avec le cognassier du Japon (Chaenomeles) qui fait l’objet d’une autre page.

Cognassier (Cydonia oblonga)

Il est actuellement un peu oublié dans nos jardins, et c’est bien dommage car s’il est beau, il est aussi facile à cultiver et ses fruits donnent des gelées et de la pâte de fruit excellentes. Origine : Sud de l’Europe et Asie. Cultivé dès l’Antiquité, c’est le plus vieil arbre fruitier. Famille : Rosacées Caractéristiques :Petit arbre caduc de hauteur 5 à 6 m et autant en largeur. Floraison :Elle a lieu, ici en Bretagne Sud, 2ème quinzaine d’avril - début mai. Mildiou de la tomate et de la pomme de terre. Lors des étés orageux et humides, le mildiou fait des ravages.

Mildiou de la tomate et de la pomme de terre

Cette maladie attaque notamment les tomates et les pommes de terre. Les pieds de tomates se tachent de noir, d'abord les feuilles, puis les fruits. Comment lutter préventivement ? Que peut-on faire au potager bio pour limiter les dégâts ? Prévenir et soigner les dégâts sur le chou. L'entomosporiose : Lutte, traitement et remède biologique. Moniliose ou pourriture des fruits : conseils et traitement. La moniliose ou pourriture des fruits est un champignon ravageur des arbres fruitiers qui peut avoir de graves effets sur la récolte.

Moniliose ou pourriture des fruits : conseils et traitement

Il attaque les fruits qui finissent par pourrir. On parle également de pourriture des fruits. Carpocapse sur pommier et poirier. Les heureux possesseurs d'arbres à pépins dans un coin de leur jardin se plaignent souvent de n'avoir que des récoltes véreuses...

Carpocapse sur pommier et poirier

Accusez le carpocapse! Ce "ver de la pomme" doit être combattu en mai-juin, lorsqu'il pond, en suivant ces quelques conseils... Un papillon parasite Le carpocapse (Laspeyresia pomonella ou Cydia pomonella) est un papillon dont la larve se nourrit de la chair des fruits. Les adultes sortent de leur cocon à la fin du mois d'avril, et pondent alors sur les poiriers et pommiers environnant, répandant comme une traînée de poudre des colonies de larves affamées. Intervenir durant la ponte C'est donc avant qu'il faut intervenir. Une première mesure préventive toute simple consiste à ceinturer les troncs des pommiers avec des bandes de carton ondulé d'une vingtaine de cm de hauteur placées vers le bas du tronc. Autre moyen d'action, tout aussi "bio", le piège à phéromones.