background preloader

Utilité et efficacité des cellules souches issues du CT?

Facebook Twitter

Axel Kahn. Embryons Humains au stade "blastocystes" «L'équipe coréenne, composée de scientifiques de premier plan et d'expérimentateurs hors pair, a apporté un ensemble d'améliorations plutôt qu'une véritable révolution à la technique de base», poursuit Axel Kahn.

Axel Kahn

Innovation pour extraire délicatement le noyau de la cellule par micromanipulation au lieu de l'arracher, ce qui évite de léser les protéines nucléaires indispensables au bon déroulement des divisions cellulaires ultérieures. Innovation également au niveau de la culture de cet embryon qui se développe en éprouvette, sur un lit de cellules humaines issues du même individu, et non pas sur des cellules de souris, ceci permettant un meilleur développement du blastocyste. En revanche, la seconde application, celle du clonage thérapeutique (greffer ces cellules souches embryonnaires à des malades de Parkinson ou d'Alzheimer par exemple pour remplacer leurs neurones détruits par la maladie) lui semble plus lointaine.

A voir aussi sur Internet. Axel Kahn. COMITE CONSULTATIF NATIONAL D'ETHIQUE. L'Université Paris Descartes. John E.DICK (soin des cancers) John E Dick , PhD. SCID mouse an important toolDr.

John E Dick , PhD

Dick's research program aims at understanding how stem cells can be manipulated. He is known around the world for his development of an in vivo repopulation assay (ie: in vivo stem cell assay) using the NOD/SCID mouse. HSCs are found in the bone marrow and are pluripotent: they give rise to all the cellular elements of the blood. Until the development of this model, studies of the human hematopoietic system and diseases of the blood were limited because there was no method to study the development of the human blood system. This model has transformed the study of both normal and leukemic human blood systems. The assay involves reconstituting immune deficient SCID mice with either normal human bone marrow or cord blood, or with cells from patients with genetic deficiencies or leukemia. Using the mouse model, it is possible to identify and characterize the leukemic stem cell and determine where it comes from. Additional Appointments. Human Stem Cell Biology Chair — Mick Bhatia.

Mick Bhatia Professor, Biochemistry and Biomedical Sciences Director, McMaster Cancer and Stem Cell Biology Research Institute Email: mbhatia@mcmaster.ca Web: Mick Bhatia's Homepage Research Involves Examining the parallels between the behaviour of human stem cells and the initial stages of the development of human cancer in order to advance understanding of how cancer begins.

Human Stem Cell Biology Chair — Mick Bhatia

Research Relevance The research has the potential to alleviate the suffering of cancer patients—and save lives—through pre-clinical modelling of new cancer drugs and by developing therapies to regenerate immune systems. Stemming the Ravages of Cancer Two of every five Canadians will develop some form of cancer. Cancer tumours typically begin years before they’re diagnosed. One of the difficulties with current cancer treatment is that patients undergo aggressive chemo and radiation therapies to kill cancerous cells.

Yamanaka, Thomson (cellules souches pluripotentes) Des cellules souches pluripotentes dérivées d'un ovocyte humain PARIS - Une équipe américaine a réussi à obtenir des cellules souches humaines pluripotentes en reprogrammant des cellules adultes de peau à partir d'ovocytes, une percée scientifique, même si les cellules ainsi créées sont génétiquement anormales.

Yamanaka, Thomson (cellules souches pluripotentes)

Les cellules souches embryonnaires humaines sont dites pluripotentes car elles sont capables de donner naissance à tous les types de cellules de l'organisme (du coeur, du cerveau, du sang...), ce qui en fait un enjeu essentiel de la médecine régénératrice. Mais leur origine - les embryons sur lesquels elles sont prélevées sont détruits - se heurte à des considérations éthiques. D'où l'intérêt à chercher à produire des cellules souches avec le même potentiel, mais sans utiliser des embryons. Cette recherche reste entachée par l'imposture du chercheur sud-coréen Hwang Woo-suk. Encore du chemin à faire. Shinya Yamanaka, MD, PhD.