background preloader

Dépersonnalisation

Dépersonnalisation
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir DP. La dépersonnalisation (quelques fois DP) est une anomalie du mécanisme cognitif. Il s'agit d'un sentiment de perte de sens de la réalité, dans lequel un individu ne possède aucun contrôle de la situation[1]. Les patients sentent avoir changé, et leur perception de la réalité est devenue vague, floue, ou manque de sens. Cela peut être une expérience choquante pour les individus qui, comme ils le disent, vivent dans un « rêve ». Une patiente témoigne ainsi de cet état : « Je suis là et pas là. Description[modifier | modifier le code] Les individus souffrant de dépersonnalisation se sentent à la fois détachés du monde et de leur propre identité / incarnation physique. Épidémiologie[modifier | modifier le code] Causes environnementales et pharmaceutiques[modifier | modifier le code] Traitement[modifier | modifier le code] Le traitement dépend de la cause qu'elle soit d'origine organique ou psychologique.

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9personnalisation

Related:  psychologieMal êtreHypersensiblesPsychoTroubles

Migraine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Organisation mondiale de la santé classe la maladie migraineuse au 20e rang des maladies ayant un impact sur le handicap et l’altération de la qualité de vie, et parmi les 10 premières maladies si l’on considère uniquement la population féminine[6]. Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Waking Life » Archives du blog » Que faire ? Entre omnipotence et procrastination Je m’emmerde. Tout le temps je m’emmerde. Partout je m’emmerde. Stéréotype Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En sciences humaines, un stéréotype est l'image d'un sujet dans un cadre de référence donné, telle qu'elle y est habituellement admise et véhiculée. Psychologie[modifier | modifier le code] Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code] Object moved En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies par nos services ainsi que des services tiers de mesure d'audience.Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Accepter Accueil Texte Site réalisé par Archimed

RSAiste, Malade mental, et Fier. Trigger warning : maladies mentales, suicide, et violences. 1000 mots,5 min de lecture Je suis au RSA depuis des années. Fils de CSP+, homme-cis-passing-blanc et études prestigieuses : bac+5 avec titre d’ingénieur reconnu par l’état. Privilégié de partout (ou presque). En marge de la journée mondiale des troubles bipolaires – Pépites La 2ème journée mondiale des troubles bipolaires est célébrée le 30 mars 2016. Elle a lieu le jour de la naissance de Van Gogh, lui-même atteint. Cependant, le trouble bipolaire n’est pas qu’un effet de mode ou la maladie des grands hommes, elle est également la maladie des millions de personnes ordinaires et même célèbres dans le monde Cette journée a pour but : de faire connaître et reconnaître une maladied’informer pour aider à mieux comprendre la complexité de la maladie, à mieux la soigner et à mieux la gérer au quotidien.de sensibiliser le grand public afin que les personnes atteintes de ces troubles soient mieux acceptées par la société.

Idée reçue Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une idée reçue est une opinion, située entre le stéréotype, le cliché et le lieu commun. Elle a la particularité de s'admettre aisément, pour diverses raisons : elle est très répandue (argumentum ad populum). On l'a d'ailleurs tous entendue au moins une fois ;celui qui la transmet la considère très souvent comme évidemment démontrée (évidence) ;elle est agréable à admettre, parce qu'elle répond (le plus souvent simplement) à une question redondante, ou gênante, ou complexe : elle aide à ne plus réfléchir et s'impose insidieusement ;elle peut aussi être plaisante à admettre par son caractère amusant (anecdote) qui permet de la retenir d'autant mieux. On note enfin qu'elle est souvent fausse, à tel point que s'est formée l'expression « Combattre les idées reçues », ce qui sous-entend qu'elles ne peuvent qu'être combattues, et non démontrées comme justes.

Surdoués, une vie avec un cerveau en ébullition Valérie Urman On les appelle « surdoués », « Haut QI », « Haut potentiel intellectuel ». Ils forment à peu près 2 % de la population. L’intelligence étant insaisissable au microscope, seul le QI global, imparfait et critiqué, permet d’étalonner ces aptitudes cognitives hors normes. Cependant, les rares études effectuées par IRM sur ces cerveaux surefficients les montrent en activité permanente, clignotant comme un sapin de Noël : une information simple provoque d’innombrables connexions neuronales, traduisant le fonctionnement caractéristique d’une pensée « en arborescence » à grande vitesse. Alors que chez 98 % de la population, seule une zone spécifique du cerveau, celle du langage par exemple, « s’allume » pour traiter cette information. On les pense comblés.

Ne me dites pas que je suis normale J’ai envie d’écrire pour exprimer la douleur que je ressens mais tout se mélange dans ma tête. Je suis malade mentale. Je ne sais pas ce que j’ai. Je suis anxieuse, sûrement un peu dépressive, sûrement d’autres choses. Je souffre de ma maladie, mais aussi de la façon dont elle est appréhendée par les gens. On dirait que les gens qui m’aiment veulent me rassurer en me disant que je suis normale, qu’en fait tout le monde ressent ça parfois, que c’est normal à mon âge d’être mal et que ça va passer.

Comment voit une personne dyslexique lorsqu'elle lit? Souvent détectée lors des premières difficultés à l’école, la dyslexie est un trouble de la lecture qui touche plus de 3 millions de personnes en France. Il est difficile de dire la façon dont une personne dyslexique voit le texte qu’elle lit. Si une police de caractère avait été créée par un graphiste britannique pour montrer les difficultés de lecture des personnes atteintes de ce trouble, un site web animé vient de voir le jour et reproduit cette expérience de lecture souvent particulièrement ardue.

Conformisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Emprunté de l’anglais « conformist », le mot est dérivé du français, « conforme » et fait référence, au XVIIe siècle, à la personne qui menait une conduite traditionaliste et qui était en accord avec le contexte et le milieu où elle vivait, celui qui professait la religion officielle [1]. Ce processus très largement étudié en psychologie sociale correspond à un changement d'opinion, de comportement ou même de perception des individus, que l'on observe dans des situations de pression sociale ou d'influence sociale. Il existe différentes formes de conformisme, qui impliquent les individus de manière plus ou moins forte[2]. Celui-ci a des implications dans plusieurs secteurs comme dans la consommation, les goûts musicaux, la mode, l'économie, ...

Related: