background preloader

Utilité des animaux de la ferme

Facebook Twitter

Adieu poules, chèvre, chevreau. Les tech­niques de jar­din en per­ma­cul­ture sont ré­pu­tées peu gour­mandes en temps.

Adieu poules, chèvre, chevreau

En fai­sant tra­vailler pour nous les or­ga­nismes du sol (pour aé­rer le sol, li­bé­rer la fer­ti­lité, re­te­nir l’eau) et quelques ani­maux do­mes­tiques (pour ré­gu­ler les po­pu­la­tions de bé­bêtes, pour en­tre­te­nir une prai­rie, pour se dé­bar­ras­ser des fruits tom­bés), on s’économise ef­fec­ti­ve­ment pas mal de travail. Ce­pen­dant, il faut pré­ci­ser que le seul ani­mal qui ne de­mande au­cun tra­vail est un ani­mal sau­vage.

Tous les ani­maux do­mes­tiques dé­pendent de nous d’une fa­çon ou d’une autre, et même si on ar­rive à ré­duire ce temps in­tel­li­gem­ment, il reste tou­jours une no­tion d’astreinte rou­ti­nière qui re­pré­sente un vrai poids, en par­ti­cu­lier pour les gens qui tra­vaillent à l’extérieur, et à for­tiori s’ils ont de jeunes en­fants (qui ont une cer­taine ten­dance à ac­ca­pa­rer toute notre disponiblité). La chèvre Les chèvres se nour­rissent toutes seules. La fabrication d’un tracteur à poules. Aver­tis­se­ment J’ai fa­bri­qué l’année sui­vante une ver­sion net­te­ment amé­lio­rée — à consul­ter en premier.

La fabrication d’un tracteur à poules

Quelques dé­fi­ni­tions Le terme peut pa­raître sur­pre­nant, mais vous al­lez bien­tôt com­prendre. C’est en cher­chant sur la toile des in­for­ma­tions au­tour de la per­ma­cul­ture que j’ai dé­cou­vert la no­tion de trac­teur à poules : ‘chi­cken trac­tor’ pour les Amé­ri­cains, ou ‘chook trac­tor’ pour les Aus­tra­liens (chook étant ap­pa­rem­ment leur di­mi­nu­tif af­fec­tueux pour ces gal­li­na­cés que nous ap­pe­lons pou­lets), ou en­core ‘poul­try ark’ pour les Brit­tan­niques, ce qui veut dire ‘arche à volaille’. Il ne semble pas en­core exis­ter de terme consa­cré en fran­çais, mais ‘trac­teur à poules’ pa­raît être le choix de quelques sites en fran­çais. Tracteur à poules 2.0. Cela fait plus d’un an que mon pre­mier pro­to­type de trac­teur à poules est en­tré en ser­vice.

Tracteur à poules 2.0

J’ai eu l’occasion de consta­ter ses mé­rites, mais sur­tout ses gros dé­fauts. En deux mots : il était beau­coup trop lourd, et les poules souf­fraient du froid en hiver. J’ai donc dé­cidé d’en faire un nou­veau, en m’inspirant à nou­veau des exemples trou­vés sur la ga­le­rie de Katy, mais en in­no­vant réel­le­ment grâce aux en­sei­gne­ments de la pre­mière expérience. Spé­ci­fi­ca­tions Plu­tôt que d’épiloguer sur le pour­quoi du com­ment, fai­sons la liste de mes spécifications : Dé­cli­nons main­te­nant ce ca­hier des charges dans les ca­rac­té­ris­tiques dé­taillées des dif­fé­rents éléments.

Struc­ture La struc­ture en treillis tri­an­gu­laire est in­con­tour­nable. Du côté op­posé à l’essieu, la faî­tière dé­passe lar­ge­ment afin de ser­vir de poi­gnée de trac­tion. Des équerres sont pré­vues aux quatre coins pour ren­for­cer le tout. Les fixa­tions sont par vis. Quar­tiers d’habitation. Travail du sol par un tracteur à poules. Rap­pel des épi­sodes précédents J’ai construit un pou­lailler no­made sans plan­cher qu’on ap­pelle un trac­teur à poules.

Travail du sol par un tracteur à poules

J’y ai mis quatre poules naines de race Or­ping­ton. Je leur ai donné les restes de cui­sine et du grain bio. Et elles m’ont donné des oeufs. Mais pas seule­ment. Désher­bage Ef­fec­ti­ve­ment, après un mois sur place, les poules ont gri­gnoté chaque plante et chaque brin d’herbe jusqu’à la ra­cine. Contrôle des nuisibles Je n’ai pas été re­gar­der de très près, mais je ne crois pas qu’un in­secte ou qu’une li­mace aient pu sur­vivre à un mois de traque, sur­tout à me­sure que dis­pa­rais­sait tout cou­vert vé­gé­tal.

Com­pos­tage des dé­chets de cuisine De­puis l’arrivée des poules, nous avons un ré­ci­pient de plus pour le tri des dé­chets : la ga­melle des poules. Les poules ont semble-t-il ap­pré­cié ce ré­gime, et le dé­ver­se­ment quo­ti­dien de dé­chets de cui­sine n’a pas trans­formé le pou­lailler en une dé­charge in­sa­lubre. In­cor­po­ra­tion du compost. Tractions animals.