background preloader

Esclavage moderne

Facebook Twitter

Are you paid to look busy? Do you actually perform meaningful work all day or are you paid to look busy, asks anthropologist David Graeber.

Are you paid to look busy?

Photo by John McBride & Company Inc. /The Image Bank. Editor’s Note: If you’re reading this at work, you’re probably not all that busy. Don’t you ever wish you could just fit your “work” into fewer hours, then go home to do your own thing instead of being paid to look busy all day?

Digital Labor

'We Are Creating Walmarts of Higher Education' - Timothy Pratt. As colleges feel pressure to graduate more students for less money, professors worry that the value of an education may be diminished.

'We Are Creating Walmarts of Higher Education' - Timothy Pratt

Universities in South Dakota, Nebraska, and other states have cut the number of credits students need to graduate. Les esclaves de la Chinatown toscane. L’émotion est arbitraire.

Les esclaves de la Chinatown toscane

Même au beau milieu d’une tragédie, un simple détail suffit à la déclencher. Sur le carrelage noir de cendres et d’eau, des boutons. Des centaines, des milliers de boutons, de toutes les formes et de toutes les couleurs. Archéologie contemporaine. Un tapis de boutons à la dérive dans une Pompéi chinoise à Prato. Il est 16 heures passées. "The ideology of debt a powerful tool to justify violent inequalities" Surely one has to pay one’s debts… right?

"The ideology of debt a powerful tool to justify violent inequalities"

On the Phenomenon of Bullshit Jobs. Ever had the feeling that your job might be made up?

On the Phenomenon of Bullshit Jobs

That the world would keep on turning if you weren’t doing that thing you do 9-5? L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique? «Avez-vous l’impression que le monde pourrait se passer de votre travail?

L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique?

Vers une société de «jobs à la con» ? Avez vous un «job à la con» ?

Vers une société de «jobs à la con» ?

Si vous avez le temps de lire cet article devant votre ordinateur au boulot, la réponse est probablement oui. Et à en croire la viralité (1) du pamphlet consacré aux «bullshit jobs» (en VO) signé David Graeber, anthropologue à la London School of Economics et une des figures du mouvement Occupy Wall Street, vous n’êtes pas pas le seul. Dans un court essai (2) publié dans le magazine de la gauche radicale britannique Strike ! Le 17 août, l’universitaire, qui n’aime pas qu’on le définisse comme anarchiste, décrit ce qu’il a baptisé le «phénomène des jobs à la con». Soit, selon lui, l’aliénation de la vaste majorité des travailleurs de bureau, amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société.

Labour markets: On "bullshit jobs" En Suisse, faux emplois pour vrais chômeurs, par Morgane Kuehni. Au chômage depuis plus d’un an, Claude, électricien de 50 ans, a demandé à suivre ce que l’on appelle communément en Suisse une « mesure active ».

En Suisse, faux emplois pour vrais chômeurs, par Morgane Kuehni

Son conseiller en placement l’a assigné à un « programme d’emploi temporaire » dans une université. Content de pouvoir exercer ses compétences, il commence par affirmer que le prestige de l’institution compense l’absence de salaire pour le travail effectué. Mais l’aura ne résiste pas longtemps au sentiment d’exploitation et à l’impression que ses « collègues » lui réservent le sale boulot : « Ce serait plus valorisant pour moi si je recevais un salaire. Pendant que je suis ici, c’est quand même l’assurance-chômage qui paie, et pourtant, pour le patron qui m’emploie, je suis un ouvrier, une force supplémentaire de travail ! » Daniela, elle, est arrivée en Suisse à l’âge de 10 ans. De son côté, Joshua attend la retraite avec impatience. Qu’est-ce que la dette ? David Graeber, est un anthropologue états-unien.

Qu’est-ce que la dette ?

Il a participé au mouvement altermondialiste et se définit comme anarchiste. En 2011, il a publié une vaste étude sur la dette intitulée Debt : the First Five Thousand Years (‟Dette : les 5000 premières années”) dans laquelle il contredit l’un des fondements des théories économiques en soutenant, entre autres choses, la thèse selon laquelle le système du troc n’a jamais été utilisé comme moyen d’échange principal au cours de ces cinq derniers millénaires.

Par contre, selon lui, le système du crédit et de la dette est très probablement antérieur à l’invention même de la monnaie et ce système suppose, fonde et instaure une relation de pouvoir, de domination, de culpabilité et d’asservissement et que c’est là qu’il faut situer son origine. La plupart des économistes affirment que la monnaie a été inventée pour remplacer le système du troc. Mais vous avez trouvé quelque chose d’assez différent. Intéressant.

Precariat

70% des salariés se disent épuisés nerveusement par leur travail. Les réorganisations en entreprise se suivent et vont se ressembler...Chercher à améliorer le fonctionnement interne, gagner en productivité, réorganiser les fonctions supports, réduire les coûts, bref « serrer les boulons » est la priorité court terme imposée par le faible niveau d'activité, l'étroitesse des marges, la pression concurrentielle... en un mot la crise.

70% des salariés se disent épuisés nerveusement par leur travail

La rigueur budgétaire des Etats fait écho à celle des entreprises. Dans ce maelström, les salariés se sentent ballottés et anxieux. How finance led to debt servitude. « La dette neutralise le temps, matière première de tout changement politique ou social » - Contrôle social. Basta ! : Vous dites que l’Homo debitor est la nouvelle figure de l’Homo economicus. Quelles sont les caractéristiques de ce « nouvel homme » ? Maurizio Lazzarato : De nombreux services sociaux, comme la formation ou la santé, ont été transformés en assurance individuelle ou en crédit.

Le mode de développement néolibéral est fondé sur le crédit et l’endettement. Cette situation s’est aggravée avec la crise des subprimes de 2007. Student loans. Could Relieving a Trillion Dollars in Student Debt Really Help the Economy? by Ellen Brown. Some—including Wall Street protesters—say relieving students of nearly a trillion dollars in loans will help the rest of us, too. Ellen Brown asks, could it really work? Mille milliards de dollars : la dette des étudiants américains explose. (De Boston) L’économie américaine est à nouveau minée par un problème de dette. Cette fois-ci, ce sont les étudiants qui sont directement visés, avec une dette globale de mille milliards de dollars en 2010.

C’est le chiffre que donne la réserve fédérale new-yorkaise pour la dette issue des prêts bancaires des universitaires : un record. Selon le College Board, un groupe d’intérêt des universités, les étudiants empruntent deux fois plus qu’il y a dix ans (taux d’inflation inclus). Une situation qui ne peut que s’aggraver : aux Etats-Unis, la plupart des étudiants doivent financer eux-mêmes leurs études et le coût de l’éducation continue à fortement augmenter. Sans autre choix que de cumuler des crédits pour paradoxalement assurer leur avenir, ils peuvent s’endetter pour plusieurs dizaines de milliers de dollars chaque année. Debtor’s Prison for Failure to Pay for Your Own Trial. Debtor’s prisons are supposed to be illegal in the United States but today poor people who fail to pay even small criminal justice fees are routinely being imprisoned.

The problem has gotten worse recently because strapped states have dramatically increased the number of criminal justice fees. In Pennsylvania, for example, the criminal court charges for police transport, sheriff costs, state court costs, postage, and “judgment.” Prison slaves - Slavery: A 21st Century Evil. Once an isolationist communist state, over the last 20 years China has become the world's biggest exporter of consumer goods. But behind this apparent success story is a dark secret - millions of men and women locked up in prisons and forced into intensive manual labour.

China has the biggest penal colony in the world - a top secret network of more than 1,000 slave labour prisons and camps known collectively as "The Laogai". And the use of the inmates of these prisons - in what some experts call "state sponsored slavery" - has been credited with contributing to the country's economic boom. In this episode, former inmates, many of whom were imprisoned for political or religious dissidence without trial, recount their daily struggles and suffering in the "dark and bitter" factories where sleep was a privilege.

Sex slaves - Slavery: A 21st Century Evil. Mauritanie : Le visage de l’esclavage des temps modernes. Debt Slavery – Why It Destroyed Rome, Why It Will Destroy Us Unless It’s Stopped. The Face of Modern Slavery.