background preloader

Ecole et intégration

Facebook Twitter

L’école des immigrés. Recensé : Abdelmalek Sayad, L’école et les enfants de l’immigration.

L’école des immigrés

Essais critiques, Le Seuil, 2014 (textes rassemblés par Benoît Falaize et Smaïn Laacher). 249 p., 19, 40 €. Abdelmalek Sayad, né en Algérie en 1933 et mort en France en 1998, est un sociologue spécialiste des questions d’immigration. Avant d’exercer le métier de sociologue, il était instituteur en Algérie. À son arrivée en France il fut l’un des collaborateurs de Pierre Bourdieu. Il a été directeur de recherche au CNRS ainsi qu’à l’école des Hautes Études en Sciences Sociales. Abdelmalek Sayad est considéré comme l’un des spécialistes les plus reconnus des questions d’immigration et de l’altérité. La trajectoire sociale des enfants d'immigrés portugais en France. Ou comment des garçons d'ouvriers obtiennent des boulots d'ouvriers (1) Ce texte se fixe pour objectif de mettre en valeur certains points issus de l'Enquête INSEE 2012 concernant les immigrés et descendants d'immigrés en France, en se centrant sur le cas des enfants issus de l'immigration portugaise.

La trajectoire sociale des enfants d'immigrés portugais en France

Si l'on regarde le taux de lusodescendants non-diplômés au-delà du brevet, il est de 18% pour les hommes et de 12% pour les femmes (contre 20% en moyenne pour les garçons issus de l'immigration et 16% pour les femmes issues de l'immigration. Pour les ni immigrés, ni enfants d'immigrés, il est de 12% pour les hommes et 10% pour les femmes). Donc on peut constater que par rapport au reste de la population immigrée, les enfants issus de l'immigration portugaise sont moins sans diplômes, mais que ce taux reste supérieur à la population non-issue de l'immigration. Conclusion: Photo de classe.

Les « Enfants valises » disent merci à l’école de la République. Le documentariste Xavier de Lauzanne a filmé le quotidien d’une classe de jeunes venus en France via le regroupement familial : un bijou, en salles depuis mercredi.

Les « Enfants valises » disent merci à l’école de la République

Cet article s’adresse d’abord aux programmateurs des chaînes de télévision, surtout publiques, aux animateurs de lycées et collèges... Vous passez peut-être à côté d’un document précieux : un documentaire indépendant, bijou d’humanité et de matière à réflexion. Making of Rue89 est partenaire de ce film indépendant à petit budget sorti mercredi, qui disparaîtra très vite des écrans sans un bouche à oreille vigoureux.

Rue89 Ce film a pour titre mystérieux « Enfants valises », c’est-à-dire des jeunes arrivés en France dans le cadre du regroupement familial, et qui doivent s’initier, à l’âge compliqué de l’adolescence, à un nouveau cadre scolaire, de nouveaux codes, de nouveaux rapports familiaux, bref, se réinventer totalement. Un an dans une classe de région parisienne La bande-annonce d’« Enfants valises » La « peur » des autres. Enfants Valises - En salles le 11 septembre 2013. « La Cour de Babel » : le meilleur film sur la France d’aujourd’hui. Extrait de « La Cour de Babel », de Julie Bertucelli (Allo ciné/Pyramide films) Ils s’appellent Abir, Agnieszka, Allassane, Andréa, Andromeda, Daniel, Djenabou… Ils viennent de Tunisie, de Pologne, du Mali, de Croatie, de Roumanie, de Guinée ou du Brésil.

« La Cour de Babel » : le meilleur film sur la France d’aujourd’hui

Ils sont réunis dans la classe d’accueil d’un collège parisien pour apprendre à mieux maitriser la langue française et pouvoir ensuite – peut-être – suivre un cursus normal. Un avenir qui s’écrit au conditionnel : encore faut-il que le retour au pays natal ne vienne pas briser leur désir féroce d’intégration. Encore faut-il que la bonne volonté de l’Education Nationale (et les moyens qui vont avec) soit au rendez-vous. Encore faut-il que les familles acceptent de voir leur progéniture continuer à étudier au sein de « l’école de la République », et puissent les aider financièrement. Le refus de la théorie. [Vidéo] La cour de Babel, film documentaire sur une classe d'accueil. Comment les immigrés vivent ils l'expérience de l'intégration.