background preloader

Les partis et mouvements politiques

Facebook Twitter

Le sénateur Paul Vergès, figure politique de La Réunion, meurt à 91 ans. L’ancien résistant, fondateur du Parti communiste réunionnais, frère de l’avocat médiatique, a dominé la vie politique de l’île pendant six décennies.

Le sénateur Paul Vergès, figure politique de La Réunion, meurt à 91 ans

Il est mort à l’hôpital, dans la nuit de vendredi à samedi. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Schulz (Saint-Denis de la Réunion, correspondant) Le sénateur Paul Vergès, âgé de 91 ans, fondateur du Parti communiste réunionnais (PCR), est décédé dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 novembre, à La Réunion, a annoncé sa famille dans un communiqué. Il était hospitalisé depuis le 25 octobre. Paul Vergès était sénateur de La Réunion depuis septembre 2011 – après l’avoir déjà été de 1996 à 2004 –, ancien président du conseil régional, ancien député de La Réunion et ancien député européen.

Robert Badinter, l’abolition ou le combat d’une vie. L’ascension d’Hillary Clinton (3/3) : en première ligne, enfin. Alors que Bill finit son deuxième mandat, Hillary décide de briguer le Sénat.

L’ascension d’Hillary Clinton (3/3) : en première ligne, enfin

La première dame devient alors une femme politique à part entière. Attablé devant un solide petit-déjeuner au Jardin du Roi, l’un des trois bons cafés de Chappaqua (Etat de New York), David Black est inquiet. Il craint d’être atteint de cette nouvelle maladie qui, dit-il avec un clin d’œil complice, s’est emparée de l’Amérique : le « election stress disorder » : le syndrome du stress électoral. Trump lui donne des boutons. Comme la grande majorité des habitants de cette commune du comté de Westchester, à une cinquantaine de kilomètres au nord de New York, il votera pour Hillary Clinton, le 8 novembre. Et pour cause : ici, c’est Hillaryland. Hillary venait de former un « comité exploratoire » en vue d’une candidature au Sénat, à l’un des deux sièges de l’Etat de New York. . « Combat pour la rédemption » L’ascension d’Hillary Clinton (2/3) : première dame malgré elle. Bill élu à la Maison Blanche, Hillary se voit plus en coprésidente qu’en First Lady.

L’ascension d’Hillary Clinton (2/3) : première dame malgré elle

Son échec sur la réforme de la santé et les scandales à répétition lui imposeront une cruelle traversée du désert. L’ascension d’Hillary Clinton (3/3) : en première ligne, enfin. L’ascension d’Hillary Clinton (1/3) : la conversion à la politique. Sa victoire marquerait l’aboutissement d’un partenariat unique noué avec Bill dans l’Arkansas dans les années 1970.

L’ascension d’Hillary Clinton (1/3) : la conversion à la politique

Retour sur le parcours de la candidate démocrate. Gérard Filoche, un candidat socialiste singulier. Bête noire des patrons, incollable sur le droit du travail, ce fils de cheminot qui campe à l’extrême gauche du PS déroule un programme en cinq chiffres : « 1800-32-60-20-5 ».

Gérard Filoche, un candidat socialiste singulier

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Michel Noblecourt C’est un petit candidat à la primaire du Parti socialiste (PS) des 22 et 29 janvier 2017 que l’on néglige au point de croire qu’il ne l’est plus. Ni ancien ministre – comme les autres postulants de l’aile gauche du PS, Marie-Noëlle Lienemann, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg –, ni député ni maire, Gérard Filoche, 70 ans, n’a aucun mandat électif. Apparatchik en guerre permanente contre les appareils, il siège au bureau national de son parti, où il fait entendre chaque semaine sa singularité. Le 14 juin, il s’est déclaré candidat sans abandonner son rêve d’une « candidature commune de toute la gauche », rassemblant socialistes, communistes et écologistes. Gérard Filoche a un parcours atypique. Shimon Pérès, l’ancien président et premier ministre israélien, est mort. L’état du Prix Nobel de la paix s’était aggravé mardi, deux semaines après un accident vasculaire cérébral.

Shimon Pérès, l’ancien président et premier ministre israélien, est mort

Il avait 93 ans. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (.) De tous les responsables de son pays, il était à la fois le plus ancien et le moins israélien. Longtemps mal-aimé parmi les siens, toujours prêts à moquer son inaptitude persistante au suffrage universel, et pourtant sans conteste meilleur commis voyageur d’Israël. La « rencontre inspirante » de Benoît Hamon avec le démocrate Bernie Sanders. Benoît Hamon, l’Américain ?

La « rencontre inspirante » de Benoît Hamon avec le démocrate Bernie Sanders

Le candidat à la primaire du PS a entamé une tournée aux Etats-Unis dans le cadre de sa campagne française, avec pour point d’orgue une rencontre, mercredi à Washington, avec Bernie Sanders. L’information a été gardée secrète jusqu’au dernier moment, mais l’ancien ministre de l’éducation nationale a passé près d’une heure en tête à tête, au Sénat, avec le candidat surprise de la primaire du Parti démocrate, qui s’est incliné en juillet 2016 face à Hillary Clinton.

A 73 ans, le sénateur du Vermont, représentant de l’aile gauche des démocrates, avait bousculé la primaire américaine, en portant le fer contre Wall Street et les multinationales. « C’était une rencontre inspirante, a déclaré M. Hamon mercredi soir au Monde. Avec Bernie Sanders, nous avons partagé la similitude des situations politiques aux Etats-Unis et en France. Un joli coup médiatique monté ces deux dernières semaines par M. Jeremy Corbyn renforce son emprise sur le Labour et tourne la page du blairisme. Réélu à une large majorité, le dirigeant du Parti travailliste britannique inflige une défaite cinglante aux députés du Labour qui voulaient se débarrasser de lui.

Jeremy Corbyn renforce son emprise sur le Labour et tourne la page du blairisme

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Bernard (Liverpool, envoyé spécial) Les députés travaillistes britanniques qui tentent depuis trois mois de se débarrasser de Jeremy Corbyn, le très à gauche leader du parti qu’ils jugent « inéligible », ont essuyé une défaite cinglante. Jeremy Corbyn, new wave et vieille gauche. Le leader travailliste britannique s’appuie sur de nouveaux militants et les déçus du blairisme pour garder son poste.

Jeremy Corbyn, new wave et vieille gauche

Les résultats du vote seront annoncés samedi lors du congrès du Labour à Liverpool. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Bernard (Birmingham, envoyé spécial) Regardez-moi bien : est-ce que j’ai l’air d’un trotskiste ? » Gareth Davies, informaticien de 36 ans, berce son bébé blond qui ne semble pas apprécier les meetings politiques. Sur Centenary Square, en plein centre de Birmingham, ce samedi 17 septembre, la sono de Jeremy Corbyn commence à chauffer la foule à coups de « Jez [diminutif de Jeremy] we can !

Totalement inconnu au moment de son élection voici un an, ce député de la très confidentielle aile gauche du Labour, jugé incapable de devenir premier ministre par les trois quarts des Britanniques, défie désormais l’establishment travailliste. Nicolas Hulot : « Rien n’est pire que de renoncer » Je ne serais pas arrivé là si… … si je n’avais pas compris, très jeune, que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, que rien n’est jamais acquis, que tout est aléatoire, et qu’il y a urgence à profiter intensément de chaque instant sans remettre au lendemain.

Nicolas Hulot : « Rien n’est pire que de renoncer »

Une histoire familiale perturbée est-elle la source de cette leçon ? Je suis né dans une famille bourgeoise : mon premier domicile se situait rue du Ranelagh, dans le 16e arrondissement de Paris, et mon école était Saint-Jean-de-Passy. Mon arrière-grand-père maternel était issu d’une des deux cents familles les plus fortunées de France, mon grand-père paternel – qui inspira Jacques Tati – était lui-même un grand architecte, ancien Prix de Rome. Cela aurait pu faire de moi un gosse de riches, ce qui n’est certes pas une tare mais ne facilite pas l’émancipation ni l’innovation. Claque électorale pour Angela Merkel dans sa région. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Thomas Wieder (Berlin, correspondant) Certes, le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ne fait pas partie des Länder qui pèsent le plus dans la vie politique nationale outre-Rhin.

Certes, ce territoire de l’ex-Allemagne de l’Est (RDA), situé en bordure de la mer Baltique et voisin de la Pologne, ne concentre que 2 % des électeurs du pays. Angela Merkel, « Globale Mutti » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem (Berlin - envoyée spéciale) L’avion de la délégation allemande est bloqué sur le tarmac. « Madame la chancelière, on ne peut pas décoller… — Combien de temps va durer la réparation ? — Je ne sais pas, Madame la chancelière. » Angela Merkel soupire.

Elle a l’habitude. Une fois de plus, après les plaisanteries d’usage sur le sujet, elle ira travailler et somnoler avec ses conseillers jusqu’à 4 heures du matin dans un petit salon de l’aéroport de Bruxelles, alors que ses homologues du Conseil européen ont tous regagné leurs pénates depuis la fin de l’après-midi. Toujours la même histoire. Du moins était-ce le cas jusqu’au deuxième mandat d’Angela Merkel, dans la foulée de sa réélection de 2009. . « On avait tous un peu...

6) : trois femmes dans une chancellerie. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem (Berlin - envoyée spéciale) Parfois, Angela Merkel rit toute seule devant son iPad. Elle regarde en podcast « Heute Show », l’émission satirique de la chaîne de télévision ZDF. L’objet de la satire, c’est elle. On y caricature ses discours fades, soporifiques et à mourir d’ennui. Jamais rien de saillant, jamais rien qui fâche, à l’exception notoire de ce « Wir schaffen das » (« Nous y arriverons !

Les comiques ne la ratent pas, et moquent sa manière de déblatérer d’un ton monocorde, comme si elle en était toujours à ­passer son doctorat de physique. Angela Merkel est une rigolote. Angela Merkel, l’impitoyable « Mädchen » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem (Berlin, envoyée spéciale) Angela Merkel arrive chez Volker Schlöndorff. Le cinéaste a convié ses amis pour une garden-party dans sa maison de Potsdam, près de Berlin. « T’as qu’à prendre la Merkel ! – Qui c’est, ça ? »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem (Stralsund et Île de Rügen (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale), envoyée spéciale) La Baltique est plate et grise et il est environ 10 h 30, ce matin de novembre 1990. Les pêcheurs tirent les bateaux sur la plage. Sans un mot, ils déchargent les harengs dans le vent froid. Une jeune femme, dans sa longue jupe en jean, les aborde, un peu gênée. « Je suis candidate pour les élections du 2 décembre au Bundestag. Je peux vous parler ? Ils se dirigent vers la cabane en parpaings située sur la dune, qui sert à entreposer le matériel et surtout à boire. « Je suis du parti CDU », annonce-t-elle en entrant.

Angela Merkel, de la chimie quantique à la politique. Angela Merkel : à l’Est, l’école de la prudence. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem (Templin (Brandebourg), envoyée spéciale) Les yeux des Allemands de la Baltique sont souvent d’un bleu clair très spécial.