background preloader

Mouvement pour une Alternative Non-violente

Mouvement pour une Alternative Non-violente
Related:  Non violence et +Mouvements d'éducationProjet "Non-violence"

IRNC, Institut de recherche sur la Résolution non Violente des Conflits EduKa-3000 Michel Antony Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] En Mai 1968, il est parmi les organisateurs de l'occupation de l'École normale d'instituteurs de Besançon qui pratique une ébauche d'autogestion pendant une dizaine de jours. De 1969 à 1971, il est membre du Groupe communiste libertaire de Besançon[1]. En 1972-1973 avec des libertaires anciens du GCL il contribue à organiser un cycle de conférences et de débats sur les autogestions (yougoslave, algérienne, espagnole) qui se clôt avec l'intervention de Daniel Guérin. En mars 1971 il est un des organisateurs de l'exposition à la salle de l'Ancienne poste à Besançon pour le Centenaire de la Commune de Paris. De 1970 à 1973, il participe activement au soutien des travailleurs durant l'Affaire Lip, dont il reste un des analystes reconnus[2]. De 1974 à 1978 il est membre de l'Union Départementale CFDT de Mulhouse et participe à la Commission formation de la CFDT Alsace. Œuvres[modifier | modifier le code]

Non-violence Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Manifestation non-violente contre les essais nucléaires, Paris, 1995. Présentation[modifier | modifier le code] Historique[modifier | modifier le code] La non-violence a été popularisée dès 1921 par Gandhi en Inde, par la notion d'ahimsâ (du sanskrit a ; « négation » et himsâ ; « violence »), un des fondements du jaïnisme, de l'hindouisme et du bouddhisme. Albert Einstein s'intéressa à cette forme de lutte[1], admira Gandhi[2] et signa le manifeste de Bertrand Russell contre la violence militaire nucléaire. Le 10 novembre 1998, à l'appel de tous les prix Nobel de la paix vivants, l'Assemblée générale des Nations unies a voté une résolution déclarant la décennie 2001-2010 « Décennie internationale de la promotion d'une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde ». Définitions brèves[modifier | modifier le code] En France[modifier | modifier le code] En Belgique[modifier | modifier le code]

La non-violence est-elle possible Faut-il choisir entre Gandhi et Lénine pour obtenir la libération d’un peuple opprimé [1] ? Dans sa Théorie de la violence [2], le philosophe marxiste George Labica soutenait que les anciennes distinctions entre violence légitime et violence illégitime avaient été durablement perverties par la centralité du terrorisme dans nos systèmes de représentation de la guerre contemporaine. Il dénonçait alors la célébration mièvre et systématique de la paix, symbolisée par des prix Nobel iniques, et l’exhortation unanime à « civiliser les mœurs ». L’insupportable colonialisme moderne rendait selon lui impossible une théorie de la non-violence. Pourtant, il faut se souvenir que la non-violence n’est pas un refus du conflit. L’Afrique du Sud qui fut, l’espace de quelques semaines, l’objet d’une attention vive à l’occasion de la coupe du monde de football, offre l’exemple d’un extraordinaire laboratoire de libération nationale, dont Nelson Mandela est la figure tutélaire et l’incarnation.

Centre de Ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées Rendez-vous Samedi 5 décembre 2015 à 18h à l’Espace des diversités et de la laïcité pour une lecture par 6 comédiens de la compagnie Zorro et Compagnies d’un extrait du roman de Harper Lee « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » (titre original « To kill a mockingbird ») prix Pulitzer 1961, et adapté au cinéma par Robert Mulligan en 1962. Cette lecture conclut un projet de deux ans sur Martin Luther King et ses valeurs. Ce roman, inspiré de faits réels, paru en 1960, période de lutte du mouvement pour les droits civiques de Martin Luther King, relate des événements racistes d’une petite ville du sud des États-Unis, vus par les yeux d’une enfant. Vous pouvez télécharger le flyer ici.

Prendre conscience de son corps Aujourd’hui, nombre d’enfants doivent concevoir des abstractions très tôt. On veut apprendre plus et plus vite, et certains apprentissages commencent à la maternelle, alors qu’autrefois, ils étaient seulement abordés à l’entrée en primaire, tandis que le jardin d’enfant était consacré au jeu. Or, cet instant de la vie est avant tout une phase essentielle du développement du schéma et de la perception corporels : un vécu tout en sensorialité. Nous remarquons combien les jeunes enfants expérimentent avec tout leur corps : ils jouent, portent à la bouche, prennent, rejettent, se jettent sur le canapé ou le lit, explorent avec les mains, les pieds, se frottent, poussent de leur corps,… Un enfant qui n’a pas eu le temps ou la possibilité de réaliser cette construction risque de n’avoir pas assez investi son corps. Il n’a pas suffisamment fait l’expérience des limites de son corps, n’est pas assez « ancré » dans celui-ci, et sera peut être peu conscient de son corps. - pétrir la pâte à pain,

Mise en place d'un poulailler communal et opération "J'adopte deux poules" : OPTIGEDE Contexte La Communauté de communes Auxonne Val de Saône s'est engagée avec la Communauté de communes Rives de Saône dans un Programme local de prévention des déchets en décembre 2011. Les deux Communautés de communes sont passées à la Redevance incitative au 1er janvier 2013. Dans le cadre du PLP, la Communauté de communes Auxonne Val de Saône souhaite promouvoir le nourrissage des animaux comme un moyen de réduction des biodéchets, alternatif ou complémentaire au compostage. Au début de l'année 2013, les habitants de la commune de Villers les Pots, notamment les enfants réunis au sein du Conseil municipal des jeunes (qui regroupe une quinzaine d'enfants), manifestent leur volonté de mettre en place un poulailler collectif. Ce poulailler est construit et inauguré au printemps 2013. Fonctionnement du poulailler : une trappe permet aux habitants de verser leurs restes de pains, épluchures, etc. dans une mangeoire.

Techniques d'actions non violentes Les différents moments d'une campagne d'action non-violente Jean-Marie MULLER Texte extrait du dossier de Non-Violence Actualité : "L'action non-violente, guide théorique et pratique", 1985. La logique de la non-violence en action se traduit par des étapes préméditées qui s'inscrivent graduellement dans le temps, selon l'objectif choisi. C'est cette inscription, cette montée en puissance que détaille concrètement cet article. La dynamique d'une action s'enracine dans la prise de conscience d'une injustice. Il est essentiel que l'action soit décidée à partir d'une connaissance exacte de la situation dans laquelle s'inscrit l'injustice que nous voulons dénoncer et combattre. Il faut donc constituer un dossier sur les faits qui soit le plus complet possible. Il - CHOIX DE L'OBJECTIF C'est également à partir de l'analyse de la situation que nous devons choisir l'objectif à atteindre. L'action non-violente entend miser sur la responsabilité personnelle de chacune et de chacun. · La manif.

La non-violence en bref - Centre pour l'action non-violente (CENAC) La non-violence, c'est d'abord le respect de soi et d'autrui. Elle peut se résumer par la formule: «Ni hérisson, ni paillasson!» Ne pas blesser, ne pas se laisser piétiner. La non-violence refuse la violence : la mienne et celle dont je suis témoin. Au contraire du système «gagnant-perdant» qui prévaut dans nos sociétés, la non-violence privilégie le système «gagnant-gagnant». L'action peut être individuelle ou collective. En faisant face au conflit et en refusant la légitimité accordée à la violence ou en dénonçant ses causes, la non-violence s'oppose à la lâcheté. La non-violence est d'abord une attitude. Gandhi (pour libérer l'Inde de la colonisation britannique), Martin Luther King (pour les droits civiques des Noirs aux USA) ou la Dame de Rangoon Aung San Suu Kyi (pour la démocratie en Birmanie) sont des figures de la non-violence. © Non-violence Actualité (NVA) Avoir une attitude non-violente, c'est possible!

Empathie à l'école. Transformer l'idéal en réalité Créativité, attitudes entrepreneuriales, sensibilité aux enjeux sociaux, résolution de problèmes. L’importance de ces compétences pour demain est régulièrement rappelée, en particulier dans les travaux de l’OCDE, qui a rédigé récemment un rapport sur l’impact des compétences socio-affectives en termes de progrès social. Sans surprise, les compétences socio-affectives comme l’estime de soi ou l’extraversion se répercutent sur la réussite scolaire, l’accès à l’enseignement supérieur (et une rémunération plus élevée), et jouent aussi un rôle de réduction de risques sociaux (addictions diverses comme le tabagisme, l’alcoolisme etc.), comme le montre une étude longitudinale menée en Nouvelle Zélande, « Competent children, competent learners » sur un groupe d’apprenants suivis pendant 25 ans. Au-delà de l'affirmation de valeur «Eduquer pour résoudre les problèmes mondiaux.», des initiatives pratiques montrent que l'idéal peut devenir réalité. L’empathie à l’école La citoyenneté mondiale 1.

Related: