background preloader

Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne

Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne
Dossier : Les territoires du vote Aux lendemains des scrutins, les cartes électorales fleurissent dans les médias, et l’élection présidentielle de 2012 échappera d’autant moins à la règle que les résultats électoraux informatisés et les logiciels de cartographie sont de plus en plus accessibles. Ces cartes sont parfois produites par des amateurs éclairés (et notamment des internautes) ou par des universitaires qui ne sont pas spécialistes des questions politiques. Nombre d’entre elles, que leurs auteurs interprètent pour dévoiler « les principaux enseignements » (Leroy 2007) à tirer de chaque scrutin, présentent pourtant un intérêt scientifique limité. Il est pourtant possible de disposer de cartes réalisées au niveau communal à la finesse de texture beaucoup plus intéressante, cartes qui ont fait dire à un démographe, à l’issue du scrutin présidentiel de 2002, qu’il ressentait une impression comparable à « la découverte du microscope, du télescope ou du scanner » (Le Bras 2002).

http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Related:  TPEquestions politiquespériurbanisation

A Paris, les inégalités sociales se creusent Mieux mesurer pour mieux agir. La Ville et l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) ont présenté mardi le résultat d'un travail de compilation de données de deux ans permettant de mesurer, quartier par quartier, l'état de la pauvreté dans la capitale. Si les conclusions ne réservent pas vraiment de surprise, elles permettent de saisir certaines évolutions frappantes à Paris et en Ile-de-France. Des revenus onze fois supérieurs

"Insécurité culturelle" et "insécurité identitaire" : de quoi ces mots sont-ils le nom ? - Globe Découvrez la série géographique d'inventaire pour élection La France est morte, vive la France ! Diffusée et publiée du 21 avril au 11 mai 2012, cette série propose 8 billets sur Globe, avec plusieurs cartes qui bousculent la géographie électorale traditionnelle ; et 5 émissions de Planète terre à (ré)écouter en ligne. Retrouvez aussi le dossier spécial Présidentielle 2012 de France Culture. Depuis dimanche soir, le vote pour le Front national est abondamment commenté. Sont invoqués : la désindustrialisation ; la crise économique ; la crise de l'euro ; la précarisation du travail ; la baisse du pouvoir d'achat et du niveau de vie ; la péri-urbanisation ; le sentiment de déclassement ; le sentiment d'abandon ; l'insécurité. Chacun a lu ou entendu ces analyses au gré de sa navigation sur les journaux et les antennes.

Cette "France isolée", terreau du FN Elles ne font pas la une des journaux mais n’ont souvent que la télé comme fenêtre sur le monde. Réduites au silence médiatique, loin des centres de décision, aux services publics sacrifiés, à l’emploi en lambeaux, ces terres nourrissent des réflexes de repli, faute d’une vraie réponse de gauche à leur sort. Élus et intellectuels dressent des constats convergents.

Anne Hidalgo: son plan pour les quartiers pauvres de Paris En référence aux « no-go zones » (« zones interdites ») évoquées par la chaîne américaine Fox News après les attentats de janvier, la maire de Paris veut que le quartiers populaires de la capitale deviennent des « we go zones ». Elle soumettra aujourd’hui, au Conseil de Paris, un plan de trente mesures à mettre en oeuvre avec l’Etat à travers un « contrat de ville » prévu de 2015 à 2020. Quartiers prioritaires de la politique de la ville de Paris

Le sarkozysme est-il un bonapartisme ?, par Alain Garrigou Narcissisme du prince, faste clinquant Depuis l’élection de M. Nicolas Sarkozy à l’Elysée, le ravalement de son premier ministre au rang de « collaborateur » et celui du Parlement au rôle de chambre d’enregistrement ont rendu tentante l’analogie entre le nouveau président et Napoléon III. L’empereur des Français s’était distingué par son soutien à l’Eglise et aux Etats pontificaux. En estimant devant le pape Benoît XVI que, « dans la transmission des valeurs, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur », M. Le « périurbain , la France du repli ? par Éric Charmes & Lydie Launay & Stéphanie Vermeersch Photo P. Caracchioli Il y a aujourd’hui une question périurbaine. La pauvreté dans les arrondissements de Paris, Lyon et Marseille Pour la première fois, nous publions les taux de pauvreté des arrondissements des trois plus grandes villes de France. Il faut noter que bon nombre de ces arrondissements ont une population qui les classerait parmi les plus grandes communes de France. Leur étude en tant que telle est donc riche d’enseignements. Le tout premier, c’est la situation spécifique de Marseille.

 Immensité et despotisme, le pouvoir en Russie. Pascal Marchand Pour les médias occidentaux, la Russie redevient une dictature. La démocratisation de la décennie Eltsine, très relative à leurs yeux, leur apparaît comme une parenthèse refermée par Vladimir Poutine. Le pouvoir de la vaste Russie renouerait ainsi avec le passé. « Despotisme » et « immensité » seraient « naturellement » associés à « Russie ». Dans un célèbre ouvrage, Zbigniew Brzezinski (1997), influent conseiller de la présidence américaine, a d’ailleurs construit une doctrine politique fondée sur cette association. Pourquoi s’installer en périurbain Espaces de promotion pour les « nouvelles couches moyennes salariées » dans les années 1970 (Bidou 1984), les zones périurbaines seraient devenues, à la fin des années 1980, dans un contexte économique et social transformé, un refuge pour les « couches moyennes » menacées de déclassement (Jaillet 2004 ; Donzelot 2004 ; Chauvel 2006 ; Peugny 2009 ; Guilluy 2010). Ce modèle, discutable parce qu’il repose sur une vision unifiante d’un ensemble extrêmement hétérogène (Bosc 2008), a cependant le mérite de rappeler l’enjeu que peut représenter l’espace résidentiel dans les situations d’incertitude sociale (Chamboredon et al. 1984). Les deux communes de l’étude, par la composition sociale de leur population active, occupent des positions polaires au sein de l’aire urbaine de Grenoble. La première, une petite station de ski de 2 474 habitants [2], a connu une forte croissance démographique à partir des années 1990.

TPE Paris : Les inégalités et les convergences socio-spatiales entre le 16ème/19ème : mars 2015 Ici, comme nous l’avons mentionné dans le I), nous avons voulu nous mettre dans la peau d’une mère voulant faire des courses pour sa famille (son mari et ses deux enfants). Sur la 1ère photographie nous observons que le prix des courses s’élève à 5 euros dans le 19ème, tandis que pour exactement les mêmes produits dans le 16ème cela nous revenait 20 centimes plus cher. Nous avons tout de même décidé de l’intégrer dans le III) puisque cette différence est assez mince si nous la comparons avec les différences observées au sein des marchés. De plus il est important de faire le rapport entre le prix fixe dans le 16ème et les revenus des ménages y habitant puisque le revenu moyen par ménage dans le 16ème est de 8143 euros net par mois tandis que dans le 19ème ce dernier s’élève à 3081 euros net par mois. A : Gentrifiation :

Afficher la couleur : le rouge 1 Le premier tour des élections présidentielles de 2002 a eu lieu le 21 avril. 2 Collovald, Annie, Le « Populisme du FN » un dangereux contresens, Bellecombe-en Bauges, Editions d (...) 1A partir de quel moment, Jacqueline a-t-elle décidé de porter ostensiblement du rouge chaque jour que le capitalisme fait ? Elle ne saurait le dire précisément. Elle a probablement appuyé un peu plus fortement le bâton de rouge sur ses lèvres le 22 avril 20021, le lendemain de ce jour où le populisme est devenu une injure polie qui permet aux élites d’en appeler contre le peuple2. Elle a mis une jupe rouge pour aller voter aux élections législatives de 2002. Une écharpe rouge pour dire non, en mai 2005, au traité établissant une constitution pour l’Europe.

Grandeur et décadence du « périurbain » Dossier : Y a-t-il des urban studies à la française ? « Un beau matin, les Français se sont réveillés en découvrant qu’un baobab avait poussé dans leur jardin » [1]. À l’issue du dernier scrutin présidentiel, c’est par cette formule que s’ouvre un article du Monde relatant l’irruption des espaces périurbains sur le devant de la scène médiatique sous l’effet de la montée électorale du Front national. Si cette entrée en scène est effectivement fracassante dans un champ journalistique régi par la quête permanente de la nouveauté, cette catégorie d’analyse des mondes urbains est-elle réellement nouvelle dans le champ de la recherche française ? C’est sur cette question que cet article se penche, sans prétendre à un tour d’horizon exhaustif mais plutôt en essayant de dégager, à travers les travaux les plus emblématiques, quelques lignes directrices en matière de regards portés sur les espaces périurbains.

VOS DÉMARCHES Afin de rendre les services plus performants, les sites de la Mairie de Paris sont susceptibles d’utiliser des « cookies ». Les cookies nous fournissent des informations sur la façon dont nos sites sont utilisés, mais aussi de fluidifier la navigation et d’améliorer l’expérience utilisateur. Qu’est-ce qu’un cookie ? Un cookie est un petit fichier texte qui est stocké par votre navigateur lors de votre première visite. Une fois installés, ils nous permettent de vous reconnaître à chaque visite, et donc de vous faire profiter de toutes les fonctionnalités de nos sites.

Related: