background preloader

Le monde qui vient avec le Covid 19

Facebook Twitter

Ceci n'est pas un complot. "La gestion de la crise Covid est un échec. Persévérer est diabolique" Une opinion du docteur Olivier Lhoest, chef de service associé du service d'anesthésie-réanimation et membre du conseil médical du CHC Liège (Mont Légia- ND Hermalle – ND Waremme) Dans mon article d’août, j’avais signalé la dangerosité des politiques visant le risque zéro.

"La gestion de la crise Covid est un échec. Persévérer est diabolique"

On pouvait déjà pressentir que le gouvernement s’engageait dans une voie qui allait nous mener vers une situation dont il serait difficile de s’extirper. Quand on commence à calquer son modèle de gestion d’une crise sur la Chine, une dictature qui ment perpétuellement sur ses chiffres, on est évidemment mal parti. Les intensivistes, cliniciens et non bureaucrates, ayant une habitude de gestion de crise, ont complètement changé la prise en charge des patients Covid après le premier pic en les intubant le plus tard possible et en introduisant les corticoïdes (contre les recommandations de l’OMS) ce qui a permis de réduire la mortalité.

Raoul Vaneigem : Décrétons l'autodéfense sanitaire – ACTA. Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme. (6) Interdit d'interdire : Franck Lepage sur «Covid-19 : l'ami des dominants» ? COVID-19, l’ami des dominants – L'ardeur. COVID-19, l’ami des dominants : un texte écrit par l’équipe de L’ardeur, association d’éducation populaire politique Pour ce gouvernement anti-populaire, engagé dans une politique de destruction de la protection sociale et de répression policière des colères, des mobilisations et des insurrections qui en découlent, le COVID-19 permet de réaliser plusieurs tests en grandeur nature : – Test de contrôle de la population (répression, prison, hélicoptères, drones, communications). – Test d’obéissance de la police dans ce contrôle des populations. – Test de privatisation-dislocation de l’éducation nationale transférée en e-learning. – Test d’avancement de la vidéo-médecine à distance. – Test de soumission des médias, de la population et des gauches (union nationale oblige).

COVID-19, l’ami des dominants – L'ardeur

Ne laissons pas s'installer le monde sans contact. Appel au boycott de l’ap­pli­ca­tion Stop-COVID19 Du point de vue sani­taire, l’épi­dé­mie de COVID-19 mettra du temps à livrer tous ses mystères.

Ne laissons pas s'installer le monde sans contact

Le brouillard qui entoure l’ori­gine de la mala­die, sa diffu­sion et sa léta­lité ne pourra se dissi­per que lorsqu’elle cessera de frap­per dans autant de pays à la fois. À ce jour, personne n’a l’air de savoir quand une telle accal­mie se produira. D’ici là, pour conti­nuer de vivre, nous ne devons ni sous-esti­mer, ni sures­ti­mer cette épidé­mie en tant que telle.

Par contre, ce que nous sentons très clai­re­ment, c’est que la crise sani­taire a des chances impor­tantes de préci­pi­ter l’avè­ne­ment d’un nouveau régime social : un régime basé sur une peur et une sépa­ra­tion accrues, encore plus inéga­li­taire et étouf­fant pour la liberté. . « Restez chez vous »… sur Inter­net Les grands médias ne voient en géné­ral rien d’inquié­tant à cette réduc­tion de toutes les acti­vi­tés humaines à une seule. YouTube. Giorgio Agamben : coronavirus et état d'exception – ACTA. Face aux mesures d’urgence frénétiques, irrationnelles et totalement injustifiées pour une supposée épidémie due au coronavirus, il faut partir des déclarations du CNR (Consiglio Nazionale delle Ricerche), selon lesquelles « il n’y a pas d’épidémie de Sars-CoV2 en Italie » .

Giorgio Agamben : coronavirus et état d'exception – ACTA

Et ce n’est pas tout : « l’infection, d’après les données épidémiologiques disponibles aujourd’hui sur des dizaines de milliers de cas, provoque des symptômes légers/modérés (une sorte de grippe) dans 80 à 90 % des cas. Dans 10 à 15% des cas, une pneumonie peut se développer, mais l’évolution est bénigne dans la majorité absolue. On estime que seulement 4 % des patients doivent être hospitalisés en soins intensifs » . Deux facteurs peuvent contribuer à expliquer un tel comportement disproportionné.Tout d’abord, on constate une fois de plus une tendance croissante à utiliser l’état d’exception comme paradigme normal de gouvernement.

Giorgio Agamben : « Qu’est donc une société qui ne reconnaît pas d’autre valeur que la survie ? » BibliObs : depuis le début de l’épidémie de Covid, le philosophe italien Giorgio Agamben fait entendre une voix dissidente.

Giorgio Agamben : « Qu’est donc une société qui ne reconnaît pas d’autre valeur que la survie ? »

Dans un premier texte, mis en ligne le 26 février, il dénonçait « l’invention d’une épidémie » et énumérait les nombreuses privations de libertés induites par le confinement : « Il semblerait que, le terrorisme étant épuisé comme cause de mesures d’exception, l’invention d’une épidémie puisse offrir le prétexte idéal pour les étendre au-delà de toutes les limites. » Ce qui lui avait valu une vive réponse du philosophe Slavoj Zizek dans nos colonnes.

Dans un autre texte mis en ligne début mars, il estimait que « les dispositions récentes transforment en fait chaque individu en un infecteur potentiel, exactement comme les lois sur le terrorisme considéraient, de facto et de jure, chaque citoyen comme un terroriste potentiel. » Enfin, le 17 mars, sous le titre « Eclaircissements », il publiait le texte dont nous proposons ci-dessous la traduction en français. Alain Damasio : « Pour le déconfinement, je rêve d’un carnaval des fous, qui renverse nos rois de pacotille » Alain Damasio est écrivain de science-fiction.

Alain Damasio : « Pour le déconfinement, je rêve d’un carnaval des fous, qui renverse nos rois de pacotille »

Son dernier roman, Les Furtifs, a été publié en avril 2019 aux éditions La Volte. Reporterre — Êtes-vous en colère avec ce qui se passe en ce moment ? Alain Damasio — Clairement, je suis en colère, mais pas contre la pandémie elle-même. Je perçois et vis ce virus comme complètement naturel. Je suis en colère contre la façon dont notre gouvernement gère cette crise d’une façon pathétiquement verticale, centralisée et ultrasécuritaire, en faisant assumer à la population son incompétence crasse. Ce gouvernement nous martèle depuis deux ans : « Nous sommes l’innovation, nous sommes la réactivité, nous sommes la performance », et au moment crucial où il faudrait « performer », plus personne ! Mais quand le président de la République parle, 36 millions de personnes l’écoutent. André Comte-Sponville: "J'aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu'y échapper dans un État totalitaire" Le philosophe André Comte-Sponville nous livre ses impressions sur la crise sanitaire actuelle et s’insurge contre le politiquement correct.

André Comte-Sponville: "J'aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu'y échapper dans un État totalitaire"

Figure incontournable de la pensée française contemporaine, André Comte-Sponville a rendu la philosophie populaire. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a notamment publié le fameux "Petit traité des grandes vertus", qui s’est vendu à des milliers d’exemplaires. Entretien. La grippe de 1968 – "grippe de Hong Kong" – a fait environ un million de morts, dans l’indifférence quasi générale. Pourquoi, cinquante ans plus tard, nos sociétés réagissent-elles de manière totalement différente face à la menace du coronavirus? Jean-Dominique Michel. Enseignements d’un désastre. L’approche suédoise du Covid-19. Violence et autodéfense : interview d'Elsa Dorlin. "Tu me chuchotes que c’est toi qui est vivant" - Alain Damasio. Depuis les ténèbres, qu’avons-nous appris ?, par Eva Illouz. Lorsqu’elle a écrit « Eichmann à Jérusalem » (1963), Hannah Arendt a utilisé une méthode d’analyse que nous pouvons qualifier d’anti-historique : elle refusait de comprendre le présent avec des analogies tirées du passé ; elle rejetait les catégories philosophiques utilisées, et usées, pour donner un sens à quelque chose d’entièrement nouveau.

Depuis les ténèbres, qu’avons-nous appris ?, par Eva Illouz

« Le télétravail nous a fait renoncer docilement au monde commun » BibliObs.

« Le télétravail nous a fait renoncer docilement au monde commun »

L’épidémie de coronavirus a dopé le recours au télétravail, qui est probablement amené à durer. Qu’en penser ? Fanny Lederlin. Une étude de l’Ifop pour la fondation Jean Jaurès montre que pendant cette crise, 64 % des Français travaillent, dont 30 % sont des télétravailleurs. Auparavant, le télétravail ne représentait que 5 à 15 % des salariés. Interdit d'interdire - Suède, Portugal : des exemples à suivre dans leur gestion de l’épidémie ? Leur monde d'après, l'enfer qui vient. La "Pénurie" Alimentaire. La réponse de l'UE à la crise du coronavirus en 9 minutes.