background preloader

Sociologie du WEB

Facebook Twitter

Maslow Et Les Réseaux Sociaux. À l’issue de ses recherches sur la motivation , Abraham Maslow a développé sa fameuse théorie sur les besoins humains.

Maslow Et Les Réseaux Sociaux

Souvent représentée en pyramide, elle présente cinq niveaux : besoins physiologiques, besoins de sécurité, besoins d’appartenance, besoin d’estime, besoin d’accomplissement. Bien qu’elle date de 1943, cette théorie reste d’actualités et peut s’appliquer aux réseaux sociaux. Dans la suite de l’article, nous vous proposons une infographie dans laquelle vous découvrirez le lien qui existe entre Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn…. et Maslow. Maslow’s Hierarchy of needs : Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net. Lecture en diagonale, perte de concentration... le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser.

Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net

Faut-il s'en inquiéter ? Pas forcément. On vous explique pourquoi. Sur le mur d'une galerie d'art de Toronto, ce slogan : « Mon cerveau d'avant Internet me manque » (1). C'est drôle. . « Mon cerveau d'avant Internet me manque » ? Les pupilles baladeuses Au Lutin (Laboratoire des usages en technologies de l'information numérique), à Paris, des chercheurs observent au plus près le lecteur du XXIe siècle en activité. Ainsi, sur écran, nous avons les pupilles baladeuses. Sur la Toile, le cheminement de la pensée n'est pas contrôlé par l'auteur, mais par le lecteur. Comme le résume l'essayiste américain Nicholas Carr dans un livre remarquable (meilleur que son titre : Internet rend-il bête ? Mon cerveau fait du jet-ski. Internet, une extension de l’espace public ? - Utoplan. Sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS/EHESS), les travaux actuels de Dominique Cardon portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique, ses recherches sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’auto-production amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne.

Internet, une extension de l’espace public ? - Utoplan

La rencontre en écoute. Disparition de l’espace privé, incitation à la diffamation, menaces sur l’avenir de la presse : dans de nombreux débats, Internet fait figure de coupable. Mais, bien plus qu’un média de communication et d’information, Internet est une forme politique à part entière. [hal-00369611, v1] Fracture numérique chez les seniors du 4eme age. Observation d'une acculturation technique - 2009CDN-cmichelV3.pdf. Vers une culture numérique lettrée ? Article publié à l'origine dans la revue Mediadoc d'avril 2009. « Ce qui importe ce n’est pas de lire, mais de relire » J-L Borgès Depuis une dizaine d’années environ, est menée en France une politique de l’Education Nationale en faveur du développement des « TIC » au sein du système scolaire, mais force est de constater que cette politique a été, et demeure plus que jamais, insuffisante et, pire, mal orientée.

Vers une culture numérique lettrée ?

Nous voudrions en livrer ici une analyse critique, et surtout proposer quelques principes et directions en vue de ce qui en serait une profonde réorientation. Pour le dire déjà en quelques mots, nous voulons soutenir qu’un grand nombre des aspects de ce problème, et des solutions à envisager, tournent autour de l’articulation à établir, à l’école et par l’école, entre la vieille culture livresque et ce que nous appellerons « une culture numérique lettrée » ou savante, encore balbutiante. Articles liés sur skhole.fr: Trois idées reçues sur Internet. — Idée reçue n°1 : Les internautes forcenés n’ont pas de relations sociales Hacker sur le retour, Jay habite la ville de San José, en Californie.

Trois idées reçues sur Internet

La quarantaine venue, il parle de son passé de programmeur avec les accents d’un ex-sportif de haut niveau : « Quand j’avais du code à écrire j’y allais à fond. Mais, d’un certain point de vue, ce n’était qu’un prétexte. Présentation PowerPoint - etu20130212-synthese-etude-digital-natives-janvier-2013.pdf. De quoi Anonymous est-il le nom ? Les Anonymous défraient la chronique, et les médias ont beaucoup écrit d'approximations, parfois de bêtises, à leur propos, à commencer par tous ceux qui abusent du terme de "cyberguerre", qu'il faudrait cesser d'user à tort et à travers : En résumé : pas de bombes, ni de balles, alors pas de "cyberguerre"...

De quoi Anonymous est-il le nom ?

Le pire a probablement été de les comparer aux terroristes d'Al Qaeda, alors qu'il ne s'agit jamais que de "gamins bricoleurs" (quand bien même on n'y trouve pas que des "gamins") qui manifestent leur colère en participant à des sit-in virtuels, pour reprendre l'expression de Benjamin Bayart, dont l'article est l'une des analyses les plus brillantes que j'ai pu lire à ce sujet, rejetons de la culture des hackers, et donc de la contre-culture américaine des années 70 : Une chose est certaine : pour le moment, du côté des hackers et des Anonymous, tout le monde reste gentil, cherchant la manifestation et le pied de nez.